Région niçoise: de la Communauté d’Agglomération à la Communauté Urbaine; il n’y a presque que des avantages. Avec l’interview de Jean Christophe Picard

Comme nous le proposions dans notre programme lors de la campagne pour les élections municipales de mars 2008, la municipalité de Nice veut passer de la C. A. ( Communauté d’agglomération ) à la C.U. ( Communauté Urbaine ).%%% J’ai déjà abordé le thème de la CANCA dans l’article du 5 février 2008:%%%` ((/images/CANCA 200.jpg))  » Notre programme pour « redonner des couleurs à la CANCA » ! « %%% Comme nous le soulignions pendant la campagne électorale, la C. U. présente beaucoup plus d’avantage:%%% – financier, si elle est réalisée avant la fin de l’année, puisque le gouvernement envisage de baisser la dotation allouée ensuite. %%% Economies aux dépens des collectivités locales et au détriment de la décentralisation qui manque déjà de moyens !%%% – démocratique: présence officielle de l’opposition et pas selon la bonne ( ou mauvaise ) volonté de la majorité; – compétences élargies: voirie, Plan Local d’Urbanisme, réseau d’eaux pluviales, station d’épuration … Parmi les inconvénients:%%%

ce dernier point positif prive de cette prérogative ( PLU ) les communes beaucoup moins peuplées réunies avec une grande ville qui peut imposer sa façon de voir et qui auront donc marge de manoeuvre plus réduite: cel) peut être notre cas dans l’Agglomération niçoise. %%% Mais la limite budgétaire d’une petite commune est aussi un handicap pour des réalisations importantes; donc cet inconvénient devient beaucoup plus relatif et dépendra de l’état d’esprit du Maire de Nice. %%% L’exemple de Bordeaux, municipalité à la quelle le MoDem participe, et de sa communauté Urbaine est probant.%%% Cette décision, il aurait fallu la prendre dès le départ en 2002. Car, comme le fait remarquer très justement Jean Christophe Picard, Président du PRG 06 avec qui nous étions associés pendant les dernières campagnes électorales à Nice, nous avons perdu beaucoup d’argent pour 24 communes en six ans ( 2 communes nous ont rejoint en cours de route ).%%% Voici l’interview de Jean Christophe Picard dans Nice Rendez-vous, dont voici le lien: [http://www.nicerendezvous.com/FR/NICE-DE-LA-CANCA-A-LA-COMMUNAUTE-URBAINE-n-4047.html|http://www.nicerendezvous.com/FR/NICE-DE-LA-CANCA-A-LA-COMMUNAUTE-URBAINE-n-4047.html|fr]  » CANCA COMMUNAUTÉ URBAINE – Dans l’ordre du jour des délibérations prévues demain jeudi 26 juin 2008 lors du Conseil communautaire au Parc Phoenix de Nice, le point 04, dont le rapporteur sera le Président de la CANCA Christian ESTROSI, retient particulièrement l’attention : «Transformation de la Communauté d’Agglomération en communauté urbaine». %%% Ainsi la décision qui aurait dû être prise dès l’origine, à savoir la création d’une communauté urbaine au lieu d’une communauté d’agglomération, entrera sans doute dans les faits le 1er janvier 2009, à la condition expresse qu’une cascade de décisions et de votes s’enchaînent sans faillir pour aboutir au passage de l’une à l’autre. Le calendrier sera serré, mais le jeu en vaut la chandelle en terme financier car la dotation de l’État pratiquement double lorsque les communes se regroupent sous la forme d’une CU. De 45 € par habitant, on passe à 85 € ! %%% Jean-Christophe Picard président départemental du Parti Radical de Gauche fait justement remarquer que — et il en a le droit puisque dès le départ, le PRG avait prôné la création d’une CU, proposition qu’il a réitérée pendant la campagne des élections municipales — si dès 2002, ce choix avait été fait, l’échelon intercommunal aurait reçu à ce jour, 140 millions € de plus ! %%% Deux raisons sont données pour expliquer ce mauvais choix, la raison démographique il faut dépasser le seuil des 500 000 habitants (ce qui n’était pas le cas alors, de peu) et l’obligation de donner une place de plein droit à l’opposition, car les conseillers communautaires sont désignés au scrutin proportionnel par les conseils municipaux des communes membres. %%% Picard a beau jeu de faire remarquer que la première raison ne tient pas, il suffisait de convaincre quelques communes supplémentaires pour dépasser le seuil, quant à la seconde elle a visiblement lourdement compté. %%% Mais les temps changent, l’ouverture est prônée par Christian Estrosi et surtout la communauté à furieusement besoin de recettes supplémentaires pour mener à bien ses projets fort coûteux. %%% Il y a fort à parier que tout se passera bien car Alain Marleix, ci-devant secrétaire d’état à l’intérieur et aux collectivités locales, a fait savoir que le gouvernement toujours à la recherche de quelques piécettes au tréfonds de ses caisses vides, envisage de revoir à la baisse les sommes versées aux futures communautés urbaines, dès la prochaine loi des finances. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *