La nationalité refusée à une Marocaine en burqa: Les faits – La réaction de  » Ni Putes Ni Soumises « – La synthèse d’autres réactions

Source AFP%%% ((/images/burkanoir.jpg))%%% L’affaire de la burqa relance le débat passionné sur la laïcité qui a déferlé sur la France naguère et que j’ai initié sur mon blog avec plusieurs articles, lors de l’annulation d’un mariage par le tribunal de Lille. %%% Débat qui a entraîné l’implication du Mouvement Démocrate 06 dans ce rappel de notre attachement à une société laïque et à la défense de l’égalité Femme – Homme.%%% Pour moi, la laïcité est un ciment indispensable d’une société démocratique et une protection efficace contre les dérives politiques ou sectaires du fait religieux. Notre société française doit savoir garder intact ce ciment et cette protection. Toutes les religions peuvent se trouver détournées par l’abus politique ou le fanatisme. Les malheureux exemples de l’histoire ancienne ou récente, ou de l’actualité, nous le démontre, hélas, presque tous les jours ! %%% La diversité et la profondeur des réactions citées montrent la complexité de ce sujet brûlant et fondamental dans une société moderne.%%% __Les faits__ Le Conseil d’Etat a confirmé fin juin le refus d’octroyer la nationalité française à une Marocaine musulmane portant la burqa, en fustigeant « une pratique radicale de la religion incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française ».%%%

La plus haute juridiction administrative, qui était saisie d’une demande d’annulation d’un décret pris en 2005 par le gouvernement, a estimé que « si Mme M. possède une bonne maîtrise de la langue française, elle a cependant adopté une pratique radicale de la religion incompatible avec les valeurs essentielles de la communauté française, et notamment avec le principe d’égalité des sexes ».%%% « Par conséquent le gouvernement a pu légalement fonder sur ce motif une opposition à l’acquisition par mariage de la nationalité française par Mme M. », ajoute l’arrêt daté du 27 juin, révélé par Le Monde de samedi et que l’AFP a pu consulter.%%% __Selon  » Le Monde « __, cette Marocaine, mariée à un Français et mère de trois enfants nés en France, se serait présentée en burqa ( vêtement couvrant le corps entier de la femme et masquant le visage ) lors de plusieurs entretiens avec les services sociaux et la police pour sa demande de nationalité.%%% Le couple a admis « spontanément » son appartenance au salafisme, un courant rigoriste de l’Islam fondé sur une interprétation stricte et littérale du Coran, et Mme M., voilée « à la demande de son mari », ne conteste pas cette « soumission », précise le quotidien.%%% Un décret du 16 mai 2005 avait refusé l’acquisition de la nationalité à cette habitante des Yvelines « pour défaut d’assimilation ».%%% Saisi du recours en annulation, le Conseil d’Etat a jugé la demande infondée, précisant notamment que le décret « ne méconnai(ssai)t pas le principe constitutionnel de la liberté d’expression religieuse ».%%% La confirmation du refus de la nationalité « n’est pas liée à un problème de religion mais de comportement traduisant un défaut d’assimilation à la société française », a commenté à l’AFP une source proche du dossier.%%% « Ca n’est pas la première fois que cet argument du défaut d’assimilation conduit à refuser l’octroi de la nationalité française », a ajouté cette source tout en relevant que c’était « peut-être la première fois concernant le port d’une burqa ».%%% __L’association Ni putes ni soumises__ (NPNS) s’est dite dans un communiqué « soulagée » par la décision du Conseil d’Etat, estimant qu’elle devait servir d' »exemple pour tous ceux qui se revendiquent des valeurs de la République ».%%% « La République ne peut en aucun cas cautionner un tel outil de soumission et d’oppression envers les femmes », a soutenu NPNS dans une allusion à la burqa. L’association a qualifié le salafisme de « secte radicale ».%%% __Les autres réactions__%%% Lu sur Les Quotidiennes ( __Suisse__ )%%% [http://www.lesquotidiennes.com/religion/la-burqa-continue-d039alimenter-la-polémique-synthèse-des-réactions.html|http://www.lesquotidiennes.com/religion/la-burqa-continue-d039alimenter-la-polémique-synthèse-des-réactions.html|fr] ((/images/logo_q.jpg))%%% Les Quotidiennes est un site d’information et de débat réalisé par des femmes, journalistes, et chroniqueuses de tous les horizons. Il propose un regard de femmes sur l’actualité. __Une prison portative__%%% __Fadela Amara, ex-présidente de «Ni Putes Ni Soumises», actuellement secrétaire d’Etat à la Ville__, juge juge la décision du Consiel d’Etat excellente et ne mâche pas ses mots sur le port de la burqa: « C’est une prison, une camisole de force, ce n’est pas un signe religieux mais le signe visible d’un projet politique totalitariste prônant l’inégalité des sexes et qui porte en soi l’absence totale de démocratie. » La même ajoute: «Je ne suis pas non plus favorable au port du voile. Je ne parle pas de nos mères mais des filles nées en France». Pour en savoir plus, cliquez ici.%%% De son côté, Olivier Roy, politologue français, spécialiste de l’Islam, affirme que le voile et la burqa, ce n’est pas du tout la même chose. Il s’en explique ici. D’ailleurs, pour ne pas mourir idiot, voici un lexique très précis.%%% __Le salafisme est une secte__%%% __Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux, ancienne personnalité qualifiée du Conseil français du culte musulman,__ se méfie surtout du salafisme: « La burqa n’est pas un signe religieux, c’est un uniforme qui symbolise une vision du monde où l’on s’auto-exclut, où l’on exclut les autres. On met une barrière infranchissable entre soi et le reste du monde. (…) Mais pas uniquement à cause de la burqa, plutôt à cause de l’idéologie qui sous-tend la mouvance «salafiste»… Au-delà du cas de cette Marocaine, accorder la nationalité française aurait fait des terres occidentales un lieu privilégié pour le développement de cette secte interdite au Maghreb, qui endoctrine les femmes pour multiplier d’un seul coup des cellules familiales entières. »%%% Dounia Bouzar dénonce aussi une certaine complaisance de la France face à l’islamisme et rappelle le jugement du tribunal de Lille d’annuler un mariage, en acceptant de considérer la virginité « comme qualité essentielle de la mariée. « La justice a-t-elle cru ainsi «respecter les valeurs de l’islam»? Normalement, la laïcité est là pour lutter contre les systèmes moyenâgeux qui autorisent des hommes à se servir de Dieu pour édicter des lois prétendument divines qui les arrangent!%%% « L’islam est perçu comme une religion archaïque, ce qui entraîne de la part des institutions une double posture contradictoire: soit elle est diabolisante et discriminatoire envers tout pratiquant, soit au contraire elle devient hyperlaxiste parce qu’on « les » considère comme des sauvages pas totalement civilisés envers qui il faut faire preuve de tolérance. » Lire l’intégralité en cliquant sur le lien, plus haut Les quotidiennes ….%%% __Une certaine hypocrisie…__%%% __Mohammed Moussaoui, président du Conseil français du culte musulman__ depuis un mois: «Le refus d’attribution de la nationalité est dû au défaut d’assimilation de l’intéressée. Ce n’est pas sa pratique religieuse qui est mise en cause mais son comportement en société.» Mohammed Moussaoui remarque que « le Conseil d’Etat ne précise pas ce qu’il entend par pratique radicale de la religion. Dans la majorité des écoles musulmanes où l’on enseigne l’islam, la burqa n’est ni une obligation, ni même une recommandation, à la différence du foulard qui est une prescription religieuse.»%%% Le président du CFCM démontre également le relative hypocrisie de cette décision en renversant le scénario: « Imaginez que cette femme, qui parle parfaitement le français, se soit présentée au service des demandes de nationalité sans burqa. On peut penser qu’elle aurait obtenu la nationalité. Devenue française, elle remet sa burqa : aurait-elle été déchue de sa nationalité?» Lire l’intégralité en cliquant sur le lien, plus haut: Les quotidiennes ….%%% __Une décision salutaire…qui renforce pourtant l’inégalité des sexes__%%% __Jean-Noël Cuénod, correspondant à Paris de La Tribune de Genève et éditorialiste__: « Pour demander la nationalité d’un pays, il faut au moins en partager les valeurs les plus consensuelles. Un malaise pourtant. Son mari est un salafiste convaincu, c’est-à-dire un musulman intégriste qui veut revenir aux relations sociales du temps des compagnons de Mohammed. Or, lui est Français. La décision du Conseil d’Etat ne dit pas s’il a obtenu cette nationalité du fait de sa naissance dans l’Hexagone ou par naturalisation. Mais on peut se poser cette question: si Faïza s’était appelée, mettons, Rachid et qu’à la place de sa voyante bourka, elle arborait un discret collier de barbe, aurait-elle essuyé un tel refus?%%% « Par rapport à une musulmane de sa secte, un salafiste masculin est à même de mieux feindre l’intégration auprès des autorités de naturalisation. (…) Lorsqu’il s’adresse aux autorités, il sait ce qu’il faut dire et ce qu’il faut taire. Dès lors, par sa décision tout à fait légitime, compréhensible et même salutaire par maints côtés, le Conseil d’Etat renforce encore plus l’inégalité entre les sexes. Mais toute autre sentence aurait été néfaste pour l’ensemble de la société, puisqu’elle aurait mis à néant les valeurs laïques de la République. Lire Lire l’intégralité en cliquant sur le lien, plus haut: Les quotidiennes ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *