Sommet européen de Nice: à cause de son déficit public la France apparaît comme le mauvais élève de l’Union Européenne

((/images/190px-Flag_of_Europe.svg.png))%%% %%% ((/images/CB95654B5E32EBDA7F5D3ABFFF125C.jpg))%%% %%% Jean-Claude Juncker, Président de l’Eurogroupe, qui regroupe les ministres des Finances des 15 pays qui partagent l’euro%%% %%% ((/images/350px-European_union_emu_map_fr.png))%%% %%% L’Union économique et monétaire:%%% ██ pays de la zone euro, et donc de l’Eurogroupe en bleu%% ██ pays membres de l’UE hors MCE II en rouge% %%% ██ pays membres de l’UE et du MCE II en orange%%% ██ autres pays utilisant l’euro comme monnaie en violet%%% MCE = mécanisme de taux de change européen,%%% ayant remplacé le Système Monétaire Européen ( SME ) %%% Comprendre les raisons du ralentissement économique et tenter de trouver des réponses coordonnées à la crise: tel est l’objectif affiché par Christine Lagarde qui a réuni les 27 ministres des finances de l’U. E. de façon informelle, à l’occasion du sommet de Nice des 12 et 13 septembre 2008.%%% L’ECOFIN a été précédé de l’Eurogroupe qui s’est tenu le 12 septembre.%%% __Analyse de la situation économique de l’Union européenne: la stagflation ?__%%% Le but était de procéder à un diagnostic et d’identifier les politiques macroéconomiques et structurelles appropriées de manière à répondre le plus efficacement possible au ralentissement économique.%%%

La Commission européenne a revu ses prévisions à la baisse:  » La croissance économique devrait atteindre 1,4% dans l’Union européenne en 2008, au lieu des 2% annoncés au printemps. Les prévisions pour la zone euro ont elles aussi été revues à la baisse, de 1,7% au printemps à 1,3% « , détaille la Commission. %%% Et les moyens d’action sont très limités, à cause du manque de marge de manoeuvre budgétaire, et face au refus de la BCE ( Banque Centrale européenne ) de baisser ses taux.%%%  » __Je pense qu’on ne peut pas exclure une récession technique__ « , en zone euro, caractérisée par deux trimestres consécutifs de recul de l’activité, a reconnu jeudi le gouverneur de la Banque centrale des Pays-Bas, Nout Wellink, qui est aussi membre de l’instance de décision de la BCE. Le Produit intérieur brut ( PIB ) de la zone euro a reculé de 0,2% au deuxième trimestre comparé au premier.%%% De plus, la situation des finances publiques n’est pas la même pour tout le monde. La perspective d’une politique de relance commune s’avère compromise.%%% L’Allemagne était à 3,4% de déficit en 2005. Elle à réussi à l’annuler en 2007 et l’Espagne est même devenue excédentaire de 2,2% ! Et l’Italie a beaucoup progressé avec un déficit à 1,9%.%%% Malheureusement pour nous, seule la __France devient le mauvais élève de l’UE avec un déficit qui est passé à 2,7% en 2007__ ( il était à 2,9% en 2005, ) !%%% « Nous avons beaucoup d’inquiétudes pour le moment. La première est peut-être l’inflation », a dit le ministre belge des Finances Didier Reynders, lors d’une conférence financière à Nice et il ajouté, « maintenant nous avons un déclin des prix du pétrole … alors peut-être que c’est le moment d’avoir une discussion sur la politique monétaire à venir ». L’inflation a en effet ralenti en août à 3,8% sur un an, après un mauvais 4% en juillet.%%% __Réponse concertée de l’U.E.: moyens très limités !__%%%  » Il n’est pas question de mettre en place un plan de relance conjoncturel en Europe», avait récemment rappelé Jean-Claude Juncker, le Premier ministre luxembourgeois. En insistant sur le cas de la France, dont «les marges de disponibilité budgétaires» sont très «réduites « .%%% Il y a quand même un point positif: pour les exportateurs européens. Car cela entraîne une forte baisse du taux de change de l’euro: il est repassé sous les 1,40 dollar, après son pic de 1,60 de juillet.%%% Sinon, on se souvient des PME ( Petites et Moyennes Entreprises ), mais sans prendre toutes les mesures nécessaires pour leurs permettre de remplir leur rôle ! Voir mon article du 5 juillet 2008 sur la réforme européenne:%%%  » Union Européenne: enfin une sorte de « Small Business Act », pour aider les PME. Un des points de notre programme présidentiel de 2007 … en beaucoup plus timoré « %%% Toujours ce sacré décalage entre paroles et actes et manque réelle de vision globale et de véritable volonté politique commune européenne !%%%  » C’est un sujet auquel je tiens absolument, parce que je crois crois que c’est par ce biais du financement des PME que l’on arrivera a soutenir la croissance « , répète à qui veut l’entendre la ministre française des Finances, Christine Lagarde.%%% Cela ne fait que plusieurs décennies qu’on en parle et que nous le proposons dans l’indifférence des technocrates responsables, ne serait-ce qu’en France ! Les ministres des Finances de l’Union européenne souhaitent donc voir la Banque européenne d’investissement ( BEI ) augmenter nettement ses prêts aux PME dans un contexte de durcissement des conditions de crédit.%%% En effet, la BEI a émis l’année dernière 5,2 milliards d’euros de prêts aux PME, sur un volume de crédits total de près de 50 milliards d’euros.%%% Les ministres voudraient voir ce montant porté à 15 milliards d’euros à un horizon de trois ans, avec une augmentation de 40 à 50% dès l’an prochain.%%% Il serait peut-être aussi bon pour l’avenir que la BCE baisse les taux d’intérêts ?%%% __Taux réduits de TVA à des fins de politique publique: les restaurateurs, entre autres, sont dans l’impasse !__%%% Les ministres __n’ont pris aucune décision concernant une extension des taux réduits de TVA__ (taxe sur la valeur ajoutée), voulue par la France pour la restauration; une telle mesure nécessite l’unanimité des 27.%%% En mai, le président Nicolas Sarkozy avait aussi suggéré de suspendre la taxe sur les produits pétroliers pour faire face à la hausse du prix du baril. L’Allemagne, la Suède et la Commission européenne, notamment, y sont totalement opposées car cette mesure ne permettrait pas de réduire la consommation de pétrole au moment où l’Europe tente d’investir dans les énergies propres. Cela rejoint aussi nos préoccupations, à nous défenseurs de l’environnement et des générations futures ! Il faut enfin raisonner plus loin que ne l’impose la démagogie et le populisme ! Et l’expliquer à nos concitoyens réticents. On peut en effet faire aussi progresser le pouvoir d’achat par d’autres moyens.%%% Samedi 13 septembre, le ministre belge des Finances Didier Reynders, rejoignant l’analyse plus ancienne de Jacques Chirac, a jugé « important » d’étendre les taux réduits « parce que cela peut créer des emplois dans certains secteurs, comme la restauration ». « Avec une telle situation sur le plan économique, il est utile d’avoir une certaine marge de manoeuvre », a-t-il dit à son arrivée au sommet de Nice.%%% Mais son homologue autrichien Wilhelm Molterer s’est montré beaucoup plus dubitatif sur les effets éventuels d’une TVA réduite. Cibler de telles réductions est « très problématique », a-t-il déclaré. La Commission européenne a émis début juillet une « proposition » de laisser ses Etats membres baisser la TVA en dessous des 15% pour les services consommés localement, dont la restauration. Une avancée timide ! Courage, amis restaurateurs, on devrait y arriver … un jour ! Mais quand ?%%% Dans ce contexte, les ministres européens ont simplement débattu des arguments économiques en faveur des taux réduits, comme la création d’emplois ou la baisse des prix à la consommation, et les enjeux de finances publiques, selon le ministère français de l’Economie. Bercy précise dans un communiqué que les discussions se poursuivront lors du prochain sommet en octobre  » à partir d’éléments fournis » par Bruxelles.%%% Soutenus par Jacques Chirac, les restaurateurs français se battent depuis plusieurs années pour obtenir le même taux que la restauration rapide, c’est-à-dire 5,5% au lieu de 19,6% actuellement. Ce qui ne serait que justice, dans ce cas précis !%%% Mais la proposition de Bruxelles ne fait pas l’unanimité, hélas. Plusieurs pays, en tête desquels l’Allemagne, s’opposent farouchement à de nouveaux taux réduits, craignant un effet boule pervers. C est déjà le cas: en Tchèquie, Hongrie, Malte, Pologne, Espagne et Portugal on plaide pour un taux réduit sur… les couches afin de relancer la natalité !%%% C’est sûr qu’il faut bien cibler les produits de consommation ou les services éligibles à ces taux réduits. A suivre donc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *