C. Lepage: Il est plus que temps de sortir de l’anesthésie démocratique … pour refuser … des réformes qui entravent insidieusement les libertés individuelles … et permettent de renforcer … un système hypercapitaliste en pleine déconfiture

Tribune : Mauvais coups contre les libertés publiques, par Corinne Lepage sur Contre Info.fr%%% [http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2312|http://contreinfo.info/article.php3?id_article=2312|fr] %%% %%% « Tout se passe comme si la crise économique était le moment rêvé pour procéder aux mauvais coups contre les libertés publiques pendant que les braves citoyens sont tout occupés à se préoccuper des cours de bourse sur lesquels ils ne peuvent rien, » écrit Corinne Lepage, qui appelle à « sortir de l’anesthésie démocratique dans laquelle nous sommes plongés. » Par Corinne Lepage, Cap 21, 4 novembre 2008 Le proverbe dit : le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt. La crise nous conduit à une situation contraire où l’imbécile regarde la lune pendant que le sage montre le doigt. En effet, tout se passe comme si la crise économique était le moment rêvé pour procéder aux mauvais coups contre les libertés publiques pendant que les braves citoyens sont tout occupés à se préoccuper des cours de bourse sur lesquels ils ne peuvent rien.

De nombreux exemples fondent cette crainte à commencer par l’extension du champ d’application du secret défense alors que depuis des années le débat public portait sur sa restriction et son encadrement plus strict. Le scandale d’Etat que constitue l’affaire des frégates dans laquelle l’usage du secret défense a permis l’obstruction de la justice et un non lieu qui garantit ainsi l’immunité aux heureux bénéficiaires des rétro-commissions aura pour seule conséquence de faire voter un renforcement du secret ! En effet, la loi de programmation militaire interdit désormais les perquisitions permettant au juge d’instruction d’accéder aux documents classifiés, le président de la commission consultative du secret de la défense nationale posant les scellées sur tout document pour examen…avant d’envisager une hypothétique levée du secret défense. Ainsi, il suffira d’opposer le secret défense à toute affaire pouvant gêner le pouvoir ou un de ces amis pour s’affranchir de la justice. La France s’éloigne ainsi encore davantage du modèle des Etats luttant contre la corruption et pour la transparence à l’instar de l’Italie de Berlusconi. De la même manière , alors que le Conseil d’Etat vient de considérer qu’il n’y a pas d’urgence à suspendre le fichier Edvige au motif avancé par le Ministère de l’Intérieur que le décret ne serait pas appliqué, la réalité est que les données peuvent être collectées sur la base de ce fichier depuis plusieurs mois et pourront être archivées, c’est-à-dire consultables sans aucune garantie. Pourquoi prendre autant de temps pour l’annuler ?! Sans parler de CRISTINA, STIC et JUDEX, fichiers existants qui concernent , aux dires du rapport Bauer qui date de trois ans, 7,5 millions de personnes, ni du futur EDVIRSP dont la nécessité n’est toujours pas établie. Dans la même logique du contrôle des citoyens et de la liberté de nuire, il faut citer l’absence de la protection des lanceurs d’alerte et de la création d’une Autorité indépendante de l’expertise dans la loi d’orientation Grenelle 1. Ainsi, en toute quiétude, rétention d’information sur la toxicité de produits, études bidon et désinformation pourront prospérer alors que les lanceurs d’alerte pourront continuer, malgré les procès gagnés, à être poursuivis, licenciés ou privés de crédits de recherche. Il faut y ajouter la déconstruction programmée et la mise sous tutelle de l’audiovisuel public par la suppression de la publicité donc des ressources autonomes d’une part et par la nomination du Président de France Télévisions par le chef de l’exécutif d’autre part. La disparition volontaire d’une information publique indépendante porte la marque d’un régime de plus en plus autoritaire qui refuse de laisser à des citoyens responsables le soin de juger en connaissance de cause. Enfin, n’oublions pas dans cet inventaire à la Prévert le projet de loi visant à contrôler le piratage des oeuvres sur Internet et à protéger les droits d’auteur, projet qui en l’état ne comporte absolument pas les garanties nécessaires pour le respect de la vie privée et porte atteinte aux libertés individuelles. Cette évolution de nos institutions, vers moins de libertés pour les citoyens et plus d’autorité et de pouvoir pour l’exécutif est bien entendu à l’opposé du discours dominant qui , au prétexte d’une nécessaire unité nationale, rend illégitime toute critique, dans quelque domaine que ce soit. Ainsi, canalisée sur la crise, l’opinion publique se trouve détournée des enjeux sur lesquels elle pourrait effectivement agir efficacement-la mobilisation anti-Edvige l’a prouvé- et donne une parfaite illustration de la technique de l’écrevisse qui plongée dans l’eau froide ne s’aperçoit pas qu’elle est entrain de bouillir lorsque la température de l’eau monte. Il est plus que temps de sortir de l’anesthésie démocratique dans laquelle nous sommes plongés pour refuser que la crise ne serve de prétexte à conduire des réformes qui entravent insidieusement les libertés individuelles, l’indépendance de la justice et des médias, rétablissent la censure et permettent de maintenir, voire de renforcer en réalité un système hypercapitaliste en pleine déconfiture. Corinne Lepage est présidente de CAP 21 et ancien ministre de l’environnement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *