Sortir de la crise. L’Europe peut nous aider !

Par Corinne Lepage et Olivier Henno La crise que nous traversons est brutale, beaucoup de familles se retrouvent confrontées au chômage d’un des leurs, nos territoires souffrent. Nous finirons par en sortir. Mais la question est de savoir, quand, dans quel état et avec quelles perspectives ? __Quand ?__ %%% Personne n’est en capacité de le dire mais il est évident qu’un plan de relance européen, appuyé sur un grand emprunt accélérerait certainement la sortie de crise. Ce plan de relance qui devrait être comparable au plan américain, soit environ trois fois ce que les Etats européens consacrent aujourd’hui à la crise pourrait être consacré à la réalisation de grandes infrastructures de transport, aux investissements dans la construction durable, à la reconversion industrielle des territoires, à la formation des hommes dans les nouveaux secteurs de l’économie, au soutien à l’innovation et au développement d’une économie verte (écotechnologies, nouvelles énergies, chimie verte…), à l’économie de la connaissance et l’éducation.%%% __Comment ?__%%% L’injustice croissante, l’appauvrissement des classes moyennes et l’augmentation de la précarité qui se développent dans notre pays sont insupportables. Le gouvernement en est seul responsable.__ La suppression du bouclier fiscal, la limitation des bonus en particulier dans les entreprises soutenues par le contribuable, le gel de la suppression des emplois publics sont des impératifs.__ Nous ne pouvons imaginer sortir de la crise avec plus d’injustice et d’inégalités ni accepter qu’elle soit un prétexte à mettre en pièces le droit du travail. Dès lors, le renforcement de la solidarité par des actions de proximité et d’entraide doivent accompagner l’évolution de la règlementation internationale. __Il faut réguler le système financier, la fiscalité des transactions internationales (taxe Tobin) et la répartition des bénéfices entre salariés, actionnaires, investissement et création de nouveaux emplois__. Parmi les instruments de régulation, nous proposons une commission bancaire européenne, une autorité européenne des marchés financiers, un régulateur européen, de nouvelles règles comptables et une fiscalité harmonisée.%%% __Avec quelles perspectives ?__%%% __L’endettement massif qui est le nôtre n’est acceptable que s’il est fait pour préparer l’avenir.__ C’est en fonction de ce critère que doivent se faire les investissements d’aujourd’hui. Le monde change profondément. Nous avons des atouts immenses à faire valoir: territoire, produits, qualité de la formation, infrastructures. Mais les perspectives ne seront positives que si la justice, la solidarité, la confiance redeviennent les piliers de notre pays et de la construction européenne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *