Désastre écologique de La Crau,  » La Crau, pas qu’un tas de cailoux …  » pour CAP21 qui demande une enquête « très stricte », après une fuite de pétrole

((/images/FR9301595.jpg))%%% ((/images/cap21.jpg))%%% __La Révolution n’est ni à gauche ni à droite, elle est devant nous__%%% « Corinne Lepage et CAP21 ont pris connaissance avec consternation du drame écologique que subit la Crau. Ils demandent à ce qu’une enquête très stricte menée en toute transparence sur la recherche des causes de cet accident et analyse les mesures de surveillance qu’aurait mis en place l’exploitant pour éviter et le cas échéant détecter les fuites puisque le geyser a été découvert par un employé du Parc et non par un salarié de l’entreprise. Ils s‘interrogent sur le montant des investissements de sécurité et de protection réalisés par une société dont les actionnaires majoritaires sont Total et Exxon qui ne rencontrent pas particulièrement de difficultés financières. %%% ((/images/ganga.cata.yosh.1g.jpg))%%% Photo : le Ganga Cata », un oiseau que l’on ne trouve en France que dans la plaine de La Crau.

Ils souhaitent qu’une analyse approfondie des risques sanitaires et écologiques liés aux oléoducs soit réalisée dans toutes les communes traversées et que la réglementation y compris communautaire soit revue pour la protection des zones les plus sensibles. Enfin, ils demandent à ce qu’un suivi du préjudice écologique puisse être réalisé sous le contrôle des associations. Corinne Lepage, député européen, vice-présidente de la commission ENVI Présidente de Cap21, vice présidente du Mouvement démocrate »%%% « Cap21 attend des réponses suite à la fuite d’un pipeline qui a déversé 4.000 m3 de pétrole brut sur 2 hectares dans la réserve naturelle de Coussouls de Crau (Bouches-du-Rhône) créant une véritable catastrophe écologique. »%%% En effet, une fuite sur un oléoduc a entraîné vendredi 7 août la propagation d’une nappe de 4.000 m3 de pétrole brut sur 2 hectares dans la réserve naturelle de Coussouls de Crau dans les Bouches-du-Rhône. %%% En milieu d’après-midi, Laurent Tatin, un responsable de la réserve naturelle de Coussouls de Crau, a précisé aux journalistes qui attendaient Chantal Jouanno, secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie, que la pollution touchait cette zone protégée. ((/images/ganga.cata.yosh.1g.jpg))%%% Selon ce responsable, les risques sont « la destruction de l’écosystème et un impact sur certaines espèces spécifiques à la réserve, notamment le criquet de Crau et le Ganga Cata », un oiseau que l’on ne trouve en France que dans la plaine de La Crau. Cette réserve de 7.400 hectares, créée en 2001, au nord-ouest de l’étang de Berre, « abrite une faune exceptionnelle et diversifiée héritée des steppes africaines », peut-on lire sur son site.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *