Union Européenne – Visite du Président turc en France – Fin septembre le Sénat a fait entendre une voix singulière sur la Turquie : « Nous ne devons pas fermer la porte de l’avenir » dit Gérard LARCHER ( UMP ) Président du Sénat

((/images/190px-Flag_of_Europe.svg.png)) ((/images/DownloadedFile.jpg)) __In varietate concordia__%%% Attendu à Paris mercredi soir, Abdullah Gül inaugure aujourd’hui avec N. Sarkozy l’exposition « De Byzance à Istanbul » au Grand Palais, dans le cadre de la Saison de la Turquie en France dont j’avais déjà parlé ( 400 manifestations qui vont permettre au public français de mieux connaître l’art, la culture et le visage moderne de la Turquie ). Il arrive dans un contexte de relations plutôt refroidies entre la France et la Turquie depuis le non du Président français à l’entrée dans l’UE, alors que les négociations avancent. Et que les relations sont très anciennes et les intérêts communs sont légions ! La Turquie est le 12e client de la France et notre pays est le 16e fournisseur de la Turquie. Et les relations économiques avec ce pays à croissance élevée s’accélère.%%% Il doit rencontrer François Fillon, puis le Président Français.%%% __A noter aussi un fait très important : le rétablissement des relations diplomatiques entre l’Arménie et a Turquie doit être signé le samedi 10 octobre. Un jour historique.__ Errare humanum est, sed perseverare diabolicum est ! __Reconnaître une erreur est une preuve d’intelligence, surtout dans un domaine aussi grave que la géostratégie. Et à fortiori pour nous Niçois et Azuréens qui vivons au bord de la Méditerranée, lieu de contacts et d’échanges pendant plus de 8000 ans ! Et qui doit redevenir un lieu de Paix et d’échanges fructueux, dans l’intérêt de tous. La Turquie a un rôle de plus en plus primordial pour résoudre les conflits majeurs de cette zone.__ Même l’UMP redécouvre l’intérêt pour l’Union Européenne, et pour ses peuples, d’une adhésion de la Turquie. Extrait d’un article lu sur « Le Monde » en septembre : [http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/09/18/le-senat-veut-faire-entendre-une-voix-singuliere-sur-la-turquie_1242120_823448.html|http://www.lemonde.fr/politique/article/2009/09/18/le-senat-veut-faire-entendre-une-voix-singuliere-sur-la-turquie_1242120_823448.html|fr]  » Sarkozy commet la même erreur envers la Turquie que Mitterrand avec l’Allemagne de l’Est. » Ce jugement d’un responsable de la communauté d’affaires turque est abrupt. Mais il est largement partagé par les membres de la délégation sénatoriale – pluripartite – qui accompagnait le président du Sénat, Gérard Larcher, lors de son déplacement à Ankara et Istanbul, du 15 au 18 septembre. Alors que la position soutenue par le président de la République exclut toute perspective d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, quelle que soit l’issue du processus de négociation engagé, M. Larcher a fait entendre une autre voix. « Nous ne devons pas fermer la porte de l’avenir », a-t-il affirmé, revendiquant une appréciation « autonome » du Sénat.

Ce n’est pas la première fois que le Sénat se démarque sur la question turque. Il a déjà refusé, à la fin de la précédente législature, d’inscrire à son ordre du jour une proposition de loi sur le génocide arménien qui avait enflammé l’Assemblée nationale. Il a imposé ensuite, avant la révision constitutionnelle de 2008, la réécriture de l’article prévoyant un référendum avant toute nouvelle adhésion à l’Union européenne. La version des députés excluait de fait la Turquie. Ce déplacement de M. Larcher est un des tout premiers qu’il effectue à l’étranger. Le choix n’est pas neutre. « Nous voulons être des passeurs, souligne-t-il, travailler à rapprocher les points de vue. » Exercice délicat, puisqu’il s’agit d’exprimer une position singulière sans engendrer de conflit avec l’exécutif. « Je suis parfaitement loyal envers le président de la République, assure le sénateur (UMP) des Yvelines, mais la loyauté n’exclut pas l’autonomie. Je me sens responsable du Sénat. Celui-ci souhaite continuer à accompagner le processus de négociation, sur les chapitres qui sont ouverts et ceux qui devront l’être, pour pouvoir préparer l’avenir ensemble. » Le programme de ces trois jours comprenait des entretiens avec le président de l’Assemblée nationale turque, le ministre turc des affaires étrangères, le président de la République, Abdullah Gül, et le premier ministre, Recep Tayyip Erdogan. Selon M. Larcher, ces échanges montrent que « nous avons des convergences majeures et des intérêts communs ». « Il faut faire attention à ne pas ruiner le travail qui est engagé en commun dans de nombreux secteurs », prévient-il, en référence à l’idée émise, notamment, par le secrétaire d’Etat chargé des affaires européennes. Pierre Lellouche suggère en effet de mettre d’ores et déjà en place un cadre autre que l’adhésion. __Hymne européen à Istanbul__ Le président du Sénat estime qu’au contraire les ouvertures faites par ses interlocuteurs doivent encourager la poursuite du processus. … Après leur entretien, le premier ministre turc et M. Larcher sont allés ensemble inaugurer le tout nouveau palais des Congrès d’Istanbul. La cérémonie s’est conclue par l’Hymne à la joie de Beethoven : l’hymne européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *