“Taser”, une arme pas dangereuse et pas mortelle ? Juste des arrêts cardiaques, à l’insu de son plein gré !! Et à Nice aussi, c’est “pas dangereux” ?

Notre police municipale était équipée avec cette arme depuis juillet.%%% Avant que ne tombe la décision du Conseil d’Etat d’annuler le décret de septembre 2008 du ministère de l’Intérieur, considérant que les policiers municipaux n’ont pas bénificié d’une formation suffisante quant à l’utilisation d’une arme qui bloque le système nerveux en envoyant une onde électrique de 2 milliampères pour 50.000 volts.%%% L’annulation du décret avait été demandée par le Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’homme (RAIDH) en octobre 2008. %%% Et 1,5 million d’euros d’économisés à Nice ( pour l’instant ) ! Extrait – A lire en entier sur “Europe1.fr” %%% [http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Societe/Le-Taser-dangereux-pour-le-caeur/(gid)/249977|http://www.europe1.fr/Info/Actualite-France/Societe/Le-Taser-dangereux-pour-le-caeur/(gid)/249977|fr] %%% __Le Taser dangereux pour le cœur__%%%

Le fabricant américain de cette arme controversée admet pour la première fois qu’elle peut entraîner un “événement cardiaque négatif”. © Reuters “Eviter les tirs sur la poitrine.” Pour la première fois, le fabricant du Taser, pistolet à décharge électrique, a reconnu que cette arme pouvait provoquer un risque cardiaque, qualifié d’”extrêmement faible”. L’entreprise conseille ainsi aux policiers qui l’utilisent de ne pas viser le thorax. Taser International a publié mi-octobre un “guide de visée du Taser” à l’intention de ses usagers. L’entreprise américaine explique que “les recherches ont conclu que la distance qui sépare le cœur du dard d’un pistolet est le premier facteur explicatif” d’un incident cardiaque provoqué par le Taser. Ainsi, précise le fabricant, il est préférable, “quand c’est possible, d’éviter les tirs sur la poitrine, ce qui évite la controverse sur le fait de savoir si un tir de pistolet électrique a une incidence ou non sur le cœur”. Les policiers sont incités à “abaisser le point de tir lors d’une décharge frontale vers le bas de la masse”, c’est-à-dire vers le bas de l’abdomen. Cette révélation est “une bonne et une mauvaise nouvelle”, selon le porte-parole du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) Olivier Besancenot, militant anti-Taser de la première heure. Ecoutez sa réaction au micro Europe 1 de Mathieu Charrier : “Taser admet maintenant qu’ils ne savent pas avec quoi ils jouent”, a réagi un responsable de l’organisation Amnesty International, selon laquelle, entre 2001 et décembre 2008, 351 personnes ont trouvé la mort après avoir subi une décharge de Taser. “Cette arme devait être une alternative aux armes mortelles mais c’est devenu un outil de routine potentiellement mortel”, poursuit Amnesty International, qui estime que les forces de l’ordre “sont envoyées sur le terrain sans mode d’emploi, avec de fausses informations”. L’organisation réclame une étude médicale indépendante pour déterminer “pourquoi des gens meurent après un tir de Taser”. …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *