Après les dangers du Bisphénol A, on découvre ceux des Phtalates ( réprotoxicité, cancers du sein … ), pourtant connus depuis 20 ans ! Valérie BOYER, députée ( UMP ), dépose une proposition de loi visant à les interdire dans certains produits

Voici l’action du C2DS ( Comité pour le Développement Durable en Santé ) [http://c2ds.com/actualites.php|http://c2ds.com/actualites.php/|fr] __Au-delà des phtalates, c’est le problème plus général des perturbateurs endocriniens qui est en jeu, selon le toxicologue André Cicolella, chercheur en santé environnementale, spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires, à l’origine de la création de l’Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement AFSSET avec André Aschieri. Ces perturbateurs sont omniprésents dans notre environnement alors qu’ils réduisent sensiblement la fertilité masculine et induisent des maladies cancéreuses ( sein, prostate, testicules, … ).__ %%% __En effet, René Harbert, directeur de laboratoire à l’INSERM ( Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale ), déclare : « en région parisienne, les hommes produisent deux fois moins de spermatozoïdes que leurs grands-parents ».__ Un article intéressant à lire en entier dans Le Monde : [http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/24/une-deputee-veut-bannir-des-perturbateurs-hormonaux-des-hopitaux_1378003_3244.html|http://www.lemonde.fr/planete/article/2010/06/24/une-deputee-veut-bannir-des-perturbateurs-hormonaux-des-hopitaux_1378003_3244.html|fr] __Une députée veut bannir des perturbateurs hormonaux des hôpitaux__

 » Le bisphénol est loin d’être le seul perturbateur hormonal présent dans notre environnement. Les phtalates, des assouplissants du plastique, entrent dans la composition d’un nombre insoupçonné d’objets, des emballages aux produits cosmétiques en passant par les matériels électriques et les rideaux de douche. Dans les hôpitaux, la liste s’allonge encore : tubes, poches de perfusion, gants, sondes… « En tout, 90 % du dispositif médical contient des phtalates », estime Olivier Toma, président du Comité pour le développement durable en santé. Après la directive européenne interdisant six phtalates dans les jouets et articles de puériculture, Valérie Boyer, députée UMP des Bouches-du-Rhône, vient de déposer une proposition de loi visant à interdire l’utilisation de ces phtalates dans les dispositifs médicaux à destination des populations les plus sensibles – femmes enceintes, nouveau-nés et jeunes enfants. Mais aussi dans les sols des unités de soins intensifs, de maternités et de pédiatries. Sans pénaliser le budget des hôpitaux : « Des industriels européens produisent les mêmes articles, au même prix, et sans phtalates… », a-t-elle souligné, mercredi 23 juin, lors d’une conférence de presse. Depuis près de vingt ans, la nocivité des phtalates inquiète la communauté scientifique. A l’origine de troubles de la fertilité et de malformation de l’appareil reproductif masculin, ils seraient également corrélés à l’apparition de cancers du sein, de troubles comportementaux, d’effets allergènes et de puberté féminine précoce. « Autant de conséquences durables sur la santé, qui ont un coût humain et psychologique, mais aussi économique », explique Valérie Boyer. Or, face à ces produits toxiques, « les professionnels de santé se retrouvent démunis, déplore Olivier Toma. Ils ne peuvent repérer la présence de phtalates dans les articles qu’ils achètent pour l’hôpital. Et faute de formation, ils ne sont pas en mesure d’informer les patients. »%%% …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *