Bisphénol A : dernières nouvelles médicales, à travers un courrier de Gérard BAPT Député ( PS ) au ministre de la Santé français – La Faculté de Médecine de Nice à l’honneur – Article de Benoit CHAUVIN ( CAP21 )

__Il est à noter que du côté médical, nous sommes de plus en plus nombreux à réagir et agir publiquement dans le sens de la défense des citoyens dans ce domaine qui est le notre, je veux parler du couple Santé Environnement, axé sur la PRÉVENTION des risques et des maladies.__ Pour moi, des thèmes fondamentaux en France, comme : – l’indépendance de l’expertise médicale vis à vis des industriels producteurs de risques, – de la fusion de l’AFSSA et l’AFSSET __*__, – de la toxicité, cancérogénicité … reconnues dans certains pays ( et certaines villes de France qui interdisent déjà les biberons au Bisphénol A, par exemple ) de produits utilisés massivement comme le Bisphénol A, les phtalates, les pesticides, certains arômes artificiels, les carburants comme le diesel notamment … etc, produits appelés CMR ( Cancérogènes, Mutagènes, Réprotoxiques ), – de la perte de chance subie par les malades de maladies cancéreuses car ces substances DIMINUENT L’EFFICACITÉ des traitements anti-cancers, et autres vérités qui dérangent certains industriels et leurs complices, sont abordés dans cette lettre. __Un véritable plan anti-cancer ça serait AUSSI de s’attaquer à la prévention en interdisant les substances qui nous cancérisent ( entre autres joyeusetés ) et qui sont nombreuses et en liberté en France ! __%%%

Comme le montre l’histoire du chlordécone ( cancer de la prostate __***__ ) interdit depuis 1991 en France mais massivement utilisé jusqu’en septembre 1993, notamment dans les bananeraies aux Antilles, il est devenu un des nombreux polluant organique persistant de type CMR, sa présence persistante dans les sols, les eaux de rivières et les sédiments, est à l’origine de la contamination de certaines denrées alimentaires.__ __Car comme l’illustre cette affaire du chlordécone ( ou celle de l’amiante et tant d’autres ) dont on parle encore 17 ans après l’interdiction, le désastre ne s’arrête malheureusement pas avec cette interdiction de la substance. Et il n’y a pas de solutions à ces pollutions diffuses et multiples. Donc tout retard pris est criminel.__ A lire : Lettre de Gérard Bapt, Président du Groupe d’études « Santé environnementale » de l’Assemblée nationale, à lire en entier : [http://www.gerardbapt.info/index.phpoption=com_content&task=view&id=287&Itemid=64http://www.gerardbapt.info/index.php?option=com_content&task=view&id=287&Itemid=64|fr] Quelques extraits très importants de ce courrier de Gérard Bapt : __ » La question de la méthodologie et de l’indépendance de l’expertise sanitaire doit aussi être posée, à l’heure où le gouvernement souhaite le rapprochement de l’Afssa et de l’Afsset. « __  » __Les données les plus récentes (Réf. La Pensée, Hess-Wilson) démontrent en outre que le BPA atténue l’efficacité des traitements de chimiothérapie du cancer du sein et du cancer de la prostate aux doses correspondant à celles auxquelles la population est exposée, ce qui signifie une perte de chance pour les malades du cancer dans la lutte contre la maladie.__ …  »  » Dans plusieurs pays, des critiques sont émises sur l’influence des industries du plastique sur les comités d’experts des agences officielles américaines et européennes posant des problèmes déontologiques graves, puisqu’il apparaît que la décision de ces agences se base sur un référentiel vieux de 30 ans qui ne prend pas en compte les effets liés à la perturbation endocrinienne (Réf. Myers). Par ailleurs de nombreuses études contradictoires, montrant sur l’animal et sur des cellules humaines des effets du BPA susceptibles de l’impliquer dans les grands problèmes de santé actuels – cancer, diabète, atteinte de la reproduction ou troubles neurocomportementaux – y compris à des valeurs inférieures aux doses admises, sont écartées sur la base de référentiels contestés. __Les travaux de l’équipe INSERM du Professeur Fénichel, du CHU de NICE **, viennent de montrer que le BPA stimule la croissance de cellules humaines du cancer du testicule à des doses très faibles,__ très inférieures à la norme européenne actuelle (Réf. Bouskine). Ces données évoquent les résultats de l’expérimentation sur l’animal du distilbène, dont la formule est proche de celle du BPA et dont on connaît aujourd’hui l’impact sur les enfants des femmes ayant reçu ce médicament en termes de cancer et d’atteintes de la reproduction.  » … __**__ CHU de NICE : le Pr P. Fénichel et son équipe ( Dr Brucker-Davis, Dr Benahmed ). Le Dr Benahmed est dans le nouveau comité Afsset/Afssa __*__ La nouvelle Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation résultant de cette fusion sera opérationnelle « au plus tard le 1er juillet 2010 », après publication du décret d’application. Donc dans quelques jours !! L’agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail qui verra le jour dans les prochains mois « reprendra toutes les missions, les moyens et le personnel de chacune des deux agences », selon le communiqué des deux institutions. L’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) et l’AFSSET (Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail) travaillent sur certaines thématiques communes. Voir aussi la Lettre commune Syndicats – Associations [http://www.fnath.org/upload/file/03%20-%20Action%20revendicative/Actions%20diverses/LettreouverteFillon-FusionAfssa-Afsset-1.pdf|http://www.fnath.org/upload/file/03%20-%20Action%20revendicative/Actions%20diverses/LettreouverteFillon-FusionAfssa-Afsset-1.pdf|fr] Ou comment casser des outils utiles mais parfois dérangeants … les industriels producteurs de risques. __***__ voir l’article de Benoit Chauvin, Délégué CAP21 Outremer ( Mouvement écologiste présidé par Corinne Lepage ) : [http://www.cap21.net/dynamic/articles.php?id=1925|http://www.cap21.net/dynamic/articles.php?id=1925|fr] __Etude Karuprostate : le chlordécone augmente les risques de cancer de la prostate__  » L’unité 625 de l’INSERM et le service d’urologie du CHU de Pointe-à-Pitre ont rendu les conclusions de l’étude Karuprostate. Cette étude conclut au fait que l’exposition à la chlordécone est associée à un risque accru de survenance du cancer de la prostate : le risque est multiplié par 1,8 pour toute personne ayant une concentration en chlordécone dans le sang supérieure à 1µg/l. Le risque est par ailleurs accru pour les personnes ayant des antécédents familiaux de cancer de la prostate, ainsi que chez les individus ayant résidé dans un pays occidental. …  » EN CONCLUSION : __Mais il est à noter que du côté médical, nous sommes de plus en plus nombreux à réagir dans le sens de la défense des citoyens dans ce domaine qui est le notre, je veux parler du couple Santé Environnement axé sur la PRÉVENTION.__

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *