Aliments industriels, produits chimiques synthétiques, OGM, Nanoparticules, médicaments … dangereux pour notre santé ? PRODUIRE AUTREMENT est indispensable ! Le Procès VIOXX

Des exemples significatifs du peu d’intérêt pour leurs consommateurs de ces producteurs industriels peu scrupuleux qui mentent et s’enrichissent en nous empoisonnant allégrement, sont décrits régulièrement dans Nice Ecolo-Démocrate dans la rubrique Santé Environnement ! Et ce sont les mêmes qui dépensent des milliards d’euros ( que nous payons d’une façon ou d’une autre ! ) pour faire de la comm’ bidon pour nous tromper, nous mentir et cacher qu’ils nous rendent malade au mieux, qu’ils nous tuent, au pire. %%% Le cas de BP, tout récemment, qui a payé pour que des mots tapés sur Google en rapport avec le désastre qu’il a provoqué dans le golfe du Mexique, arrivent sur ses propres pages de propagande mensongère est édifiant !%%% Mais heureusement, grâce aux lanceurs d’alertes, aux scientifiques et médecins salariés honnêtes de ces entreprises qui dénoncent, aux journalistes qui font leur travail, aux associations de citoyens qui se mobilisent et aux politiques consciencieux qui défendent l’intérêt général ( très souvent écolos, parfois PS, très rarement UMP mais là il sont abandonnés par leurs collègues, comme l’ont fait scandaleusement les députés UMP pour la loi sur le Bisphnénol A, voir mes articles à ce sujet ), les yeux des consommateurs commencent à s’ouvrir. Ainsi pour les OGM, on découvre des rendements médiocres aux Etats-Unis, un impact sanitaire catastrophique en Argentine, une interdiction imposée en Allemagne ou ailleurs ( merci les Verts allemands et écolos d’autres pays ! ), des disséminations importantes et des dérèglements qui nécessitent d’utiliser plus de substances chimiques de synthèse, herbicides et autres, … etc. %%% Reste à le faire de plus en plus pour tout, y compris les médicaments ! Jusqu’à obtenir que l’on puisse acheter et consommer des produits industriels sans AUCUN risque connu. Car le pire c’est que ces risques sont connus mais jalousement cachés à cause des quantités d’euros que cela feraient perdre à ces entreprises malhonnêtes.%%% PRODUIRE AUTREMENT est aussi vital pour vivre autrement ! Là aussi parler d’éthique n’est pas déraisonnable, car ce n’est pas un gros mot dans une société qui se voudrait CIVILISÉE.%%% Enfin remarquons qu’il faut entre 5 et 15 ans aux autorités sanitaires publiques d’un pays pour montrer qu’un médicament peut s’avérer dangereux. Et combien de dizaine de milliers de morts et de centaines de milliers de personnes rendues malades  » artificiellement « , dans chaque pays, à cause de ces mensonges d’industriels irresponsables. Et sans parler de ces vaccinations ou dépistages systématiques et inutiles ? L’intérêt des industriels peu regardant prime sur celui du citoyen, ce qui est aberrant.%%% Aujourd’hui, parlons des médicaments non homéopathiques, car pour l’homéopathie, de tels risques n’existent pas.%%%

Remarquons aussi que ces médicaments contiennent, en plus de leur(s) molécule(s) active(s) des additifs toxiques, comme les aliments industriels.%%% Voici donc l’exemple tragique d’un médicament parmi tant d’autres, celui du Vioxx, un antalgique fabriqué par le laboratoire Merck, qui n’aurait jamais dû arriver dans la bouche des patients, et qui a entraîné 160 000 accidents cardiaques et cérébraux, 30 000 morts, rien qu’aux USA … mais qui rapportait 2 milliards de dollars tous les ans pendant 10 ans. Mais on aurait pu prendre l’exemple de tel substance chimique synthétique que nous cotoyons, touchons, avalons quotidiennement ( à cause d’elles, par exemple, environ 15% des filles états-uniennes montrent des signes de puberté précoce à partir de l’âge de 7 ans et les garçons ont une fertilité qui s’effondre ), de tel OGM, de tel aliment gorgé d’hormone et autres douceurs chimiques synthétiques qui n’ont rien à y faire mais qui nous donnent, entre autre, des cancers en pagaille. Un article à lire en entier sur « __Les mots ont un sens ( mais finalement, on s’en fout ? ) « __ : [http://www.lesmotsontunsens.com/vioxx-proces-histoire-d-un-fiasco-sanitaire-7527|http://www.lesmotsontunsens.com/vioxx-proces-histoire-d-un-fiasco-sanitaire-7527|fr] __Procès Vioxx : l’histoire d’un fiasco sanitaire__%%% Les mots ont un sens, par Napakatbra%%% Parmi les médicaments (tardivement) retirés du marché pour leur dangerosité, le Vioxx tient le record toutes catégories du cynisme le plus répugnant. 160 000 accidents cardiovasculaires, 30 000 morts. Le danger était connu depuis 2001 par la firme pharmaceutique Merck, mais le médicament a pu être vendu jusqu’en 2004. Début mars, aux termes d’un procès de 48 jours riche en révélations, la justice australienne a estimé que le médicament antidouleur Vioxx doublait le risque d’accident cardiovasculaire, qu’il n’aurait jamais dû se retrouver sur le marché, et que le laboratoire pharmaceutique Merck n’avait pas respecté son obligation d’information à l’égard des médecins et des patients au sujet des risques sanitaires. Rien que ça… 160 000 accidents cardiaques et cérébraux, 30 000 morts, sur le seul territoire des Etats-Unis Fin avril, la Cour suprême des Etats-Unis a autorisé les actionnaires du « Big-Pharma » Merck à le poursuivre en justice pour fraude. Et pour cause, les dirigeants du laboratoire étaient informés depuis 2001 des risques qui pesaient sur les patients. Mais ils ne les ont jamais reconnus publiquement, même après le retrait de la pilule miracle en 2004 (Lire « Scandale Vioxx : Merck a laissé mourir des dizaines de milliers de personnes »). Ils se sont même permis de publier une fausse revue scientifique dans l’unique but de vanter leurs produits. Tellement bien faite que seuls les experts les plus avisés de la presse scientifique pouvaient détecter l’embrouille. Il faut dire que la molécule rapportait 2 milliards de dollars tous les ans… Scandales à la chaine La semaine dernière, un laboratoire danois a montré que l’utilisation du diclofenac (Voltaren, Cataflam) augmentait de 91% les risques de décès suite à des accidents cardiovasculaires. Récemment, c’est l’Avandia, un remède anti-diabète qui a été violemment projeté sur le devant de la scène, tenu pour responsable de 48 000 crises cardiaques entre 1999 et 2009, selon la FDA. Un état de fait connu depuis 2007 (au moins), mais que l’administration US vient visiblement de découvrir. L’industrie pharmaceutique soigne… ses médicaments Ces scandales à répétition soulèvent une nouvelle fois le problème du process d’autorisation de mise sur le marché des médicaments. Celui-ci se fonde uniquement sur les études jugées « publiables » par les firmes pharmaceutiques, en aucun cas contraintes de publier l’intégralité de leurs recherches. Il leur suffit donc d’afficher trois ou quatre études montrant des résultats positifs, quand bien même une centaine d’autres s’avèreraient négatives. En l’occurrence, plusieurs équipes de chercheurs ont montré qu’entre 6 et 43% seulement des études des firmes pharmaceutiques étaient publiées ! Les autres étant jalousement gardées secrètes. Pas franchement rassurant… Certaines d’entre elles ont d’ailleurs été totalement falsifiées, comme l’a révélé l’affaire « Scott S. Reuben », un des plus grands scandales de l’histoire de l’industrie pharmaceutique (le Vioxx était déjà concerné). Autre problème : la pharmacovigilance (surveillance des effets indésirables des médicaments).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *