Communiqué –  » Gaz de schistes : Des permis d’explorer le sous-sol Grassois ?  » par Joëlle FAGUER, Conseillère Municipale de Grasse et Conseillère Régionale PACA ( EELV )

((/agora/images/avec_les_Elus_Regionaux2.jpg)) Joelle Faguer à gauche, et sur la photo, de gauche à droite Juliette Chesnel-Le Roux ( candidate 8ème canton ), Eric Belistan ( candidat 7ème canton ), Annabelle Jaeger ( Conseillère Régionale, ), André Minetto ( candidat 3ème canton ) et Mariluz Nicaise ( Conseillère Municipale Nice )  » Sans aucune information, sans aucune consultation, le gouvernement français a offert, à des sociétés nationales et étrangères le droit d’explorer le sous-sol français à la recherche de gaz et de pétrole de schiste. Les élus locaux découvrent avec effarement l’ampleur du problème . __(1)__%%% Le dépôt d’une demande par la société américaine Texane Schuepbach Energy d’un permis de 6781 km2, dit « permis de Brignoles » recouvre les trois quarts du département du Var ou l’émoi est considérable et où des collectifs se sont créés. %% __Mais je viens d’apprendre que des communes des Alpes Maritimes sont également dans le périmètre de ce dépôt de permis .Et qu’il s’agit de Grasse et de communes proches comme Mougins ou Gourdon.__%%%

La technique utilisée consiste à fracturer la roche à des profondeur de l’ordre de 2000m pour ramener à la surface le gaz et le pétrole qui sont emprisonnés. La « fracturation hydraulique horizontale » est provoquée à l’aide d’un liquide envoyé à très forte pression . Il faut pour créer ces « mini séismes » des quantités phénoménales d’eau et des produits chimiques (plus de 500). Aux Etats-Unis, comme au Canada, le bilan de ces méthodes d’extraction est catastrophique : pollution massive des nappes phréatiques et de l’air, destruction des paysages et de milieux naturels, etc…%%% Leur exploitation, en France, conduirait inéluctablement aux mêmes dégâts ainsi qu’à des émissions accrues de gaz à effet de serre, alors même que notre pays s’est engagé à les diviser par quatre. __Les autorisations de prospection concernent plus de 10% du territoire.__%%% Elles ont été accordées sans consultation sans débat.%%% Pas de réflexion sur nos besoins énergétiques à moyen et long terme, pas de discussion sur la nécessité de lutter contre le gaspillage, de rechercher une meilleure efficacité énergétique ou sur la place des alternatives renouvelables. Voilà qui rappelle singulièrement les méthodes qui ont conduit en France à la politique du « Tout Nucléaire » Les élus de ce département doivent prendre rapidement et officiellement position contre l’attribution de ces permis d’exploration qui présentent un vrai danger pour notre environnement.  » __(1) :__ %%% __Le maire indigné par le projet de prospection du gaz de schiste__%%% à lire en entier dans __Var Matin__ le mercredi 16 mars 2011 :  » Le maire de Tourtour Pierre Jugy s’élève contre la prospection pour l’exploitation du gaz de schiste dans le haut Var.%%% Face à la menace que fait planer le projet de prospection du gaz de schiste sur les trois quarts du territoire du Var, le maire de Tourtour Pierre Jugy s’alarme : « Samedi dernier, j’ai été invité à Salernes à une réunion d’information organisée par le collectif83 « Non au gaz de schiste ». J’ai été effaré de prendre connaissance de l’échéance très rapprochée, mi-avril, de la prise de décision de l’État de donner ou non un permis d’exploitation industriel à des entreprises pour forer sur une vaste partie du haut du département du Var pour y chercher du gaz de schiste », explique-t-il. Ce dernier souhaite prendre contact au plus vite avec le préfet de région et le cabinet de la ministre de l’écologie Nathalie Kosciusko-Morizet, afin de « réagir avant que la décision de l’État ne soit prise ». « Il est impensable que les élus locaux n’aient pas été associés à cette décision, estime-t-il. Il y a fort à parier que ce dossier sera porté par tous les élus ruraux qui seront très proches des actions des différents collectifs qui se créent actuellement afin d’unir nos forces contre la pollution de toutes nos nappes phréatiques qui seront dégradées par des produits chimiques, dont les noms à eux seuls font froid dans le dos. »%%% __« Des multinationales américaines »__%%% De poursuivre : « Le haut Var n’a pas à être, à cause de sa plus faible densité de population, pris en otage par des multinationales américaines qui vont détruire notre patrimoine et notre cadre de vie. J’ai eu la grande satisfaction d’échanger mon point de vue avec notre député Josette Pons, qui a elle-même interpellé la ministre dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale lors des questions au gouvernement, pour lui dire son désarroi et son désaccord sur le sujet. Elle est toujours en attente de la décision du ministère. » %%% … « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *