Législatives en Turquie : les Musulmans Démocrates de l’AKP ( Parti de la Justice et du Développement ) repartent victorieusement pour un 3ème mandat !

((/images/Erdogan.jpg)) Recep Tayyip Erdoğan Principal pays en négociation pour rentrer dans l’Union Européenne ( depuis très longtemps ), est étant sur la bonne voie, ce grand pays démocratique, puissance régionale géostratégique et géopolitique en passe de devenir incontournable sur le plan international, avec en plus une sphère d’influence turcophone de plus de 200 millions de citoyens, la Turquie a voté hier. Avec près de 50% des suffrages et 326 des 550 députés, l’AKP, au pouvoir depuis 2002, et qui avait déjà remporté la précédente élection, pourra facilement former seul un gouvernement. Il rate la majorité des deux tiers (367) de peu ( 39 députés ). Cela lui était obligatoire pour modifier, sans avoir à consulter l’opposition, la Constitution héritée des militaires après leur coup d’État de 1980. Deuxième parti derrière le Parti de la Justice et du Développement et principale force d’opposition, le Parti républicain du peuple (social-démocrate), obtient 25,8% des voix, suivi du Parti de l’action nationaliste, 13,2%. Article à lire en entier sur __[ZAMAN FRANCE|http://www.zamanfrance.fr/fr/newsDetail_getNewsById.action?newsId=5257|fr]__ : « __Le boom économique conforte la candidature d’Erdogan__  »

Erdogan s’engage à faire entrer la Turquie dans le «top ten» des puissances économiques pour le centenaire de la République turque en 2023.%%% __Donné déjà vainqueur par les milieux de la finance turque, l’AKP jouit d’un excellent bilan économique. Avec une croissance de 8,9 % en 2010, le parti d’Erdogan part largement favori__. __Avec une croissance vigoureuse et un chômage en baisse__, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan est quasiment assuré de remporter les législatives du 12 juin. Dans les salles de marchés, il y a longtemps que personne n’envisage une défaite du Parti de la justice et du développement (AKP) qui brigue son troisième mandat. « Si les marchés s’interrogent, c’est sur la marge avec laquelle l’AKP va remporter ces élections » affirme Inan Demir, économiste en chef chez Finansbank. L’enjeu, pour les investisseurs, est de savoir si l’AKP – pronostiqué à plus de 45 % des voix – dépassera le seuil de 367 députés sur 550, crucial pour voter des réformes constitutionnelles sans devoir recourir au référendum, ou bien s’il obtiendra moins de 330 élus, le contraignant à chercher des alliances pour réviser les texte fondamentaux. __La pauvreté a reculé en Turquie __ … « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *