Plaine du Var – Communiqué de presse d’Annabelle JAEGER, conseillère régionale EELV : « Oui à une Eco-vallée, non à une Opération nationale qui se résume à 4 opérations d’aménagement, tout HQE soient elles ! »

 » Hier le Conseil d’administration de l’Etablissement Public d’Aménagement de la Plaine du Var a voté un projet de territoire et un protocole financier visant à engager les collectivités partenaires pour les 15 prochaines années, dont voici les montants : Montant du versement annuel sur les 14 premières années (k€) sur la 15ème année (k€)%%% Etat ……………………………………………1 453……………………………1 145 %%% NCA………………………………………………318………………………………251 %%% Ville de Nice……………………………………..-………………………………….- %%% Conseil Régional PACA………………………..726………………………………573 %%% CG 06……………………………………………182………………………………144 %%% Total ………………………………………….2 680……………………………2 113 %%% Extrait du Protocole financier. Ces montants correspondent à la réalisation des 4 opérations d’Aménagement : Grand Arenas-Pôle multimodal, Nice-Méridia, La Baronne-Lingostière, et Saint-Martin du Var. Voilà le cœur du projet de territoire tel que résumé par les chiffres. 4 opérations d’aménagement : un centre d’exposition de 80000 m², un nouveau quartier d’affaire de 370 000 m², un pôle agroalimentaire –déconnecté à jamais du fer, un éco-quartier… Pas un sous pour le projet agricole, pour organiser les déplacements à l’échelle de la Plaine, pour la restauration des continuités écologique, pour l’écologie industrielle…

Oui, j’ai voté contre ces deux documents (l’un de 87 pages, l’autre de 38) dont j’ai eu connaissance quelques jours plus tôt et qui vont engager la collectivité que je représente pour les 15 prochaines années pour un montant de plus de 10 ME. Oui, il me semble juste et raisonnable de faire entendre une autre voie, qui n’est pas celle de l’opposition systématique mais celle de la proposition pour répondre aux objectifs fixés dans le projet initial de l’Opération « Eco-Vallée ». Oui, il est nécessaire de ré-aménager la Plaine du Var pour lui donner une nouvelle cohérence et dynamique. Cette dynamique aurait pu être celle d’une véritable éco-vallée au sens de : – concilier l’économie et l’écologie dans cette plaine, comme par exemple accompagner et mettre en œuvre le projet d’écologie industrielle portée par les entreprises du territoire ; – insister sur la création systématique de production d’énergie par la biomasse, les petites éoliennes horizontales, de toitures, le solaire, la géothermie ; – définir d’urgence des espaces agricoles inamovibles et ne pas transiger sur les espaces cultivables. Des espaces agricoles qui ne soient pas seulement symboliques pour alimenter les azuréens de produits de qualité et de proximité. – recentrer le projet sur du développement local et ne pas tout miser sur un positionnement international ; – aménager en restaurant les continuités écologiques telles qu’elles ont été révélées dans l’Etude commandée par l’EPA à ce sujet ; – Arrêter de jouer les apprentis sorciers avec des digues qui ne sont pas adaptées au régime torrentiel du Var, une solution à court terme pour récupérer des terres à construire. Le coût de cette domestication « supposée » est énorme… Et 3 sur 4 des opérations d’aménagement ont au moins une partie de leur périmètre classée en zone bleue. – prévoir les connexions avec les Chemins de fer de Provence en valorisant les activités connexes et économiques… Non, je n’ai pas trouvé cette éco-vallée là dans les documents présentés. Au-delà des grands principes et de la description des projets en cours par l’EPA et par les différentes collectivités impliquées sur le périmètre de l’OIN, le projet de territoire se résume concrètement aux 4 opérations d’aménagement. Il ne suffit pas de peindre en vert les projets de l’OIN avec de la Haute Qualité Environnementale, pour construire un véritable projet de territoire durable. Enfin, encore une fois, il n’est pas acceptable que ce projet de territoire émerge suite à un simulacre de concertation publique qui n’a tout simplement pas traité des opérations d’aménagements mais de grands principes pour les 30 prochaines années! Je me suis exprimée à maintes reprises sur ce sujet et ai porté avec mes collègues conseillers régionaux une demande de débat public que la Commission Nationale du Débat public a refusé compte tenu de la règlementation sur les OIN. Pour autant, la CNDP a saisi la Ministre de l’Ecologie sur l’intérêt d’un tel débat. « Il serait par ailleurs pertinent, dans le cadre du projet de décret en préparation, que les opérations d’intérêt national (Saclay, Plaine du Var) figurent sur la liste des plans et programmes susceptibles de faire l’objet d’un débat public en application des dispositions de l’article L. 121-10 du code de l’environnement. » (Communiqué de décision de la CNDP du 7 décembre 2011)  » Annabelle Jaeger Conseillère régionale Elue déléguée à la biodiversité – Membre du Conseil d’administration de l’EPA de l’OIN Plaine du Var%%% Europe Ecologie Les Verts%%% http://paca.elus-ecologistes.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *