« Non à la répression meurtrière des opposants à la mine de Conga au Pérou » communiqué d’EELV ( Europe Ecologie Les Verts )

((/agora/images/EELV logo définitif – copie.jpg))  » Europe Ecologie Les Verts (EELV) condamne avec indignation la répression meurtrière menée par les autorités péruviennes contre le puissant mouvement social qui s’oppose à l’ouverture d’une gigantesque mine d’or et de cuivre à Conga, près de Celendin, dans la région de Cajamarca, au Nord du Pérou. 5 manifestants ont en effet été tués par balles par l’armée et la police cette semaine à Celendin, et une vingtaine d’autres gravement blessés, alors que le leader de la contestation et du mouvement Tierra y Libertad, le père Marco Arana, a été brièvement emprisonné et que l’état d’urgence a été proclamé pour 30 jours dans les régions de Celendin, Hualgayoc et Cajamarca où des centaines de militaires ont été envoyés depuis six mois.

EELV demande au gouvernement péruvien et au président Ollanta Humala de cesser leur politique répressive et d’interdire immédiatement l’usage d’armes léthales contre les opposants qui manifestent depuis la fin de 2011 de façon pacifique et légitime contre le projet Conga. Celui-ci a été approuvé par le président, contrairement à ses promesses de campagne. Il constitue le plus grand projet minier du pays et il menace gravement l’écosystème hydrique de la région ainsi que l’accès à l’eau potable de ses habitants, qui constitue un droit fondamental et une partie intégrante des droits de l’Homme, selon la résolution de l’Assemblée générale de l’ONU du 28 juillet 2010. Le projet Conga doit en effet détruire 4 lacs d’altitude qui constituent une réserve d’eau essentielle pour les nappes phréatiques et les fleuves de la région. De surcroît l’usage de cyanure dans la méthode d’extraction de l’or, déjà utilisée par Yanacocha depuis 18 ans dans sa mine de Cajamarca, pollue le bassin hydrographique sans retombées économiques pour la population de la région qui demeure l’une des plus pauvres du pays. C’est pourquoi les autorités politiques régionales ont manifesté leur refus de cette mine ainsi que les populations autochtones qui n’ont pas été consultées. Une grève générale fin 2011, une occupation du site brutalement réprimée et une « marche de l’eau » qui a rassemblé en février 2010 des milliers de protestataires de Celendin à Lima s’en sont ensuivies jusqu’à la répression sanglante de ces derniers jours. Catherine Grèze, députée européenne d’EELV, s’est constamment montrée en pointe pour exprimer la solidarité d’EELV au légitime refus du projet Conga par le peuple péruvien. EELV réitère sa demande aux autorités péruviennes de mettre fin au dangereux projet Conga et à la scandaleuse répression de ses opposants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *