» Plan automobile : quelles solutions pour le présent, quelle vision d’avenir ?  » Communiqué de presse d’EELV ( Europe Ecologie Les Verts )

Un communiqué excellent qui met le doigt où ça fait mal et met en avant les graves erreurs de stratégie des deux grandes marques françaises et notamment de PSA, avec par exemple leur forte addiction au diesel. %%% Un communiqué qui regrette aussi un plan à court terme qui ne résoudra pas le défi de la nécessaire transition des transports dans leur globalité. Et qui ne répondra pas au défi de l’emploi dans ce secteur de l’industrie automobile. Mais ce plan a le mérite de ne pas reconduire la fausse bonne idée des primes à la casse qui décalaient les difficultés et évité aux dirigeants de ce secteur d’y faire face. Notons aussi qu’il est très regrettable que la dangerosité du diesel pour notre santé n’ait pas été prise en compte en réformant le bonus malus en y intégrant cette notion essentielle, comme cel se fait en Allemagne, par exemple. Le communiqué : ((/agora/images/EELV logo définitif – copie.jpg))  » Europe Écologie Les Verts a examiné le plan de relance pour l’industrie automobile présenté le 25 juillet par le Ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg. Les écologistes rappellent que l’urgence de la mobilisation pour sauvegarder au mieux les emplois de cette filière, ne doit pas faire oublier qu’il est tout aussi urgent de changer le logiciel d’analyse de la crise qui frappe ce secteur. Le plan automobile du gouvernement __a le mérite de ne pas passer sous silence la responsabilité majeure de décideurs industriels et financiers et leurs erreurs stratégiques, essentiellement liées à une politique à courte vue portée par la seule logique de profitabilité rapide__. Il a également la vertu de souligner les enjeux d’avenir qu’affronte le secteur automobile, en engageant les acteurs de l’industrie et de la recherche à investir durablement dans des véhicules moins consommateurs d’énergie, dans un contexte de crise durable des ressources. __Cependant, ce plan manque singulièrement d’ambition__. Sur les mesures immédiates, l’accent est mis sur les véhicules électriques. Or, si l’on considère leur part réelle – 0,2% du marché en 2012 – et les très nombreuses difficultés liées à cette technologie qui en limite la commercialisation de masse, il est fort peu probable qu’une sortie rapide de crise passe par cette seule option. Il est absolument indispensable de concentrer aussi les efforts sur l’efficacité des voitures thermiques, comme le font les autres nations productrices de véhicules – Japon et Etats-Unis en tête – en précisant que __le diesel, spécialité revendiquée de PSA et subventionnée de manière continue par l’état français, ne peut constituer une alternative puisqu’il est classé par l’OMS comme substance cancérogène pour l’homme, et que de nombreuses villes commencent à l’interdire__. Par ailleurs, __le bonus-malus seul est insuffisant pour transformer la filière automobile sur le long terme et assurer aux salariés la pérennité de leurs emplois__. Ce plan manque en fait d’une analyse en profondeur et d’une prise de conscience de la problématique profonde qui n’est pas tant celle de l’industrie automobile, que celle de la civilisation de l’automobile. __C’est l’ensemble du secteur des transports et de la mobilité qui doit être repensé et c’est là que doit s’engager la transition__. Les solutions d’avenir passent par une concertation avec les collectivités territoriales, les villes, les régions pour redéfinir les priorités et les investissements. __Ainsi, les mesures gouvernementales de soutien de la recherche et développement sont bienvenues, mais il importe de leur donner une impulsion suffisamment forte et large pour qu’elles permettent de vraiment réinventer cette industrie,__ autant dans l’exploitation de technologies innovantes (hydrogène…) que dans l’exploration de nouveaux modes de mobilité qui engagent des révolutions sociales, mentales autant qu’économiques : transports collectifs, services de mobilité, automobiles partagées, réduction des besoins de déplacements, aménagement du territoire… Pour EELV, il y a urgence au parler vrai et à la projection dans l’avenir. L’industrie automobile ne retrouvera plus au XXIe siècle ses heures florissantes d’hier, et il importe de s’y préparer et d’accompagner les travailleurs de ce secteur à ne pas subir en victimes cette mutation. Il faut au contraire mobiliser les enjeux du développement économique, de la formation professionnelle et de la R&D – et ce au niveau européen car il est clair que les seules velléités françaises ne résisteront pas aux règlements communautaires. __En se refusant à cette analyse, en ne conditionnant pas de manière intelligente et claire les aides publiques, l’état prend une nouvelle fois le risque de faire vivoter sous perfusion publique une filière industrielle, tout en sacrifiant à coup sûr ses salariés__. Le temps n’est plus aux rustines couteuses, mais à une mobilisation générale pour la conversion de ces métiers et de ces savoir-faire vers les nouveaux enjeux et les nouveaux modes de la mobilité. Cela constitue la seule chance de donner un avenir durable à ce secteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *