SHANA TOVA 5773/2012 (…1433) – Le Dr André MINETTO, Président de CIVILIZATION INTERNATIONAL : « Léchana tova tikatévou ( que vous soyiez inscrits pour une bonne année ). Avec tous mes voeux de santé, de bonheur et de paix »

Rosh-Hashana-9-1

« La mitsva est d’écouter le son du chofar  « Léchana tova tikatévou ( que vous soyiez inscrits pour une bonne année ). Avec tous mes voeux de santé, de bonheur et de paix »

Dr André MINETTO

Président de CIVILIZATION INTERNATIONAL

Créateur et animateur du Magazine d’information Géostratégique sur RADIO CHALOM NITSAN

Vice Président PACA de la Fédération MOSAÏC

Pôle Civilisation – Dialogue interculturel

Rappel de la devise de CIVILIZATION INTERNATIONAL :

« Unir nos espérances et respecter nos différences pour servir un idéal commun de paix et de respect mutuel »

association de géostratégie solidaire et de dialogue inter-culturel

Préambule

Le monde Euro-Méditerranéen est un creuset qui peut donner le meilleur ou le pire. Son histoire est marquée par ces deux extrêmes de façon indélébile mais en tendant vers l’infini des deux côtés ( avec la Shoah notamment vers l’infini néant ). Et selon l’utilisation que nous ferons de ce formidable potentiel et les décisions que nous prendrons ( ou ne prendrons pas ! ) notre avenir, proche et plus lointain, sera très différent. Le judaïsme, l’Islam, mais aussi le christianisme y ont joué, et joue encore un rôle majeur, mais ils sont trop souvent souvent détournés de leur éthique originelle et utilisés à des fins bassment matérielles d’instrument décisifs de pouvoir, de domination et d’écrasement. L’inquisition espagnole, quintescence du crime contre l’humanité poussé au délire, en est une abominable illustration dur de très longs siècles. La demande de béatification de celle qui l’a instauré et imposé démontre que le mensonge, l’indifférence et la persuasion qui il avait AUSSI de très bonnes choses qui en sont sorties, sont de redoutables alliés de ces abominations qui n’osent pas s’assumer comme telles.

Et là, les politiques en auront la plus grande responsabilité. Car ni la démagogie, ni la fuite en avant, ou en arrière, avec l’ultra-nationalisme archaïque qui renaît et se banalise de plus en plus chez les peuples européens (au sens large, incluant russes, états-uniens …etc ) ou l’intégrisme sectaire qui se diffuse lentement et sûrement en miroir dans les sphères encore fortes et victimes des premiers, ne créeront les conditions d’une vie future harmonieuse. Car les deux sont mortifères pour nos sociétés et nos citoyens de ces deux sphères qui se regardent de travers avant le fantasme de l’attaque finale portée par une infime minorité de chaque côté. Mais minorités très agressives, parfois meurtrières et toujours très activistes en paroles ou en actes, malheureusement.

Alors que cette vie matérielle doit être bâtie dans le respect mutuel et la coopération sans arrière pensées. Le triste blocage ( prévisible ) de l’UPM ( Union Pour la Méditerranée ) doit nous pousser à rebondir et à agir très vite. Le Printemps arabe doit être aidé. Mais il doit l’être sans AUCUNE arrière pensée mercantile ou géostratégique de bas étage et court thermiste ! Aucune nouvelle manoeuvre politicienne venant de pays d’Europe ( ou d’ailleurs ) n’est tolérable, car l’issue dans les trois pays où les dictateurs ont été chassés est très incertaine ( Tunsie, Egypte, Libye ).

La courageuse et laborieuse volonté de Barack Hussen Obama, pour le Moyen Orient notamment, était un des éléments fondateur de ce processus ( et qui prenait la suite du travail accompli par Bill Clinton ). Ce processus pouvait aboutir à une zone stable, prospère économiquement et pionnière dans les énergies renouvelables et novatrice dans l’utilisation soutenable des ressources : eau, pêche, agriculture raisonnable, extraction des matières énergétiques dans le respect des populations locales et de l’environnement ( Niger par exemple ), et plus active dans la protection de la nature. Les forces économiques locales disponibles peuvent aussi encore se rejoindre ( Pays arabes, du Golfe notamment, Turquie, Israël, Sud de l’Europe, U.E. ). C’est à des années lumières des terribles désastres créés par la politique de G. W. Bush et dont les séquelles actuelles vont durer de trop nombreuses décennies dans le Sud Ouest de l’Asie, mais aussi dans le monde entier. %%% Mais cette affirmation d’une suprématie états-unienne irréaliste, cette volonté de croisade et de dressage des peuples qui ne l’acceptent pas ( ou plus ) et la suite de l’action mondiale du rouleau compresseur des complexes industriels, ou issu de certaines multinationales hors industries, allié au complexe militaire ( et du poids de services comme la CIA par exemple ) ont fini par retrécir et de rendre infime l’action de Barack Hussen Obama. Et de faire le deuil de l’espoir qu’il avait fait naître. %%% On a hélas à faire face à l’alliance, devant des intérêts communs, de ces complexes et d’extrémistes en tout genre.

Nous devons nous réveiller et travailler TOUS ENSEMBLES, avant qu’il ne soit trop tard, car les défis sont énormes et toutes les bonnes volontés de quelque origine qu’elles soient sont les bienvenues

ROCH HACHANA

 » L’expression Roch hachana signifie « tête de l’année », 1er jour de l’an, C’est le 1er Tichri. Rosh-Hashana est le Nouvel An Juif. Bien que selon la Torah, l’année commence en Nissan (le mois de Pessah, la tradition a fixé ce jour comme le premier de la nouvelle année. Contrairement aux autres fêtes, Rosh-Hashana dure 2 jours en Israël comme en dehors, le Talmud explique que les 2 jours sont considérés comme n’étant qu’un. Rosh-Hashana symbolise aussi le jour de la création de l’Homme par D.. Rosh-Hashana est aussi appelée Yom Hadin, « le Jour du Jugement », car en ce jour D. fait défiler devant lui toutes les créatures terrestres afin de les juger selon leurs actions. Selon nos Sages, D. a 3 livres devant Lui ouverts: celui des « Justes », celui des « Méchants » et celui des « Simples » et décide selon ses actions si telle créature est à inscrire dans tel ou tel livre. Rosh Hachana, est d’ailleurs aussi appelée, « Kissé ». Cette appellation peu connue, provient d’une interprétation : ce jour est celui où D. s’installe sur son trône ( kissé en hébreu ) pour juger le monde. C’est donc un jour de prières intenses afin d’appeler à la Miséricorde divine. Toutefois, c’est aussi un jour de réjouissances car nous sommes confiants dans le Jugement de D. pour ses enfants. En réalité, ainsi que nous l’apprend le Talmud : « Le monde est jugé quatre fois dans l’année : à la Pâque, un décret est issu sur ce que produira le sol; à la Pentecôte, sur les fruits des arbres; au jour du Nouvel An, tous les hommes passent devant « Lui » (Dieu); Et à la fête des Cabanes, un décret est prononcé sur les précipitations annuelles » C’est aussi pour cela que nos Sages ont institué une série de prières à dire un mois auparavant, les Séli’hot, afin de se repentir des mauvaises actions que l’on aurait pu faire pendant l’année passée. Les Ashkénazes ne commencent les Séli’hot que la dernière semaine qui précède Rosh Hashana. C’est avec Rosh-Hashana que commence la période dite des 10 Jours de Pénitence qui se terminera avec Yom Kippour, le Jour du Pardon. Durant cette période, on a l’habitude de se consacrer à plus d’études et de prières que d’habitude pour demander pardon à D.. On a l’habitude de consommer des mets symboliques comme de la pomme trempée dans le miel pour demander à ce que l’année soit aussi douce que le miel. On consomme aussi de la tête d’agneau (ou de poisson à défaut) et on demande d’être à la tête et non à la queue. On mange aussi de la grenade et d’autres nombreux mets. Hormis ces us culinaires, une autre tradition veut qu’au cours de ces jours de fête, l’Homme n’ait que des pensées « positives » et n’expriment ni colère, ni haine envers autrui. Ainsi, le premier jour de la nouvelle année sert d’exemple et de référence aux autres jours qui succéderont. En ce qui concerne les interdictions qui sont liées à la fête, ce sont les mêmes que celles de Shabbat mis à part le fait que l’on peut allumer le feu à partir d’une flamme déjà existante et donc il est permis de cuisiner. (Lorsque le premier jour tombe un Shabbat, il n’est autorisé d’allumer le feu et de cuisiner que le second jour). Dans la prière du matin des 2 jours, on a l’habitude de sonner le Shofar, corne de bélier, pour se rappeler le sacrifice d’Isaac et la Miséricorde que D. lui a accordé. On se doit d’entendre 100 sonneries chaque jour. On évitera donc d’amener des enfants de trop bas âge qui seraient susceptibles de déranger l’office. Si Roch-Hachana tombe un Samedi, on ne sonnera pas de Shofar en ce jour mais seulement le lendemain. Certains ont aussi la coutume de jeûner le matin des deux jours afin d’appeler la Grâce de D.. On a l’habitude aussi de procéder le premier jour, sauf si cela est un Shabbat comme cette année, à la prière de Tachlikh. Ce rituel consiste à se rassembler auprès d’une source d’eau avec un mouchoir afin de « jeter » tous nos péchés dans l’eau. Le 3 Tishri, le lendemain de Rosh-Hashana, est le jeûne de Guédalia. Ce dernier qui était gouverneur de la Judée fut assassiné. C’est donc, on le voit, bien plus qu’un « simple » début de l’année, bien que la Mishna distingue ce jour parmi les autres comme début des années ordinaires, sabbatiques (shemitta) et du jubilé (yovel). Rosh Hashana est le début de l’année pour les hommes, les animaux et les contrats légaux. Son échéance dans le calendrier grégorien est variable, le calendrier juif étant basé sur un cycle luni-solaire. Toutefois, elle ne peut jamais tomber avant le 5 septembre, ni après le 5 octobre.  »

 » Le site : __[TERRE D’ISRAËL

http://www.terredisrael.com/Rosh_Hashana.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *