Compte-rendu de la conférence-débat « Corruption : stop ou encore ? » à Vallauris le 24 octobre 2012

 » Pour une première !!! 212 personnes ont répondu à l’invitation des associations ADEGV et Anticor06 pour une conférence-débat autour du livre de Sandrine Tessier (fondatrice et porte-parole d’Anticor) : « Corruption : stop ou encore ? », en présence des caméras de France 2, pour un sujet diffusé le 15 novembre dans le magazine Complément d’enquête. Le thème proposé a particulièrement interpellé les vallauriens et golfe-juanais puisqu’ils sont venus en nombre et ont participé activement au débat, malgré les démarches des partisans de la majorité municipale vis-à-vis des commerçants et l’accueil intimidant à l’entrée de la salle orchestré par certains adjoints. Blandine ACKERMANN, présidente de l’ADEGV (Association de Défense de l’Environnement de Golfe-juan Vallauris), a accueilli les participants, dont de nombreux élus de toutes étiquettes, en présentant les missions de l’ADEGV : être un « lanceur d’alerte » afin de relever les décisions ou projets touchant à l’environnement et la qualité de vie à Vallauris Golfe –juan et mener les actions correctives. ADEGV est acteur de la vie publique depuis 40 ans. Jean-Christophe PICARD, le responsable d’Anticor06, a détaillé les difficultés rencontrées pour « faire bouger » les autorités compétentes lorsqu’il signale une malversation ou une irrégularité. Il a également déploré le faible nombre de candidats aux élections législatives, dans les Alpes-Maritimes, à avoir signé la charte éthique proposée par Anticor : 6 sur 96 ! De même, il a vivement regretté que ces quelques signataires aient été si peu soutenus par les électeurs. Or, martèle-t-il, « la lutte contre la corruption commence dans les urnes ! » et citoyen se doit d’anticiper les tendances des élus à la corruption ou aux conflits d’intérêts en n’accordant son vote qu’à des « élus propres ». .%%% Jean-Noël FALCOU, Golfe-Juanais à l’origine de la plainte co-déposée avec l’ADEGV et Anticor06 dans l’affaire du château Robert, s’est concentré sur les manquements éthiques à Vallauris : présentation en détail de la plainte dans l’affaire du Château Robert, dénonciation étayée du manque de transparence dans la gestion de cette ville, puis révélation d’un conflit d’intérêt touchant l’adjoint à l’urbanisme qui travaille au service de promoteurs immobiliers qu’il est censé contrôler. Ces courtes interventions introductives ont permis à Séverine TESSIER de s’appuyer sur les exemple de Vallauris et d’autres villes de la Côte d’Azur pour développer plus longuement les idées clés mises en avant dans son livre : · nécessité d‘une « charte de déontologie » qui doit irriguer tous les secteurs de la vie publique ;%%% · formation des citoyens ;%%% · faire participer des citoyens aux commissions d’appels d’offre ;%%% · associer les citoyens dans le contrôle des politiques, notamment dans l’attribution des aides financières et des aides associatives.%%% Un débat nourri avec la salle a enfin permis d’évoquer plus en profondeur les problématiques locales (Château Robert, DSP éclairage public, DSP stationnement, déviation de la RN7…) et nationales (comment alimenter une conscience citoyenne ? Comment favoriser le contrôle citoyen ? Comment lutter en amont contre la corruption ?, etc.).%%% Cette « Conférence débat » a semble-t-il été perçue comme un acte d’implication citoyenne à renouveler, et pour une première, c’est une belle réussite. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *