Carte de l’épandage aérien de pesticides en France, championne mondiale de produits toxiques et pathogènes en agro-alimentaire industriel

((/Carte_epandage_aerien_2010.jpg|Carte_epandage_aerien_2010.jpg||Carte_ « _ ‘_2010.jpg, mai 2013)) Carte par nombre d’hectares traités en 2010 dans __[Bastmag|http://www.bastamag.net/article3054.html|fr]__ Et dire qu’en 2010, la loi Grenelle II posait le principe de l’interdiction des épandages aériens, sous réserve de dérogations exceptionnelles. En réalité, des préfectures délivrent toujours des dérogations … qui sont loin d’être exceptionnelles ! Et en Martinique, par exemple ou il est massif pour les bananes entre autres, mais aussi dans d’autre régions, l’épandage continue comme si de rien n’était. Dans un communiqué l’UNAF, la Confédération Paysanne, Agir pour l’environnement, la FNAB (Fédération Nationale pour l’Agriculture biologique), et Générations futures l’ont dénoncé. Ces pesticides de synthèse comportent des matières actives cancérigènes, des perturbateurs endocriniens ou des substances entrainant un risque de toxicité pour la santé. La biodiversité est également touchée. Les apiculteurs, et tous ceux qui sont sensibilisés à l’avenir de notre planète, s’inquiètent devant la disparition progressive des abeilles. Et cela inquiète aussi les agriculteurs biologiques, proches de ces zones de non droit. Le début de l’article à lire en entier dans __[Bastmag|http://www.bastamag.net/article3054.html|fr]__ : __Épandage aérien : ces pesticides venus du ciel__  » Interdits depuis 2009, les épandages aériens de pesticides se poursuivent en France, grâce à des dérogations préfectorales. Les Antilles, l’Aquitaine et la Champagne sont les principales régions concernées. Défaut d’informations, risque de dispersion, contournement de la réglementation : plusieurs associations et élus montent au créneau. Un dossier révélateur de l’incapacité de la France à prendre le chemin de pratiques agricoles moins gourmandes en chimie. Explications.

Si vous vous promenez le long d’un vignoble de Champagne, d’un champ de maïs en Aquitaine, ou d’une bananeraie antillaise, méfiez-vous des aéronefs ! Car il n’y a pas que dans La mort aux trousses d’Alfred Hitchcock que l’on pulvérise des pesticides depuis le ciel, au risque d’intoxiquer de malchanceux passants. Aquitaine et Champagne-Ardennes sont les deux régions métropolitaines les plus aspergées en produits chimiques par voie aérienne, derrière la Martinique dont les bananeraies battent tous les records, et devant les rizières de Camargue et de Guyane. Céréales, vergers, betteraves, colza ou tournesol ne sont pas épargnés dans plusieurs régions. 800 opérations d’épandage aérien ont été recensées en France en 2012. En majorité en Outre-mer. « Cela dure quelques secondes, rapporte Fabrice Mirouraud, voisin de châtaigneraies traitées depuis le ciel, et président de l’association corrézienne Allassac ONGF. Les engins arrivent vrombissant, à très basse altitude, ils lâchent leurs nuages empoisonnés et s’en vont. » Son association a porté plainte il y a plus d’un an contre des épandages illégaux (sans dérogation) ou non réglementaires dans 17 communes de Corrèze. « Les pilotes sont des as. Ils larguent les produits pile au bon endroit. Le problème c’est qu’ensuite, ils ne contrôlent plus rien. Et que la volatilité de ces nuages chimiques est très élevée, explique François Veillerette, porte-parole de Générations futures. Il y a donc un vrai risque d’exposition des espaces situés à proximité de la zone d’épandage. » __Interdit depuis 2009__ Pourtant interdit depuis 2009 par une directive européenne, l’épandage aérien est toujours pratiqué sur le vieux continent. Via un système de dérogations, qu’accordent en France les préfectures. Selon quels critères un exploitant est-il autorisé à épandre ses pesticides par aéronef ? Quand les végétaux sont trop hauts pour être traités avec un engin terrestre, quand le relief est trop accidenté ou s’il y a des risques d’enfoncement des engins. La rapidité d’intervention sur des grandes surfaces sert aussi d’argument. Un avion ou un hélico traite dix à vingt fois plus vite qu’un tracteur, et 50 à 100 fois plus vite qu’un épandage manuel. « Cette façon de poser des principes que l’on peut ensuite allègrement contourner, c’est très courant dans le droit de l’environnement », regrette-on au cabinet de Bernard Fau, avocat de l’Union nationale de l’apiculture française (UNAF), qui traite diverses plaintes contre ces épandages. « Les dérogations sont tellement simples à obtenir que l’on se retrouve avec une règle qui s’applique exceptionnellement », décrit Benoit Hartmann, porte-parole de la fédération France nature environnement (FNE), qui rassemble 3 000 associations réparties sur l’ensemble du territoire. __ Jusqu’à dix passages sur la vigne__ D’après un recensement publié par les ministères de l’Écologie et de l’Agriculture, 22 régions et 66 départements sont concernés par l’épandage aérien (en 2009). Seules la Normandie, la Bretagne et la Réunion ne sont pas survolés par des engins chargés de pesticides. 100 000 hectares sont soumis aux traitements chimiques aériens, soit 0,3% de la surface agricole utile [1]. Le nombre de passages peut être élevé : jusqu’à dix sur la vigne ou les bananes ! Les produits utilisés ont principalement des actions fongicides et insecticides. Sauf pour le riz, sur lequel on pulvérise plutôt des désherbants. Des traitements aériens sont aussi réalisés sur des forêts et espaces boisés, dans plus de 30 départements, pour chasser les chenilles processionnaires du pin et des feuillus. Comment s’assurer de ne pas se promener au mauvais endroit au mauvais moment, et de se retrouver arrosé de produits toxiques lors d’une innocente balade à travers champs ? La réalisation d’un épandage doit normalement « faire l’objet d’une information du public et des syndicats apicoles au plus tard 48 heures avant le traitement et d’un balisage du chantier » [2]. A l’affichage en mairie s’ajoute une obligation de mention du traitement sur la parcelle elle-même. Mais qui prend la peine de se rendre deux fois par semaine consulter les informations municipales ? __Le grand public n’est pas informé__ … « 

2 réflexions au sujet de « Carte de l’épandage aérien de pesticides en France, championne mondiale de produits toxiques et pathogènes en agro-alimentaire industriel »

  1. Petit partage avec votre article, plasticienne j’ai réalisé une série de dessins aux crayons de couleur évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture. A découvrir :
    https://1011-art.blogspot.com/p/vous-etes-ici.html
    Une seconde série en écho « Hommage à Magritte » : https://1011-art.blogspot.com/p/hommage-magritte.html
    Ces séries seront présentées dans le cadre des Rencontres Philosophiques d’Uriage en octobre 2019 répondant à la question « L’art peut il changer le monde ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *