Archives mensuelles : octobre 2013

« TOXIQUE PLANETE – Le scandale invisible des maladies chroniques » par André CICOLELLA, président du RES (Réseau environnement santé). Réagissons enfin contre l’épidémie de maladies chroniques qui entraine souffrances et morts inutiles !

ToxiquePlanèteCicolella

« Notre monde de plus en plus toxique induit non seulement un développement de l’hermaphrodisme chez les ours blancs et des changements de sexes des poissons, mais il affecte aussi la reproduction humaine : diminution de l’âge de la puberté chez les filles, développement des malformations génitales, baisse de la qualité du sperme… Si l’inquiétante montée de l’incidence du cancer de l’enfant en Europe (+ 1 % par an depuis 30 ans) commence à être connue, on sait moins que les maladies chroniques menacent l’ensemble de la planète : elles sont une véritable bombe à retardement en Inde et en Chine notamment. Aujourd’hui, 63 décès sur 100 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (cardiovasculaires, cancers, maladies respiratoires, diabètes, etc.) contre 37 dus aux maladies infectieuses. La mise à jour du caractère toxique de milliers de molécules diffusées depuis 1945, la découverte récente des « perturbateurs endocriniens » et de leurs effets biologiques et sanitaires, la découverte de l’importance de l’imprégnation fœtale sur la descendance génétique (hérédité des influences environnementales acquises, en rupture avec les certitudes de la génétique du XXe siècle) sont autant d’éléments d’une révolution en cours dans la pensée biomédicale, et de la nécessité de nouvelles politiques de santé à l’échelle mondiale. L’OMS qualifiait en 2011 cette épidémie mondiale de maladies chroniques de « catastrophe imminente ». Il est temps de comprendre et d’agir.

André Cicolella est l’auteur notamment de Alertes Santé (Fayard) et de Le Défi des épidémies modernes (La Découverte). Toxicologue, il est conseiller scientifique à l’Institut national de l’Environnement et des Risques (INERIS) et enseignant à l’École des affaires internationales de Sciences Po Paris. Il est cofondateur et président du Réseau environnement santé qui est à l’origine de l’interdiction du bisphénol A dans les biberons et les contenants alimentaires, de l’interdiction du perchloréthylène dans les pressings ou de la prise de conscience des effets de l’aspartame. »

« Jeudi 31 Octobre 2013 à partir de 15h à Nice : Une bouffée d’air dans la ville !  » Communiqué de presse du Comité de quartier Saint Roch Vauban

« 16h Conférence de presse
16h30 Tour du quartier en musique – Apéro convivial
Les habitants, amoureux du quartier Saint Roch de jadis, avec le Comité de quartier Saint Roch – Vauban, soutenus par l’association des « Jardins Partagés de Terra Segurana » se mobilisent afin de protéger leur beau quartier,  leur patrimoine et éviter la bétonisation de la dernière parcelle agricole, historiquement  « jardin ouvrier de Saint Roch »,  destinée à devenir un rond point inutile.
Et ce, malgré les centaines de signatures et lettres aux différents organismes concernés.
Cette parcelle de 350 m² est complantée de vignes de framboises,  d’un avocatier magnifique et contribue à maintenir un équilibre indispensable à la Vie. Elle se situe à l’angle des rues Mgr Daumas et Mal Vauban, au Sud de l’Eglise Saint Roch.
Une association de Jardins Partagés va naitre et permettre aux riverains de cultiver leurs légumes et de redonner à tous le goût du manger sain et local.
Venez nombreux participer à la réappropriation citoyenne et la remise en culture de votre patrimoine commun dans une ambiance festive et musicale.
Deux caroubiers seront plantés symboliquement en ce jour.

Jeanine COSTAMAGNA  et André MINETTO « 

« Rapport d’évaluation de la politique de l’eau en France » : Résumé conclusion de Michel LESAGE, Député des Côtes d’Armor Parlementaire en mission auprès du Gouvernement

 »

L’eau a besoin de démocratie

Une véritable démocratie de l’eau reste à construire. Il faut promouvoir un large débat national afin de bâtir une vision partagée, développer une conscience collective sur la question de l’eau et identifier les grands enjeux qui s’y rattachent.

Parce que l’eau est l’affaire de tous, elle doit concerner et préoccuper chacun. Sa gouvernance doit être rééquilibrée au profit des usagers domestiques et des élus pour aller dans ce sens. À travers l’eau et cette nouvelle gouvernance territoriale mais aussi à travers les valeurs qu’elle porte, celles du partage, de la solidarité, de l’attention à l’autre, de la quiétude … nous remettrons au cœur de l’action publique le Bien Vivre ensemble sur des territoires de qualité. »

Le rapport complet :

http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/13138_rapport_lesage.pdf

Résumé conclusion

«  Pour celles et ceux, et je peux le comprendre, qui ne liront pas l’intégralité de ce rapport de mission eu égard à sa longueur, sa relative complexité, ou pour toute autre raison, et qui iront plus rapidement à sa conclusion, je me permets dans ces dernières pages de vous en livrer le résumé.

La situation de l’eau, les défis qu’elle rencontre nécessitent un nouvel élan, un big bang territorial, mais aussi de nouveaux outils, une réorganisation des structures traditionnelles, des nouveaux financements et davantage de démocratie. Mon rapport préconise 12 grandes orientations et 70 propositions.

Une situation inquiétante

Les défis et les nouveaux enjeux liés à l’eau sont considérables : disponibilité, qualité, régulation des prélèvements et des conflits d’usage, protection des milieux aquatiques…

Mais aussi réchauffement climatique, inondations, sécheresse ou encore accès à l’eau pour tous.

Or le modèle français de gestion de l’eau inventé il y a plus d’un demi-siècle, s’il a permis des avancées, a aujourd’hui atteint ses limites.

Comme l’ont souligné le Conseil d’État et la Cour des comptes, il ne permettra pas de rétablir une qualité satisfaisante des milieux aquatiques en 2015, comme l’exige la directive-cadre sur l’eau (DCE) d’octobre 2000.

Ce «modèle» est à bout de souffle: complexité des structures, opacité, multitude d’acteurs, besoins de financement considérables, dispositif de redevances et de taxations déséquilibré, absence de fiscalité environnementale…

Un nouvel élan

Une nouvelle politique de l’eau doit être mise en œuvre, grâce à une implication forte de l’État et une nouvelle gouvernance territoriale à partir des collectivités locales.

L’État doit être le véritable pilote de la politique de l’eau, l’ériger au rang de grande cause nationale ; il doit organiser un véritable débat démocratique sur la question de l’eau, fixer les objectifs et être le garant de la mise en œuvre des moyens pour les atteindre.

Pour cela, il est proposé de créer une Autorité nationale de l’eau : véritable outil de régulation, elle permettra d’assurer la transparence de la gouvernance de l’eau et de ses flux financiers, d’éviter les conflits d’intérêts et de renforcer le dialogue démocratique.

L’État doit aussi promouvoir une véritable police de l’eau, en assurant une meilleure coopération entre ses différentes composantes. Elle doit cibler davantage les contrôles sur des thèmes ou des zones à enjeux environnementaux forts. Le droit pénal de l’environnement doit être mieux appliqué, grâce à de nouvelles juridictions et à une meilleure formation des juges sur les questions environnementales.

L’État doit être davantage présent au niveau de l’Europe, s’impliquer en amont dans l’élaboration des textes, y faire participer les ministères et le Parlement. Il faut aussi diffuser une véritable culture européenne auprès des acteurs de l’eau.

Un big-bang territorial

Ce sont les collectivités locales, d’abord les communes et leurs groupements (EPCI), en lien avec les départements et les régions, qui doivent structurer la nouvelle gouvernance de l’eau, grâce à des outils adaptés.

La gestion de l’eau est impactée par les politiques publiques menées par les collectivités : aménagement du territoire, développement économique, urbanisme… Il faut créer les conditions de leur synergie. C’est aussi à cette échelle, au plus près du terrain, qu’il sera possible de mobiliser tous les acteurs, de les impliquer et de les responsabiliser pour reconquérir la qualité de l’eau.

Une nouvelle étape de la décentralisation et de l’organisation de l’action publique sur les territoires permettra de rétablir la clause de compétence générale et d’affecter au bloc communal (commune, EPCI) une nouvelle compétence de gestion de l’eau et des milieux aquatiques.

Cette mobilisation des territoires en faveur des problématiques de l’eau sera appuyée par une nouvelle ingénierie publique territorialisée.

Des outils pour l’action

Des outils de planification à l’échelle des bassins et sous-bassins versants et déployés sur tout le territoire national : les CLE (Commissions locales de l’eau), « parlements » associant tous les acteurs de sa gestion, et les SAGE (schémas d’aménagement et de gestion des eaux), qui définissent les objectifs à atteindre et les actions à mener.

Des maîtres d’œuvre : syndicats mixtes ou Etablissements publics territoriaux de bassin (EPTB) qui regrouperont les collectivités pour mettre en œuvre les interventions définies par les CLE et les SAGE.

Un contrat pour l’eau, multithématique, multi acteurs et pluriannuel, qui permettra d’assurer la cohérence planification – action – financement, et des conférences régionales de l’eau au sein desquelles seront élaborés les schémas d’organisation des compétences.

Une réorganisation des structures traditionnelles

Les instruments d’intervention traditionnels (Agence de l’Eau, Onema…) feront l’objet d’un recentrage de leurs missions pour s’inscrire dans cette nouvelle organisation. La composition de leurs instances sera rééquilibrée au profit des ménages et des collectivités locales ; l’accompagnement, l’information et la formation des représentants associatifs seront renforcés.

La connaissance et la recherche sont des enjeux centraux dans la mise en œuvre de la politique de l’eau pour orienter l’action, aider à la décision, à l’évaluation, à l’appropriation citoyenne. Elles doivent fortement progresser.

L’échec de l’Onema dans la mise en place d’un vaste système centralisé d’intégration et de diffusion des données rend indispensable la réalisation d’un audit approfondi de l’ensemble du système français de production et d’évaluation des données sur l’eau.

Pour une nouvelle fiscalité de l’eau

Les déséquilibres structurels du financement de l’eau en France ne sont pas tenables à terme. La facture du seul usager domestique ne pourra bientôt plus financer les investissements nécessaires à la sécurisation et à la préservation des masses d’eau, ou encore à la lutte contre les inondations. L’enjeu de la durabilité et de la gestion intégrée des ressources en eau implique de repenser les périmètres et les financements du « petit cycle » et du « grand cycle » de l’eau et de clarifier ce qui doit relever de l’impôt et ce qui doit relever de la facture d’eau.

Il est également indispensable d’encourager les mesures préventives, de développer la conditionnalité des aides, de mettre en œuvre une fiscalité écologique, mais aussi de rechercher des dispositifs innovants de financement de la politique de l’eau, à l’image de ce que font déjà un certain nombre de pays européens.

L’eau a besoin de démocratie

Une véritable démocratie de l’eau reste à construire. Il faut promouvoir un large débat national afin de bâtir une vision partagée, développer une conscience collective sur la question de l’eau et identifier les grands enjeux qui s’y rattachent.

Parce que l’eau est l’affaire de tous, elle doit concerner et préoccuper chacun. Sa gouvernance doit être rééquilibrée au profit des usagers domestiques et des élus pour aller dans ce sens. À travers l’eau et cette nouvelle gouvernance territoriale mais aussi à travers les valeurs qu’elle porte, celles du partage, de la solidarité, de l’attention à l’autre, de la quiétude … nous remettrons au cœur de l’action publique le Bien Vivre ensemble sur des territoires de qualité.   »

Rencontre-débat à Nice le 8 novembre 2013 sur l’avenir européen : « Europe ou chaos ? » avec Michèle RIVASI, eurodéputée (VERTS/ALE)

La députée européenne Michèle Rivasi en association avec le Groupe des Verts et l’Alliance libre européenne vous invite a une

RENCONTRE-DEBAT sur L’AVENIR EUROPÉEN

 « FORUM ALTER EUROPA »

RÉ-INVENTONS L’EUROPE ENSEMBLE

 EUROPE OU CHAOS ?

« QUELLE ORGANISATION INSTITUTIONNELLE

POUR QUEL PROJET POLITIQUE ? »

 Rivasi Nice Oct 2013

 

Samedi 26 octobre 2013 à16h30 Place Garibaldi rendez vous mensuel pour la Palestine à l’appel du « Collectif pour une Paix juste et durable au Proche Orient »

bienvenue_en_palestine_anime_247x92

  •  » Soutien à nos camarades de la campagne BDS qui seront jugés le 30 octobre
  • Campagne pour l’eau et contre le blocus de Gaza
  • Campagne contre l’arrachage des oliviers par les colons israéliens  plus de 800 000  depuis 1967

Pour certains, samedi, c’est la coulée verte AFPS 06

  • pour d’autres 
  • c’est la saignée verte….. « 

http://www.france-palestine.org/+-AFPS-06-+

 » UE-Turquie : Il faut débloquer le processus de négociations avec la Turquie  » Communiqué de presse Hélène FLAUTRE ( Verts / ALE ), Co-présidente de la Commission Parlementaire Mixte UE-Turquie

image001

Le Commissaire européen en charge de la politique d’élargissement de l’UE, Stefan Füle, a présenté ce matin le rapport de progrès de la Commission à propos de la Turquie.

Réagissant au rapport, Hélène FLAUTRE, Co-présidente de la Commission Parlementaire Mixte UE-Turquie a estimé que:

« Le rapport qui vient d’être publié présente une image contrastée de la situation en Turquie. D’une part, la Commission soutient les ouvertures du gouvernement sur la question kurde, les droits des minorités ou encore les réformes judiciaires, mais elle souligne à juste titre que le respect des droits fondamentaux et de la liberté de la presse constituent les faiblesses de la démocratie turque.

Ce rapport vient après les manifestations et la dure répression policière de Gezi et les trop nombreux procès intentés aux journalistes. Il y a deux semaines, un rapport d’Amnesty International est venu rappeler combien les violations des droits de l’homme avaient été massives pendant les manifestations de juin. 

La démocratisation durable de la Turquie reste profondément liée à la réussite des négociations pour la paix sur la question kurde. La Turquie devrait accélérer la procédure de révision constitutionnelle. Elle devrait aussi renforcer les institutions de contrôle du pouvoir exécutif comme la Cour des Comptes ou le Parlement.

Le Conseil de l’UE doit décider la semaine prochaine d’ouvrir le chapitre 22 des négociations d’adhésion sur la politique régionale. Mais il faut aller plus loin dans le domaine des libertés fondamentales : l’Europe devrait ouvrir au plus vite les chapitres 23 et 24 et proposer un agenda crédible de négociations.

 

Enfin, il faut féliciter la Turquie pour les conditions d’accueil des réfugiés syriens et l’encourager à maintenir sa frontière ouverte. »

 » Vers une plateforme régionale de substitution des produits toxiques ?  » Communiqué de presse du RES ( Réseau Environnement Santé )

RES header

http://reseau-environnement-sante.fr/2013/10/23/dossiers-par-themes/communique-23-octobre-2013-vers-une-plateforme-regionale-de-la-substitution-des-produits-toxiques/

Retour sur les Rencontres Chimie – Santé environnementale du 18 octobre 2013 à Lyon

 » Organisées à l’initiative de l’association RES (Réseau Environnement Santé) et du Conseil régional Rhône-Alpes, les Rencontres Chimie – Santé environnementale se sont clôturées vendredi dernier à l’Ecole Normale Supérieure de Lyon. Tout au long de la journée, 200 participants ont eu l’occasion de questionner des intervenants de renom comme Rachel Massey, rapporteure du Programme des Nations-Unies pour l’Environnement, David Gee, expert en risques chimiques pour l’Agence Européenne de l’Environnement, ou encore John Peterson Myers, directeur scientifique d’Environmental Health Sciences qui est à l’origine de la notion de perturbateur endocrinien.

Nous nous félicitons de la réussite de ce colloque qui a permis d’ouvrir un espace de dialogue et de réflexion sur les nouvelles missions de la Chimie actuelle vis-à-vis des enjeux de Santé environnementale. Cet objectif a été largement atteint : des chercheurs, des scientifiques, des industriels et des ONG se sont réunis pour imaginer la Chimie durable de demain.
Rachel Massey, fondatrice du TURI (Institut de réduction des usages toxiques), a pu démontrer toute la pertinence de son Institut pour la réduction et la substitution des produits toxiques à partir d’un bilan sur les deux dernières décennies.
David Gee a insisté sur les coûts faramineux de l’inaction ce qui doit nous inciter à mettre en place sans tarder une politique volontariste dans ces domaines. John Peterson Myers a montré les outils qui permettent aujourd’hui de détecter de manière anticipée les perturbateurs endocriniens avant toute mise sur le marché.

Le colloque a été marqué par l’intervention du Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Philippe Martin par allocution vidéo. Celui-ci s’est prononcé sur plusieurs étapes importantes pour 2014 :
– un 3ème Plan National Santé-Environnement (PNSE3),
– la confirmation de la mise en œuvre de la Stratégie nationale sur les Perturbateurs endocriniens, faisant de la France l’un des premiers pays européens à se doter d’une telle stratégie,
– la préparation d’une proposition de restriction du Bisphénol A dans les tickets thermiques de caisse dans le cadre de la directive REACH.

Le Ministre s’est engagé aujourd’hui à porter « une ambition forte au niveau de l’Europe » envers les perturbateurs endocriniens.

André Cicolella, Président du Réseau Environnement Santé, a rappelé que « si la Chimie fait partie du problème, elle fait aussi partie de la solution ». La Chimie doit refonder son modèle de développement sur une innovation qui intègre les préoccupations de la Santé. Elle doit apporter sa contribution à la réduction du poids des maladies chroniques, qui, comme l’a rappelé l’OMS dans la déclaration de New York en septembre 2011, représente « le principal challenge du développement durable en ce début de 21ème siècle ».

A l’instar de l’Etat du Massachusetts aux Etats-Unis, Alain Chabrolle, Vice-Président du Conseil régional délégué à la Santé et à l’Environnement, a souhaité initier la création d’une Plateforme régionale de Réduction des usages toxiques. La Région Rhône-Alpes, qui a déjà développé des initiatives en ce sens comme l’élimination du perchloréthylène dans les pressings et dans la branche industrielle du décolletage, a l’ambition de faire de Rhône-Alpes la région pilote en ce domaine.  »

RÉSEAU ENVIRONNEMENT SANTE
148 rue faubourg Saint-Denis 75010 Paris
http://www.reseau-environnement-sante.fr

 

Loi de programmation militaire : Les écologistes demandent la fin de la dissuasion nucléaire  » Communiqué du Groupe écologiste du Sénat

 » Le groupe écologiste du Sénat a voté contre la Loi de Programmation Militaire 2014-2019 (LPM) présentée aujourd’hui au Sénat. Pour les écologistes, il était impossible de voter un budget qui sanctuarise la dissuasion nucléaire.

 Si les écologistes, par la voix de Corinne Bouchoux, Sénatrice de Maine-et-Loire, ont reconnu des progrès en termes de transparence budgétaire sur le portefeuille de la Défense, il a manqué un débat parlementaire autour de la stratégie nationale de Défense. Ce débat aurait permis de mettre en discussion le pilier de la Défense française que constitue la dissuasion nucléaire, dont le coût est de 23,3 milliards d’euros sur six ans. Même pour les partisans de la dissuasion nucléaire, la force nucléaire aéroportée ne fait plus sens dès lors que l’on sait que 90% de la dissuasion est assurée par les sous-marins. C’est donc un choix d’affichage, et un affichage coûteux. Faire le choix de développer des forces d’interposition eut été plus adapté aux enjeux d’aujourd’hui.

Corinne Bouchoux a par ailleurs dénoncé le « plafond de verre » pour ce qui concerne la place des femmes dans l’armée et demandé au Ministre de la Défense de combattre le sexisme qui nuit à la carrière des femmes militaires.

Le Groupe écologiste se félicite toutefois des avancées pour une meilleure prise en compte des victimes des essais nucléaires, avec plus d’indépendance dans le traitement de ces dossiers (amendement 26 rectifié – Corinne Bouchoux).

Alors que des efforts budgétaires considérables sont exigés en temps de crise, y compris sur le budget de l’écologie, maintenir une dissuasion déconnectée des besoins d’une Défense moderne et sanctuariser ce budget est déconnecté des urgences sanitaires, sociales et environnementales de nos concitoyennes et concitoyens. « 

Discours de la marche de soutien pour le centre culturel et cultuel  » En-Nour / La Lumière  » de Nice la plaine du 20 octobre 2013

 » Permettez moi, avant de vous dire quelques mots, de vous remercier d’être venus réclamer justice au Préfet des Alpes-Maritimes.

Remerciez les dignitaires des autres religions qui sont toujours à nos cotés, permettez de remercier les élus de droite comme de gauche qui sont ici, qu’ils m’excusent de ne pas les nommer individuellement.
Permettez moi aussi de remercier nos sœurs et nos frères de St Laurent du Var, ceux de Cagnes sur Mer, d’Antibes, de Cannes, de Grasse, de Menton, que ceux que j’oublie m’excusent. Merci et bravo a vous tous encore pour votre mobilisation. Tous nos concitoyens musulmans qui n’ont pu être là aujourd’hui, tout les républicains, tous les humanistes du département peuvent être fiers de vous. Par ce que si nous sommes là aujourd’hui à si nombreux, c’est parce que nous croyons en la justice de notre pays. Pays pour lequel, de nombreux Français ou étrangers de toutes origines ont versé leur sang. Nombreux sont les soldats musulmans qui sont tombés au champ d’honneur, morts pour la France.
Oui nombreux d’entre vous, ont eu leurs grands parents qui ont participé à la libération de la Provence d’abord, et de toute la France ensuite. Ils se sont battus pour un idéal, idéal de liberté, idéal d’égalité, idéal de fraternité. Après l’avoir libéré, nombreux sont également ceux qui ont participé à le reconstruire, et ainsi permis sont développement économique. Et c’est, un beau pays que nous avons, un pays d’accueil,  un pays de solidarité et d’entraide.
Un pays que l’on nous en envie, parce que c’est le pays des lumières.
En-Nour / La Lumière, c’est le nom que l’on a donné à notre centre. Et malgré toutes les difficultés que nous rencontrons en ces temps difficiles, la marche d’aujourd’hui, c’est pour dire à tous nos concitoyens et à surtout à nos enfants, que coûte que coûte, nous devons continuer à croire en la justice de notre pays, nous devons continuer à croire en nos valeurs républicaine de Liberté, d’Egalité et de Fraternité.
Nous ne devons pas laisser notre pays devenir un pays xénophobe, nous ne devons pas laisser notre pays devenir un pays communautariste. Nous sommes ici aujourd’hui devant la Préfecture, la maison de tous. La maison des services publics, la maison des règles communes, la maison de justice, la maison des droits. Nous sommes venus ici en paix et dire Assalam. Et d’ailleurs nombreux sont ceux qui nous ont posé la question :  » pourquoi faire une manifestation un dimanche ? « . Nous avons répondu que c’était pour ne pas créer de désordre à nos concitoyens de l’ouest de la ville, ils ont en déjà trop avec le grand stade, ou là le Maire ne s’inquiète pas de l’absence de parking …
Nous sommes ici aujourd’hui pour demander au Préfet de refuser qu’une injustice soit commise envers la communauté musulmane de Nice.
Nous sommes venus ici pour demander au Préfet de veiller à nos Droits.
Nous sommes venus ici demander au préfet de refuser d’ouvrir les enquêtes préalables, qui déboucheraient sur l’expropriation de notre salle de prière.
Nous sommes venus ici en premier parce que nous savons qu’ici nous trouverons une oreille attentive.
Et si vous le voulez nous irons devant la Mairie demander au Maire de Nice de retirer sa DUP.
Mes chers amis, mes chères sœurs, mes chers frères, nous avons patienté plus de 10 ans pour voir ce grand lieu de culte à l’ouest de la ville. Quelle est l’histoire de ce Centre ? Nombreux sont les riches touristes musulmans, qui viennent en vacances dans notre belle région, dans notre belle cité. Ils dépensent sans compter, dans les palaces, dans les restaurants. Ils sont de plus en plus nombreux à investir leur argent dans l’économie locale. Grace à l’argent dépensé, ils font vivre de nombreuses familles niçoises. Mais quand ils ont besoin de prier, comme tout bon touriste qui se respecte, ils regardent les guides touristiques. Sauf qu’il n’y a aucune indication des lieux de prières musulmans dans ces guides, contrairement aux autres lieux de cultes. Et quand ils finissent par en trouver, ils découvrent surtout que ces lieux de prières sont souvent des caves, ou des garages.
Des lieux qui sont excentrés, dans des quartiers ségrégués. Et la plupart du temps ces lieux sont bondés, finissant par déborder sur le trottoir en particulier le vendredi.
Alors, un riche bienfaiteur (musen) a mandaté une agence immobilière pour lui trouver des locaux pour en faire une belle salle de prière digne de la région qu’il a adopté. Et c’est en 2002 que le bâtiment que vous connaissez maintenant fut acheté.
Dans un premier temps, il a voulu faire une donation à notre association, mais c’était très compliqué. Et nous avions peur que la mairie fasse une préemption. Ce bienfaiteur a fini par décider d’engager les travaux lui-même. Il a alors déposé un permis de travaux pour cela en 2004.
Levée de bouclier de Peyrat, le Maire de l’époque, soutenu par le Président du Conseil Général de l’époque, un certain Christian Estrosi, actuel maire de Nice. Nos généreux donateurs ont préféré mettre en sommeil le projet, et le bâtiment est resté fermé au bénéfice des oiseaux et des araignées.
Lorsque Christian Estrosi est devenu Maire de Nice, nous nous sommes souvenus de sa promesse électorale. « je favoriserai l’installation d’une grande mosquée à Nice » avait il promis en 1997. C’était déjà il y a 16 ans. Nous n’avions pas oublié cette promesse. Et ne n’oublierons pas cette promesse. Après avoir rencontré les services de l’urbanisme avec notre architecte, permettez de le remercier au passage, nous avions rencontré également le cabinet du Maire pour éviter toutes surprise. Après avoir eu le feu vert de leur part, nous avons déposé une nouvelle fois une autorisation de travaux. Autorisation qui nous a été accordé le 8 juin 2012. Nous avions patienté 10 ans, pour qu’enfin notre projet puisse peut être devenir une réalité. Oui mes chers amis , mes chères sœurs, mes chers frères 10 ans de patience et d’espoir. Pendant ce temps nombreux sont nos concitoyens musulmans, qui faute de salle de pières assez grande priaient dans des conditions indignes, dans le froid, sous la pluie.
Et lorsque nous avons démarré les travaux cette été, nous rêvions de ce centre culturel et cultuel musulman pour tous les musulmans de Nice, et des alentours. On se disait plus, Allah est grand, plus que 5 ou 6 mois à attendre. Nous rêvions de nous y retrouver tous, pour nous y réunir, pour nous y instruire, pour y manger, et enfin pour communier et y prier.
Ce rêve est devenu un cauchemar ce vendredi 11 octobre. Le Maire de Nice, fait adopter en Conseil municipal une déclaration d’utilité publique (une DUP) pour nous exproprier de notre Centre. L’argument avancé est qu’il souhaite en faire une crèche.
C’est une journée noire pour les musulmans de Nice, parce que le Maire de Nice à montré le visage de quelqu’un qui ne souhaite pas voir la communauté musulmane de Nice rentrer dans ses Droits et accéder à la dignité.
Il préfère, semble-t’il, nous garder dans certains sites, et prier dans les caves et les garages. Pour preuve, le nombre de préemption qu’il a fait sur les locaux destinés à être des lieux de prières musulmans. Oui personne, ne peut croire un seul instant que l’installation d’une crèche est la vraie raison de notre expropriation. Et pour cause, à peine à 150 mètres de notre Centre existe déjà une crèche. Juste derrière notre Centre, à 50 mètres, il y a des locaux à louer et à vendre. Des locaux qui font la même superficie que les nôtres. Ces locaux seraient parfaitement adaptés pour une crèche.
Nous sommes ici pour dire que nous refusons cette injustice, ce mépris pour nos Droits les plus élémentaires.
Nous sommes là pour dire que nous n’accepterons jamais que le développement de l’Islamophobie, puisse guider les choix politiques de notre cité. Le maire de la ville en cette période pré-électorale, semble être sensible aux sirènes de la division. La préférence d’une partie de la population à une autre partie de la population.
Christian Estrosi est-il le maire de tous les niçois ?
Nous ne faisons pas de politique, mais nous refusons que les politiques nous prennent en otage. Nous refusons d’être les boucs émissaires du malaise de notre société. Trop c’est trop. Nous disons aujourd’hui stop au mépris vis-à-vis de notre communauté, stop l’hogra.
La France a toujours été un pays d’accueil et d’immigration. La France est devenue depuis longtemps une nation multiculturelle et multiconfessionnelle. L’Islam est la deuxième religion de France, avec près de 7 millions de nos concitoyens qui sont de confession musulmane.
Nous tenons à rappeler haut et fort que l’Islam est compatible avec la démocratie. Nous en sommes la preuve, vous en êtes la preuve. Nous ne demandons qu’à vivre en Paix.
Combien de fois sommes nous descendus pour revendiquer nos Droits, pratiquement jamais !
La preuve c’est que l’on se souvient tous de la grande marche de nos jeunes il y trente ans. Ils ont marché pendant 40 jours, ils ont traversé la France pour réclamer l’égalité des Droits c’était la marche pour l’Egalité de 1983. Nos parents sont toujours restés silencieux, parce qu’ils se sont toujours sentis redevables envers la France. Pays qui leur à donné du travail, qui leur a permis d’éduquer leurs enfants.
Oui nous avons des devoirs en notre pays, mais nous avons aussi des droits. Nous voulons que nos enfants grandissent sans ressentiment et sans haine face à l’injustice commise par quelques uns.
L’héritage que nous souhaitons ardemment laisser à nos enfants est celui d’un pays uni dans le vivre ensemble. Qu’Allah vous garde… « 
Imam Mahmoud Benzamia
Président de l’Association

Participez à la Transition énergétique : soutenez les projets citoyens d’énergies renouvelables avec Energie partagée.org

Energie partagéeaffiche_a3

Bookmark and Share

 

Energie Partagée est un mouvement qui accompagne, finance et fédère les projets citoyens de production d’énergies renouvelables et de maîtrise de l’énergie.

 

Energie Partagée est un mouvement citoyen, fondé par les organismes pionniers de la finance solidaire et des énergies renouvelables. Il est composé de porteurs de projets soutenus par des milliers de citoyens actionnaires qui souhaitent reprendre la main sur leur pouvoir d’investissement et sur leur choix de consommation énergétique.

> Pourquoi avoir créé Energie Partagée ?         > Découvrir l’historique du mouvement

 

Le mouvement Energie Partagée

Energie Partagée se compose d’une association loi 1901 (Energie Partagée Association) qui porte les orientations stratégiques et l’animation du réseau, et d’une société financière (Energie Partagée Investissement) habilitée à récolter et gérer les souscriptions citoyennes.

L’association Energie Partagée…

L’association regroupe des personnes morales, groupements citoyens, collectivités locales et partenaires engagés dans la dynamique des projets d’énergies renouvelables locaux et citoyens et a pour vocation de promouvoir le modèle d’appropriation citoyenne de l’énergie.

Elle organise des journées d’information et des ateliers techniques permettant l’essaimage des projets d’énergies renouvelables citoyens. Elle élabore également des outils méthodologiques qu’elle met à disposition de ses adhérents autour de trois thématiques : la structuration juridique d’un projet / l’analyse économique / la concertation territoriale.

Créée en Juin 2010 dans une démarche d’application de la Charte Énergie Partagée, l’association compte aujourd’hui une cinquantaine de structures membres.

Télécharger le bulletin d’adhésion : LIEN.

…et l’outil financier Energie Partagée Investissement…

Energie Partagée Investissement est le premier outil financier innovant d’investissement citoyen dans la production d’énergie renouvelable et l’efficacité énergétique. Cet outil permet à des porteurs de projets et des acteurs des territoires de réunir les fonds propres nécessaires au lancement opérationnel d’un projet, et d’en garder la maîtrise citoyenne.

L’appui financier d’Énergie Partagée aux porteurs de projets intervient seulement en phase opérationnelle, une fois réalisées les études techniques et budgétaires liées au développement du projet et une fois obtenues les autorisations administratives nécessaires.
En amont de cela, les porteurs de projets pourront de toute façon se mettre en rapport avec l’association pour un appui méthodologique.

Au plan juridique, Énergie Partagée Investissement est une Société en commandite par actions (SCA), statut déjà utilisé par des acteurs de la finance solidaire comme Terre de Liens ou Habitat et Humanisme.

Ce statut permet de séparer le pouvoir de l’argent et le pouvoir de gestion au sein de la société.
Les commanditaires (les investisseurs) confient au commandité la gestion du capital, ce qui permet d’éviter certaines dérives d’un mode de gestion capitalistique où le pouvoir d’orientation d’une société peut se retrouver confisqué par les quelques investisseurs détenteurs d’une majorité d’actions.

 

…pour l’investissement citoyen dans les projets locaux d’énergie renouvelables

Energie Partagée Investissement a obtenu, en septembre 2011, un premier visa de l’Autorité des Marchés financiers lui permettant de lancer son Offre au Public de Titres Financiers. Cela signifit que, Energie Partagée est autorisée à communiquer auprès du public dans le cadre de la collecte de souscriptions.

Le 26 octobre 2012, l’Autorité des Marchés Financiers a accordé un nouveau visa à Energie Partagée Investissement, visa n°12-520 du 26 octobre 2012-10-26, pour une augmentation de capital de 3 millions d’euros supplémentaires.

– – – –

Statuts

…  »

Expulsions d’enfants ou d’adolescents scolarisés depuis des années en France : BASTA ! Et pétition à signer

Pour LEONARDA, la situation est claire et bien résumée dans Libération (et pas dans L’Express).

Près de 5 ans de présence en France et plus de 3 ans de scolarisation.

Jean Marc Eyrault a promis de revenir en arrière s’il y a eu faute. Une sage déclaration.

Le critère de scolarisation de plus de 3 ans est rempli ( circulaire Valls du 28 novembre 2012 sur «l’admission exceptionnelle au séjour des étrangers en situation irrégulière».).

Autre cas : l’expulsion d’un garçon arménien de 19 ans, qui a aussi mobilisé ses camarades qui en ressentent toute l’injustice, en cours d’une année scolaire capitale.

Pour Leonarda et sa famille, Italie ou Kossovo, là n’est pas le problème «On n’avait pas des papiers d’identité. J’ai juste dit que nous étions du Kosovo», a-t-il dit.

A lire dans Libération … et à suivre !

http://www.liberation.fr/societe/2013/10/16/expulsion-de-leonarda-ce-qui-s-est-passe_939954

Pétition à signer :

 » Nous demandons le retour de Leonarda » Nous nous joignons aux enseignants du collège André Malraux et du lycée Toussaint Louverture pour dénoncer les méthodes utilisées pour renvoyer des enfants vers des pays qu’ils ne connaissent pas et dont ils ne parlent pas la langue. Nous sommes choqués de voir comment les efforts d’intégration fournis par ces enfants à l’école sont réduits à néant par des politiques aveugles et inhumaines. Nous demandons le retour immédiat des enfants en France pour leur sécurité. Enfin, des sanctions doivent être prises à l’encontre du préfet pour que de telles expulsions ne se reproduisent plus.  »

https://secure.avaaz.org/fr/petition/Retour_de_Leonarda_arretee_et_expulsee_pendant_une_sortie_scolaire/?dzQFuab

 » Nice. Mosquée vs Crèche, mon intervention au dernier conseil municipal  » par Emmanuelle GAZIELLO, Conseillère Municipale de Nice, conseillere de la Métropole (groupe Front de Gauche)

Délibération 18.4

Réalisation d’un équipement petite enfance aux Iscles de Sainte-Marguerite. Demande d’ouverture des enquêtes conjointes d’utilité publique et parcellaire.

Monsieur le Maire, madame l’Adjointe à la petite enfance, mes cher-e-s collègues

Je vais m’employer à décrire 1 /l’équilibre économique de l’opération ; 2/la méthode employée.

-selon vos dires, 300 enfants en liste d’attente sur les quartiers déjà construits de ce secteur Ouest de la Ville…

-selon vos dires toujours, besoin du foncier disponible par expropriation pour construire « un lieu social, un lieu d’accueil, en anticipation pour un futur quartier (celui de Méridia) », pour cela vous voulez donc exproprier au prix d’une procédure longue et couteuse (rappelons nous ce que coûte aux finances publiques la préemption dans le même registre de la « Petite biche » , rue alsace lorraine, nous venons de voir avec les délibérations de M Vérola, que ce local préempté pour 800.000€ « reste sur les bras » de la ville car il ne trouve pas preneur.)

Or, la direction des affaires foncières de la Ville a jugé bon de proposer à la vente aux enchères puis de gré à gré à un gérant de portefeuilles russe , M. Maxim AVDEFV (PV du 23 Fevrier puis du 24 mai 2012 du  GTS « vente des biens communaux ») deux locaux qu’elle possède dans le même ensemble immobilier que celui qui est ICI proposé à l’expropriation, , Nice la Plaine I (277-279 avenue Ste Marguerite),d’ailleurs je remarque à ce propos que la délibération qui nous est proposée ici ne mentionne pas l’adresse ; juste les parcelles cadastrales, c’est grâce au cadastre que j’ai retrouvé l’adresse !!

Deux locaux occupés aujourd’hui par deux PME locataires des plus respectables, Sudéquip ingénierie (spécialiste en infrastructures publiques)et Completel(centre de telecommunications).

Et pourquoi donc se dessaisir de ce foncier, et de plus au profit d’un investisseur non européen ? Le rôle de la ville de Nice est-il de se transformer en agent immobilier ?

Et dans le secteur où justement vous dites dans cette délibération que la ville en a besoin pour des équipements collectifs,

Et dans le secteur « éco-vallée »où justement vous cherchez à tout prix à attirer des entreprises ?

Car nos deux entreprises étaient acquéreurs (CR du GTS du GTS du 230213 et du 240513),

Ne sont elles pas assez innovantes pour être favorisées dans leur maintien sur l’éco vallée ?

 

Or j’apprend hier, que la vente ne s’est pas faite à M AVDEFV, au bout de plus d’un an !!!

Une solution des plus économiques s’offre à vous immédiatement : proposez à Sudequip Ingenierie de lui vendre  70% de ses vastes locaux et créez une crèche dans les 30% restant….

cricri_2.jpg

2/Sur la méthode :

Nous sommes sur le territoire de l’écovallée, vous découvrez soudainement par notification, le 3 octobre à l’association EN Nour qui a obtenu toutes les autorisations de travaux de votre part auparavant, que les structures de desserte ne sont pas appropriées, que la capacité de stationnement est sans rapport avec le chiffre de 1000 visiteurs de ceprojet du centre En-Nour (la lumière, en arabe) qui prévoit la réalisation d’une bibliothèque, d’une salle pour le soutien scolaire et l’enseignement de la langue arabe, une caféteria, des espaces de prière pour les hommes et les femmes,

Pourtant vous avez bien autorisé et même subventionné le déclassement des 1400m2 de sous sol de l’église St Pierre d’Arène au profit d’une association Loi 1901 qui s’est crée pour l’occasion mais qui n’est que la réplique de l’association diocésaine, la convention permettant d’accueillir au moins 1000 personnes aussi, nous sommes en centre ville, l’alibi culturel serait il plus fiable quand ce sont des catholiques que quand il s’agit d’un niçois sur 10, de confession musulmane ?

J’aime ma ville (contrairement à votre assertion condescendante de ce matin) et e porte un intérêt à tous ses habitants sans exception,

Vous divisez , vous opposez ,les niçois entre eux, vous instrumentalisez les religions a des fins d’intérêt électoral personnel,

Monsieur le maire, La République n’est pas un drapeau dans lequel il fait bon se blottir si c’est pour, aussitôt après, s’essuyer les pieds sur ses valeurs comme sur un paillasson.

EELV ( Europe Ecologie Les Verts ) contre l’arrêté « anti-bivouac » d’Estrosi Communiqué de presse

Recours d’écologistes contre l’arrêté « anti-bivouac » d’Estrosi
(AFP)
EELV  Alpes-Maritimes a déposé mardi des recours auprès du Défenseur des droits et du Conseil d’Etat après la prise par le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi d’un arrêté municipal « anti-bivouac » ciblant notamment les Roms.
« Nous sommes particulièrement écoeurés par cet arrêté », a expliqué à l’AFP la conseillère municipale et métropolitaine Mari-Luz Hernandez-Nicaise, porte-parole de la coordination départementale EELV (Europe Ecologie Les verts) à l’origine de ces recours.
Cette coordination dénonce une « volonté de ségrégation et de priorité de traitement de ressortissants européens selon leur origine ethnique ». Elle demande « à ce que M. Estrosi fasse des excuses publiques » et « qu’un rappel à la loi lui soit fait ».
« Est-il acceptable que le premier magistrat d’une ville n’applique pas les lois de la République et de l’Union européenne? », s’interrogent notamment les écologistes dans leur lettre au Défenseur des droits Dominique Baudis, dont l’AFP a obtenu copie.
Enfin, les écologistes demandent au maire « qu’il mette à disposition sur sa commune suffisamment d’emplacements pour accueillir les campements des populations nomades, évitant ainsi qu’elles ne doivent réaliser des campements illégaux ».
L’arrêté du maire consiste notamment à donner des pouvoirs accrus à la police municipale, qui pourra délivrer des contraventions et faire des contrôles d’identité pour conduire des personnes en situation irrégulière à la police nationale.
Christian Estrosi avait précisé la semaine dernière qu’il ciblait « toutes les populations qui occupent le domaine public » dont les SDF, mais aussi les tziganes des pays de l’Est.
Interrogé lundi par France Info, l’édile a jugé son arrêté « efficace puisqu’en trois jours d’application, nous avons arrêté 50 personnes qui étaient en situation irrégulière ».
SOS Racisme a pour sa part indiqué avoir déposé mardi un « recours préalable » (recours amiable en annulation) auprès du maire.
Christian Estrosi « a deux mois pour répondre » et s’il ne retire pas son arrêté, « nous saisirons le tribunal administratif pour le faire annuler », a affirmé à l’AFP Amadou Diallo, président de la section départementale de l’association.
A Antibes, le sujet des Roms divise aussi depuis des propos du maire UMP Jean Leonetti contre les « intrusions des sans-abri roumains dans les maisons +abandonnées+ » de la commune, tenus la semaine dernière. Mardi soir, une quarantaine d’élus de gauche et de militants associatifs (RESF, LDH ou encore Prales, une association locale de défense des Roms) se sont rassemblés en centre-ville pour protester contre des propos jugés « scandaleux » par les organisateurs.
Selon le site internet de Nice-Matin, l’élu avait dit vouloir « s’inspirer du dispositif des voisins vigilants pour éviter (ces) intrusions ».

Maroc :  » Ali Anouzla : soutien à un journaliste indépendant emprisonné  » Communiqué de presse de Malika BENARAB-ATTOU, eurodéputée ( Verts/ALE )

Malika Benarab-Attou  et Ana Gomes

VERTS_LOGO FR_300dpi_rgb

Le 17 septembre dernier, Ali Anouzla, Directeur de la version arabophone du site d’information marocain Lakome, a été arrêté  pour avoir publié un lien vers le site du quotidien espagnol El País renvoyant vers une vidéo « d’Al-Qaïda au Maghreb islamique » (AQMI), intitulée « Maroc: royaume de la corruption et du despotisme ». D’emblée, Lakome avait précisé qu’il s’agissait d’une vidéo de « propagande ».

Le 24 septembre, Ali Anouzla est passé devant le juge d’instruction pour « assistance matérielle », « apologie du terrorisme » et « incitation au terrorisme » et est actuellement incarcéré à la prison de Salé-Rabat, connue pour abriter de nombreux détenus impliqués dans des affaires de terrorisme islamique. Il encourt de 6 à 20 années d’emprisonnement.

Ali Anouzla est connu pour être un journaliste indépendant qui s’attaque à des questions sensibles, taboues, ignorées par les médias traditionnels et qui touchent les plus hautes sphères du pouvoir marocain.

La diffusion de vidéos d’AQMI est une pratique existante dans les médias internationaux, elle est destinée à informer et non pas à cautionner. La Fédération internationale des Journalistes considère qu’Ali Anouzla « n’a pas enfreint le code de conduite et la déontologie qui s’applique au métier de journalisme ».

Malika Benarab-Attou, eurodéputée Les Verts/ALE, déclare :

« Tout comme une soixantaine d’organisation dont Reporters sans frontières, Human Rights Watch, Amnesty international, Mediapart qui se mobilisent pour la libération de M. Anouzla, je m’inquiète du risque grave de violation de la liberté de presse. Dans ce contexte, le 30 septembre, j’ai envoyé un courrier à l’Ambassadeur du Maroc auprès de l’UE. J’ai aussi pris contact avec Driss El Yazami, Président du Conseil national des droits de l’Homme (CNDH) au Maroc. Ces deux tentatives n’ont pas permis de débloquer la situation de M. Anouzla qui reste incarcéré depuis 1 mois dans l’incompréhension totale. »

L’eurodéputée ajoute :

« J’ai été interpellée par Aboubakr Jamai, Directeur de la version francophone de Lakome, que j’ai invité au Parlement européen. Comme il l’explique, M Anouzla est le journaliste qui a dénoncé l’affaire du « Daniel Gate », créant une vive polémique. Son arrestation n’est-elle pas une attaque contre l’expression d’un nouveau modèle de journalisme; un journalisme émergent qui dénonce la répression des libertés en règle générale ? Le pouvoir marocain se cache-t-il derrière l’argument de la lutte contre le terrorisme pour justifier toute atteinte aux libertés de la presse et d’expression ? Au PE ce lundi 14 octobre, M. Jamai a pu être entendu, à ma demande, par les participants de la Délégation Maghreb. Le Président de cette Délégation, M. Panzeri s’est engagé à interpeller les autorités marocaines par l’intermédiaire de son ambassadeur. Avec d’autres eurodéputés (Ana Gomes, Marie-Christine Vergiat, Marisa Matias, Sonia Alfano, Veronique De Keyser) nous avons affirmé notre soutien à M. Anouzla. »

Malika Benarab-Attou conclue :

« La libération de M. Anouzla est une nécessité car sont en jeu les libertés d’expression au Maroc et la crédibilité du processus de réforme qui se veut démocratique. Enfin, le cas d’Ali Anouzla rappelle aussi que des jeunes du Mouvement du 20 février sont arrêtés et emprisonnés dans le silence. »

« EELV condamne fermement l’expulsion et les conditions indignes de l’arrestation de la famille Dibrani » Communiqué d’EELV ( Europe Ecologie Les Verts )

Logo_EELV_fondvert_bis

 » EELV tient à exprimer sa colère et son incompréhension suite à l’expulsion ce mardi 15 octobre, de la famille Dibrani, et en particulier face aux conditions d’arrestation d’une des six enfants, Leonarda, élève de 3ème à Pontarlier.

L’expulsion d’enfants scolarisés est devenue courante. A Paris, à Belfort, à Rodez, depuis le début du mois d’octobre, on a expulsé des lycéens, des enfants de 3 et 5 ans, des familles dont les enfants sont scolarisés. Autant de gens transformés en données statistiques. A la fin de l’année, le ministre de l’Intérieur annoncera fièrement avoir expulsé plus d’étrangers en situation irrégulière que l’année précédente, avoir renvoyé en Europe de l’Est plus de Roms que le gouvernement précédent.

EELV dénonce ces agissements et attend de l’enquête administrative décidée aujourd’hui par le gouvernement des explications sur le déroulement et les conditions de l’arrestation de Leonarda. Les responsables ne devront pas manquer d’être sanctionnés.  »

Jean-Philippe MAGNEN, Elise LOWY, Porte-parole