Pour une écologie, au service de l’aménagement du territoire, de l’emploi, de la santé, des transports, du logement et de la qualité de vie au sens large ( bien vivre et travailler au pays ) …

Le 30 mars 2014, votez Mon Parti c’est Nice ! Votez Olivier BETTATI !

En effet, l’écologie ne se réduit pas aux petites fleurs et à la verdure !

Il faut aller vers un  développement de l’économie verte et de l’innovation avec une dynamisation forte de l’emploi. Et tout faire pour obtenir une ville apaisée, dynamique, culturelle, vivante et attrayante pour tous, habitants, actifs y travaillant, touristes … etc.

Et que l’on n’ait pas l’impression de subir un cessez-le-feu tous les soirs vers 20 heures avec des rues désertes dans presque tous les quartiers, avec le sentiment d’insécurité qui va avec pour les plus sensibles, renforcé par la disparition des lieux de vie ( commerces de proximité, lieux de culture, espaces d’amusement pour les jeunes … )

Donc proposer un changement radical dans la gestion générale de la ville notamment dans les domaines du logement, des transports, de la gestion des finances publiques, de l’emploi, de la sécurité, de l’éthique, de l’écologie, de la défense de la culture niçoise, du vivre ensemble, de la culture, du respect de la dignité humaine, de la santé ….

Car il faut changer d’orientation dans pas mal de domaines ! Et nous aurons la possibilité de le faire en cas de réussite de notre liste « Mon parti c’est Nice » avec Olivier Bettati !

Comment y arriver ?

Il faut avant tout :

 l’établissement de la règle de marchés publics «  verts « en imposant une éco-conditionnalité dans les marchés publics ( subordonner le choix au respect des normes environnementales), et pour l’ensemble des aides et financements municipaux ( entreprises, associations … etc)

– le vote d’un PME business Act aussi pour raison écologique, et cela aidera nos entreprises locales, avec formation organisée par la commune pour les entreprises,

–  un moratoire sur les grandes surfaces ( création ou extension ) des grandes surfaces pendant toute la durée du mandat ( 6 ans ),

 la création d’un label local de qualité ( fach’ en countea ).

Et voici les grands domaines » Aménagement du territoire – Développement durable – Ecologie – Economie verte – Qualité de vie – Santé/Environnement …  » de notre future gestion municipale, sans hiérarchisation et de façon non exhaustive :

1 Aménager harmonieusement le territoire pour le bien de tous / Favoriser une économie verte pour créer de nombreux emplois

Buts : Assurer pour tous des conditions de vie, de déplacement, de logement et de travail dignes et agréables; permettre aux PME, PMI, petits commerces, artisanats de se développer, favoriser le vivre au pays, aider à l’installation du télétravail, protéger nos terres nourricières et aider à l’installation d’agriculteurs, avoir plus de végétal et moins de minéral.

Moyens :

1.1 Revoir entièrement l’OIN ( voir par ailleurs projet spécifique ) afin de préserver la fonction nourricière et hydraulique de la Vallée du Var, stopper le déplacement du MIN,  pérennisele devenir du stade du Ray avec conservation et ouverture au public, de 2 bâtiments, de terrains de sport  et de zones vertes, création de parkings … etc ( voir par ailleurs projet spécifique );

1.2 Réussir la proximité avec des zones de services décentralisés dans les Mairies d’arrondissement pour relocaliser les services anciens et nouveaux aux citoyens ( PMI, accompagnement des aidants des seniors dépendants et des handicapés, emploi, éducation, sécurité, santé, services décentralisés, démarches administratives, éducation à la santé et à la consommation, associations, lieu de rencontre inter-générationnels … ), avec camionnettes d’action « polyvalente » pour tout réparer ou changer rapidement;

1.3 conserver et reconquérir des zones à vivre, attrayantes et végétalisées, stopper l’étalement urbain et construire la ville sur la ville avec un nouveau Consiglio d’Ornato architectural et végétal; développer un éco-quartier à Nice est;

1.4 Créer des emplois par l’Economie verte dans chaque arrondissement :

– Produire localement des ENR – énergies renouvelables ( voir plus loin ) ,

– Redévelopper la filière bois, et créer une filière « réhabilitation et isolation des bâtiments » ( chanvre, liège … );

– Promouvoir la gastronomie et la production alimentaire locale, bio et les circuits courts;

– favoriser les cultures nourricières : cultures potagères généralisées (  toits, plates-bandes, jardins partagés, jardins citoyens …etc ); développer l’utilisation et la culture en coopératives des fibres naturelles ( chanvre, lin, laine … );

– revoir entièrement le traitement des déchets avec baisse du volume de collecte à la source, compostage, pesée-embarquée, recyclage avec fabrication locale .. etc ( voir plus loin );

1.5 – Création d’un Pole municipal central spécialisé « ENR – Energies Renouvelables » facilitateur et incitateur, et en Mairies d’arrondissement pour aider les formateurs ( des écoles à l’Université ), particuliers, chercheurs, entreprises, syndics, promoteurs…, et inciter à créer une Charte de fiabilité en cas de faillite;

1.6 Promouvoir le tourisme vert : circuit vert dans la ville ( arboretums décentralisés ) maisons d’hôte, Bed and breakfast bio, découvertes naturelles maritimes …;

1.7 Elaborer des Projets Utiles à Dimension Humaine, culturels, créateurs d’emploi, pédagogiques et touristiques pour chaque arrondissement :

– Grand hall d’exposition au-dessus de la Gare St Roch ( foires ),

– Cité des Sciences ( naturelles / Musée Barla, Arboretum et Planétarium ),

– Solar Valley,

– Cité de la Santé …

2 Produire et consommer l’énergie autrement 

Buts :

La ville doit donner l’exemple à travers tous ses bâtiments publics.

autonomie énergétique à moyen terme ( dépendance actuelle des autres départements : 90% ), baisse de ces dépenses financières in fine pour les foyers, diminution de la consommation, développement des ENR et rénovation thermique des bâtiments

Moyens :

– création d’une société d’économie mixte pour le développement de la transition énergétique où l’animateur est la municipalité et son Pôle Energies, pour aider les adhérents ( particuliers, commerçants, supermarchés, artisans, PME ) à réussir leur transition énergétique avec stabilité des prix, sans profit à tout prix …

– facilitation des achats groupés et proposer des installateurs et des maîtres d’oeuvre : aide à établir l’appel d’offres, aide au choix des prestataires en fonction de critères stricts, : la mairie doit avoir le rôle de facilitateur. et donner l’exemple

– réhabilitation de l’habitat ancien ( 90% du parc ) et aide à la construction de bâtiments à énergie positive, équipement en ENR de tous les bâtiments de la Métropole, ombrières de parkings, efficacité énergétique et expansion des énergies renouvelables majeures ou mineures, avec :

– aide à la création de filières complètes de A à Z et locale ( Recherche et développement, fabrication de matériels avec PME, PMI, start-up, formation de professionnels de tous niveaux du CAP au doctorat ) : SOLAR VALLEY,

– création d’un Pole spécialisé centralisé et aussi en Mairies d’arrondissement ,

– aide à l’installation de microturbines ( eau potable et eaux usées ), microéoliennes … etc,

– développement de la production et de la récupération de biogaz, technique de méthanisation volontaire qui peut s’appliquer aux ordures ménagères brutes ou à leur fraction fermentescible  ( uniquement pour les décharges anciennes et les boues des stations d’épuration. ),,

– coopération avec Enercoop, Energie partagée … etc,

– aide à l’utilisation de la géothermie avec eau ou terre ( immeuble sur nappe pas trop basse ),

– récupération de la chaleur des eaux usées ( hôpital, gros immeubles, bâtiments utilisant eaux chaudes : restaurants, centre commerciaux …  ),

– récupération du bois ( bois d’oeuvre 50% de la souche et les autres 50% sont des déchets de bois ), palettes, bois de récupération, vieux meubles ( fabrication de granulés ou de pellettes pour bruler dans des chaudières ).

– aide à la diminution de la consommation et à la chasse au gaspillage.

3 Améliorer enfin la qualité de vie

Buts :

– participer à l’augmentation de l’espérance de vie en bonne santé qui a tendance à diminuer ( 62 ans environ ), assurer l’amélioration de la qualité de vie, recréer du lien social ( ex. fêtes de quartier ) et obtenir un bien vivre ensemble ( découverte des cultures voisines ou plus lointaines ), protéger notre environnement privilégié avec protection de la terre, de l’air, de l’eau et donc éviter sa marchandisation ,

– assurer le maintien de notre bonne santé globale par la reconnaissance des rapports étroits entre la santé et l’environnement : par exemple, Nice est une des villes les plus polluées d’Europe ( pollution de l’air – microparticules…) alors qu’elle n’a pas d’industrie polluante; lutter contre le CO2,

– limiter la pollution par les ondes électromagnétiques en imposant aux installateurs d’antennes pour les toits de la collectivité une moindre puissance,  et revoir la Charte de recommandations environnementales entre la mairie et les opérateurs,

– mettre en place entre eux et les riverains des instances de concertation avant chaque projet d’installation.

Moyens :

– reconnaissance de la santé de la population au rang de priorité dans toutes les décisions municipales ayant un impact sur la qualité de l’air

– promotion de la prévention primaire ( éviter l’apparition de maladies ) avec propositions et prises de décisions qui s’imposent

– suppression à terme les substances CMR ( cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques ), les perturbateurs endocriniens, les microparticules pathogènes ( diesel, mazout, kérosène ), le dioxyde de carbone, les ondes électromagnétiques, les nuisances sonores, le dioxyde de carbone … etc,

– développement d’un autre regard sur l’animal et une autre pratique ( respect, civisme, places réservées, partage harmonieux de l’espace ).;

– le Maire et son équipe doivent promouvoir le civisme et le respect mutuel avec volonté d’apaiser et de réconcilier, et aide et conseils aux associations qui y travaillent.

Aller vers une politique des transports digne de la 5ème ville de France

Buts :

Diminuer le trafic des automobiles et des camions en ville,

– faciliter la diminution des trajets quotidiens intra-urbains en voiture,

-diminuer la forte pollution atmosphérique : Nice étant une des villes les plus polluées d’Europe alors qu’elle n’a pas d’industrie,

Moyens :

– gestion globale du plan de déplacement et de stationnement urbain et réaménagement de l’ensemble du système de transport,

– développement massif de transports non polluants ( personnes et marchandises ), collectifs et individuels et encouragement du télétravail,

– réfection de la voirie et des trottoirs après état des lieux complet dans chaque arrondissement,

– tram ligne 1 : tramway jusqu’à l’Ariane et La Trinité, comme il était prévu,

– ligne 2 d’Est en Ouest, à réaliser rapidement, et non souterraine, pour rattraper l’énorme retard ( rien ou presque en 6 ans : 4 fois moins de kilomètres qu’à Bordeaux, parti en même temps, donc tardivement, à population égale ); et arrivant à la gare de Riquier, et y raccorder un réseau de bus navettes collinaires avec grande fréquence et plus grande amplitude de service,

– développer ce qui peut améliorer les flux de circulation, le télé-travail, le covoiturage et l’auto-partage (qui permet de diminuer le nombre de voitures à garer dans Nice),

– révision globale du plan de transport collinaire par bus, à améliorer sérieusement, car pas fonctionnel du tout, en renforçant la fréquence des bus à certaines heures et en élargissant l’offre jusqu’au soir; ailleurs éviter des bus surchargés et trop espacés, mettre 2 tarifs expérimentaux ( bus, tram ) avec un « tarif résident autochtone » pour résidents pays Niçois et un « tarif général » pour les autres ( ou expérimentation de la gratuité pour les résidents ),

– utilisation systématique du train en intra-urbain ( fret et passagers ), y compris le train des Pignes avec doublement de la ligne ( gare du Sud plan du Var );

– création de nouveaux parkings relais ( bus, tram ),

– BHNS à installer (bus à haut niveau de service ) sorte de tram sur roues à coût nettement inférieur, électrique, pour certaines dessertes,

– véhicules de location électriques ou à air comprimé ( Peugeot-Dong Feng, Tata Motors ) encouragés avec énergie renouvelable par toits sur parkings et ailleurs ( ombrières ),

– navettes maritimes électriques ( passagers et fret ),

– parkings de dissuasion plus nombreux y compris pour prendre les bus ( agrémentés avec services : garde d’enfants … ),

– zone à 30km/h à de nouveaux endroits sensibles,

– pistes cyclables sécurisées, paysagées et en continuité, et zones à trente km/h complétée; se doter d’un système de parking à vélos sécurisé, et mettre en place un réseau de vélos bleus électriques à partir du bas des collines,

– grande gare d’autobus à rétablir,

– gratuité de l’autoroute de contournement à négocier pour les habitants du pays niçois,

– diminution des camions de fort tonnage en ville avec création d’une plate-forme de stationnement et de déchargement en périphérie avec véhicules utilitaires électriques en relais.

– centre ville réservé le plus possible aux résidents et découragement du stationnement des bus de tourisme dans la ville, comme cela se fait un peu partout (parc de stationnement à la périphérie proche d’une station de tram ou de bus de la ville).

Logement – Urbanisme : là aussi il y a beaucoup à réaliser

Buts :

créer un nouvel urbanisme écologique, respectueux de l’humain et de notre histoire pour tous, construire en hauteur par endroit,

entreprendre une politique foncière qui permette le développement :

– de l’habitat participatif, afin que des éco-habitats groupés se créent, permettant du lien et de la mixité (locaux d’activités artisanales ou culturelles, locaux associatifs, logements pour jeunes et retraités permettant la solidarité intergénérationnelle, chambres d’hôtes).

– des éco-quartiers  chaque fois que cela est possible.

Logement social : à revoir entièrement avec :

– réhabilitation de certains endroits abandonnés,

– suppression des « zones de non droit »,

– recréer des conditions de vie dignes partout,

– aide des locataires à l’acquisition …

Moyens :

– faire un bilan de l’existant,

– recréer un Consiglio d’Ornato afin de conserver et protéger notre patrimoine, la qualité de vie ( arcades, arbres pour protéger du soleil, toits et façades végétalisées … etc ) et l’attrait touristique,

– créer un Eco-quartier : Halle Spada, Abattoirs, futur grand hall d’exposition au-dessus de la gare Saint Roch …

– aménager le Paillon jusqu’au lycée de l’Est après large concertation citoyenne et concours paysager ( et pas couvrir ! ),

– Bâtiments HQE (haute qualité environnementale), Négawatt, ou à énergie positive quand c’est possible,

– facilitation de l’éco-habitat groupé et de l’auto-promotion afin de permettre aux habitants de s’approprier la conception ou la rénovation de leur habitat.

Logement social :

– faciliter l’accès à la propriété au bout d’un certain nombre d’années de paiement du loyer,

– mettre un représentant de la mairie dans chaque commission d’attribution,

– baisser des charges en supprimant les incivilités ( pédagogie, prévention, sanctions ),

– rénover les logements et remettre un gardien-médiateur,

– faire là aussi la rénovation thermique et participer à la transition énergétique,

– gratuité du chauffage urbain produit par l’incinérateur,

 6 Gestion des déchets : tout est à revoir

Locale, écologique et générant des emplois :

– aide à la forte diminution à la source ( inciter les grandes surfaces à minimiser les suremballages ),

– filières locales de recyclage ( ex. : filière papier et isolant avec fabrication locale ),

– suppression de l’incinérateur de l’Ariane à long terme,

– incitation à la pesée-embarquée

– composteurs municipaux répartis dans tous les quartiers,

– création d’une recyclerie pour réparer et revendre à petits prix les objets en bon état relatif amenés à la déchèterie;

 récupération du papier et fabrication locale de papier recyclé,

– mobilisation pour ouvrir un Centre de Valorisation Organique.

– gratuité pour les riverains de la déchèterie de l’Ariane.

– ânes pour tondre, cochons, poules pour recyclage

7 Biodiversité : préserver et recréer

Les études scientifiques le montrent : accroître la végétation urbaine améliore la qualité de l’air et protège de l’effet d’îlot de chaleur. Préserver des sols vivants et perméables est indispensable au cycle de l’eau et prévient les inondations. Restaurer les habitats de certaines espèces, comme les pollinisateurs sauvages, est aussi un moyen de se prévenir intelligemment des pathogènes.

Par contre, à Nice, cette biodiversité est en péril et les zones Natura 2000 sont peu respectées; Il faut donc protéger ce qui reste, voire la recréer partout ou cela est possible avec par exemple :

– des arboretums d’espèces plus ou moins en voie de disparition dans toute la ville mais aussi pédagogique et localisé dans la Cité des Sciences,

— utiliser certaines espèces de plantes adaptées pour dépolluer certaines zones,

– permettre l’installation systématique de jardins partagés dans tous les arrondissements …

8 Façade Maritime : à protéger et mettre en valeur

– faire respecter la loi littorale et la continuité des sentiers de bord de mer (chemins des douaniers);

– assurer la qualité de l’eau de mer ( Haliotis à surveiller …etc )

– imposer aux plagistes privés les obligations légales de non construction (ou de non-reconstruction pour les existantes qui ont été endommagées par les coups de mer) en dur sur la façade maritime de la ville de Nice; n’autoriser que les constructions saisonnières entièrement démontables, écologiques et intégrées avec un cahier des charges très précis;

– en faire un atout du tourisme vert.

Philosophie globale

Nice ainsi redynamisée, et apaisée va devenir la véritable ville « verte «  de la Méditerranée, une ville exemplaire où il fera bon vivre, travailler, agréable à visiter. Elle deviendra un phare de l’écologie appliquée, de l’innovation et du vivre ensemble qui pourra servir de laboratoire et essaimer. En respectant sa culture, ses racines et son histoire. Et tout cela se fera en collaboration avec le tissu économique, scolaire, universitaire, professionnel et associatif local et international.

Nice va aussi devenir une ville en transition. Pour cela, la participation citoyenne en est un élément fondamental, aux côtés de la volonté politique forte de notre équipe municipale future.

La transition en question est le passage « de la dépendance au pétrole à la résilience locale ». Les Niçoises et les Niçois sont invités à créer un avenir meilleur et moins vulnérable devant les crises écologiques, énergétiques et économiques qui nous menacent en agissant tout de suite pour :

– réduire la consommation d’énergies fossiles;

– reconstruire une économie locale vigoureuse et soutenable et retrouver un bon degré de résilience par la relocalisation de ce qui peut l’être;

– acquérir les qualifications qui deviendront nécessaires.

Nice va trouver par elle-même les actions qui lui conviennent en fonction de ses ressources et de ses enjeux. Il n’y a pas de réponse toute faite. Le modèle de Transition offre un cadre de travail cohérent mais non coercitif.

 Pourquoi agir localement ?

– parce que l’économie devra inévitablement se relocaliser en grande partie;

– parce que c’est le niveau auquel les citoyens peuvent inventer des solutions bien adaptées à leur réalité et passer à l’action;

– parce que c’est souvent localement que se trouvent les personnes, les ressources et les solidarités pour agir.

– et enfin parce que nous  avons le devoir aussi de penser aux générations futures ! « 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *