Archives mensuelles : mai 2014

Le printemps Bio dimanche 1 juin 2014 à Collongues  » Des ateliers & des animations pour tous  » par Agribio Alpes-Maritimes

1486732_645721308851085_2830463238169561229_n
Depuis déjà quelques années, nombreux sont les événements se déroulant sur le littoral en faveur de l’Agriculture Biologique. On a choisi cette année d’organiser la première édition d’une fête de l’AB à Collongues ! Située au nord-ouest du département des Alpes-Maritimes, cette commune rurale s’intègre dans un espace montagneux à couper le souffle : paysages forestiers à perte de vue et grand air sont au rendez-vous !Une véritable journée festive au sein du village.PROGRAMME DIMANCHE 1er JUIN 2014

10h – 17h : venez à la rencontre des producteurs bio et locaux : ils seront au rendez-vous pour proposer et faire déguster une multitude de produits locaux.

10h – 17h : des artistes et artisans vous feront découvrir leurs univers : créations et œuvres en tous genres pour égayer votre curiosité… Des associations œuvrant dans le domaine de l’environnement, de l’agriculture, de l’éco-citoyenneté seront présents pour partager avec vous les valeurs qu’elles défendent et les actions qu’elles mènent sur le terrain.

Départ à 10h30 du village : un jeune maraîcher bio aura le plaisir de vous emmener sur son lieu de production. Après une trentaine de minutes de ballade, vous pourrez assister à une visite ludique et pratique en direct de l’exploitation. Pour les petits comme pour les grands ! Dégustation à la clef…

Dès 12h : venez vous restaurer en produits bio et locaux ! Le comité des fêtes sera ravi de vous proposer un repas et un espace convivial pour déjeuner en famille ou entre amis.

14h – 16h : Des acteurs locaux œuvrant pour l’installation d’agriculteurs sur le territoire participeront à une table ronde ouvertes à toutes et tous. Quels enjeux aujourd’hui ? Quels sont les rôles de ces structures ? Quelles sont les démarches à suivre pour s’installer ? Que vous soyez propriétaires fonciers, porteurs de projets agricoles ou tout simplement curieux d’en savoir plus sur la thématique de l’installation agricole, cette table ronde est faite pour vous !

Le tout dans une ambiance détendue et musicale !

– Atelier de tissage de laine à la main –
– Atelier fabrication d’objet en argile –
– Atelier artistique : participer à la réalisation d’une peinture sur toile géante ! –
– Atelier création de bijoux à partir de matériaux recyclés –
– Démonstration de tressage d’osier, réalisation d’objets en osier –
– Animation sur le lombricomposteur ! –
– Animation sur les céréales -Mais aussi des animations avec les associations et les agriculteurs :
Sculpture du bois, dégustation de tisanes originales, animations sur les oiseaux..Et pour la musique, la scène ouverte permet à chacun de venir jouer tout au long de la journée!A dimanche !Pour toutes questions ou renseignements : 04 89 05 75 47 ou :agribio06communication@gmail.com

Association des Jardins partagés de Nice : belle fête à Saint Roch le 23 mai 2014, jour de la fête des voisins, dans un lieu magique !

 » D’abord un grand bravo à tous pour votre investissement. Cette parcelle devient un petit bijou. La récolte devrait être magnifique.
C’est très important pour ce morceau de patrimoine que nous essayons de sauver que la mairie et les habitants constatent l’attachement à cette parcelle et réfléchissent à ce qu’elle représente : un lien entre le passé et le présent, un endroit où les gens tissent des liens, une niche écologique, un trésor qui n’est pas remplaçable, car ce petit terrain est une conjonction unique de contrastes : entre l’ombre et la lumière (avec l’ensoleillement qui tourne, avec ces arbres magnifiques dont un quasiment centenaire mais en pleine santé) , entre la chaleur et la fraîcheur ( avec le vent du soir qui descend de la montagne mais un mur lié à la chaux qui retient la chaleur du jour)….
Comme l’a dit M. Giaume, notre nouvel Adjoint au territoire, c’est un lieu magique et vraiment niçois.
Et puis maintenant nous avons l’eau sur la parcelle … Un petit miracle dont rêvait M. Delfino , l’ancien propriétaire, réalisé grâce aux talents de bricoleurs de M. Pasta et M. Reitano. Chapeau bas ! L’eau arrive fraîche et claire apparemment issue d’une poche souterraine qui pourrait être une source ou une résurgence du Paillon. Encore une nouvelle richesse de ce petit terrain de 250 m2. Pas étonnant que les arbres du coin deviennent si beaux : ils pompent l’eau du sous-sol et l’assainissent.
Encore bravo à ces deux nouveaux adhérents qui n’ont ménagé ni leur peine ni leurs efforts….
Pour la bonne marche de la parcelle,  je rappelle ces quelques règles de fonctionnement :
– tout est indiqué dans le règlement des jardins partagés
– le compost : il faut utiliser celui qui a été déposé à la création des jardins partagés, en le tamisant
– un bac à compost a été déposé par Mr Reitano qui a aussi fait du purin d’ortie dans la poubelle noire adjacente (utilisable contre les pucerons). Consultez le sur la date exacte de mise en service
– les arbres : ne pas y toucher. C’est Florent le jardinier de Terra Segurana qui s’en occupe. Il viendra nous voir prochainement
– pas de feu sur la parcelle
En cas de doute n’hésitez pas à m’appeler au 06 14 66 18 53 ou Laetitia au 06 33 40 82 20… et surtout pensez à arroser vos plantations. Il commence à faire chaud sur la parcelle… « 
Jeanine Costamagna
Présidente des  » Jardins partagés de Saint Roch « 
 » Je partage l’espoir et la vision de Jeanine et je suis très heureux de l’évolution de notre association des Jardins partagés de Saint Roch qui progresse à grand pas. Et je suis aussi fier de voir la population de notre quartier qui s’implique vaillamment dans ces activités saines et profitables à tous : ceux qui jardinent et récolteront bientôt, aux riverains qui conservent un petit coin de paradis et d’air frais à côté de chez eux et à tous les passants et ceux qui traversent le coin et qui découvrent ce lieu vert historique et typiquement nissart : son historique l’atteste.
Au regard de la belle réussite de notre fête du 23 mai 2014 et de l’enthousiasme des voisins, des jardiniers amateurs et des membres de l’association présents, cela montre que cela correspond à un besoin fort de nos populations citadines. Et cela fait plaisir de voir cet attachement, pour certains vieux habitants du quartier, ou la satisfaction de besoins inconscients de retour à la nature en ville pour d’autres plus nouveaux à Saint Roch.
Et cela colle parfaitement à l’histoire de notre quartier naguère producteur de fruits des légumes pour les Niçois et autres Maralpins !
Vivement la prochaine fête, culturelle et artistique qui va bientôt avoir lieu, puis celles qui vont s’égrainer autour de la joie simple des récoltes estivales et des rencontres inopinées alors des cueillettes !
Un grand merci à tous pour le travail fourni dans la joie et la bonne humeur !!
André Minetto
Secrétaire Général des  » Jardins partagés de Saint Roch « 

Résultats des élections Européennes 2014 : le paysage politique français en décomposition avec un retour vers les heures noires de son passé

Résultats européens 751 députés dont  :

PPE  221

S & D (PS) 190

ADLE (CENTRISTES) 59

CRE (conservateurs et réformistes européen)s 55

VERTS/ ALE 52

GUE/NGL (Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique) 45

EFD (Europe libertés démocratie) 32

Non Inscrits 41

Autres 56

Cela donne pour les Eurosceptiques ( extrême droite, droite anglaise et autres ) : 140

Tout groupe politique doit être constitué de 25 députés d’au moins 7 États membres.

France : 57% d’abstention et le F Haine en tête

Pour la France, voter pour une élection qui va orienter l’avenir de l’Europe en votant contre la politique franco-française croissantiste et ultra- libérale, « sarkozyenne », de François Hollande, et ses résultats contestables, ou en votant pour sanctionner les difficultés quotidiennes qui s’aggravent en France, écrasée par les conséquences mondiales de l’étau des prédateurs ultra-libéraux qui se ressérent, c’est déjà un non sens. Remarquons la réaction plus sensée en Grèce,  Italie, Portugal notamment où les électeurs ont voté pour les forces de Gauche afin de bâtir une politique sociale européenne.

En France, voter en plus en premier pour le parti d’extrême droite le plus archaïque, rétrograde et nostalgique d’une période colonialiste ou fasciste et haineuse de notre histoire est vraiment stupide et contre productif : un parti qui se trompe de cible. Ce n’est pas l’étranger, lui aussi victime des prédateurs financiers et économiques, on le voit encore à nouveau aujourd’hui avec les travailleurs détachés et avant hier avec les travailleurs maghrébins importés pour un travail à la chaine dangereux et épuisant, ou sur des chantiers sans aucune sécurité.

Enfin, croire dans les « recettes » pourries et moyenâgeuses du F HAine pour nous sortir des différentes crises que nous subissons montre le manque de maturité politique d’un peuple dont certains dirigeants présomptueux voudraient donner des leçons dans tous les domaines, et notamment démocratique ou sociétal, à nos voisins Latins, Germaniques, Celtes, Arabes, Grecs, Turcs, Slaves et autres est très naïf.

Cela affaiblit un peu plus la France, ex pilier de l’Union Européenne avec l’Allemagne, dans la gestion de l’Union Européenne qui évoluera en dehors des gesticulations internes des élu-e-s d’extrême droite, leur poids européen, insignifiant ne changeant rien, et surtout pas ce que ces électeurs voulaient : un grand changement dans leur vie quotidienne et en premier lieu une inflexion de la politique ultra-libérale qui génère chômage, paupérisation, insécurité dans la vie quotidienne et forte dégradation de la qualité de vie. N’oublions pas que cette politique a été  lancée et enracinée durablement par le couple européen Sarkozy – Merckel.  … et est poursuivie en France par François Hollande.

Conséquence, l’UMP et le PS seront très secoués par ces résultats

Dans notre Euro-région, une satisfaction quand même : Michèle Rivasi est réélue.

 

20140521PHT47822_original

Elections Européennes 2014 : Pascal Durand (EELV), tête de liste aux européennes en Ile-de-France, invité de #DirectPolitique ce mardi 20 mai à 10h – Posez vos questions

Pascal Durand (EELV) invité de #DirectPolitique

« L’ancien secrétaire national d’Europe-Ecologie-Les Verts, tête de liste aux européennes en Ile-de-France, est l’invité de l’émission de Linternaute.com avec 20 Minutes et Ouest-France, ce mardi 20 mai 2014 à 10 h.

La campagne des européennes s’achève déjà sans avoir jamais vraiment commencé. Mis à part des discutions sur le traité Transatlantique (Tafta), il faut bien l’admettre : peu de débats sont parvenus à mobiliser les médias et l’opinion pendant cette campagne. Comment expliquer ce désintérêt généralisé pour l’Europe et pour ces élections européennes ? Est-il lié à l’euroscepticisme voire à l’europhobie qui devrait se matérialiser dans les urnes le 25 mai si l’on en croit les sondages ? Qui sont les responsables de cette situation ? Faut-il changer l’Union européenne pour la faire aimer des Français ? Comment donner corps à l’Europe et la tourner vers les peuples ? Après avoir interrogé les représentants des principaux partis, #DirectPolitique recevra Pascal Durand, tête de liste EELV aux européennes en Ile-de-France, ce mardi 20 mai 2014 à 10 h. Il sera le dernier invité de l’émission de Linternaute.com avec 20 Minutes et Ouest-France avant le scrutin.

Posez votre question sur :

http://www.linternaute.com/actualite/politique/pascal-durand-eelv-invite-de-directpolitique.shtml?utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml276_photosdelirante

Pascal Durand

Proche de Nicolas Hulot en 2007, comptant parmi les principaux contributeurs de son « pacte écologique » lors de la campagne présidentielle, Pascal Durand est depuis devenu un cadre du parti écologiste en France. Avec Daniel Cohn-Bendit d’abord, il va s’associer au succès des européennes de 2009, qui offriront plus de 16 % des suffrages à un nouveau mouvement, Europe-Ecologie, qui deviendra Europe-Ecologie-Les Verts après l’élection. Il soutiendra ensuite Nicolas Hulot à la primaire des écolos pour la présidentielle de 2012, puis restera loyal envers Eva Joly tout au long de la campagne.

Après l’alliance des Verts avec le PS et l’entrée de Cécile Duflot et Pascal Canfin au gouvernement, Pascal Durand est élu en juin 2012 nouveau secrétaire national d’Europe-Écologie-Les Verts par le conseil fédéral du parti. Il est alors considéré comme un « patron » de substitution, choisi pour ne pas faire d’ombre à Cécile Duflot et à ce que certains nomment « la firme » chez EELV. Sous sa direction, les Verts vont s’affaiblir, dans le sillage d’une majorité vacillante, mais aussi se diviser, entre ceux qui souhaitent maintenir un contrat avec le gouvernement et ceux qui pensent qu’il faut se retirer, faute de grande réforme environnementale. Après avoir vertement critiqué les reculs du gouvernement sur plusieurs mesures écologiques, le manque d’ambition de François Hollande pour la transition énergétique et même évoqué un « ultimatum », Pascal Durand va finalement montrer son indépendance. Mais il va aussi s’attirer de vives critiques à l’intérieur comme à l’extérieur du parti. Le 25 septembre 2013, il finira par annoncer sa démission de la direction d’EELV. Il sera remplacé par une proche de Cécile Duflot, Emmanuelle Cosse.

Désormais candidat aux élections européennes en Ile-de-France dans un ticket avec Eva Joly, Pascal Durand devrait aussi donner sa vision pour le parti écologiste, secoué de nouveau lors du remaniement.  »

Chaque mardi, Linternaute.com, 1er site d’actualités de France, 20 Minutes, 1er quotidien gratuit et Ouest-France, 1er quotidien français payant, reçoivent une personnalité du monde politique pour un entretien de 40 minutes avec les journalistes des rédactions et les internautes.

 » EELV soutient les manifestations contre TAFTA et dénonce la répression policière  » à Bruxelles

 » Ce matin même à Bruxelles, la police belge a procédé à plus de 500 interpellations et arrêté trois députés Ecolos lors d’une manifestation qui rassemblait des agriculteurs, des artistes, des militants et des citoyens qui souhaitent alerter l’opinion publique sur les dangers du Traité transatlantique (TAFTA) en cours de négociation entre les Etats-Unis et l’Union européenne.

Pourtant, cette manifestation bon enfant souhaitait simplement alerter l’opinion publique sur les dangers que ce traité fait peser sur nos régulations environnementales, sociales et sanitaires.

C’est tout simplement inacceptable.

En effet, la Commission Européenne négocie en ce moment même dans le plus grand secret un accord commercial avec les Etats-Unis. Cet accord prévoit que les législations en vigueur des deux côtés de l’Atlantique soit « harmonisées » pour faciliter le libre-échange, sous peine de sanctions commerciales pour le pays contrevenant, ou d’une réparation de plusieurs millions d’euros au bénéfice des plaignants. Si les gains attendus de ces échanges sont flous, les risques sont bien réels.

Pour EELV, la mobilisation contre ce traité doit être un enjeu majeur pour le prochain mandat des députés européens. Les élus écologistes ont été parmi les premiers à dénoncer les risques que ce traité fait peser sur notre avenir.

EELV dénonce en particulier la procédure qui permettrait à des multinationales de contester en justice des décisions prises par des Etats pour protéger leur populations ou l’environnement.Ainsi, Philipp Morris attaque l’Australie pour ses restrictions sur le commerce de tabac, l’Allemagne est poursuivie pour sa sortie du nucléaire et Novartis et d’autres laboratoires pharmaceutiques harcèlent juridiquement l’Inde pour qu’elle cesse de produire et exporter des médicaments génériques.

Demain, des multinationales pourraient forcer le gouvernement français à signer les permis d’exploitation de gaz de schiste ou à accepter les OGM ou l’importation de boeuf aux hormones ou encore du poulet à la dioxine.

Europe Écologie Les Verts réaffirme son opposition la plus ferme au traité TAFTA dans son ensemble : « Nous refuserons et combattrons toutes tentatives d’affaiblir les régulations nationales et européennes en matière d’environnement et de santé, de protection des travailleurs et des consommateurs et des données » explique Yannick Jadot, député européen

Avec TAFTA et sa zone de libre-échange élargie au détriment de tou-te-s, on est loin de l’Europe protectrice au fonctionnement démocratique pour laquelle se mobilisent les écologistes.  »

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux

« 1er mai place Maurice Thorez » pièce de Patrick Mottard mise en scène par Bernard Gaignier avec Frédérique Grégoire Concas …

1er mai place Maurice Thorez

C’est avec un très grand plaisir que j’ai assisté ce soir à la pièce de Patrick Motard joué au Théâtre  de l’Eau vive. Pièce jouée par la Compagnie du Petit théâtre des affranchis avec Catherine Coquempot, Huguette Veschi, Eva Siègle, Didier Veschi, Joffrey Giovanetti, Georges Cruzalebes, Bernard Gaigner et donc Frédérique Grégoire Concas.

Frédérique qui revient sur les planches après 25 ans d’absence. Et qui a une sacrée vocation d’actrice et tout le talent ( … et un poil de trac, juste ce qui faut pour cette grande dame politique ) qui va avec !!

Une mise en scène fort adaptée, une équipe théâtrale soudée et qui joue avec délectation le texte de Patrick. Texte qui pousse vers la complicité totale ceux qui, comme moi, ont suivi pas à pas les méandres et péripéties du long roman fleuve du communisme d’Etat sur toutes ses trop longues décennies, ainsi que les luttes de libération des peuples du Tiers monde trompés par le décor-spectacle-pubicité mensonger du marketing  » rouge « . Ce  » modèle soviéto-russe  » qui a hélas sévi, asservi et décomposé pas mal de sociétés en Europe et ailleurs. Le raccourci est osé pour notre Countea de Nissa mais la magie … enfin plutôt noire cette magie, la magie ensorcelante prend la ou le spectatrice-teur qui se laisse emporter dans cette univers ubuesque et truculent ! Du Pagnol aux pays des Soviets ! Un vrai régal.

Le hasard a fait que nous étions assis à côté de l’Auteur … incognito ( enfin presque !! ) dans la salle … comble comme à chaque représentation de la pièce.

Je vous encourage à aller la voir. Il reste encore quelques places pour samedi ou dimanche.

photo 1 - copiePatrick au travail pour la dédicace de son livre

 

Question au gouvernement de Cécile Duflot députée écologiste sur l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre en France, une redevance efficace sur la pollution des poids lourds et sur la Conférence de Paris sur la Climat de 2015

 » Ma question s’adresse à Monsieur le Premier Ministre

Nous sommes en train d’atteindre le point de non-retour : la fonte accélérée des glaciers de l’Antarctique est désormais irréversible. Le GIEC alerte depuis des années, les glaciologues le confirment. Dès maintenant cela a des conséquences dramatiques et le dérèglement climatique touche déjà les côtés landaises ou la Bretagne.

Alors qu’en Europe, les émissions de gaz à effet de serre diminuent, elles continuent d’augmenter en France. Notre pays doit engager enfin la transition écologique qui n’est ni l’affaire d’un ministère, ni celle d’une majorité mais bel et bien un enjeu de civilisation. Ceux qui ergotent aujourd’hui encore sur la nécessité de mettre en place une redevance efficace sur la pollution des poids lourds sont aveugles à l’urgence.

Les commissions environnement et industrie du Parlement européen ont en effet  voté le 9 janvier 2014 en faveur d’un trio d’objectifs contraignants d’ici à 2030 : au moins 40% de baisse des émissions de GES, au moins 30% d’ENR, et au moins 40% d’économies d’énergie. Le Danemark et l’Allemagne se sont déjà positionnés en faveur de ces trois objectifs contraignants.  Mais la France,  à ce jour s’est contentée de prendre position uniquement sur les 40% GES de manière contraignante.

Cette  tiédeur ne s’explique pas et augure mal de la Conférence de Paris sur la Climat qui aura lieu en 2015.

En 2009, lors du Sommet de Copenhague, la France a freiné des quatre fers un accord contraignant avant de faire de l’esbroufe durant la conférence. Monsieur le Premier Ministre, en 2015, la France ne peut pas être uniquement l’hôte d’une conférence, elle doit être à l’avant-garde. Pouvez-vous nous dire quelle sera la position précise et chiffrée de la France sur le paquet énergie-climat européen  et quelle position la France adoptera t’elle lors du Sommet convoqué par Ban Ki Moon en Septembre pour préparer la conférence de Paris ? « 

 » Ukraine : que fait l’Europe ?  » par Joël Roman co-fondateur de  » Sauvons l’Europe  » et candidat sur la liste Europe Ecologie Île de France des Européennes

A lire en entier dans SAUVONS L’EUROPE

http://www.sauvonsleurope.eu/ukraine-que-fait-leurope/

« L’Europe et le monde ont besoin d’une Russie indépendante, démocratique et stable. Et cette Russie n’a pas besoin de Poutine. »  

Adam Michnik historien, journaliste, essayiste et ancien militant de l’opposition polonaise dans les années 1960, 1970 et 1980; directeur de publication de la Gazeta Wyborcza, le plus important quotidien national de Pologne

Le texte de Joël Roman :

 » Certes, l’Union européenne a fini par signer avec l’Ukraine l’accord d’association que l’ex-président Yanukovich, après l’avoir préparé, avait in fine refusé de ratifier, ce qui avait entraîné la colère des manifestants de Maïdan et le changement de régime. Certes, les trois ministres des affaires étrangères allemand, polonais et français sont parvenus à négocier l’accord du 21 février, entre l’opposition ukrainienne et Yanukovich, avec l’accord de la Russie (le représentant de la Russie a paraphé l’accord le 21 au matin, mais était introuvable au moment de la signature le 21 au soir. Le 22, Yanukovich fuyait en Russie, privant l’accord de sens). Mais depuis le début de l’offensive russe, l’Europe est comme paralysée. Elle a assisté impuissante à l’annexion de la Crimée, puis aux troubles probablement suscités par des soldats russes infiltrés et des activistes russophones dans l’Est de l’Ukraine.

Personne ne lui demande d’intervenir militairement, l’escalade serait trop risquée, et de toute manière elle n’y est pas prête. Il lui faut en revanche faire preuve de fermeté, et imposer à Moscou d’entrer dans la voie des négociations. Pour cela les quelques sanctions économiques prises à l’encontre d’une poignée d’oligarques du Kremlin sont notoirement insuffisantes. L’économie russe ne va pas bien : “Après 15 ans de croissance due à l’envolée des prix du pétrole, la croissance économique annuelle est tombée à 0,2 %, contre 1,3% l’an dernier. La crise ukrainienne a fait une chose : aggraver la situation de l’économie russe. Qui doit s’attendre à perdre des investissements d’au moins 100 milliards de dollars, pour partie à cause de l’incertitude de la crise ukrainienne. Et le rouble a perdu 8% de sa valeur“, écrit Kim R. Holms dans Foreign Policy. Aussi l’Union européenne peut-elle se montrer intraitable économiquement, car elle dispose de capacités de sanctions qui ne sont pas seulement symboliques. Le gel des importations de gaz russe mettrait la Russie en grande difficulté financière. Certes, cela obligerait l’Union européenne à se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement, sans doute plus onéreuses dans un premier temps, qui obligerait de mutualiser les coûts des importations de substitution. Dans un deuxième temps, ce serait un e occasion formidable de s’engager dans un programme ambitieux de transition énergétique pour réduire se dépendance énergétique envers les énergies fossiles. Il lui faudrait aussi, par ailleurs, mutualiser le coût des annulations d’échanges économiques avec la Russie : on pense bien sûr au gel, avec la menace d’annulation, des contrats signés par la France portant sur la fabrication de deux bâtiments de projection et de commandement construits à Saint-Nazaire pour le compte de la marine russe. Les 400 marins russes ne doivent pas venir à Saint-Nazaire le 1er juin.

L’autre aspect de la résistance à Poutine est idéologique : l’Europe doit fermement résister à la désinformation poutinienne, qui fait des ravages dans une Russie privée de moyens d’information libres, mais aussi dans un grand nombre de cercles complaisants envers cette désinformation en Europe, qui ne se limitent pas aux habituels dictatolâtres à la Jean-Luc Mélenchon. Par exemple, dans l’Express, Jacques Attali , que l’on a connu mieux inspiré, écrivait le 23 mars : « Aujourd’hui, la Crimée, et la Russie ont choisi de profiter du chaos issu de l’arrivée à Kiev d’un gouvernement fortement antirusse pour se retrouver. En quoi cela nous gêne-t-il ? Pourquoi refuserait-on aux habitants de la Crimée de vouloir choisir leur destin, contre l’avis du pays dont ils sont membres ? » Mais tout simplement mon cher Jacques Attali, parce que une décision prise sous la pression des chars et des canons, en un mois, sans négociation avec le gouvernement de Kiev, ne saurait être une décision légitime. En outre, il y aurait sans doute beaucoup à dire sur ce soi-disant « référendum », opération que Moscou s’apprête à réitérer aujourd’hui dans l’Est de l’Ukraine en faisant mine d’être débordé par des pro-russes locaux plus radicaux. Avec un taux de participation qui varie de 30 à 50% et une approbation de l’annexion de 50 à 60 %, selon Slate.fr , on est loin de la quasi-unanimité proclamée par Moscou et par les autorités sécessionnistes de Crimée. Et on dispose aujourd’hui de sondages qui montrent que même dans l’Est de l’Ukraine, la partition du pays n’a pas la faveur de la population. Selon une étude du Pew Research Center, 93 % des Ukrainiens souhaitent l’intégrité territoriale de leur pays, (chiffre qui dans l’Est de l’Ukraine atteint quand même 70 % et 58 % des russophones). Il sera difficile de faire la même opération qu’avec la Crimée.

La vérité est que Poutine a engagé une guerre idéologique et une stratégie de puissance d’un nouveau genre, fondée sur une confrontation permanente avec les Etats-Unis et l’Europe. Il est moins post-communiste que post-fasciste. Il a commencé par s’opposer par tous les moyens aux condamnations visant la Syrie de Bachar El Assad, par lui apporter un soutien diplomatique, économique et logistique impressionnant. Devant l’absence de réaction occidentale, il s’est enhardi et a pu se sentir libre d’agir à sa guise en Ukraine. Encore une fois, seules des sanctions économiques effectives et une contre-offensive idéologique peuvent ici le faire fléchir, et permettre aux forces démocratiques en Russie, qui sont systématiquement combattues et oppressées, de trouver un peu d’espace. Car, comme le rappelle Adam Michnik, « l’Europe et le monde ont besoin d’une Russie indépendante, démocratique et stable. Et cette Russie n’a pas besoin de Poutine. »  »

Joël Roman est avec Jean-Pierre Mignard l’un des deux principaux co-fondateurs de Sauvons l’Europe. Candidat en 7ème  place sur la liste Europe Ecologie Île de France qui a manifesté le souci d’ouvrir ses listes à la société civile et d’accueillir quelqu’un de Sauvons l’Europe dans ses rangs, il nous propose jusqu’au 25 mai une série de billets, qui sont le reflet de sa vision de la campagne européenne et de ses enjeux.

Essai des nouvelles Jaguar F-Type, dignes descendantes de la Type E, en tournée à Nice avec Jaguar France par le Dr André Minetto

photo 3-3 - copie

Photo : le Dr Minetto devant le véhicule n°107 ayant couru au 21 ème Rallye de Paris du 14 au 16 mars 2014 à Magny-Cours dans la Nièvre   

Spécialiste du domaine automobile, j’ai eu le grand plaisir d’être invité par Jaguar France ce mardi, pour piloter leur dernier félin d’exception : la gamme F Type. J’y suis allé avec mon gendre ( et mon co-pilote ), passionné aussi d’automobile. Nous avons été accueillis royalement par l’équipe de Jaguar France et notamment accompagnés ensuite par leurs pilotes pour prendre les commandes des véhicules mis à notre disposition.

f-type-12

Photo : La F-Type de 3/4 arrière, sublime

Le F-Type est un véhicule sublime lové dans son dessin, tout de courbes gracieuses croqué, et ses matériaux de haut niveau. Différents moteurs sont disponibles pour ce véhicule de course, rival de la vénérable Porsche 911 ou de la Ferrari 458, mais aussi de la Porsche Cayman haut de gamme, entre autres, avec un bon demi-cran au-dessus de cette dernière quand même !

Capture d’écran 2014-06-06 à 21.20.22

 

preview

Photos : quelques rivales, la Ferrari 458 et la Porsche 911 Carrera S

Le fait qu’il soit de conception très récente joue aussi en sa faveur, car le Cayman ( et le Boxter en cabriolet ) a été à la pointe de son segment à l’époque de sa sortie en 2005 ( 1996 puis 2004 pour le Boxster 1 et 2 ). Mais Porsche et Jaguar ne jouent pas dans la même cour et ne tentent pas la même clientèle …

Et ici, la présence d’un V8 aux côtés de 2 V6, est aussi un atout incontestable.

f-type-1

Photo : La F-Type et ses fabuleuses courbes vues de l’arrière

Tata Motors bravo !

J’apprécie fortement le fait que l’Indien Tata Motors ait permis à la marque de prestige britannique de revenir par le haut dans le paysage automobile mondial et en étant encore plus parfaite,  innovante et toujours avec un rapport qualité – plaisir – performances – prix imbattable ! Ford a fiabilisé les Jaguars, Tata les propulse vers le sommet de ce paysage automobile mondial que nous suivons à la loupe. Et laisse travailler en paix  et dans le respect de la tradition maison les ingénieurs, designers, techniciens, ouvriers …etc au Royaume Uni. Contrairement à certaines marques, chinoises, par exemple : l’exemple de SsangYong est là pour le prouver, qui a retrouvé son élan et ses clients, avec Mahindra autre constructeur indien.

Et Tata est en train de réussir là où Ford a échoué : étendre la gamme vers le bas sans galvauder ni banaliser ce félin exceptionnel ( bientôt la XE concurrente des BMW série 3 ).

Et ensuite il va continuer à diversifier la gamme vers le haut avec l’arrivée d’un SUV premium en 2015, concurrent du cousin Range Rover, du Cayenne de Porsche et autres … ou plutôt du Porsche Macan ou du Range Rover Evoque, des futurs Lamborghini Urus, Maserati Levante,   Alfa Romeo C-SUV et autres Bentley ou Aston Martin.

0_0_860_http___i.haymarket.net.au_Galleries_20130910040742_Jaguar-C-X17-SUV-Concept-22[2]

Photo : Le futur SUV médium, le XQ ( issu du concept car CX17 ) qui devrait sortir en 2015-2016

La F-Type digne héritière de la type E

En effet, la XK 8 puis XK II sont beaucoup plus grandes et on 2 + 2 places.

Voici d’abord la description par Jaguar :

« « R » ( pour Race = course ) est synonyme d’intensité et de sensations de conduite décuplées. La F-TYPE R est la représentation ultime de la F-TYPE : la plus puissante, la plus dynamique, la plus exaltante et la plus sensuelle… C’est la voiture de sport par excellence.

  • V8 5L Suralimenté 550ch CEE avec un couple de 680Nm CEE
  • 0-100 km/h en 4,2 secondes
  • Différentiel actif électronique avec commande vectorielle de couple (Torque Vectoring)
  • Kit carrosserie R »

Déjà toute un lot de promesses en quelques couplets qui mettent les sens en émoi. Seront-elles vraiment tenues ? Nous allons vite le voir, le pilotage commence et je me glisse dans l’élégant, mais sportif cockpit !

Jaguar_E-Type_Coupé

Photo : La type E produite de 1960 à 1975 et qui fait toujours rêver …

J’ai donc commencé l’essai par la F Type R coupée ayant dans son écrin moteur un V8 de 550 cv ( 495 cv sur le cabriolet ). Un moteur bien connu pour moi dans sa mouture 420 cv, ici en livrée encore plus riche en équidés de course : de vrais purs sang arabes … ou indiens, qui ne demandent qu’a piaffer, de concert avec les rugissements du célèbre félin américain. El yaguar, qui porte bien son nom, puisque ce terme américain ( les vrais, pas les British ou les Latinos et qui n’ont aucun rapport avec les Indiens qui possèdent Jaguar, nom dont on les affuble stupidement ! ) signifie  » Fauve qui bondit pour attraper sa proie » !

Tout un programme qui tient toutes ses promesses, croyez en votre pilote préféré !!

photo 1-2

Photo : La F-Type V8 essayée par le Dr Minetto

J’ai ensuite essayé un cabriolet pourvu du V6 de 380 cv, magnifiquement décoré par l’Union Jack … le rendant encore moins discret que les autres modèles pourvus d’un pelage félin plus sobre et discret, presque trop. Mais bon quelle que soit la fourrure, tout cela est So British !! Dehors ET dedans. Un nouveau régal avec encore et toujours polyphonies de rugissements félins, toucher des matériaux sensuels, subtilités et finesses de l’électronique et à nouveau, brutalité ou suavité, à votre guise, de la cavalerie hautement disponible.

A noter que la F-Type sera bientôt équipée d’un moteur quatre cylindres 2 litres turbo de 280 ch ( le downsizing toujours et encore ! ), d’une version V8 de 600 cv, et aussi d’une version 4 roues motrices. Elles seront commercialisées dans les mois qui viennent. Cela répond à la concurrence, notamment celle de Porsche, mais aussi Mercedes, BMW et Audi ( groupe Volkswagen ) ou Aston Martin, Maserati et Ferrari pour les V8 ( avec compresseur pour la F Type ).

photo 4 - copie

Photo : Les 4 F-Type à l’essai, amenées à Nice, pour une demie journée, escale du tour de France de ce mois de mai, par des pilotes de Jaguar France devant la nouvelle concession Jaguar qui vient d’ouvrir à Nice : une « Union Jack », une noire, une grise et une blanche

Les plus :

– pas de version diesel cancérogène

– le downsizing avec le futur quatre cylindres

– lignes superbes

– prestige de la marque intact et depuis 5 ans, à nouveau conquérante

– qualité et diversité des moteurs ( avec ceux qui arrivent )

– les futures versions 4 roues motrices

– technologies innovantes

– caractère sûr mais joueur

– aspect et qualité des matériaux

– plaisir brut de pilotage

– le V 8 impérial, dominateur, ténor et suave

– la V6 ( 380 cv ) très agréable et qui donne aussi de la voix comme tout grand félin qui se respecte mais un ( tout petit ) cran en dessous du V8, bien sûr

–  combien de G subis : vous pouvez le savoir grâce à l’ordinateur !!

– un levier permet de libérer l’échappement et de laisser rugir la bête encore plus

f-type18

Photo : La F-Type et son cockpit très sportif mais accueillant

Les moins

– pas encore de version hybride respectueuse de l’environnement, de notre santé et du climat

– l’imitation carbone, matériau peu valorisant

– le caractère joueur des 2 roues motrices à savoir dompter ( surtout V8 )

Jaguar C-X75 Jaguar C-X75

Photo : Le concept hybride Jaguar C-X75, doté de portes en élytre, a célébré les 75 ans de la firme de Coventry lors du salon de Paris 2010, ne sera pas commercialisé. Il comportait deux moteurs électriques de 150 kW chacun à un moteur thermique 4 cylindres 1,6 litre. Cumulant compresseur et turbocompresseur, ce dernier débitait la puissance de 495 ch, soit au total  838 ch et un couple de 1 000 Nm. Ce n’était qu’un rêve qui passe, mais il devrait influencer un production hybride dans quelques années … quand Jaguar aura terminé l’extension et le renouvellement de sa gamme ( 2017 ? ) 

Jaguar en chiffres

Jaguar et Land Rover ont connu les meilleurs chiffres de leur histoire en 2013. Le constructeur automobile Jaguar Land Rover (JLR), faisant partie du groupe indien Tata Motors, a ainsi vu ses ventes battre des records. Avec 425.006 véhicules vendus, cela donne une une hausse de 19% par rapport à 2012 : c’est un bilan très flatteur.

Dans le détail, le constructeur a vendu 348.338 voitures quatre quatre Land Rover, soit 15% de plus que l’année précédente selon un communiqué de JLR. Les ventes de luxueuses Jaguar ont quant à elles augmenté de 42%, avec 76.668 véhicules écoulés.

De façon paradoxale, Tata Motors est connu en Inde notamment pour avoir créé et vendu la voiture à 100 000 roupies … soit 1 200 € actuels !  La Nano qui se fraie un chemin sur le marché indien où je l’avais découverte il y a quelques années. Elle attaque maintenant par le haut avec ses 2 marques prestigieuses qu’elle a reprises en 2008 à Ford qui ne savait plus les faire prospérer. Belle réussite ! BRAVO TATA !

Tata va surtout investir 3,24 milliards d’euros ces prochaines années. « Nous revendiquons l’héritage britannique de nos marques, a rappelé Ratan Tata. Il repose sur des voitures rapides, attrayantes, aussi sophistiquées que possible et utilisant cuir et bois. La gamme Jaguar devrait être étendue d’ici à cinq ans dans le même esprit que BMW avec ses séries 7, 5 et 3. Une série 3 reste une BMW et pas un produit de masse. Nous poursuivrons les mêmes objectifs avec nos voitures d’entrée de gamme. »

3_4_av_schulte_xe_d_image_photo_leader

 Photo : La future XE ( interprétation de l’Automobile Magazine ), rivale des Mercedes Classe C, Audi A4, BMW série 3,  Infiniti Q50, Lexus IS, … etc

Jaguar enregistre la plus forte croissance, notamment en Allemagne, Inde et USA

Un succès dont le PDG, Ralf Speth a annoncé dans un communiqué :

« L’année 2013 s’est révélée très positive pour Jaguar Land Rover grâce à la forte demande continue de véhicules dans toute la gamme ». « Notre capacité à nous concentrer sur le design, la technologie, l’innovation et la qualité a permis à JLR de séduire des clients sur plus de marchés »

photo 4-3 - copie

 Photo : L’arrière très réussi du cabriolet … mais encore plus sublime en coupé

Pour conclure, deux regrets :

– un grand, que Jaguar ne se soit pas mis à l’hybride essence – électrique sur ce nouveau modèle … comme Porsche le fait depuis quatre ans maintenant. Je roule au quotidien avec un véhicule hybride essence – électrique depuis quelques semaines et j’apprécie beaucoup l’efficacité, l’excellence technologique, la sobriété et le côté écolo : zéro émission en électrique et modification des habitudes de conduite du conducteur. J’ai choisi ce type de moteur car auparavant j’ai roulé au GPL pendant 16 ans jusqu’à il y a quelques mois, et ceci avec 3 véhicules, 2 coréens ( Ssang Yong ) et un français en dernier ( Peugot 307 SW ). Je retiens de cette expérience beaucoup de plaisir et aucune contrainte. Et un regret, que la France ai laissé tuer dans l’oeuf par le lobby diesel ce mode d’énergie alors qu’il a fonctionné et fonctionne encore dans les principaux marchés automobiles de la planète : USA, Japon, Corée, Europe ( Italie, Pays Bas, Turquie … etc ).

– un petit regret, que la marque au fauve bondissante, le célèbre Leaping cat, ai mis un peu de faux carbone, qui ne trompe personne … en tout cas pas moi hélas, dans une des finitions du cockpit : so chocking !!

Mais bon, cela n’enlève pas les qualités exceptionnelles de ces vitrines technologiques, toutes d’aluminium vêtues ( matériau qui a remplacé l’acier depuis pas mal d’années chez Jaguar avec succès pour alléger le poids, donc diminuer les consommations et donc la pollution. Avec, cerise sur le gâteau,  pour conforter l’effort écolo, économiser l’or noir, préserver nos poumons et le climat en ville, un système stop-start.

Enfin, j’attends avec une impatience non dissimulée la moûture électrique qui devrait arriver dans quelques temps, espérons-le !

photo 3-2

 Photo : devant le nouveau concessionnaire Jaguar à Nice La Plaine
A découvrir sur le site Jaguar :

http://www.jaguar.fr/index.html

F-TYPE COUPÉ
« La F-TYPE est l’incarnation parfaite de la sportivité. Elle vous promet des sensations exceptionnelles. Une alliance de performances, de réactivité immédiate, de maniabilité, de raffinement et de convivialité. Le moteur Jaguar V6 3 litres Essence Suralimenté 340 CH CEE assure des performances optimales. « 
F-TYPE S COUPÉ
« Conduite irrésistible, conception séduisante, la F-TYPE S ajoute plus de puissance avec un moteur V6 de 380 CH suralimenté et une série de technologies de conduite sophistiquées. Elle est équipée d’un différentiel à glissement limité, de suspensions sport et du système Adaptive Dynamics. »
you-know-you-want-one
Photo : La F-Type : l’époustouflante vue de dessus avec son toit vitré
F-TYPE R COUPÉ
La F-TYPE R est la définition même de la voiture de sport. Équipée du moteur V8 5 Litres Suralimenté de 550 CH CEE, et développant un couple de 680 Nm CEE, elle offre une expérience de conduite sans précédent. Son potentiel est exploité au maximum – 0-100 km/h en 4,2 secondes – et le fait figurer parmi les meilleures de sa catégorie, en matière de puissance mais également de rapport poids/puissance. La F-TYPE R tire également le meilleur parti de sa structure ultra-rigide, lui permettant une plus grande agilité et une meilleure maîtrise de la puissance du véhicule. »

 » De l’Oural au Bosphore, le rêve européen doit vivre encore  » par Pascal Durand, Karima Delli,Yannick Jadot, Clarisse Heusquin, José Bové, Eva Joly, Michèle Rivasi, Sandrine Bélier, Nicole Kiil-Nielsen, Catherine Grèze, candidat-e-s EELV pour les européennes 2014 et Danielle Auroi, députée EELV

A lire en entier dans RUE 89

http://rue89.nouvelobs.com/2014/04/16/loural-bosphore-reve-europeen-doit-vivre-encore-251542

 » N’ayons pas l’Europe timide « 

 » A l’approche des élections européennes du 25 mai prochain, l’escalade actuelle en Ukraine, de même que les récentes crises turque et russe, appellent à la nécessité d’un changement urgent et beaucoup plus ambitieux de la politique européenne de voisinage.

LES SIGNATAIRES
Pascal Durand, Karima Delli,Yannick Jadot, Clarisse Heusquin, José Bové, Eva Joly, Michèle Rivasi, Sandrine Bélier, Nicole Kiil-Nielsen, Catherine Grèze, candidat-e-s EELV pour les européennes 2014, et Danielle Auroi, députée EELV à l’Assemblée nationale.

Ecologistes et citoyens européens, nous sommes conscients de cette responsabilité historique et en appelons à un sursaut européen !

Affrontements violents et répression sanglante à Kiev, virage autoritaire et liberticide en Turquie, annexion éclair de la Crimée et nouveaux procès politiques à Moscou…

Depuis Bruxelles, Paris, Londres ou Berlin, la diplomatie européenne regarde trop souvent en simple spectatrice les crises se multiplier à ses frontières. Confrontée à la perte de confiance, au chômage de masse et aux dérives austéritaires impuissantes à enrayer la « finance casino », l’Europe en oublierait presque que l’Union des Européens constitue encore la garantie d’un miracle de paix et de démocratie bien fragile sur un continent qui pas plus tard qu’hier constituait le théâtre principal de deux guerres mondiales.

La « dépression » européenne actuelle nous ferait presque oublier ce miracle, en enfants parfois gâtés que nous sommes de la démocratie, tandis qu’à quelques kilomètres de nos frontières, l’UE représente encore pour des millions de personnes un espace de paix, de liberté et d’état de droit.

Les élections européennes approchent et l’on observe déjà depuis des mois les nationalistes de tout bord et leurs gros sabots imposer des thèmes dans la campagne : immigration, frontières, identité nationale…

Pour les tous les progressistes résolument pro-européens, ignorer ces thèmes serait abandonner en rase campagne la construction européenne aux mains des populistes les plus dangereux. Surtout que le révisionnisme des frontières est un poison qui peut contaminer l’Europe et le rêve de Poutine fait des émules comme Viktor Orban en Hongrie. Il ne s’agit pas d’être « euro-béats », il s’agit de sortir de la facilité pour porter un projet européen ambitieux susceptible de redonner de l’espérance au sein de nos frontières et bien au-delà. Cela commence par une réforme en profondeur de la politique européenne de voisinage.

A Kiev, à Istanbul, à Moscou ou à Minsk, des milliers de personnes attendent de nous un virage audacieux. Mais en face, à Kiev, à Istanbul, à Moscou ou à Minsk, d’autres, qu’ils soient au pouvoir ou soudainement dans l’opposition, parient sur l’échec de l’UE pour « récupérer leur dû » et imposer par la censure, la propagande, les armes ou des élections truquées leur volonté afin de museler les derniers insoumis et de faire échouer leurs espoirs de changement. Notre responsabilité est immense, car en dépend non seulement l’avenir de millions de personnes aux frontières de l’UE, mais également celui de tous les Européens.

Alors que faire ? En 1989, l’Europe occidentale a su tendre la main aux anciennes « démocraties populaires » qui se libéraient tour à tour du joug communiste. La chute du Mur de Berlin reste à ce jour célébrée comme une victoire historique de la démocratie.

En 2004, c’était au tour de l’Ukraine de changer pacifiquement de régime pour se tourner vers la démocratie et les valeurs européennes. Qu’avait alors répondu l’UE à cette soif d’ouverture du peuple ukrainien ? Raideur, mépris, lenteurs et bureaucratie… Aujourd’hui, face au nouveau soulèvement ukrainien menacé par les hommes en uniforme de Poutine, l’Europe doit agir très rapidement, efficacement et d’une seule voix.

La question n’est pas uniquement celle des sanctions à imposer à la Russie : des sanctions contre les proches de Poutine, ses financeurs et les fidèles de son régime (qui paradoxalement, préfèrent tous la Cote d’Azur à Sotchi pour leurs vacances et Oxford aux facs moscovites pour l’éducation de leurs enfants) sont importantes et nécessaires.

Mais les sanctions économiques contre le pays peuvent avoir l’effet l’inverse, risquant de renforcer le sentiment anti-occidental déjà fortement ancré au sein de la population russe et donc d’affermir le pouvoir de Vladimir Poutine. La question est également et surtout de savoir comment construire un avenir meilleur avec les Ukrainiens.

Premièrement, et de toute urgence, une aide financière est nécessaire à ce pays, mis à genou par l’incompétence et la corruption du régime de l’ex-président Viktor Ianoukovitch. Toutefois, nous mettons en garde contre toute volonté d’assortir cette aide de contraintes austéritaires qui ne feraient que renforcer la crise économique et la manque de confiance d’une partie de la population ukrainienne contre le nouveau pouvoir à Kiev.

Deuxièmement, il faut ouvrir les frontières de l’UE pour les citoyens ukrainiens. La volonté de mobilité, d’échanges et d’ouverture est grande dans les pays voisins de l’Union européenne. Si notre politique de voisinage se résume au renforcement de « l’Europe forteresse », elle ne fera que renforcer ceux qui refusent l’ouverture. Enfin, il ne faut pas sous-estimer les craintes de changements au sein d’une partie des populations, notamment des minorités, qui sont nombreuses aussi bien en Ukraine qu’en Turquie. L’Europe est basée sur les principes de respect des minorités et de leur volonté d’autonomie, de préservation de leur langue et de leur culture. Nous ne devons pas l’oublier dans notre dialogue avec les pays voisins.

Lorsque l’Europe tarde trop à prendre ses responsabilités, les tournants autoritaires et nationalistes deviennent quasi-automatiques dans les pays voisins. C’était le cas à Kiev avec la dérive sanglante du régime de Ianoukovitch, c’est le cas à Ankara avec la dérive liberticide d’Erdogan marquée par la censure progressive des médias et des réseaux sociaux.

Prenons-en enfin conscience, ces dérives sont également le fruit de la crainte et du mépris dont a souvent fait preuve l’UE à l’égard de ses voisins, raison pour laquelle une réforme en profondeur de la politique de voisinage est nécessaire. Il ne s’agit pas d’intégrer des dizaines de nouveaux pays dans l’UE sans critères précis mais au contraire de renforcer les critères d’adhésion, notamment dans les domaines du respect des droits et des libertés, de la liberté d’expression et des droits des minorités. Il faut également introduire davantage d’étapes dans le processus de rapprochement et d’ouverture. Par exemple, les partenariats et coopérations, aujourd’hui essentiellement économiques et commerciaux, doivent s’élargir à l’éducation, à la culture et à la mobilité.

L’Europe ne peut continuer à porter un message de liberté tout en érigeant sans cesse des murs toujours plus hauts le long de ces frontières.

Une réforme ambitieuse de notre politique de voisinage serait la meilleure réponse aux nationalistes de tout bord qui clament déjà la fin du projet européen. Cette audace pourrait également redonner aux citoyens un peu de foi et de confiance en la construction européenne et sa capacité d’agir.

Enfin, cela constituerait une réponse pertinente à celles et ceux qui, comme Vladimir Poutine, freinent le changement en jouant sur les faiblesses actuelles et l’effondrement programmé de l’Union européenne. Le sursaut de cette dernière signerait la fin de leur privilèges. Enfin, une politique extérieure crédible, c’est aussi une politique énergétique ambitieuse : 40 % d’efficacité énergétique en Europe d’ici 2030, c’est deux tiers d’importation énergétique russe en moins.

…  »

Les écologistes pour réformer une niche fiscale qui tue plus qu’elle n’emploie : le DIESEL

 » Aline Archimbaud, sénatrice écologiste, a déposé une proposition de loi pour réformer la niche à 7 milliards d’euros qui favorise le diesel. Cette proposition de loi sera examinée le 17 juin.

La réalité est crue, les véhicules diésel polluent et cette pollution a un coût humain considérable : jusqu’à 42 000 morts prématurées par an. Ces chiffres ne tiennent pas compte des cas d’asthme notamment chez les jeunes enfants, des conséquences cardiovasculaires quotidiennes et des broncho-pneumopathies chroniques obstructives.

Que mettre en regard de ce sujet de santé publique majeur ? Le gouvernement répond emplois. Oui le diesel, parce qu’il bénéficie d’un soutien majeur de l’Etat, emploie… mais seulement 10 000 personnes. Il emploie donc moins qu’il ne tue. Un simple bilan avantages/coûts devrait nous alerter sur l’urgence de supprimer les avantages fiscaux accordés en France au Diesel.

Cet avantage par ailleurs a d’autres effets nuisibles sur le plan économique : les entreprises françaises, certaines de leurs débouchés, ont construit des véhicules diesel sans se soucier d’innover. Aujourd’hui alors qu’elles pourraient être en pointe d’innovations technologiques permettant la réduction massives des gaz à effet de serre et des risques pour la santé, elles paraissent comme des géants aux pieds d’argile, exposées au risque de retournement de conjoncture du marché automobile. D’autres activités pourraient pourtant aujourd’hui être lucratives et pérennes: le recyclage, la revalorisation, le développement de véhicules partagés, de voitures support de nouveaux transports collectifs plus flexibles. Nous en avons besoin, comme nous avons besoin des 7 milliards d’euros que représente cette niche fiscale.

Quant aux ménages, c’est leur faire un faux cadeau que de subventionner le diesel: les véhicules coûtent plus cher à l’achat et il faut rouler beaucoup (donc dépenser beaucoup en carburant) pour amortir la différence de prix entre un véhicule diesel et un essence.

Pour Aline Archimbaud, il est inconcevable de dilapider des milliards dans une technologie mortelle. C’est pourquoi sa proposition de loi prévoit un renchérissement progressif des motorisations Diesel à l’achat, pour aboutir à une quasi extinction de la filière d’ici 10 ans. Cette mesure permet de ne pas pénaliser les possesseurs actuels de véhicules diesel et de d’acter le début d’une reconversion complète de la filière industrielle concernée. Le rendement de la taxe pourra être affecté à une prime à la reconversion à destination des ménages qui souhaiteraient passer d’un véhicule polluant à un véhicule propre, prime qui serait une chance pour l’industrie automobile d’intensifier sa reconversion

Pour toutes ces raisons, EELV souhaite que la proposition de loi déposée par le groupe écologiste au Sénat puisse être adoptée par une majorité de sénateurs qui marqueront ainsi leur volonté de changer de modèle de développement et leur détachement des lobbies nuisibles à tous. « 

Sandrine Rousseau, Julien Bayou, porte-parole nationaux d’EELV

 » Réhabilitons l’estuaire du Var  » dimanche 4 mai à 10h avec l’Asso Green

1402213_446414815492838_2147617801797595817_o« Pourquoi cette opération?

Le contexte:
L’estuaire du Var est une réserve ornithologique (Zone de Protection Spéciale des oiseaux) ainsi qu’une Zone Naturelle Protégée (Natura 2000) mais aucune surveillance effective n’est mise en place, Le manque de panneaux de réglementation et d’information est aussi un sérieux problème

Notre objectif: 
Mettre le focus sur le site avant la saison estivale pour avertir les citoyens et les élus du département de la grande fragilité de cette zone humide (la plus importante des Alpes-Maritimes !) et de la nécessité de tout mettre en place pour la préserver car elle est absolument nécessaire à la migration et à la nidification de nombreux oiseaux.

Le déroulé de la journée:
RDV à 9h30 au centre nautique de l’AGASC ou à partir de 10h sur la plage de l’embouchure du fleuve ‘derrière le bloc d’enrochement du club de voile Var/Mer)
Le matin: nous nettoierons le site des divers déchets présents et nous poserons des barrières et panneaux informatifs symboliques
A midi: un pic-nic participatif est prévu (l’apéritif et la boisson sera offerte à tous les participants)
L’après-midi: nous pourrons prendre le temps d’observer les oiseaux présents au moyen de longue-vues et jumelles ou alors bronzing et farniente au choix ! «