Archives mensuelles : juin 2014

1000 vaches : La Confédération paysanne desAlpes-Maritimes organise un rassemblement de soutien mardi 1er juillet à 9 h devant le palais de justice de Nice

Capture d’écran 2014-06-30 à 23.21.46

 »  1000 vaches : 

Les lanceurs d’alerte devant la Justice

                        Ils seront neuf, mardi, devant le tribunal d’Amiens. Neuf à comparaître pour refus de prélèvement ADN, dégradation en réunion et incitation à la dégradation en réunion. Tout cela pour un tag géant et quelques boulons dévissés.
Face au danger imminent que représente l’usine des 1000 vaches pour l’avenir des paysanset face à la passivité des pouvoirs publics, la Confédération paysanne a pris ses responsabilités. Nos actions sont légitimes. Nous ne pouvons laisser Michel Ramery mener à bien son projet qui ouvrira la porte à une industrialisation débridée de l’agriculture.


Nous assumons collectivement nos actes. Nous assumerons collectivement ce procès. Mais nous savons que les moyens déployés pour nous faire renoncer sont disproportionnés, et que Michel Ramery poursuit son projet destructeur en toute impunité. Le deux poids deux mesures est à l’œuvre.

Prévenus : Dominique Henry, Valentin Sic, Olivier Lainé, Thierry Bonnamour (suite GAV du 28 au 30/05) Emmanuel Aze, Laurent Pinatel, Elina Bouchet, Morgane Laurent, Pierre-Alain Prévost (suite GAV du 21 novembre 2013)

Motifs généraux : dégradations en réunion le 12 septembre 2013 et le 28 mai 2014, incitation à la dégradation le 12 septembre, et refus de prélèvement ADN 

Si vous soutenez cette lutte
rejoignez nous et faites passer le message 
Contact Indiana : 0688471970
Julie 0672998747  « 

pour plus d’infos sur le sujet : Infographie 1000 vaches

Confédération Paysanne des Alpes Maritimes
160, avenue Porte des Alpes 06670 PLAN DU VAR
04 93 81 06 23
conf06@orange.fr
http://alpes-maritimes.confederationpaysanne.fr

Tout comprendre sur le Ramadan, mois de fête, de jeûne et de recueillement … et fête de l’Espoir qui débute aujourd’hui pour 6 millions de musulmans en France

A lire en enr-tier dans 20 minutes.fr

http://www.20minutes.fr/societe/1412119-tout-connaitre-du-ramadan

Environ 6 millions de musulmans en France dont 10 % d’origine française ( convertis … ) et une grande majorité de Français et environ 80% qui pratiquent ce mois de jeune de recueillement

« RELIGION – Ce week-end va commencer le ramadan, qui marque le début d’un mois de jeûne pour les musulmans…

Les musulmans de France seront plusieurs millions à pratiquer le jeûne au cours des trente prochains jours. 20 Minutes vous dit tout de ce qu’il faut savoir sur le ramadan.

Qu’est-ce que le ramadan?

C’est l’un des cinq piliers de l’Islam. Il s’agit d’une période de recueillement au cours de laquelle les musulmans n’ont pas le droit de manger, de boire, de fumer, ou encore d’avoir des relations sexuelles, et ce, de l’aube au coucher du soleil.

C’est aussi une période très spirituelle. Les musulmans doivent prier, réfléchir à leur foi et travailler à être une meilleure personne. Ils doivent aussi pratiquer l’aumône, en versant une taxe à la mosquée où à un quelqu’un dans le besoin, juste avant la fin du Ramadan.

La nuit tombée, c’est le grand rassemblement en famille et entre amis pour partager un repas de fête. A la fin du ramadan, on célèbre l’Aïd al-Fitr, la fête de la rupture du jeûne.

Quelle est l’origine du ramadan?

Il marque le début de la révélation du Coran au prophète Mahomet, et se pratique durant le neuvième mois du calendrier musulman. En arabe, le mot ramadan signifie chaleur intense, parce qu’il est considéré comme une bonne action brûlant les péchés. Il permet aux musulmans d’être plus proche d’Allah, mais aussi des plus pauvres, en ressentant les sensations de faim et de soif.

Ça commence quand?

Le calendrier musulman est un calendrier lunaire, et compte à peu près 354 jours. Ce qui explique que la date de début du ramadan recule chaque année d’une dizaine de jours. Chaque mois est déterminé par l’apparition d’une nouvelle lune. A la fin du mois précédant le ramadan a lieu la nuit du doute: si le croissant de lune est visible, le jeûne commencera au matin. Le cas échéant, le ramadan ne débutera que le lendemain.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a fixé vendredi le début du ramadan à dimanche, après observation du ciel et de la lune. Une méthode qui n’est pas du goût de l’Union des organisations islamiques de France, qui préfère calculer les dates à l’avance. Ainsi, pour un millier de mosquées françaises, le ramadan commencera ce samedi.

Qui est dispensé de jeûne?

Dès la puberté, tous les musulmans doivent (en théorie) observer le jeûne. Mais les personnes fragiles, âgées ou atteintes d’une pathologie cardiaque, d’hypertension ou encore d’asthme en sont dispensées. En contrepartie, elles doivent nourrir un pauvre pour chaque jour non jeûné (ce coût est de l’ordre de 5 euros par jour).

Les femmes enceintes ou qui allaitent sont également dispensées de jeûne. Mais elles devront récupérer tous les jours non jeûnés avant le prochain ramadan. Cette dispense s’applique dans les mêmes conditions à ceux qui doivent voyager ou qui sont temporairement malades.

La question se pose également pour les footballeurs, alors que les Bleus et l’équipe d’Algérie sont qualifiés pour les huitièmes de finale du Mondial.

…. »

 Anissa Boumediene

L’Alliance Verts/ALE reconfirmée dans un groupe élargi à des nouveaux pays membres

L’Alliance Verts/ALE reconfirmée dans un groupe élargi à des nouveaux pays membres

 » L’union entre les Verts européens et l’Alliance Libre Européenne (ALE) a officiellement été reconduite aujourd’hui pour la prochaine législature (2014-19). Le Bureau du nouveau groupe des Verts/ALE (co-présidents, vice-présidents, trésorier et secrétaires généraux) a également été finalisé.

Aux côtés des eurodéputés Verts et de l’Alliance libre européenne, siègeront des eurodéputés indépendants. Ainsi le groupe accueille Klaus Buchner (Parti Écologique–Démocratique, Allemagne), Julia Reda (Parti des Pirates, Allemagne), Bronis Ropé (LVZS, Lituanie) et Igor Šoltes (Parti Verjamem, Slovénie).

À l’issu de cet élargissement, les co-présidents du groupe des Verts/ALE,Rebecca Harms et Philippe Lamberts, ont déclaré:

« Nous sommes heureux d’accueillir de nouveaux membres indépendants au sein du groupe des Verts/ALE. La cohésion de notre groupe a été l’un de nos principaux atouts et nous sommes ravis que cette approche et notre philosophie politique aient convaincu de nouveaux membres à se joindre à nous. L’arrivée de Bronsis Rope et Igor Šoltes, ainsi que l’élection de Davor Skrlec (ORaH, Croatie), Benedek Jávor (Párbeszéd Magyarországért, Hongrie) et Tamás Meszerics (LMP, Hongrie), élargissent le groupe à de nouveaux États membres. Cela représente un grand pas en avant. »

La composition finale du groupe n’est pas encore confirmée, d’autres évolutions restent possibles. Une liste actualisée peut être consultée à l’adresse suivante: www.greens-efa.eu/up-to-date-list-of-the-meps-for-the-new-legislative-period-12490.html

Alors que le groupe a élu sa co-présidence, Rebecca Harms et Philippe Lamberts, ainsi que la plupart de ses vice-présidents la semaine passée, la composition du Bureau s’est finalisée aujourd’hui. Le premier vice-président du groupe des Verts/ALE sera Josep Maria Terricabras, élu Président de l’Alliance Libre Européenne par les eurodéputés ALE la semaine dernière. L’eurodéputée française Michèle Rivasi a été élue au poste vacant de la vice-présidence, rejoignant Bas Eickhout (Pays-Bas, trésorier Verts/ALE), Peter Eriksson (Suède), Heidi Hautala (Finlande), Ska Keller (Allemagne) et Julia Reda (Allemagne). Ulrike Lunacek (Autriche) est la candidate du groupe à la vice-présidence du Parlement européen. Vula Tsetsi a été réélue au poste de secrétaire général du groupe, avec Jochen Denkinger et José Luis Linazasoro, eux aussi confirmés dans leur fonction de secrétaires généraux adjoints.  « 

2014 année internationale de solidarité avec la Palestine … et demain à Nice France Palestine solidarité 06 vous donne rendez-vous sur la colline du Château

C’est demain : N’oubliez pas !!!!
2014 année internationale de solidarité avec la Palestine

samedi 28 juin et dimanche 29 juin, l’association 
France Palestine solidarité 06
 vous donne rendez-vous 
sur la colline du Château de Nice pour la traditionnelle : Fête du Château

Le rendez vous annuel incontournable de la solidarité de la fraternité, des luttes et des résistances ici et ailleurs
Comme toujours notre association tiendra un stand où vous pourrez
 vous

  • informer grâce à nos nouvelles brochures et  aux livres de notre « librairie »
  • signer nos pétitions, 
  • rencontrer des hommes et des femmes qui soutiennent la lutte du peuple palestinien, discuter, échanger avec elles et eux
  • connaître nos actions de solidarité et pourquoi pas vous engager, vous impliquer concrètement dans cette lutte 

Vous pourrez également rencontrer  Shlomo Sand, l’historien israélien, qui viendra dédicacer ses livres à notre stand ainsi qu’assister 

le samedi après midi à 16h30 au grand débat 

  • « Liberté des prisonniers palestiniens et réunification palestinienne »

En présence de Taoufik Tahani président de l’AFPS, de M. l’Ambassadeur de Palestine en France et de Pierre Barbencey, grand reporter à « l’Humanité »

  • Bien sûr, la restauration ne sera pas oubliée avec nos spécialités méditerranéennes comme l’assiette palestinienne*, la salade méchouia*, le thé à la menthe et aux  amandes grillées et les merveilleux gâteaux concoctés par Claudine le tout fait maison et avec passion

Et pour finir, Goûtez

  •  l’huile d’olive bio palestinienne

de cette année, nouvellement arrivée qui permet à des milliers de familles palestiniennes de vivre sur leur terre et de résister à l’occupation israélienne qui arrache et saccage les vies comme les arbres en Palestine
Acheter une telle huile n’est pas un acte de consommateur/trice dans un supermarché mais un acte de citoyen-ne conscient-e et déterminé-e à soutenir le peuple palestinien dans son droit à un Etat et à la terre de Palestine

Bref un rendez-vous à ne pas manquerorganisé par le parti communiste des Alpes Maritimes, le lieu de toutes les rencontres, de toutes les musiques de tous les débats et cela malgré une municipalité qui tente chaque année d’empêcher une telle fête et un maire qui est « fier d’être l’ami d’Israël »
Alors n’oubliez pas 28 et 29 juin :
La Fête du Château
* prix inchangés et tous nos plats sont faits à l’huile d’olive palestinienne

 

À bientôt sur la colline ! « 

 

Pétition à signer :  » Interdisons (vraiment) les épandages aériens de pesticides ! « 

 

xg8lo

http://epandages-aeriens.agirpourlenvironnement.org/

 » La communication est un art difficile à manier dont usent et abusent certains politiciens.

Entre le 23 juin et le 15 juillet un projet d’arrêté, soumis à consultation visant à « accélérer la fin des épandages aériens de produits phytosanitaires » (dixit le site du Ministère de l’Écologie) pose le cadre réglementaire permettant … les épandages aériens.

Ce n’est pas le moindre des paradoxes que de soumettre à consultation un arrêté dont le but premier est de légaliser les épandages aériens en laissant supposer que l’arrêté en question viserait à accélérer la fin des dits épandages.

Sous couvert de règles cosmétiques et de nombreux délais et exceptions, le gouvernement s’apprêterait donc à renouveler l’autorisation d’épandages aériens de pesticides. Mais, attention… que les choses soient dites ! Un périmètre « de protection » de 50 mètres autour des habitations est fixé. Sur le papier, l’avion ou l’hélicoptère devra donc respecter un périmètre et empêcher le souffle des pales de répandre les substances toxiques hors des parcelles traitées. Certaines parcelles de vignes traitées par épandages aériens font moins de 4.000 m² ! Ce traitement chimique appliqué avec une précision « chirurgicale » est une vue de l’esprit. Le périmètre de 50 mètres n’a jamais été, et ne sera jamais, respecté !

La sécurité (juridique) des épandeurs est ainsi acquise… à défaut de celle des riverains qui continueront à inhaler un air vicié et vivre dans une zone polluée.

Alors que la France demeure le premier utilisateur européen de pesticides, que les quantités épandues continuent à augmenter (contrairement à l’objectif devant aboutir à une division par deux d’ici 2018), cet arrêté tolère encore ces épandages aériens jusqu’au 31 décembre 2015. Plus de 15.000 hectares sont encore traités chaque année en France par épandages aériens. Cette pratique a baissé de 77 % entre 2008 et 2013 ; preuve qu’il est désormais possible de faire autrement. Il est donc grand temps de les interdire strictement.

Pour obtenir une telle interdiction totale et immédiate, mobilisons-nous en participant massivement à la consultation publique mise en place par le Ministère de l’Agriculture.

 

PARTICIPEZ à la consultation

Voici le courriel que nous vous proposons d’envoyer via notre formulaire :

Monsieur le Ministre de l’agriculture,

– Considérant les pesticides comme des produits toxiques ;
– Constatant qu’il existe des alternatives aux produits chimiques ;
– Déplorant que le projet d’arrêté que vous soumettez à consultation est une façon maladroite de légaliser les épandages aériens ;

Je vous demande : d’interdire dès à présent tout épandage aérien et ce, quelle que soit la situation.

A défaut d’interdiction immédiate, je vous demande :
– de définir un périmètre de sécurité de 500 m autour des habitations ;
– de diffuser une information préalable adressée personnellement à tous les riverains résidant à l’intérieur d’une zone de 1.000 mètres de la surface traitée ;
– d’instaurer un délai de ré-entrée de sept jours dans la parcelle traitée et dans un périmètre de 500 mètres autour de celle-ci.

Votre signature.

 

 

« Désintoxiquer l’Etat de l’industrie du tabac » par le groupe de travail sur l’ingérence de l’industrie du tabac, formé de parlementaires, sénateurs et membres de la société civile

« Les mesures efficaces pour réduire la consommation de tabac sont connues. L’une des difficultés majeures pour les appliquer est l’ingérence de l’industrie du tabac dans nos politiques publiques. Le groupe de travail sur l’ingérence de l’industrie du tabac, formé de parlementaires, sénateurs et membres de la société civile (1), a présenté aujourd’hui ses recommandations à la presse.

« Qu’est-ce qui empêche  la France de rejoindre l’Australie, la Suède, le Danemark, où une consommation de tabac marginale est envisagée à horizon 2030 ? » s’interroge Jean-Louis Roumégas, animateur du groupe. « La relation ambigüe des pouvoirs publics avec l’industrie du tabac, nourrie par l’illusion que le tabac contribue positivement aux comptes publics, nuit à l’efficacité de nos politiques anti-tabac. »

Le groupe de travail se félicite donc de l’adoption, mercredi 25 juin 2014, d’un amendement du député Grandguillaume – non soutenu par le gouvernement – visant à garantir une traçabilité indépendante du tabac.

Michèle Rivasi, députée européenne, encourage la France à « transposer de façon ambitieuse la directive européenne sur les produits du tabac adoptée en février 2014 ». Elle souligne que « les propositions du groupe favorisent le principe du pollueur-payeur, afin que les bénéfices colossaux de l’industrie du tabac servent à la prévention et aux soins des malades ». Le tabac tue 73 000 personnes par an en France. Il coûte 47 milliards d’euros annuels à la collectivité, soit un impôt indirect de 772 euros par citoyen ; il ne rapporte que 14 milliards.

Le groupe de travail recommande :

1) Le renforcement de la coordination interministérielle avec un portage politique fort du Ministère de la Santé, piloté par « Monsieur ou Madame Tabac ».

2) Une stricte transposition en droit français de l’article 5.3 de la CCLAT, ratifiée par la France, afin de pénaliser l’ensemble des responsables publiques (élus, collaborateurs, agents publics, membres de cabinets etc.) acceptant des invitations festives de la part de fabricants de l’industrie du tabac.

3) L’interdiction de toutes les actions de mécénat décrites comme « socialement responsables » par l’industrie du tabac, lorsqu’elles coexistent avec un financement de l’Etat.

4) La saisie de l’Autorité de la concurrence pour statuer sur les soupçons d’entente illicite sur les prix entre fabricants du tabac.

5)L’application du principe pollueur-payeur à l’industrie du tabac :

– Hausse des droits de consommation définis à l’article 575A du Code Général des Impôts (64,75% depuis le PLFSS 2013) de 1,25 point, qui rapporterait 200 millions d’euros. La taxe abonderait un fonds de prévention du tabagisme.

– Garantir une traçabilité indépendante en modifiant l’article 569 du Code Général des impôts, qui confie la traçabilité des produits aux cigarettiers.

– Instaurer une taxe sur les mégots de cigarettes (26 millions d’euros par an).  »

(1) Les membres du Groupe de travail : Députés : Jean-Louis Roumégas, Gérard Bapt, Sophie Errante, Denis Baupin. Sénateurs : Aline Archimbaud, Marie-Christine Blandin.

Parlementaires européens : Michèle Rivasi, José Bové. Association : Professeur Yves Martinet, Président du Comité National Contre le Tabagisme. Elue et citoyenne : Pauline Delpech, conseillère municipale, écrivain, marraine de la campagne pour le dépistage contre le cancer du sein.

 

 

« Désintoxiquer l’Etat de l’industrie du tabac » par le groupe de travail sur l’ingérence de l’industrie du tabac, formé de parlementaires et membres de la société civile

 » Les mesures efficaces pour réduire la consommation de tabac sont connues. L’une des difficultés majeures pour les appliquer est l’ingérence de l’industrie du tabac dans nos politiques publiques.

Le groupe de travail sur l’ingérence de l’industrie du tabac, formé de parlementaires, sénateurs et membres de la société civile (1), a présenté aujourd’hui ses recommandations à la presse.

« Qu’est-ce qui empêche  la France de rejoindre l’Australie, la Suède, le Danemark, où une consommation de tabac marginale est envisagée à horizon 2030 ? » s’interroge Jean-Louis Roumégas, animateur du groupe. « La relation ambigüe des pouvoirs publics avec l’industrie du tabac, nourrie par l’illusion que le tabac contribue positivement aux comptes publics, nuit à l’efficacité de nos politiques anti-tabac. »

Le groupe de travail se félicite donc de l’adoption, mercredi 25 juin 2014, d’un amendement du député Grandguillaume – non soutenu par le gouvernement – visant à garantir une traçabilité indépendante du tabac.

Michèle Rivasi, députée européenne, encourage la France à « transposer de façon ambitieuse la directive européenne sur les produits du tabac adoptée en février 2014 ». Elle souligne que « les propositions du groupe favorisent le principe du pollueur-payeur, afin que les bénéfices colossaux de l’industrie du tabac servent à la prévention et aux soins des malades ».

Le tabac tue 73 000 personnes par an en France. Il coûte 47 milliards d’euros annuels à la collectivité, soit un impôt indirect de 772 euros par citoyen ; il ne rapporte que 14 milliards.

Le groupe de travail recommande :

1) Le renforcement de la coordination interministérielle avec un portage politique fort du Ministère de la Santé, piloté par « Monsieur ou Madame Tabac ».

2) Une stricte transposition en droit français de l’article 5.3 de la CCLAT, ratifiée par la France, afin de pénaliser l’ensemble des responsables publiques (élus, collaborateurs, agents publics, membres de cabinets etc.) acceptant des invitations festives de la part de fabricants de l’industrie du tabac.

3) L’interdiction de toutes les actions de mécénat décrites comme « socialement responsables » par l’industrie du tabac, lorsqu’elles coexistent avec un financement de l’Etat.

4) La saisie de l’Autorité de la concurrence pour statuer sur les soupçons d’entente illicite sur les prix entre fabricants du tabac.

5)L’application du principe pollueur-payeur à l’industrie du tabac :

– Hausse des droits de consommation définis à l’article 575A du Code Général des Impôts (64,75% depuis le PLFSS 2013) de 1,25 point, qui rapporterait 200 millions d’euros. La taxe abonderait un fonds de prévention du tabagisme.

– Garantir une traçabilité indépendante en modifiant l’article 569 du Code Général des impôts, qui confie la traçabilité des produits aux cigarettiers.

– Instaurer une taxe sur les mégots de cigarettes (26 millions d’euros par an).

(1) Les membres du Groupe de travail : Députés : Jean-Louis Roumégas, Gérard Bapt, Sophie Errante, Denis Baupin. Sénateurs : Aline Archimbaud, Marie-Christine Blandin.  Parlementaires européens : Michèle Rivasi, José Bové. Association : Professeur Yves Martinet, Président du Comité National Contre le Tabagisme. Elue et citoyenne : Pauline Delpech, conseillère municipale, écrivain, marraine de la campagne pour le dépistage contre le cancer du sein. »

« LETTRE OUVERTE AUX OLÉICULTEURS, COOPÉRATIVES OLÉICOLES ET CHERCHEURS pour le respect des noms des olives et des oliviers » par Josiane UBAUD, Lexicographe et ethnobotaniste

 » Mesdames, Messieurs, 

Vous travaillez sur l’olive et l’olivier en différents secteurs : culture, production d’huile dans vos moulins privés ou coopératifs, vente d’huile et de produits à base d’olives, recherches sur la génétique, les origines de l’olivier, l’auto-fertilité, les maladies, etc. Tous, vous êtes amenés à nommer les variétés d’oliviers et leurs olives pour étiqueter vos produits, diffuser des conseils agricoles ou rédiger vos textes scientifiques. Et tous, vous commettez des erreurs, inexorablement, pour qualifier les variétés. Pourquoi ?

Parce que, Occitans d’origine, vous avez partiellement ou totalement perdu votre langue, la seule qui nomme les oliviers depuis des siècles de père en fils : l’occitan (ou langue d’oc) dans toutes ses variétés (languedocien, provençal, niçois).

Parce que, non Occitans d’origine mais amoureux des oliviers et devenus acteurs de l’oléiculture, vous n’avez, encore plus que les précédents, absolument pas conscience que les oliviers ne sont  nommés qu’en langue d’oc, forcément, ces arbres ne poussant pas en terres de langue d’oïl. Ce sont donc des noms occitans que vous utilisez, qui ont été adaptés en français (et non des noms français vernaculaires), et adaptés de façon parfois catastrophique. Or toute langue a sa grammaire.

Parce que, chercheurs, peut-être encore plus que les deux catégories précédentes, vous ne vous posez même pas la question des noms que vous utilisez, diffusés sans conscience, sans connaissance, sans connaître leur sens, leur étymologie, et leur grammaire (ce qui est anti-scientifique).

Comme lexicographe (donc rédactrice de dictionnaires), et encore plus comme ethnobotaniste (de terrain et dans les livres depuis 30 ans) particulièrement spécialisée sur le lexique de la vigne et de l’olivier (en dialectes provençal et languedocien), comme locutrice de cette langue en provençal, je constate donc avec grande tristesse et consternation les entorses faites au lexique concernant les oliviers et les olives dans vos publicités ou vos textes scientifiques. Cependant, les archives sont nombreuses, les dictionnaires et les textes tout autant, pour s’apercevoir des erreurs commises dans le lexique employé actuellement et qui auraient donc dû/pu être évitées aisément, par une consultation rapide du dictionnaire de F. Mistral.

Employer un mot suppose pourtant la curiosité élémentaire de se demander quelle est sa grammaire pour l’utiliser correctement. En français, vous ne pressez pas un oranger et vous ne greffez pas une orange, n’est-ce pas ? Vous ne pelez pas un bananier mais une banane ? Vous ne crachez pas un noyau de cerisier mais de cerise ? Vous ne dites pas « une olive amer » ni « un olivier vieille » ? Aucun pépiniériste n’écrit dans sa liste d’arbres fruitiers à la vente dans son catalogue « cerisier, prune, pommier, poire, figuier, jujube », mélangeant sans distinction noms d’arbres et noms de fruits : il ferait rire tout le monde avec cette liste. Pourquoi commettez-vous donc ces équivalents lorsque vous parlez des oliviers et des olives ?

Non, « aglandau » ne saurait qualifier une olive puisque c’est du masculin : cela ne qualifie que l’olivier, lequel fait des olives aglandales, en toute logique, et comme cela se dit et s’écrit depuis des siècles en occitan (aglandau/aglandala ou en graphie mistralienne aglandau/aglandalo). Non, « salonenque » ne saurait qualifier un olivier puisque c’est du féminin. L’olivier selonenc/selounen porte l’olive selonenca/selounenco, ce qui, transposé en français, donne « un sélonenc porte de sélonenques » ou plus radicalement adapté « un salonais porte des salonaises » puisqu’il s’agit de la ville de Salon (qui se dit Selon/Seloun en occitan et non Salon/Saloun). Non, « grossane » ne peut qualifier un olivier car c’est du féminin : c’est l’olivier grossan qui fait des grossanas (ou en graphie mistralienne groussan/groussano), ce qui en français se traduit par un olivier grossan (ou plus simplement le grossan) fait des olives grossanes (ou des grossanes). Non, les listes des « variétés d’oliviers » telles qu’on les trouve dans absolument tous les textes scientifiques (dont ceux publiés dans Le retour de l’olivier, Retour sur l’olivier, Études héraultaises, 2009, où j’alerte pourtant sur ce sujet, ou l’article plus récent Faut-il réorganiser les vergers ? publié dans les Annales de la SHHNH vol. 153, année 2013) et tous les dépliants distribués par les coopératives oléicoles ne sauraient comporter, pas plus que le catalogue du pépiniériste, des noms masculins et féminins indistinctement mélangés, ce qui donne une liste totalement surréaliste pour qualifier les oliviers : bouteillan (masculin), olivière (féminin), aglandau (masculin), picholine (féminin), grossane (féminin), cailletier (masculin), etc., etc., noms que l’on retrouvera dans « variétés d’olives » !

Non, avoir perdu sa langue ou l’ignorer n’autorise pas à soutenir « mordicus » qu’aglandau est bien le nom de l’olive, parce qu’on le dit soi-même ou qu’on l’a entendu dire ou lu sur Internet ou vu écrit dans un  article scientifique, en l’occurrence bien anti-scientifique sur ce point. Non, cette erreur ne peut être « une référence » : un amateur en astronomie ou en histoire, même s’il parle de ces deux matières par goût, ne peut être une référence. Il en est de même en linguistique. Ceux qui n’ont pas perdu la langue, les dictionnaires et les textes d’auteurs en langue d’oc, font tous la distinction élémentaire olivier au masculin/olive au féminin : c’est cela la référence parce que c’est le fonctionnement de la langue d’oc. Par exemple, on peut lire dans le dictionnaire de F. Mistral à l’entrée selounen, enco adj et n : « oulivo selounenco, variété d’olive, petite, allongée, (etc.) ; óulivié selounen, olivier qui porte l’olive selounenco. ». Et à l’entrée pigau, alo adj et : « olivier qui porte l’olive pigalo ». Et à l’entrée aglandau, alo adj : « óulivié aglandau, variété d’olivier dont le fruit est en forme de gland ». On ne peut être plus clair. Même en l’absence des deux données dans un dictionnaire (car ils sont incomplets et que chaque entrée n’est pas forcément illustrée par un exemple au masculin plus un exemple au féminin), on déduit l’une de l’autre par simple bon sens et logique. On trouve pareillement des citations à profusion chez les auteurs de langue d’oc où tous les oliviers sont désignés au masculin et toutes les olives forcément au féminin : « Ah ! li bèlli vergello d’óulivo verdalo ! oh ! li bèu bouquet di couliasso ! E li boutihenco, li fachouiro, li reialo, li redounalo e li vermeialo, agachas-li, amiras coume n’en plòu… » (Baptiste Bonnet, 19/20ème), c’est-à-dire verdale, colliasse, bouteillenque, fachouire, royale, redounale, vermeillale, toutes au féminins puisque l’auteur parle d’olives et non d’oliviers.

Rappelons donc cette évidence puisqu’elle semble échapper à la profession : les variétés d’oliviers ne peuvent être nommées QUE par des noms masculins, les variétés d’olives QUE par des noms féminins, puisque l’olivier est du genre masculin et l’olive du genre féminin (en occitan comme en français). Ce qui donne sur quelques exemples limités les correspondances logiques :

Oliviers en occitan   adaptés en français Olives       adaptées en français

Pigau/Pigal Pigau/Pigal Pigala Pigale

Aglandau/Aglandal Aglandau/AglandalAglandala Aglandale

Verdau/Verdal Verdau/Verdal Verdala Verdale

Menudau/Menudal Ménudau/Ménudal Menudala Ménudale

Corniau/Cornial Corniau/Cornial Corniala     Courniale/Corniale

Grossan Grossan Grossana Grossane

Botelhan Bouteillan Botelhana Bouteillane

Botinhan Boutignan Botinhana Boutignane

Calhetier Cailletier Calheta Caillette

Selonenc Sélounenc/Salonais Selonenca Sélounenque/Salonaise

Negret Négret Negreta Négrette

Roget Rouget Rogeta Rougette

Berruguet Berruguet Berrugueta Berruguette

Provençalet Provençalet Provençaleta Provençalette

Negron Négron Negrona Négronne

Calhon Caillon/Cailloun Calhona Caillone/Cailloune

Marselhés Marseillais Marselhesa Marseillaise

Tripard Tripard Triparda Triparde

Picholin Picholin Picholina Pichouline/Picholine

Luquier ou Lucal Lucquier Luca Lucques

Ou en graphie mistralienne pour les olives : Pigalo, Aglandalo, Verdalo, Menudalo, Cournialo, Groussano, Boutignano, Cailleto, Selounenco, Negreto, Rougeto, Berrugueto, Prouvençaleto, Negrouno, etc. 

Tous les noms de la première colonne peuvent être adjectif ou nom : on dit aussi bien l’olivier aglandau que l’aglandaul’olivier rouget que le rouget, etc. Tous les noms de la deuxième colonne pareillement : l’olive grossane ou la grossanel’olive triparde ou la triparde.

L’adaptation française du O occitan (prononcé [ou]) est soit O, soit OU conservé à l’identique de l’occitan (comme pour Roquette/Rouquette, la salade). On peut donc avoir Cornial ou CournialSélounenc ou SélonencPichoulin(e) ou Picholin(e)Groussan(e) ou Grossan(e), etc. C’est la seule hésitation possible mais qui en aucun cas ne porte tort à aucune des deux langues ni à l’olivier. Et les oléiculteurs occitanophones ont forgé naturellement la forme masculine Lucal ou Luquier (les deux sont valables) pour désigner l’arbre à partir de l’olive Luca/Luco.

Les quelques 140 noms de variétés (avec synonymes bien sûr) que j’ai relevées ont toutes leur couple logique nom masculin de l’olivier/nom féminin de l’olive pour les désigner. À ce jour, il n’y a que deux variétés où les textes (ou les locuteurs) ne m’ont pas permis de trouver les correspondances olive/olivier : l’olive tanche (de l’occitan tancha) où je n’ai pas le symétrique pour l’arbre (la seule façon correcte de le nommer est alors « l’olivier à tanche », et non pas « tanche » tout seul, puisque tanche est féminin, Mistral restitue l’expression tancho d’aubre, tanche d’arbre (?) pour l’olive) et l’olivière qui qualifie une olive, mais qui semble venir du catalan où l’olivier peut être aussi du genre féminin (y-a-t’il eu mauvaise interprétation/adaptation ? Donc un point obscur à éclaircir linguistiquement).

Non, toutes ces considérations ne sont pas des poils de mouche… de l’olivier bien sûr ! Vous n’accepteriez pas que l’on vous donne du Denise en place de Denis, que l’on vous vende un poirier en place d’une poire. Vous ne parlez pas de l’autofertilité de l’orange et des pépins de l’oranger. Pour l’olivier, c’est exactement pareil…  Les Occitans au courant de leur langue et de leur culture, les chercheurs en linguistique et ethnobotanique occitanes,  n’admettent pas de voir traitées par dessus la jambe l’une et l’autre, voire ridiculisées par des emplois erronés à répétition de leur lexique et de leur grammaire, a fortiori dans un domaine qui les concerne au plus près : la culture de l’olivier exclusivement méditerranéenne, exclusivement nommée depuis des siècles en langue d’oc. Félicitations donc aux oléiculteurs qui ne commettent point ces erreurs (quelle que soit la graphie de la langue d’oc qu’ils utilisent), voire même qui font leur site d’accueil bilingue français-langue d’oc. Mais ceux qui affichent des huiles monovariétales devraient remplacer sur leurs étiquettes aglandau par aglandale, boutignan par boutignane, car jusqu’à preuve du contraire, c’est le jus de l’olive qu’ils vendent pour le plaisir de nos papilles et non le jus de l’olivier. Quant aux chercheurs, je n’ai trouvé aucun texte exempt de ces erreurs : tous sont du type « catalogue du pépiniériste surréaliste» cité plus haut, noms masculins et féminins allègrement mélangés aussi bien pour qualifier les olives que les oliviers.

Merci donc à tous de bien vouloir prendre conscience des erreurs linguistiques diffusées, de l’aspect totalement anti-scientifique qui en résulte et du préjudice culturel causé à l’olivier, qui a le droit, comme tout végétal, d’être nommé correctement. Le respect élémentaire est dû à une langue millénaire, que vous la parliez ou pas car c’est elle qui dit l’olivier (et non le français), en dehors du respect élémentaire de la grammaire en général, quelle que soit la langue. Car en français « un olivier salonenque, une olive aglandau » sont tout simplement des « monstres grammaticaux », comme « un olivier vieille, une poire juteux ». Je ne parle bien sûr ici que des noms occitans : les mêmes erreurs linguistiques doivent être commises sur les variétés espagnoles, corses, italiennes, grecques, citées dans les textes scientifiques. Il y a en effet des noms visiblement féminins pour qualifier des oliviers, alors que l’arbre est masculin dans la langue en question. Et toutes ces erreurs sont bien sûr diffusées à nouveau par Wikipédia, ce qui n’est certes pas une preuve. Ainsi la liste des moulins oléicoles département par département, qui m’a servi à trouver vos adresses, est suivie d’une liste des olives où l’on peut lire : « La Grossanne ou Groussan … » ; « La Salonenque ou Plant de Salon, Salounen, Salonen, Saurine» (!) pour ne donner que deux exemples.  Il est assez alarmant qu’il ne vienne à l’idée de personne de se poser la question : « est-ce bien normal qu’un adjectif masculin (groussan, salounen) ou féminin (groussane, salonenque) puisse qualifier indifféremment une olive du genre féminin ? ».  Et que personne n’ait l’idée d’attribuer spontanément la forme masculine à l’arbre et la forme féminine à l’olive. On peut aussi lire sur le site des oléiculteurs varois : « Le Cayon, petite olive douce noire (comparable à la niçoise), la Varagenque (Salonenque) en cassée verte, la Belgentieroise, très douce… ». « LA Varagenque, LA Belgentieroise »… mais « LE Cayon » pour UNE olive ?!…  Ou encore sur le site de l’ACCOPA à « variétés d’olives »: « La Bouteillan, variété rustique, est surtout cultivée dans le Var ». Non, c’est le Bouteillan pour l’arbre et la Bouteillane pour l’olive … On touche du doigt les tragiques dégats collatéraux de la déculturation que provoque la perte d’une langue, laquelle génère chez les usagers une perte totale de sens (de simple bon sens) et de structure des mots utilisés. Or vous communiquez tous sur « l’authenticité de vos produits », « l’ancienneté de vos moulins », l’huile « produit culturel », voire vous restituez des poèmes en provençal sur l’olivier sur les sites des Chevaliers de l’olivier : n’est-ce pas totalement contradictoire avec le fait de ne pas/plus savoir nommer correctement olives et oliviers ?

À travers ce plaidoyer, vous aurez tous compris combien je suis passionnée d’olives et d’oliviers, et que les voir nommer à tort et à travers me peine énormément par tout ce que cela signifie en perte de culture des gens du pays. Si je pouvais vous avoir alertés pour que cela ne soit pas irrémédiable… J’encourage donc la diffusion de ce plaidoyer pour les noms authentiques respectueux de la langue d’oc et de sa grammaire à tous les oléiculteurs, coopératives, chercheurs sur l’olivier que je n’ai pas pu contacter, faute d’avoir trouvé leur adresse électronique, car il est grand temps d’arrêter le « massacre linguistique » de notre arbre. Il est déjà suffisamment malmené symboliquement en espaces publics avec sa désacralisation honteuse sur les carrefours, ou sa consommation comme simple élément de décor dans des pots violets ou roses posés n’importe où, dans les galeries marchandes ou les gares, et jetable à volonté (cf. mon ouvrage épuisé Des Arbres et des Hommes, Edisud, 1997), ou sa taille ridicule « en nuages, en tonsure, en porte-manteaux ». Vidé de sa symbolique, en passe d’être maintenant privé de ses noms millénaires manipulés n’importe comment « sans science ni conscience », … une prise de conscience collective s’impose justement et c’est la moindre des choses que l’on puisse tous faire en faveur de notre arbre sacré. 

Bien entendu, vous pouvez me contacter pour des conseils linguistiques.

Cordialement.

Josiane Ubaud

Copie diffusable à volonté

 

Courrier envoyé à :

* chercheurs

André Bervillé, Catherine Breton, Raymond Gimiglio

* oléiculteurs et institutions 

AFIDOL de Aix, Montpellier, Nyons, Paris

Chevaliers de l’olivier du Languedoc-Roussillon

Aude : Coopérative de Bizes-Minervois, Moulin à huile des Geyssières (Narbonne), Moulin à huile des Restanques (Roubia)

Hérault : Jean-Paul Creissac, Jean-Luc Dedieu, Afidol Hérault, Coopérative de Clermont-l’Hérault, Coopérative de Pignan, Lo Moulinet (Puisserguier), Moulin de la Garrigue (St-André-de-Sangonis)

Gard : Moulin de la Voie Domitienne (Beaucaire), Moulin Paradis (Martignargues), Moulin des Costières (St-Gilles), Moulin d’Uzès (Uzès), Moulin de Beaufort (Vestric et Candiac), Moulin de la Chartreuse (Villeneuve-lez-Avignon), Coopérative de Sommières (Villevieille)

Drôme : Afidol Nyons,  Chevaliers de l’olivier de Nyons

Vaucluse : Coopérative Oléicole La Balméenne (Beaumes de Venise), Moulin du Comtat (Caromb), Moulin Saint-Augustin (Le Coustellet), Moulin Dauphin (Cucuron), Moulin & Domaine Oliversion (Cucuron), Moulin à huile  » le Trésor des Oliviers » (Mazan), Moulin à huile Mathieu (Oppèdes)

Alpes de Haute Provence : Moulin Fortuné ARIZZI (Les Mées), Le Moulin de l’Olivette (Manosque) 

Bouches-du-Rhône : Annie et Pierre Tourrenc, Olives de Provence,  Afidol d’Aix, Chevaliers de l’olivier du pays d’Aix,  Moulin à huile Margier (Auriol), L’Oliveraie du Mas Mérici (Berre), Moulin de Coudoux (Coudoux), Domaine Camaïssette (Éguilles), Établissements Barle & fils (Éguilles), Moulin du Mas de Saint-Jean (Fontvieille), Coopérative oléicole (La Fare-les-Oliviers), Les Oléastelles (Lançon), Mas Sénéguier (Lançon), Château Calissanne (Lançon), Château Virant (Lançon), Le Moulin d’Hortense (Lançon), Perle de Provence  (Lançon),  Pigeonnier de la Goiranne (Lançon), Moulin Le Castelas (Les Baux), Domaine de Montau (Miramas), Moulin Saint-Michel (Mouriès), Moulin coopératif (Mouriès), Moulin du Mas de Vaudoret (Mouriès), Moulin des Costes (Pélissanne), Domaine Sacaron (Pourrières), Moulin La Cravenco (Raphèle), Moulin Gueury (Rousset), Mas des Bories  (Salon), Domaine de Suriane (St-Chamas), Lou Moulin dou Fustié Craven (St-Martin-de-Crau), Coopérative oléicole (Velaux), Terroirs de Provence (Velaux)

Var : Moulin à huile Gervasoni (Aups), Domaine de Taurenne (Aups), Le Moulin de Callas (Callas), La Carçoise (Carcès), Coopérative Oléicole (Correns),  Le Moulin de Pascaline (Cotignac), Le Moulin de St-Joseph (Cotignac), Coopérative Oléïcole (Cotignac),  Moulin des 5 ponts (Cuers),  Cooperative oleïcole la Solidarité (Entrecasteaux), Moulin du Flayosquet (Flayosc), Moulin de la Combette (Flayosc), Domaine de Garbelle (Garéoult), Le Moulin de St Côme  (La Crau), Moulin à huile du Partegal (La Farlède), Sarl Moulin à huile Guiol (La Farlède), Moulin du Haut Jasson (La Londe les Maures), Domaine de Souviou (Le Beausset), Coopérative oléicole Moulin du Grimaudet (Le Luc), Moulin de l’Esquirol (Le Pradet), Moulin à Huile Communal (Mazaugues), Société Coopérative (Ollioules), Moulin de la Loube (Puget-Ville), Moulin à huile Le Clos St-Martin (Roquebrune-sur-Argens), Domaine de la Pierre Plantée (Sainte-Maxime), Coopérative oléicole La Cayanne (Salernes), Coopérative Oléïcole « La Salernoise » (Salernes),  Earl Vallon de l’Allamande (Sanary), Coopérative Oléïcole La Tavernaise (Tavernes), Moulin Communal (Tourtour),  Moulin Gervasoni (Tourtour), Coopérative Oléïcole  » La Varageoise » (Varages)

Alpes Maritimes : Syndicat Interprofessionnel de l’Olive de Nice (Nice), Moulin communal de Bonson (Bonson), Moulin à huile Moulin de Castagniers (Castagniers), Moulin de Castellar (Castellar), Coopérative Oléicole (Gilette), Huilerie Sainte-Anne (Grasse), Moulin communal (L’Escarène),  Moulin communal du Broc (Le Broc), Coopérative Oléicole (Levens), Moulin à huile Emile Tihy (Luceram

 

Mesdames, Messieurs,

 

Vous travaillez sur l’olive et l’olivier en différents secteurs : culture, production d’huile dans vos moulins privés ou coopératifs, vente d’huile et de produits à base d’olives, recherches sur la génétique, les origines de l’olivier, l’auto-fertilité, les maladies, etc. Tous, vous êtes amenés à nommer les variétés d’oliviers et leurs olives pour étiqueter vos produits, diffuser des conseils agricoles ou rédiger vos textes scientifiques. Et tous, vous commettez des erreurs, inexorablement, pour qualifier les variétés. Pourquoi ?

Parce que, Occitans d’origine, vous avez partiellement ou totalement perdu votre langue, la seule qui nomme les oliviers depuis des siècles de père en fils : l’occitan (ou langue d’oc) dans toutes ses variétés (languedocien, provençal, niçois).

Parce que, non Occitans d’origine mais amoureux des oliviers et devenus acteurs de l’oléiculture, vous n’avez, encore plus que les précédents, absolument pas conscience que les oliviers ne sont  nommés qu’en langue d’oc, forcément, ces arbres ne poussant pas en terres de langue d’oïl. Ce sont donc des noms occitans que vous utilisez, qui ont été adaptés en français (et non des noms français vernaculaires), et adaptés de façon parfois catastrophique. Or toute langue a sa grammaire.

Parce que, chercheurs, peut-être encore plus que les deux catégories précédentes, vous ne vous posez même pas la question des noms que vous utilisez, diffusés sans conscience, sans connaissance, sans connaître leur sens, leur étymologie, et leur grammaire (ce qui est anti-scientifique).

Comme lexicographe (donc rédactrice de dictionnaires), et encore plus comme ethnobotaniste (de terrain et dans les livres depuis 30 ans) particulièrement spécialisée sur le lexique de la vigne et de l’olivier (en dialectes provençal et languedocien), comme locutrice de cette langue en provençal, je constate donc avec grande tristesse et consternation les entorses faites au lexique concernant les oliviers et les olives dans vos publicités ou vos textes scientifiques. Cependant, les archives sont nombreuses, les dictionnaires et les textes tout autant, pour s’apercevoir des erreurs commises dans le lexique employé actuellement et qui auraient donc dû/pu être évitées aisément, par une consultation rapide du dictionnaire de F. Mistral.

Employer un mot suppose pourtant la curiosité élémentaire de se demander quelle est sa grammaire pour l’utiliser correctement. En français, vous ne pressez pas un oranger et vous ne greffez pas une orange, n’est-ce pas ? Vous ne pelez pas un bananier mais une banane ? Vous ne crachez pas un noyau de cerisier mais de cerise ? Vous ne dites pas « une olive amer » ni « un olivier vieille » ? Aucun pépiniériste n’écrit dans sa liste d’arbres fruitiers à la vente dans son catalogue « cerisier, prune, pommier, poire, figuier, jujube », mélangeant sans distinction noms d’arbres et noms de fruits : il ferait rire tout le monde avec cette liste. Pourquoi commettez-vous donc ces équivalents lorsque vous parlez des oliviers et des olives ?

Non, « aglandau » ne saurait qualifier une olive puisque c’est du masculin : cela ne qualifie que l’olivier, lequel fait des olives aglandales, en toute logique, et comme cela se dit et s’écrit depuis des siècles en occitan (aglandau/aglandala ou en graphie mistralienne aglandau/aglandalo). Non, « salonenque » ne saurait qualifier un olivier puisque c’est du féminin. L’olivier selonenc/selounen porte l’olive selonenca/selounenco, ce qui, transposé en français, donne « un sélonenc porte de sélonenques » ou plus radicalement adapté « un salonais porte des salonaises » puisqu’il s’agit de la ville de Salon (qui se dit Selon/Seloun en occitan et non Salon/Saloun). Non, « grossane » ne peut qualifier un olivier car c’est du féminin : c’est l’olivier grossan qui fait des grossanas (ou en graphie mistralienne groussan/groussano), ce qui en français se traduit par un olivier grossan (ou plus simplement le grossan) fait des olives grossanes (ou des grossanes). Non, les listes des « variétés d’oliviers » telles qu’on les trouve dans absolument tous les textes scientifiques (dont ceux publiés dans Le retour de l’olivier, Retour sur l’olivier, Études héraultaises, 2009, où j’alerte pourtant sur ce sujet, ou l’article plus récent Faut-il réorganiser les vergers ? publié dans les Annales de la SHHNH vol. 153, année 2013) et tous les dépliants distribués par les coopératives oléicoles ne sauraient comporter, pas plus que le catalogue du pépiniériste, des noms masculins et féminins indistinctement mélangés, ce qui donne une liste totalement surréaliste pour qualifier les oliviers : bouteillan (masculin), olivière (féminin), aglandau (masculin), picholine (féminin), grossane (féminin), cailletier (masculin), etc., etc., noms que l’on retrouvera dans « variétés d’olives » !

Non, avoir perdu sa langue ou l’ignorer n’autorise pas à soutenir « mordicus » qu’aglandau est bien le nom de l’olive, parce qu’on le dit soi-même ou qu’on l’a entendu dire ou lu sur Internet ou vu écrit dans un  article scientifique, en l’occurrence bien anti-scientifique sur ce point. Non, cette erreur ne peut être « une référence » : un amateur en astronomie ou en histoire, même s’il parle de ces deux matières par goût, ne peut être une référence. Il en est de même en linguistique. Ceux qui n’ont pas perdu la langue, les dictionnaires et les textes d’auteurs en langue d’oc, font tous la distinction élémentaire olivier au masculin/olive au féminin : c’est cela la référence parce que c’est le fonctionnement de la langue d’oc. Par exemple, on peut lire dans le dictionnaire de F. Mistral à l’entrée selounen, enco adj et n : « oulivo selounenco, variété d’olive, petite, allongée, (etc.) ; óulivié selounen, olivier qui porte l’olive selounenco. ». Et à l’entrée pigau, alo adj et n : « olivier qui porte l’olive pigalo ». Et à l’entrée aglandau, alo adj : « óulivié aglandau, variété d’olivier dont le fruit est en forme de gland ». On ne peut être plus clair. Même en l’absence des deux données dans un dictionnaire (car ils sont incomplets et que chaque entrée n’est pas forcément illustrée par un exemple au masculin plus un exemple au féminin), on déduit l’une de l’autre par simple bon sens et logique. On trouve pareillement des citations à profusion chez les auteurs de langue d’oc où tous les oliviers sont désignés au masculin et toutes les olives forcément au féminin : « Ah ! li bèlli vergello d’óulivo verdalo ! oh ! li bèu bouquet di couliasso ! E li boutihenco, li fachouiro, li reialo, li redounalo e li vermeialo, agachas-li, amiras coume n’en plòu… » (Baptiste Bonnet, 19/20ème), c’est-à-dire verdale, colliasse, bouteillenque, fachouire, royale, redounale, vermeillale, toutes au féminins puisque l’auteur parle d’olives et non d’oliviers.

Rappelons donc cette évidence puisqu’elle semble échapper à la profession : les variétés d’oliviers ne peuvent être nommées QUE par des noms masculins, les variétés d’olives QUE par des noms féminins, puisque l’olivier est du genre masculin et l’olive du genre féminin (en occitan comme en français). Ce qui donne sur quelques exemples limités les correspondances logiques :

Oliviers en occitan   adaptés en français Olives       adaptées en français

Pigau/Pigal Pigau/Pigal Pigala Pigale

Aglandau/Aglandal Aglandau/AglandalAglandala Aglandale

Verdau/Verdal Verdau/Verdal Verdala Verdale

Menudau/Menudal Ménudau/Ménudal Menudala Ménudale

Corniau/Cornial Corniau/Cornial Corniala     Courniale/Corniale

Grossan Grossan Grossana Grossane

Botelhan Bouteillan Botelhana Bouteillane

Botinhan Boutignan Botinhana Boutignane

Calhetier Cailletier Calheta Caillette

Selonenc Sélounenc/Salonais Selonenca Sélounenque/Salonaise

Negret Négret Negreta Négrette

Roget Rouget Rogeta Rougette

Berruguet Berruguet Berrugueta Berruguette

Provençalet Provençalet Provençaleta Provençalette

Negron Négron Negrona Négronne

Calhon Caillon/Cailloun Calhona Caillone/Cailloune

Marselhés Marseillais Marselhesa Marseillaise

Tripard Tripard Triparda Triparde

Picholin Picholin Picholina Pichouline/Picholine

Luquier ou Lucal Lucquier Luca Lucques

Ou en graphie mistralienne pour les olives : Pigalo, Aglandalo, Verdalo, Menudalo, Cournialo, Groussano, Boutignano, Cailleto, Selounenco, Negreto, Rougeto, Berrugueto, Prouvençaleto, Negrouno, etc. 

Tous les noms de la première colonne peuvent être adjectif ou nom : on dit aussi bien l’olivier aglandau que l’aglandau, l’olivier rouget que le rouget, etc. Tous les noms de la deuxième colonne pareillement : l’olive grossane ou la grossane, l’olive triparde ou la triparde.

L’adaptation française du O occitan (prononcé [ou]) est soit O, soit OU conservé à l’identique de l’occitan (comme pour Roquette/Rouquette, la salade). On peut donc avoir Cornial ou Cournial, Sélounenc ou Sélonenc, Pichoulin(e) ou Picholin(e), Groussan(e) ou Grossan(e), etc. C’est la seule hésitation possible mais qui en aucun cas ne porte tort à aucune des deux langues ni à l’olivier. Et les oléiculteurs occitanophones ont forgé naturellement la forme masculine Lucal ou Luquier (les deux sont valables) pour désigner l’arbre à partir de l’olive Luca/Luco.

Les quelques 140 noms de variétés (avec synonymes bien sûr) que j’ai relevées ont toutes leur couple logique nom masculin de l’olivier/nom féminin de l’olive pour les désigner. À ce jour, il n’y a que deux variétés où les textes (ou les locuteurs) ne m’ont pas permis de trouver les correspondances olive/olivier : l’olive tanche (de l’occitan tancha) où je n’ai pas le symétrique pour l’arbre (la seule façon correcte de le nommer est alors « l’olivier à tanche », et non pas « tanche » tout seul, puisque tanche est féminin, Mistral restitue l’expression tancho d’aubre, tanche d’arbre (?) pour l’olive) et l’olivière qui qualifie une olive, mais qui semble venir du catalan où l’olivier peut être aussi du genre féminin (y-a-t’il eu mauvaise interprétation/adaptation ? Donc un point obscur à éclaircir linguistiquement).

Non, toutes ces considérations ne sont pas des poils de mouche… de l’olivier bien sûr ! Vous n’accepteriez pas que l’on vous donne du Denise en place de Denis, que l’on vous vende un poirier en place d’une poire. Vous ne parlez pas de l’autofertilité de l’orange et des pépins de l’oranger. Pour l’olivier, c’est exactement pareil…  Les Occitans au courant de leur langue et de leur culture, les chercheurs en linguistique et ethnobotanique occitanes,  n’admettent pas de voir traitées par dessus la jambe l’une et l’autre, voire ridiculisées par des emplois erronés à répétition de leur lexique et de leur grammaire, a fortiori dans un domaine qui les concerne au plus près : la culture de l’olivier exclusivement méditerranéenne, exclusivement nommée depuis des siècles en langue d’oc. Félicitations donc aux oléiculteurs qui ne commettent point ces erreurs (quelle que soit la graphie de la langue d’oc qu’ils utilisent), voire même qui font leur site d’accueil bilingue français-langue d’oc. Mais ceux qui affichent des huiles monovariétales devraient remplacer sur leurs étiquettes aglandau par aglandale, boutignan par boutignane, car jusqu’à preuve du contraire, c’est le jus de l’olive qu’ils vendent pour le plaisir de nos papilles et non le jus de l’olivier. Quant aux chercheurs, je n’ai trouvé aucun texte exempt de ces erreurs : tous sont du type « catalogue du pépiniériste surréaliste» cité plus haut, noms masculins et féminins allègrement mélangés aussi bien pour qualifier les olives que les oliviers.

Merci donc à tous de bien vouloir prendre conscience des erreurs linguistiques diffusées, de l’aspect totalement anti-scientifique qui en résulte et du préjudice culturel causé à l’olivier, qui a le droit, comme tout végétal, d’être nommé correctement. Le respect élémentaire est dû à une langue millénaire, que vous la parliez ou pas car c’est elle qui dit l’olivier (et non le français), en dehors du respect élémentaire de la grammaire en général, quelle que soit la langue. Car en français « un olivier salonenque, une olive aglandau » sont tout simplement des « monstres grammaticaux », comme « un olivier vieille, une poire juteux ». Je ne parle bien sûr ici que des noms occitans : les mêmes erreurs linguistiques doivent être commises sur les variétés espagnoles, corses, italiennes, grecques, citées dans les textes scientifiques. Il y a en effet des noms visiblement féminins pour qualifier des oliviers, alors que l’arbre est masculin dans la langue en question. Et toutes ces erreurs sont bien sûr diffusées à nouveau par Wikipédia, ce qui n’est certes pas une preuve. Ainsi la liste des moulins oléicoles département par département, qui m’a servi à trouver vos adresses, est suivie d’une liste des olives où l’on peut lire : « La Grossanne ou Groussan … » ; « La Salonenque ou Plant de Salon, Salounen, Salonen, Saurine» (!) pour ne donner que deux exemples.  Il est assez alarmant qu’il ne vienne à l’idée de personne de se poser la question : « est-ce bien normal qu’un adjectif masculin (groussan, salounen) ou féminin (groussane, salonenque) puisse qualifier indifféremment une olive du genre féminin ? ».  Et que personne n’ait l’idée d’attribuer spontanément la forme masculine à l’arbre et la forme féminine à l’olive. On peut aussi lire sur le site des oléiculteurs varois : « Le Cayon, petite olive douce noire (comparable à la niçoise), la Varagenque (Salonenque) en cassée verte, la Belgentieroise, très douce… ». « LA Varagenque, LA Belgentieroise »… mais « LE Cayon » pour UNE olive ?!…  Ou encore sur le site de l’ACCOPA à « variétés d’olives »: « La Bouteillan, variété rustique, est surtout cultivée dans le Var ». Non, c’est le Bouteillan pour l’arbre et la Bouteillane pour l’olive … On touche du doigt les tragiques dégats collatéraux de la déculturation que provoque la perte d’une langue, laquelle génère chez les usagers une perte totale de sens (de simple bon sens) et de structure des mots utilisés. Or vous communiquez tous sur « l’authenticité de vos produits », « l’ancienneté de vos moulins », l’huile « produit culturel », voire vous restituez des poèmes en provençal sur l’olivier sur les sites des Chevaliers de l’olivier : n’est-ce pas totalement contradictoire avec le fait de ne pas/plus savoir nommer correctement olives et oliviers ?

À travers ce plaidoyer, vous aurez tous compris combien je suis passionnée d’olives et d’oliviers, et que les voir nommer à tort et à travers me peine énormément par tout ce que cela signifie en perte de culture des gens du pays. Si je pouvais vous avoir alertés pour que cela ne soit pas irrémédiable… J’encourage donc la diffusion de ce plaidoyer pour les noms authentiques respectueux de la langue d’oc et de sa grammaire à tous les oléiculteurs, coopératives, chercheurs sur l’olivier que je n’ai pas pu contacter, faute d’avoir trouvé leur adresse électronique, car il est grand temps d’arrêter le « massacre linguistique » de notre arbre. Il est déjà suffisamment malmené symboliquement en espaces publics avec sa désacralisation honteuse sur les carrefours, ou sa consommation comme simple élément de décor dans des pots violets ou roses posés n’importe où, dans les galeries marchandes ou les gares, et jetable à volonté (cf. mon ouvrage épuisé Des Arbres et des Hommes, Edisud, 1997), ou sa taille ridicule « en nuages, en tonsure, en porte-manteaux ». Vidé de sa symbolique, en passe d’être maintenant privé de ses noms millénaires manipulés n’importe comment « sans science ni conscience », … une prise de conscience collective s’impose justement et c’est la moindre des choses que l’on puisse tous faire en faveur de notre arbre sacré. 

Bien entendu, vous pouvez me contacter pour des conseils linguistiques.

Cordialement.

Josiane Ubaud

Copie diffusable à volonté

 

Courrier envoyé à :

* chercheurs

André Bervillé, Catherine Breton, Raymond Gimiglio

* oléiculteurs et institutions 

AFIDOL de Aix, Montpellier, Nyons, Paris

Chevaliers de l’olivier du Languedoc-Roussillon

Aude : Coopérative de Bizes-Minervois, Moulin à huile des Geyssières (Narbonne), Moulin à huile des Restanques (Roubia)

Hérault : Jean-Paul Creissac, Jean-Luc Dedieu, Afidol Hérault, Coopérative de Clermont-l’Hérault, Coopérative de Pignan, Lo Moulinet (Puisserguier), Moulin de la Garrigue (St-André-de-Sangonis)

Gard : Moulin de la Voie Domitienne (Beaucaire), Moulin Paradis (Martignargues), Moulin des Costières (St-Gilles), Moulin d’Uzès (Uzès), Moulin de Beaufort (Vestric et Candiac), Moulin de la Chartreuse (Villeneuve-lez-Avignon), Coopérative de Sommières (Villevieille)

Drôme : Afidol Nyons,  Chevaliers de l’olivier de Nyons

Vaucluse : Coopérative Oléicole La Balméenne (Beaumes de Venise), Moulin du Comtat (Caromb), Moulin Saint-Augustin (Le Coustellet), Moulin Dauphin (Cucuron), Moulin & Domaine Oliversion (Cucuron), Moulin à huile  » le Trésor des Oliviers » (Mazan), Moulin à huile Mathieu (Oppèdes)

Alpes de Haute Provence : Moulin Fortuné ARIZZI (Les Mées), Le Moulin de l’Olivette (Manosque) 

Bouches-du-Rhône : Annie et Pierre Tourrenc, Olives de Provence,  Afidol d’Aix, Chevaliers de l’olivier du pays d’Aix,  Moulin à huile Margier (Auriol), L’Oliveraie du Mas Mérici (Berre), Moulin de Coudoux (Coudoux), Domaine Camaïssette (Éguilles), Établissements Barle & fils (Éguilles), Moulin du Mas de Saint-Jean (Fontvieille), Coopérative oléicole (La Fare-les-Oliviers), Les Oléastelles (Lançon), Mas Sénéguier (Lançon), Château Calissanne (Lançon), Château Virant (Lançon), Le Moulin d’Hortense (Lançon), Perle de Provence  (Lançon),  Pigeonnier de la Goiranne (Lançon), Moulin Le Castelas (Les Baux), Domaine de Montau (Miramas), Moulin Saint-Michel (Mouriès), Moulin coopératif (Mouriès), Moulin du Mas de Vaudoret (Mouriès), Moulin des Costes (Pélissanne), Domaine Sacaron (Pourrières), Moulin La Cravenco (Raphèle), Moulin Gueury (Rousset), Mas des Bories  (Salon), Domaine de Suriane (St-Chamas), Lou Moulin dou Fustié Craven (St-Martin-de-Crau), Coopérative oléicole (Velaux), Terroirs de Provence (Velaux)

Var : Moulin à huile Gervasoni (Aups), Domaine de Taurenne (Aups), Le Moulin de Callas (Callas), La Carçoise (Carcès), Coopérative Oléicole (Correns),  Le Moulin de Pascaline (Cotignac), Le Moulin de St-Joseph (Cotignac), Coopérative Oléïcole (Cotignac),  Moulin des 5 ponts (Cuers),  Cooperative oleïcole la Solidarité (Entrecasteaux), Moulin du Flayosquet (Flayosc), Moulin de la Combette (Flayosc), Domaine de Garbelle (Garéoult), Le Moulin de St Côme  (La Crau), Moulin à huile du Partegal (La Farlède), Sarl Moulin à huile Guiol (La Farlède), Moulin du Haut Jasson (La Londe les Maures), Domaine de Souviou (Le Beausset), Coopérative oléicole Moulin du Grimaudet (Le Luc), Moulin de l’Esquirol (Le Pradet), Moulin à Huile Communal (Mazaugues), Société Coopérative (Ollioules), Moulin de la Loube (Puget-Ville), Moulin à huile Le Clos St-Martin (Roquebrune-sur-Argens), Domaine de la Pierre Plantée (Sainte-Maxime), Coopérative oléicole La Cayanne (Salernes), Coopérative Oléïcole « La Salernoise » (Salernes),  Earl Vallon de l’Allamande (Sanary), Coopérative Oléïcole La Tavernaise (Tavernes), Moulin Communal (Tourtour),  Moulin Gervasoni (Tourtour), Coopérative Oléïcole  » La Varageoise » (Varages)

Alpes Maritimes : Syndicat Interprofessionnel de l’Olive de Nice (Nice), Moulin communal de Bonson (Bonson), Moulin à huile Moulin de Castagniers (Castagniers), Moulin de Castellar (Castellar), Coopérative Oléicole (Gilette), Huilerie Sainte-Anne (Grasse), Moulin communal (L’Escarène),  Moulin communal du Broc (Le Broc), Coopérative Oléicole (Levens), Moulin à huile Emile Tihy (Luceram), Moulin Alziari (Nice), Moulin de la Brague (Oppio), Moulin à huile Roger Guido et fils (Peillon), Moulin Baussy (Spéracedes), Coopérative Oléicole (St-Césaire).  »

 

« L’UNION FERTILE » : ARRÊTONS DE BÉTONNER NOS TERRES AGRICOLES !

montage-logos-cp

PETITION A SIGNER :

http://filiere-paysanne.blogspot.fr/2014/05/lunion-fertile-arretons-de-betonner-nos.html

DES CHIFFRES ALARMANTS !

LA MESURE QUE NOUS PROPOSONS :

Nous demandons au Gouvernement et au Parlement de donner un rôle décisionnel aux Commissions Départementales de Préservation des Espaces Naturels, Agricoles et Forestiers (CDPENAF). Cela est indispensable pour lutter efficacement contre l’urbanisation dramatique des espaces agricoles. Cette mesure est déjà appliquée dans les DOM (Département d’Outre-Mer) depuis 2012. Elle est reconnue comme efficace par les services d’État, les élus locaux et la société civile de ces territoires. Il est donc possible, nécessaire et urgent de l’étendre à la métropole.

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE :

Signer et diffusez la pétition en ligne pour préserver les sols cultivables en France : 

Cette pétition a été lancée par l’association Filière Paysanne, le 9 avril dernier, avec le soutien de nombreuses organisations et de multiples personnalités médiatiques (Yann Arthus-Bertrand, Nicolas Hulot, Marie-Monique Robin…), scientifiques (Jean-Pierre Berlan, Philippe Desbrosses, Marc Dufumier…), politiques (Jean-Luc Bennahmias, Emmanuelle Cosse, Corinne Lepage, Michèle Rivasi…).

La liste des signataires officiels est détaillée ci-dessous. Pour lesorganisations et les personnalités qui souhaitent en faire partie, n‘hésitez pas à nous le signaler :

mail : filiere.paysanne@gmail.com  /  téléphone : 06 17 47 88 78

LES ORGANISATIONS CITOYENNES, PROFESSIONNELLESET SCIENTIFIQUES QUI APPUIENT CETTE DÉMARCHE :
(par ordre chronologique des témoignages de soutien)

FILIERE PAYSANNE, AFES (Association Française d’Étude des Sols), FNAB (Fédération Nationale d’Agriculture Biologique), BIO CONSOM’ACTEURS PACA, TERRE DE LIENS, ÉCOFORUM, AQUI SIEN BEN, RELOCALISONS !, FNE 06 (France Nature Environnement), AGIR POUR LA CRAU, ARLES CAMARGUE ENVIRONNEMENT ET NATURE, MODEF (Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux), MALTAE, InPACT(Initiatives Pour une Agriculture Citoyenne et Territoriale),FONDATION NICOLAS HULOT POUR LA NATURE ET L’HOMME, GÉNÉRATIONS FUTURES, SOLAGRO, RES (Réseau Environnement Santé), MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne), FNE PACA (France Nature Environnement), CDTF 83(Collectif de Défense des Terres Fertiles), FNE 84 (France Nature Environnement), LES SORGUES VERTES, COLIBRIS (Coopérer pour changer), LIEN EN PAYS D’OC, AGRIBIO 13, L’AGE DE FAIRE (Des outils pour réinventer le monde), LE PLAN ESSE(Ensemble pour une économie juste), EAU BIEN COMMUN PACA, AMAP LES JARDINS DE CERES, FEMMES SOLIDAIRES 13, MNLE (Mouvement National de Lutte pour l’Environnement),ALLIANCE PROVENCE, CENTRE CULTUREL de LUMINY, AGIR POUR ISTRES DU RANQUET A ENTRESSEN, EPURE (Espace Pour Une Réflexion Écologiste), AGTER (Association pour l’Amélioration de la Gouvernance de la Terre, de l’Eau et des Ressources Naturelles), CMR (Chrétiens dans le Monde Rural),UNCPIE (Union Nationale des Centres Permanents d’Initiatives pour l’Environnement), ATTAC Marseille, la Fédération interdépartementale des MAISONS FAMILIALES ET RURALESVaucluse Alpes du Sud.

LES PERSONNALITÉS SCIENTIFIQUES ET MÉDIATIQUES :
(par ordre chronologique des témoignages de soutien)

  • Bernard ASTRUC, président de l’association BIO CONSOM’ACTEURS PACA, coordinateur national de la campagne « Consommateurs pas cobayes ! », administrateur du COLLECTIF DE DEFENSE DES TERRES FERTILES du Var.
  • Alain GAIGNEROT, directeur national du MODEF (Confédération syndicale agricole des exploitants familiaux).
  • Marc DUFUMIER, agronome, enseignant-chercheur à la chaire d’AGROPARISTECH, auteur de nombreux ouvrages sur l’alimentation mondiale.
  • Yann ARTHUS-BERTRAND, photographe, reporter, documentariste et écologiste engagé.
  • Dominique ARROUAYS, INRA, président de l’AFES (Association Française pour l’Étude du Sol), expert du groupe inter-gouvernemental pour les sols de la FAO.
  • Philippe POINTEREAU, directeur du pôle agriculture de SOLAGRO.
  • François VEILLERETTE, porte-parole de GÉNÉRATIONS FUTURES.
  • André CICOLELLA, chimiste, toxicologue et chercheur français, spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires et environnementaux, président du  RES (Réseau Environnement Santé).
  • Nicolas HULOT, président de la FONDATION NICOLAS HULOT POUR LA NATURE ET L’HOMME.
  • Philippe DESBROSSES, agriculteur biologique, docteur en sciences de l’environnement et écrivain.
  • Béatrice et Jean-Paul JAUD, réalisateurs, producteurs et éditeurs des films « Nos enfants nous accuseront », « Severn » et « Tous cobayes ? ».
  • Dominique JOUHANNEAU, naturopathe, nutrithérapeute, phyto-Aromatologue, auteur de nombreux ouvrages dont «La médecine des plantes aromatiques, phyto-aromathérapie et huiles essentielles de l’océan Indie ».
  • Henri JOYEUX, professeur de cancérologie et chirurgien des hôpitaux.
  • Denis LAIRON, docteur en biologie, directeur émérite de recherche au CNRS.
  • Jean-Loup MOUYSSET, oncologue médical, fondateur-directeur du « CENTRE RESSOURCE » à Aix-en-Provence.
  • Yann OLIVAUX, biophysicien, spécialiste de l’eau, fondateur du Cri-Eau.
  • Didier PERREOL, pdg fondateur du Groupe EKIBIO, président fondateur de la FONDATION NATURE VIVANTE.
  • Christian VELOT, docteur en biologie, chercheur, maître de conférences en génétique moléculaire.
  • Clément WITTMANN, agronome, militant politique pour l’objection de croissance.
  • Philippe DERUDDER, consultant, conférencier, auteur de nombreux ouvrages sur l’économie alternative.
  • François MAUGIS, président d’ÉNERGIE ENVIRONNEMENT.
  • Jean MONTAGARD, grand chef de cuisine biologique et végétarienne, formateur, auteur.
  • Jean-Pierre BERLAN, agronome, économiste, ancien directeur de recherches à l’INRA.
  • François THIERY, éleveur bio, vice-président de l’Agence bio, ancien président de la FNAB 2001-2005.
  • Marie-Monique ROBIN, journaliste d’investigation, réalisatrice, et écrivaine.
  • Lylian LE GOFF, médecin environnementaliste, écrivain.
  • Alain DUEZ, directeur et fondateur de L’AGE DE FAIRE et du PLAN ESSE.
  • Valérie CUPILLARD, créatrice culinaire, consultante, auteur de nombreux livres de cuisine bio et végétarienne.
  • Jacques LOYAT, Ingénieur général honoraire du génie rural, des eaux et des forêts,  chercheur associé au CIRAD, membre de la commission agricole d’ATTAC.
  • Patrice DEVOS, ancien ingénieur général des ponts, des eaux et forêts.
  • Jean-Marie GILARDEAU, consultant en droit rural et ancien maître de conférences à l’Université de droit de Poitiers.
  • Yvon BEC, président de l’UNCPIE (union nationale des centres permanents d’initiatives pour l’environnement) et président du conseil d’orientation de l’ANDER (association nationale de développement des espaces ruraux).

LES ÉLUS PARLEMENTAIRES :
(par ordre chronologique des témoignages de soutien)

  • Brigitte ALLAIN, députée de Dordogne, membre de la commission des affaires économiques, EELV.
  • François-Michel LAMBERT, députée des Bouches-du-Rhône, vice-président de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, président de l’Institut de l’économie circulaire, EELV.
  • Thierry BENOIT, député d’Ille-et-Vilaine, membre de la Commission des affaires économiques, Groupe UDI.
  • Joël LABBÉ, sénateur du Morbihan, vice-président de la Commission des affaires économiques, EELV.
  • Christophe CAVARD, député du Gard, membre de la commission des lois, EELV.
  • Joël GIRAUD, député des Hautes Alpes, secrétaire de la commission des Affaires Économiques, RRDP.
  • Jean-Pierre MAGGI, député des Bouches-du Rhône, membre de la commission de la défense nationale et des forces arméesmaire de la commune de VELAUX où a été créé le 3ème PAEN de France (Périmètre de protection d’un espace agricole et naturel périurbain), PS.
  • Paul MOLAC, député du Morbihan, membre de la commission des lois, Union Démocratique Bretonne.
  • Bernard REYNES, député des Bouches-du Rhône,  membre de la commission des Affaires Économiques, UMP.
  • Pierre MOREL-A-L’HUISSIER, député de Lozère, membre de la commission des lois, président de l’ANDER (association nationale de développement des espaces ruraux), UMP.
  • André CHASSAIGNE, député du Puy-de-Dôme, membre de la commission des affaires économiques, président du groupe parlementaire GDR (gauche démocrate et républicaine), PCF.
  • Vincent BURRONI, député des Bouches-du Rhône,membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, PS.
  • Jean-Louis ROUMEGAS, député de l’Hérault, membre de la commission des affaires sociales, EELV.
  • Yves DANIEL, député de Loire-Atlantique, membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, PS.
  • Isabelle ATTARD, députée du Calvados, membre de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, Nouvelle Donne.
  • Bruno Nestor AZÉROT, député de Martinique, vice-président de la commission des affaires économiques, président fondateur du parti Mouvement Initiative Populaire.
  • Laurent BAUMEL, député de l’Indre-et-Loire, membre de la commission des finances, co-initiateur de la proposition de contrat de majorité signée par cent parlementaires en avril 2014, PS.
  • Jean-Pierre DECOOL, député du Nord, membre de la commission des lois, conseiller général du Nord, apparenté UMP.
  • Éric ALAUZET, député du Doubs, membre de la commission des finances, EELV.
  • Alfred MARIE-JEANNE, député de Martinique, membre de la commission des lois, président du parti Mouvement Indépendantiste Martiniquais.
  • Gabriel SERVILLE, député de Guyane, membre de la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, membre de la délégation aux outre-mer et de la commission nationale d’évaluation des politiques de l’État outre-mer, Parti Socialiste Guyannais.
  • Marie-Georges BUFFET,  députée de Seine-Saint-Denis, vice-présidente de la commission des affaires culturelles et de l’éducation, ministre de la Jeunesse et des Sports de 1997 à 2002, PCF.
  • Damien ABAD, député de l’Ain, membre de la commission des affaires économiques, conseiller régional de Rhône-Alpes, UMP.

LES PERSONNALITÉS POLITIQUES (hors Parlement National) :
(par ordre chronologique des témoignages de soutien)

  • André BARBAROUX, ancien conseiller du ministre de l’Agriculture Henri NALLET, PS, ancien directeur général du CNASEA et de la Fédération Nationale des SAFER.
  • Patrick MAGRO, vice-président de Marseille Provence Métropole (MPM), délégué à l’aménagement de l’espace et à l’agriculture péri-urbaine, PCF/ Front de Gauche.
  • Christophe MADROLLE, secrétaire national du MoDem et vice-président de Marseille Provence Métropole, délégué en charge de la gestion des fonds européens, MoDem.
  • Xavier COMPAIN, chargé de l’agriculture, la pêche et la forêt au conseil national du PCF/ FdG, coordinateur agriculture du Parti de la Gauche Européenne.
  • Guy BENARROCHE, secrétaire régional d’EELV PACA.
  • Michèle RIVASI, eurodéputée, membre des Commissions parlementaire industrie, recherche, énergie et environnement, santé publique et sécurité alimentaire, EELV.
  • Corinne MOREL-DARLEUX, secrétaire nationale à l’écosocialisme du Parti de Gauche et conseillère régionale de Rhône Alpes, FdG.
  • Laurence PACHE, conseillère régionale du Limousin, Parti de Gauche.
  • Les 19 Élus Régionaux PACA appartenant au groupe Europe Ecologie – Les Verts – Parti Occitan.
  • Laurent LEVARD, membre du Bureau National du Parti de Gauche, responsable de l’agriculture, co-animateur du Front de Gauche de l’agriculture.
  • Alexis DAVID, conseiller municipal à Viry-Châtillon (Essonne), Parti de Gauche.
  • Annabelle JAEGER, conseillère régionale déléguée à la biodiversité, présidente de l’Agence Régionale pour l’Environnement, membre du Comité des Régions Européen, EELV.
  • Gérard LERAS, conseiller spécial délégué à la politique foncière de la Région Rhône-Alpes, EELV.
  • Emmanuelle COSSE, secrétaire nationale d’Europe Écologie les Verts, EELV.
  • Julien BAYOU, porte-parole national d’Europe Écologie les Verts, EELV.
  • Jean-Luc BENAHMIAS, eurodéputé, membre de la Commission de l’emploi et des affaires sociales, vice-président du MoDem.
  • Pape DIOUF, tête de liste dans le 13/14, pour les Municipales 2014 à Marseille, Changer la Donne.
  • Kaouther BEN MOHAMED, tête de liste dans de le 2/3 pour les Municipales 2014 à Marseille, Changer la donne.
  • Corinne LEPAGE, ancienne ministre de l’Environnement, eurodéputée, membre de la commission Environnement, Santé publique, présidente de CAP21.
  • Olivier FLORENS, vice président du CG 84, délégué aux transports, EELV.
  • Sandrine BÉLIER, eurodéputée, membre des commissions environnement, santé publique et sécurité alimentaire, affaires constitutionnelles et Pétitions, EELV.
  • Yves MESNARD, Maire de Roquevaire, Vice-président de la Communauté d’Agglomération du Pays d’Aubagne et de l’Étoile, Divers gauche.
  • Gaël TABARLY, conseiller municipal d’opposition à Montauban, Partit Occitan
LES FORMATIONS POLITIQUES :
(par ordre chronologique des témoignages de soutien)
  • Groupe EELV – Parti Occitan (Paca).
  • Parti de Gauche (National).
  • Europe Écologie – Les Verts (National).
  • Collectif citoyen « Changer la Donne » (Marseille).
  • Cap21 (National).
  • Nouvelle Donne (National).
  • Union Démocratique Bretonne (Régional).

 » La France, premier pays au monde pour l’incidence des cancers hormonodépendants « 

A lire en entier dans « Le Quotidien du médecin » :

http://www.lequotidiendumedecin.fr/actualite/sante-publique/la-france-premier-pays-au-monde-pour-l-incidence-des-cancers-hormonodependa

« La France est aujourd’hui, selon les données du Centre International de Recherche contre le Cancer, le premier pays au monde pour l’incidence des cancers hormono-dépendants (sein et prostate) et des cancers masculins », souligne le Réseau Environnement Santé qui déplore l’absence de prise en compte du phénomène. « Le plan Cancer n’en parle pas et les perturbateurs endocriniens, principale hypothèse explicative, ne sont mentionnés que marginalement », poursuit l’association.

L’incidence des maladies chroniques augmente davantage que ce que ne voudrait le seul accroissement démographique. L’incidence des cancers hormonodépendants, sein et prostate, ne peut s’envisager sans prendre en considération les perturbateurs endocriniens, principale hypothèse explicative.

Impact sur la santé

Aujourd’hui, deux décès sur trois dans le monde sont le fait des maladies chroniques, en particulier les maladies cardio-vasculaires et respiratoires, les cancers et le diabète. En France, ces maladies progressent 4 à 5 fois plus vite que le changement démographique.

L’expression « perturbateur endocrinien » fait partie du langage commun, scientifique ou non. Cette expression fait référence aux substances chimiques susceptibles de générer des effets nocifs sur la santé du fait de leurs propriétés hormonales. Les perturbateurs endocriniens environnementaux sont ainsi des polluants chimiques qui interfèrent avec le système hormonal. Leur caractéristique principale est un effet agoniste avec les estrogènes. Ils peuvent également avoir un effet anti-androgénique et sont par ailleurs capables de modifier l’expression des gènes.

Cette catégorie est très diversifiée, et comporte par exemple des molécules pharmaceutiques, des pesticides et des plastifiants comme le bisphénol A (utilisé dans la polymérisation de matières plastiques), des détergents, les polychlorobiphényles (ou « pyralènes »), les dioxines, les produits d’incinération, les hydrocarbures aromatiques et les phytoestrogènes.

Leur impact sur la santé comporte trois particularités remarquables. Il commence dès le stade du développement fœtal, période pendant laquelle la pollution entraîne des pathologies à l’âge adulte. De plus, l’environnement module l’expression des gènes au cours de la vie fœtale, comme l’exemple du distilbène l’a montré. Enfin, leurs effets se transmettent sur plusieurs générations.

Conférence environnementale

Les 2 et 3 octobre prochains aura lieu la 3e conférence environnementale. Le Gouvernement a annoncé la réintégration de la santé environnementale dans son programme de la conférence. Par rapport à la conférence de septembre 2013 qui a réuni treize ministres et 500 participants autour de 5 thèmes : l’économie circulaire, les emplois et la transition écologique, la politique de l’eau, la biodiversité marine, la mer et les océans et l’éducation à l’environnement et au développement durable, cette édition officialise le fait que la question santé fait bien partie de la transition écologique.

L’association demande que les acteurs de la santé environnementale soient réintroduits dans le Conseil National de la Transition Écologique, et que le thème central de la conférence 2014 soit « Santé environnementale et crise sanitaire ».

Un coût estimé à 4 milliards

… « 

Dr Gérard Bozet

« Loi de transition énergétique et déchets nucléaires: CIGEO était enfoui dans les détails. » Communiqué de presse d’EELV (Europe Ecologie les Verts) – Ou le diable ne va-t-il pas se fourrer !!

Tiens, Sarkozy était coutumier de cette entourloupe qui consiste à cacher quelque chose d’embarrassant dans un projet de loi bien ficelé … et sans le dire bien sûr. Et au contraire, en faisant grand tapage sur l’excellence du projet pour détourner et hypnotiser les parties prenantes et le public.

Triste époque où le mensonge, où la dissimulation honteuse deviennent un moyen d’agir au sommet. Hollande – Sarkozy même combat ???

Sale temps pour notre pays !

Le communiqué :

 » Les écologistes avaient donc raison d’être prudents. La présentation des grandes lignes du texte du projet de loi transition énergétique sans que les parties prenantes disposent du texte final cachait bien quelque chose.

C’est avec stupéfaction que nous avons découvert que « la nouvelle version finale » du projet de loi transition énergétique comportait deux nouveaux articles sur l’enfouissement des déchets nucléaires, alors que la ministre avait annoncé que cette question ne serait pas abordée dans cette loi.

Pire, ces deux nouveaux articles prévoient que l’enfouissement des déchets en couche géologique profonde (c’est le projet CIGEO à Bure) pourrait être démarré par décret, sans passer par l’étape de la loi et un débat public devant l’Assemblée et le Sénat.

Les écologistes s’insurgent doublement contre cette manière de faire. Sur le fond, le Parlement doit être respecté et on ne peut imaginer qu’un sujet aussi explosif soit traité par décret alors qu’il engage le pays sur des milliers d’années. Sur la forme il est scandaleux de glisser en douce des dispositions aussi peu consensuelles sans même les avoir présentées en amont à la commission spécialisée du Conseil national du débat sur la transition énergétique qui travaille depuis plusieurs mois à l’élaboration du texte.

Pour EELV rien ne justifie la précipitation. La loi sur la transition énergique doit au contraire être l’occasion de recadrer le processus en prenant vraiment en compte les conclusions du débat public. Celui ci a montré que le projet CIGEO doit être revu car il n’est « pas mûr », comme l’a reconnu la Directrice de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs lors de son audition en mai par la commission parlementaire d’enquête sur les coûts du nucléaire. Son calendrier doit être revu, ce qui permettra de « donner du temps au temps », pour reprendre et développer les recherches alternatives au stockage en profondeur trop rapidement exclues (notamment l’entreposage en subsurface), et pour mener un test préalable en grandeur réelle avant toute décision.

EELV réclame le retrait de ces articles permettant d’enfouir les déchets par décret et l’application des conclusions du débat public sur le projet CIGEO. « 

Julien Bayou, porte-parole national

Sandrine Rousseau, porte-parole national

 » La transition énergétique du nucléaire  » – La réduction du parc nucléaire est mal partie … trois fois hélas !!!

A lire en entier dans le « Journal De L’Environnement » :

http://www.journaldelenvironnement.net/article/la-transition-energetique-du-nucleaire,47301?xtor=EPR-9

Dans sa mouture nocturne, le projet de loi sur la transition énergétique fixe une nouvelle feuille de route au futur centre de stockage de déchets nucléaires de haute activité, Cigéo. Sans pour autant répondre à la question : comment réduire la puissance du parc nucléaire français ?

L’énergie nucléaire a des caractéristiques spécifiques. Et l’une d’entre elles est sans doute la génération spontanée. Dans l’exposé des motifs du projet de loi sur la transition énergétique, remis mercredi 18 juin aux journalistes, il n’est fait aucune mention du projet de centre de stockage de déchets radioactifs (Cigéo), porté par l’Andra. Tel n’est pas le cas du texte de projet de loi, envoyé dans la soirée aux membres du Comité économique, social et environnemental. Dans cette mouture, revue et corrigée, apparaît un nouvel article, situé en 35e position.

LE RETOUR DE CIGÉO

En 7 paragraphes, le gouvernement fixe une feuille de route pour le futur stockage de Bure, conforme aux recommandations faites début mai par l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra). Le texte instaure donc une phase industrielle pilote du centre de stockage, dont les conditions et la durée seront fixées par un décret en Conseil d’Etat. Comme prévu, la date d’ouverture est repoussée à 2025. Le projet de loi impose aussi au gouvernement la rédaction d’un rapport sur «les modalités opérationnelles prévues pour garantir la réversibilité d’un stockage». Ce rapport devra être transmis aux parlementaires d’ici le 31 décembre 2015; lesquels devront légiférer précisément sur le sujet. Reste à savoir quand?

COMMENT PASSER DE 75% À 50%

Autre interrogation: comment la France réussira-t-elle «à porter la part du nucléaire dans la production d’électricité à 50% à l’horizon 2025»[1]tel que l’impose l’article 2 du projet de loi ? Le texte ne prévoit pas de mécanisme permettant, à coup sûr, de réduire d’un tiers la capacité nucléaire d’EDF. D’autant moins que l’Etat s’est abstenu, finalement, de se doter des moyens lui permettant d’arrêter souverainement des réacteurs, contrairement à ce qu’avait promis le président de la République (et rien n’indique que Fessenheim sera fermée prématurément).

Risquons donc une hypothèse. Sur le principe, l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) n’est pas opposée à l’allongement de la durée de vie des 34 réacteurs de 900 mégawatts, à plusieurs conditions. Le gendarme de l’atome entend notamment que le niveau de sûreté des plus anciennes tranches augmente avec le temps et surtout que ses préconisations post-Fukushima soient rapidement mises en œuvre par EDF. Ces dizaines de milliards d’euros de travaux seront réalisés dans le cadre du «Grand carénage» qui nous mène au-delà de 2030.

TRAVAUX ET BAS RÉGIME

A supposer que toutes les tranches de 900 MW voient leur durée de vie allongée par l’ASN, le gros des travaux se situera précisément «à l’horizon 2025» tel qu’indiqué par le projet de loi Royal. En clair, à cette échéance, l’on pourrait voir une dizaine de réacteurs arrêtés pour une longue période, le temps que se fassent les travaux de remise à niveau de la sûreté. Mécaniquement, la part du nucléaire dans la production d’électrons baisserait donc à 50%, voire moins. A cela s’ajoute le fait que le gouvernement prévoit (encore une fois) un fort développement des énergies renouvelables électriques.

Eoliennes, centrales solaires, hydroliennes devront produire 40% de l’électricité française en 2030, indique l’exposé des motifs. Par la suite, rien n’empêche EDF de faire redémarrer les réacteurs «remis à niveau», sans pour autant les faire fonctionner au maximum de leur puissance. Selon le prix de l’électricité sur les marchés voisins et la capacité de production prévisible des énergies renouvelables, EDF pourra moduler la production de ses réacteurs. «Il n’est déjà pas rare qu’à certaines périodes creuses, les réacteurs tournent à la moitié de leur puissance», confirme-t-on à la Société française d’énergie nucléaire (SFEN).

SCÉNARIO COMPLOTISTE

Interrogé par le JDLE, Denis Baupin ne croit pas à ce scénario, qu’il qualifie volontiers de«complotiste». Pour le député EELV de Paris, le projet de loi prévoit l’instauration d’une programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui, sur 8 ans, obligera EDF à fermer une vingtaine de réacteurs, dont les deux tranches de Fessenheim. Le dispositif est bien prévu par le projet de loi. Mais la dernière programmation pluriannuelle des investissements électriques (PPI, l’ancêtre de la PPE) prévoyait aussi 25 gigawatts éoliens en 2020. Un objectif qui ne sera jamais tenu. Pas plus que les 3% de baisses annuelles d’émission de GES imposées par la loi du 13 juillet 2005 fixant les orientations de la politique énergétique. «Avoir une garantie sur un objectif à 10 ans, c’est vrai que je ne sais pas faire», reconnaît d’ailleurs le vice-président de l’Assemblée nationale.

QUID DE LA TAXE NUCLÉAIRE ?

Dernière interrogation: l’ASN aura-t-elle les moyens de mener sa mission à bien? Car avec la multiplication des contrôles à réaliser sur le vieillissement des réacteurs, la prochaine mise en route de l’EPR, le suivi de la construction des noyaux durs «post-Fukushima», l’ouverture de Cigéo, l’hypothétique fermeture de Fessenheim et l’encadrement du Grand carénage, l’ASN et l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), son appui technique, manquent de bras.

Au début de l’année, le patron des gendarmes du nucléaire, Pierre-Franck Chevet, estimait à 200 le nombre d’experts à embaucher d’urgence pour que les deux institutions-clés de la sûreté nucléaire puissent faire face à l’accroissement annoncé de leur charge de travail. Soit un budget supplémentaire de 50 millions d’euros. Et pour réduire sa dépendance au budget de l’Etat, Pierre-Franck Chevet proposait de ne plus financer l’ASN qu’au moyen d’une taxe payée par les opérateurs nucléaires (EDF, Areva, CEA). Une taxe qui ne figure pas dans le projet de loi Royal. Pas plus que la proposition de taxe «sur les gains financiers du parc nucléaire», imaginée en septembre dernier par Jean-Marc Ayrault, alors Premier ministre.  »

[1] Aujourd’hui, le parc nucléaire français fournit, en moyenne, 75% de l’électricité consommée en France.

 

« APPEL URGENT: NON À LA TORTURE ! NON À L’ALIMENTATION FORCÉE DES PRISONNIERS PALESTINIENS ! »

« Au 50ème jour de la grève de la faim collective des Palestiniens : il se peut que la procédure législative accélérée pour permettre l’alimentation forcée soit menée à son terme la semaine prochaine.

Ramallah occupée, 12 juin 2014 – Depuis le 24 avril, plus de 100 détenus et prisonniers palestiniens sont en grève de la faim pour protester contre la politique de détention administrative d’Israël (voir ci-dessous)

Le 9 juin, une proposition de loi d’initiative gouvernementale pour permettre l’alimentation forcée des grévistes de la faim a été adoptée en première lecture au Parlement israélien, la Knesset. Le passage en deuxième et troisième lecture doit intervenir en une procédure accélérée la semaine prochaine.

La police secrète israélienne, le Shin Bet ou Shabak (connue aussi en tant que GSS, ISA) a encouragé le Premier Ministre israélien, Benyamin Netanyahu à imposer cette mesure législative aussi vite que possible, avec l’intention explicite de briser la grève de la faim plutôt que dans un souci du bien-être des grévistes.

L’alimentation forcée est considérée comme une torture par la déclaration de Malte de l’Association Médicale Mondiale et a été condamnée par le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la Torture et par d’autres organes des Nations Unies.

L’Association Médicale Israélienne (AMI) a désapprouvé publiquement la mesure législative et a annoncé que ses membres ne s’y soumettraient pas. Cependant, les médecins travaillant pour le Service des Prisons Israélien ne sont pas membres de l’AMI. L’organisme chargé de superviser et de surveiller les médecins en Israël est le Ministère de la Santé, qui, malheureusement, est un des principaux soutiens et promoteurs de la mesure législative.

En accord avec l’approche prise par le Shin Bet et le Premier Ministre Netanyahu, le Ministère de la Santé est aussi en train d’adopter maintenant de nouvelles restrictions plus rigoureuses sur les contacts des médecins indépendants extérieurs avec les grévistes de la faim, malgré le fait que le droit des prisonniers de voir un médecin indépendant est partie intégrante à la fois du droit israélien et des normes internationales.

Qu’est-ce que la Détention Administrative ?

Forme d’internement sans jugement, la détention administrative peut être ordonnée par un commandant militaire israélien dans les territoires palestiniens occupés (tpo), fondée sur « des raisons de sécurité », qui sont assez larges pour englober des activités politiques pacifiques et en pratique tout acte d’opposition à l’occupation israélienne. Au 1er mai 2014, 192 Palestiniens étaient détenus en détention administrative en Israël. Les détenus sont emprisonnés sans jugement, et ni eux, ni leurs avocats, ne sont autorisés à voir les « preuves secrètes » utilisées contre eux. Alors que les détenus peuvent faire appel de leur détention devant un tribunal militaire, un tel droit n’a plus aucun sens en l’absence de la connaissance des renseignements sur lesquels l’ordre de détention est fondé. La validité des ordres de Détention Administrative est de six mois à la fois et ils peuvent être renouvelés indéfiniment. Selon des témoignages recueillis par des organisations de défense des droits de l’homme, des détenus ont été emprisonnés en détention administrative pour des durées allant de un mois jusqu’à six ans. La fréquence de l’utilisation de la détention administrative a été fluctuante au cours de l’occupation israélienne. Elle a été utilisée de façon spécifique en tant que moyen de punition collective à l’encontre des Palestiniens s’opposant à l’occupation. Le Comité des Nations Unies sur l’Elimination de la Discrimination Raciale a récemment exprimé son opinion, selon laquelle la pratique israélienne en cours de la Détention Administrative est « discriminatoire et constitue une détention arbitraire selon le droit international sur les droits de l’homme ». L’Union Européenne a aussi condamné l’usage de cette mesure.

Ce que vous pouvez faire :
- Contactez votre association médicale nationale et l’Association Médicale Mondiale et demandez leur de prier instamment et publiquement le gouvernement israélien de retirer la loi : doh@wma.net ; wma@wma.net
- Contactez le Rapporteur Spécial des Nations Unies sur la Torture, le Professeur Juan Mendez et demandez-lui de condamner la loi et de prier instamment et publiquement le gouvernement israélien de la retirer : urgent-action@ohchr.org
- Contactez la Haute Représentante de l’Union Européenne, la Baronne Catherine Ashton, et demandez-lui de condamner la loi et de prier instamment et publiquement le gouvernement israélien de la retirer : Catherine.ashton@ec.europa.eu
- Contactez votre député-e et demandez-lui de condamner la loi et de prier instamment et publiquement le gouvernement israélien de la retirer.

La position de l’AMI  : http://www.ima.org.il/ENG/ViewCateg…

Articles de presse récents :
Guardian :
http://www.theguardian.com/world/20…
Haaretz :
http://www.haaretz.com/news/nationa…
http://www.haaretz.com/news/diploma…
http://www.haaretz.com/news/middle-…

Sites Internets relatifs à la question :
http://www.phr.org.il/default.asp?P…
www.Addameer..org
www.Adalah.org
www.stoptorture.org.il
http://www.mezan.org/en/

Tentative d’Israël de briser la grève de la faim : Arrière-plan

En 2012, des détenus et prisonniers palestiniens se sont engagés dans de multiples grèves de la faim, ayant pour but de mettre un terme à la politique de Détention Administrative tout comme de chercher à améliorer les conditions de détention et de rétablir les visites des familles de la Bande de Gaza et de Cisjordanie, qui avaient été interrompues. Malgré les mesures punitives contre les grévistes, les grèves de la faim ont été largement couronnées de succès, menant à la libération de plusieurs détenus administratifs tout comme à un accord sous l’entremise de l’Egypte entre la direction des prisonniers et la Service des Prisons Israélien, qui comprenait un engagement à respecter la plupart des demandes des grévistes. Cette année, comme le nombre des détenus administratifs augmentait à nouveau progressivement et que les conditions de détention ne s’amélioraient pas, une nouvelle grève de la faim collective a été déclarée le 24 avril. Comme la grève de la faim gagnait de l’ampleur et des soutiens, la réponse du Service Israélien des Prisons s’est faite plus hostile. Le personnel pénitentiaire a mis en œuvre des pressions sur les grévistes de la faim, pour casser leur mouvement de protestations, de différentes façons comprenant l’isolement par rapport au monde extérieur par le refus des contacts avec les avocats, les médecins indépendants et la famille, la séparation des autres prisonniers par l’isolement cellulaire et des transferts fréquents d’une prison à l’autre, et des mesures punitives telles que des raids dans les quartiers des prisonniers en grève, la confiscation des biens personnels et des amendes. Le personnel médical du SPI a été impliqué dans ce processus en donnant la préférence aux intérêts du système pénitentiaire plutôt qu’à ses obligations envers leurs patients, en infraction avec les normes médicales professionnelles et éthiques. On a fait aller et venir les grévistes de la faim entre les différents services médicaux du système public de santé.

L’accès à un conseil juridique digne de confiance et à des médecins indépendants est crucial pour que les grévistes puissent prendre en conscience et en étant renseignés les décisions concernant leurs actions, mais les médecins de Médecins pour les Droits de l’Homme-Israël et les avocats des détenus n’ont pu obtenir de rencontrer que quelques-uns des prisonniers en grève de la faim après des appels répétés devant les tribunaux.

Pour informations et mise à jour sur cette question s’il vous plaît contactez les Médecins pour les Droits de l’Homme-Israël : Amany Dayif à amanydayif@phr.org.il, ou Hadas ZIv àhadas@phr.org.il  « 

Cet appel est lancé par :
Adalah – Centre Juridique pour les Droits de la Minorité Arabe en Israël (Haïfa)
L’Association Addameer de Soutien aux Prisonniers et des Droits de l’Homme (Ramallah)
Le Centre Al-Mezan pour les Droits de l’Homme (Gaza)
Le Comité Public contre la Torture en Israël (Jerusalem-Ouest)
Médecins pour les Droits de l’Homme-Israël (Jaffa – Tel Aviv)