Diesel qui pue et tue :  » Pour une enquête européenne sur les fraudes aux tests anti-pollution des véhicules  » Karima DELLI Eurodéputée France

Voulez-vous vivre ces prochaines années dans un monde où respirer tue ?

 » La question se pose après les révélations d’un scandale sanitaire sans précédents mettant en cause le constructeur allemand Volkswagen qui a fraudé sur les tests anti-pollution de 11 millions de ses véhicules diesel.

Ce « dieselgate » en a donné la preuve : les normes européennes pour limiter les émissions polluantes des véhicules ne sont pas respectées. Après avoir entretenu le mythe du « diesel propre », les constructeurs  automobiles souhaiteraient éviter une enquête européenne. En tant que députée européenne en charge des Transports, je refuse que les institutions européennes soient la cible d’un lobbying visant à défendre des intérêts privés au détriment de la santé des citoyens. Je refuse que les lobbies fassent la loi.

Au-delà du cas Volkswagen, d’autres constructeurs sont concernés car il est de notoriété publique que les tests en vigueur sous-estiment largement les émissions réelles des véhicules.

Dans les faits, 9 véhicules diesel sur 10 dépasseraient les seuils autorisés.

Résultat, environ 40 millions de citoyens européens sont aujourd’hui exposés à un air pollué et dangereux, contenant notamment des taux élevés de particules fines mais aussi de dioxyde d’azote, reconnus gravement nocifs pour la santé.

Le coût de cette pollution est immense sur le plan humain: on parle de 400.000 morts prématurées chaque année en Europe. C’est aussi un gouffre financier, puisque la pollution coute chaque année environ 766 milliards d’euros à l’Union européenne.

Je refuse que nos enfants continuent à être empoisonnés au profit des constructeurs automobiles, dans le silence des instances européennes. J’appelle donc, avec mes collègues, à ce que toute la transparence soit faite dans ce dossier et que la loi soit respectée. La solution est simple : la Commission européenne doit au plus vite diligenter une enquête sur l’ensemble des véhicules présents sur le marché européen.

La semaine prochaine à Strasbourg, la Commission européenne doit se prononcer sur les suites qu’elle entend donner à cette affaire, c’est le moment d’agir en lui demandant de protéger les citoyens européens !

A quelques semaines de la plus importante conférence sur le climat, la COP21, qui réunira les dirigeants du monde entier à Paris, l’Union européenne doit prendre ses responsabilités. »

Cette pétition est soutenue par :

Emmanuelle Cosse, secrétaire nationale EELV
José Bové, député européen
Denis Baupin, député
Pierre Serne, Vice-président de la région IDF
Ronan Dantec, sénateur
Eva Joly, députée européenne
Marie-Christine Blandin, sénatrice
Yannick Jadot, député européen
Pascal Durand, député européen
Michèle Rivasi, députée européenne
Lucile Schmid, Vice-présidente de la Fondation de l’Ecologie politique

La pétition est également lancée en Espagne par Florent Marcellesi, en Grande-Bretagne par Molly Scott Cato, en Allemagne par Michael Cramer, en Hongrie par Benedek Jávor et en Finlande par Heidi Hautala.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *