.

Accueil | Déclaration de candidature | Biographie | Contacter le Dr. A. MINETTO

" Nous ne sommes pas là pour promouvoir une écologie de punition mais une écologie de solutions "

Animateur et créateur du MAGAZINE D'INFORMATION GÉOSTRATÉGIQUE

Sur Radio Chalom Nitsan.

Un monument classé et un joyau de nos quartiers Est : l'Eglise St Roch

Le boulevard St Roch et son tram, progrès indéniable,

mais revers de la médaille : pas d'arrêt minute et pas de places de livraison prévus suffisamment !

A la manifestation du Collectif des Comités de quartiers,

dont il est Vice Président, le 14 octobre 2009, contre la ligne 2 du tram sur la Prom'

A l'Assemblée Générale de l'APIL St Roch en mai 2010,

dont il est membre du Bureau

Avec Guy Marimot, Conseiller municipal Vert,

à une conférence de Vert l'Avenir ( dont le Dr André Minetto fait partie ), avec le Pr Marc Dufumier le 22 novembre 2008 à Mouans Sartoux

A la Journée d'Action autour du climat

Le samedi 24 octobre 2009 à Nice

Avec Corinne Lepage, Députée européenne, lors du colloque d'Europe Ecologie à Aix

Le 18 octobre 2009

Le 29 avril 2009, à la manifestation de soutien au candidat de Patrick Mottard,

Sami Cheniti, à la cantonale partielle du Nice 12

Journée d'étude sur cette "Eco"-Vallée bidon, avec Michèle RIVASI, députée européenne, entourée par des candidats EELV, d'Annabelle JAEGER, Conseillère régionale, de Joelle FAGUER, Conseillère régionale, Conseillère municipale à Grasse.

Rencontre EELV à NICE le 27 janvier 2011 sur les actions de nos élus régionaux pour l'emploi au PECOS (Pôle d'ECOnomie Solidaire); des candidats niçois et de G à D Joelle FAGUER et Annabelle JAEGER, conseillères régionales et Mari-Luz NICAISE, Conseillère municipale de Nice

Un des acteurs de la défense du bâtiment Costanzo depuis février 2010, ex-trésorier du Comité de défense Riquier-Barla-République-Risso; voir ses communiqués de presse du 8 juin 2010, 6 juillet 2010 et sa réponse au Comité de défense

L'interview du lundi 20 septembre 2010 sur DIRECT NICE après son communiqué de presse du 17 septembre 2010: "Déni de démocratie, abattage d'arbres, dégradation du cadre de vie, manque d'information et de concertation: ça suffit !"

Le Dr Minetto lors d'une manifestation pour la défense de la Vallée du Paillon le 20 avril 2009 contre l'incinération de déchets industriels toxiques à l'usine de ciment de Contes


mercredi 11 juin 2014

Arrêtez le massacre de nos arbres ! Des Niçois se mobilisent dans chaque quartier

Bravo aux personnes qui commencent à le faire dans chaque quartier !

Voici un nouveau courrier que nous avons reçu, ainsi que des photos, cette fois-ci du quartier Libération :

"Suite à notre conversation d'hier ,concernant le cèdre , que le service espace vert de Nice accompagné de l'antenne de la mairie coeur de ville centre (derrière Notre Dame) veulent abattre , et , en présence des responsables BNP PARISBAS Immobiliers en l'occurrence Mme ... directrice de la promotion et de l'architecte Mr ....

Je vous adresse les photos de cet arbre magnifique, qui ne semble pas souffrir de la "partie "de racine écorchée accidentellement par des ouvriers qui creusaient une petite tranchée. Mme ... du service des espaces verts assure que dans la crainte qu'un coup de vent ne fasse tomber l'arbre et causer des dommages humains ou autres ,qu'il est préférable de le couper ('enlever).

J'ai signalé aux intéressés que bien des arbres dans la ville y compris jardins publics sont soutenus et attachés pour éviter qu'ils ne tombent. A ma connaissance le cèdre est un arbre protégé.Nous craignons un intérêt venant du promoteur. Ce jour un arbre en contre bas de l'immeuble BNP PARIBAS côté Sud et face à l'arrière des immeubles de la Rue Mirabeau été enlevé .Raison?? ... Bien Cordialement ..... membre du comité de quartier »

lundi 3 décembre 2012

" Sommet France - Italie Lyon-Turin : un grand projet inutile aux coûts exorbitants " par Karim ZERIBI député européen ( EELV - VERTS )

Sommet France - Italie Lyon-Turin: un grand projet inutile aux coûts exorbitants



Ce lundi 3 décembre à Lyon, le sommet franco-italien entre François Hollande et Mario Monti a validé le projet controversé de ligne à grande vitesse (LGV) entre Lyon et Turin. Pour les Verts au Parlement européen ce nouveau projet très coûteux n'est pas nécessaire, et selon eux il existe des alternatives pour le transport de marchandises. Ces alternatives se basent notamment sur l'amélioration des infrastructures existantes, le développement de plateformes de fret intermodales, l'accroissement de l'offre TER (trains express régionaux) et la mise en place de dispositif de protection des populations contre les risques et les nuisances.
Les Verts au Parlement européen s'interrogent également sur la réintroduction de mesures de contrôle aux frontières franco-italiennes, les autorités françaises ayant bloqué samedi passé des opposants italiens qui tentaient de rallier une manifestation opposée au projet à Lyon.
Pour Hélène FLAUTRE, députée européenne d'Europe Ecologie - Les Verts, membre de la commission des libertés publiques du PE:
"Les autorités françaises ont décidé de réintroduire des contrôles à la frontière franco-italienne et de refuser jusqu'à hier l'entrée de citoyens européens sur le sol français. Je demande à la Commission européenne de vérifier la conformité de ces mesures avec le code frontières Schengen et la directive sur la libre circulation. Ces mesures doivent respecter le principe de proportionnalité et les refus doivent être motivés et délivrés à chaque personne avec une possibilité de recours. La Commission européenne devra entamer une procédure d'infraction s'il s'avère que les autorités françaises ont abusé des droits inscrits au cœur de la citoyenneté européenne."



Karim ZERIBI, député européen d'EELV, membre de la commission des transports du PE, a pour sa part estimé que:



" Ce projet essentiel pour l'Europe mérite un véritable débat contradictoire, notamment sur son coût. Je pose ici la question: est-il pertinent d'avoir un financement global pour le Lyon-Turin de 26.1 milliards d'euros alors que l'infrastructure existante à moderniser couterait dix fois moins cher tout en répondant aux besoins de report modal?



Nous pourrions plutôt financer plusieurs projets structurants à moindre échelle, tel le Montgenèvre qui, mis tous bout-à-bout, donnent une cohérence à l'intermodalité en Europe. Mais cette voix là ne semble pas pouvoir passer la frontière..." "

jeudi 29 novembre 2012

Soutien de François ALFONSI, Eurodéputé ( P Oc - EELV ) à la création d'une Intercommunalité spécifique de la Roya- Lettre au Préfet des Alpes-Maritimes

" Affaire suivie par : M. Pèire COSTA, Assistant de M. François ALFONSI

A l’attention de :
Christophe Mirmand, Préfet des Alpes-Maritimes Route de Grenoble 06286 Nice Cedex 3
Fait à Bruxelles le 29 novembre 2012.

Objet : Achèvement de la Carte de l’Intercommunalité dans les Alpes-Maritimes

" Monsieur le Préfet,

La loi du 16 Décembre 2010 portant sur la Réforme des Collectivités annonce l’achèvement de la carte de l’Intercommunalité au plus tard le 01er juin 2013. A cette date, toutes les Communes devront appartenir à un EPCI à fiscalité propre.`

Dans les Alpes-Maritimes, la carte de l’Intercommunalité est restée incomplète, jusqu’à ce jour. Parmi les « îlots » persistants qui méritent une attention particulière, je souhaite, Monsieur le Préfet, en ma qualité d’Euro-Député de la circonscription du Sud-Est (dont les Alpes-Maritimes font partie), attirer votre attention sur le sort des cinq communes françaises de la Vallée de la Roya qui sont Breil-sur-Roya, Fontan, Saorge, La Brigue et Tende.

Lire la suite

" Le logement est un bien de première nécessité " Communiqué de presse d'EELV ( Europe Ecologie les Verts )

Le logement social doit rester une priorité du gouvernement. EELV dénonce la hausse de la TVA sur le logement prévue par un amendement gouvernemental au projet de loi de finances rectificatives pour 2012, en discussion à l’Assemblée nationale. La TVA sur le logement social et les travaux de rénovation passerait de 7 à 10 % en 2014, avec un simple sursis pour les projets de logements sociaux engagés avant la fin 2013. Ce quasi-doublement annoncé de TVA en douze mois représenterait un manque à gagner de près d’un milliard d’euros chaque année au total pour le monde HLM.

Porté avec volontarisme par la ministre du Logement Cécile Duflot, l’objectif présidentiel de 150 000 HLM par an est très ambitieux. Avec une telle hausse de la TVA, il deviendrait très improbable. C’est pourquoi les députés écologistes viennent de déposer un amendement portant la TVA sur le logement social et les travaux de rénovation à 5%, car il n’est pas de nécessité plus urgente que celle d’avoir un toit au-dessus de sa tête. Un amendement similaire a été refusé récemment à une voix près le 24 novembre au Sénat.

Rappelons que le taux de TVA à 5,5 % avait été introduit par le gouvernement Juppé, avant d’être ramené à 7 % l’an dernier (ce que les députés socialistes avaient vivement critiqué: http://www.assemblee-nationale.fr/13/amendements/3952/395200375.asp ). Le porter à présent à 10 %, au nom du « pacte de compétitivité » annihilerait totalement les efforts budgétaires consentis récemment en faveur du monde HLM. En quoi multiplier le nombre de salariés mal logés pourrait-il améliorer la compétitivité de nos entreprises ? Le gouvernement semble oublier qu’un des principaux facteurs de compétitivité de l’Allemagne par rapport à la France est justement des prix de l’immobilier beaucoup plus accessibles.

De plus, alors que la France est déjà l’un des mauvais élèves européens en ce qui concerne la fiscalité écologique, la hausse de la TVA sur la rénovation thermique dans le bâtiment nous éloignerait encore plus de l’objectif de la campagne présidentielle de 600 000 rénovations énergétiques par an. Pour le logement comme pour notre empreinte carbone, c’est l’heure de vérité pour le gouvernement.

Elise LOWY, Jean-Philippe MAGNEN, Porte-parole

vendredi 2 novembre 2012

Aqui sien ben organise une réflexion autour de l'avenir de l'agriculture dans les zones périurbaines vendredi 9 novemnbre 2012 à 14h à Carros

" Réunion publique ouverte à tous pour discuter de la problématique de la disparition des terres fertiles dans notre espace périurbain et étudier les nouvelles formes d’agriculture pouvant répondre à nos attentes alimentaires et aux besoins des générations futures.



Parce que vous vous intéressez :
- Aux enjeux de l’agriculture de proximité
- A la qualité de votre alimentation
- A l’aménagement de votre territoire
- Au développement durable de votre environnement



Parce que vous voulez :
- Des produits frais et de saison cultivés sur place
- Du bio dans la restauration scolaire de vos enfants
- Des circuits courts et de la vente directe
- Le maintien de votre qualité de vie



Venez nombreux rejoindre les participants (exposés, témoignages, films, débat…) pour vous informer de la situation, explorer les outils existants, découvrir des initiatives locales, et enrichir le débat pour le maintien d’une activité agricole locale, pérenne et durable.



Programme et accès en pièce jointe ou sur le blog de AQUI SIEN BEN



Merci de transmettre ce message au plus grand nombre.



A bientôt. "

mardi 18 septembre 2012

CAMINADA PER L'AIGA E LA TERRA ( Marche pour l'eau et la terre ) marche citoyenne le 20 Octobre 2012 pour la préservation de la plaine du Var

" En collaboration entre Colibris 06, Collectif OIN, Mouvement citoyen du pays niçois, nous organisons la marche pour l'eau et la terre, marche citoyenne le 20 Octobre 2012 pour la préservation de la plaine du Var.

Nous organisons en amont :

trois soirées "Café du monde", outil d'intelligence collective et de concertation citoyenne autour du thème de la préservation de la Plaine du Var

- Samedi 29 Septembre à 14h30 à Castagniers, (bar restaurant le "202", 2074 route de Grenoble)

- Lundi 1er Octobre à 18h30 à St Laurent du Var, (Club nautique - se garer sur le parking du haut de Cap 3000, le club nautique est juste en dessous)

- Vendredi 5 Octobre à 18h30 à Levens, (Salle du foyer rural, sur la place du village)

et

Une marche cueillette sur 3 jours les 28, 29 et 30 Septembre 2012 (1,2 ou 3 jours possible en fonction des disponibilités de chacun - voir détail sur le site)

pour redécouvrir ce qui reste du patrimoine alimentaire en plantes, fruits, graines, racines et autres éléments organiques comestibles, que ce soit sauvages ou anciennement cultivés mais abandonnés, dans les derniers ilots de nature de cette vallée ou entre deux ouvrages laissant une bande "négligemment" naturelle...

plus de détails et inscription sur : MARCHE EAU ET TERRE

et aussi pour :

les cafés du monde : FACEBOOK CAFE DU MONDE

la marche cueillette : FACEBOOK MARCHE CUEILLETTE

la page de l’évènement de la marche du 20 octobre arrive bientôt,

rester à l’affût sur la page colibris06 :

FACEBOOK COLIBRI "

vendredi 8 juin 2012

COMMUNIQUÉ DE PRESSE EELV : " Christian Estrosi se « refuse à tout bétonnage sur les terres agricoles de la Plaine du Var » ! Vraiment ? De qui se moque-t-on ? "

" Le PLU de Saint-Laurent du Var, ce sont de nouvelles terres fertiles sacrifiées sur l’autel des projets de l’OIN Plaine du Var : 40% de surfaces agricoles en moins, et quasiment 60% pour la partie située dans la plaine alluviale !

L’urbanisation du secteur des Iscles, une nouvelle entorse à la DTA, un pied de nez à l’éco-vallée !

Les élus écologistes dénoncent le sacrifice de nouvelles terres agricoles dans la Plaine du Var et demandent leur sanctuarisation et leur reconquête dans le cadre d’un projet agricole global à l’échelle de la Plaine La Région PACA donne un avis défavorable au PLU L’autorité environnementale recommande de surseoir à toute modification de zonage sur ce secteur La CDCEA* 06 s'est réunie le 13 mars 2012 et a émis un avis réservé

  • Commission départementale de la consommation des espaces agricoles.


Sur le territoire de l’OIN Plaine du Var, malgré les déclarations des acteurs politiques locaux –au premier rang desquels Christian Estrosi dans une interview de Nice Matin ce 5 juin où il déclare « se refuser à tout bétonnage sur les terres agricoles de la Plaine du Var afin de protéger l’environnement »- et les objectifs affichés d’une prétendue « Eco-vallée » porteuse d’un nouveau modèle de développement et respectueuse des terres agricoles, celles-ci continuent de disparaître. Devant l’imminence d’une crise généralisée sociale, écologique, financière, les écologistes défendent l’idée que « pas un mètre carré de terre fertile ne soit perdu ». "

Annabelle JAEGER, Conseillère régionale EELV Provence-Alpes-Côte d'Azur

Mari-Luz NICAISE, Conseillère municipale EELV à Nice

André ASCHIERI, Maire EELV de Mouans Sartoux, Candidat aux Législatives 2ème circonscription des A.M. "

mardi 17 avril 2012

Réponse d'Eva JOLY Objet à l’interpellation d’ « ALIMENTONS 2012 »

A 6 jours du scrutin, trois formations et candidats ont répondu. Dont EELV et Eva JOLY.

" Monsieur le Président,

Depuis René Dumont, le combat pour une alimentation saine est un « fondamental » de l’écologie politique. Le nombre, la diversité, la qualité des signataires de l’appel d’Alimentons 2012 souligne à quel point la question de la production, la distribution et l’accès à une alimentation saine est devenue une préoccupation essentielle de nos concitoyens.

Grâce aux lanceurs d’alerte, aux chercheurs engagés, aux associations d’éducation populaire, aux organisations de l’économie sociale et solidaire qui partagent nos préoccupations et relaient le discours de l’écologie, grâce aux luttes des paysans pour « vivre et travailler au pays », grâce aux combats des ONG, à certains média, les Français ont pris conscience que leurs choix alimentaires pèsent sur leur santé (diabète, obésité, maladies cardio‐vasculaires, cancers liés aux résidus chimiques, …) autant que sur l’avenir de planète et sur la survie des habitants du Sud (impact sanitaire et social des cultures OGM et des pesticides, suicides des paysans en Inde, emprise foncière des protéines animales et des cultures pour le bétail, bilan énergie‐carbone des aliments transformés et transportés). A Durban, les écologistes ont rappelé que le système alimentaire mondial est le principal émetteur de gaz à effet de serre, et que pour sauver le climat, comme pour garantir la sécurité alimentaire de 7 milliards d’habitants de la planète (9 milliards en 2050), il faudra changer de modèle alimentaire.

En France, depuis les années 60, les lobbies de l’industrie agro‐alimentaire, des grandes cultures, des engrais, pesticides et OGM, de l’élevage intensif, ont pénétré en profondeur le marché de l’alimentation. Présents, avec leurs experts, dans toutes les instances gouvernementales qui ont à en traiter, intervenants jusque dans les modules de formation des diététiciens, ils ont considérablement modifié tant les habitudes individuelles que les pratiques collectives, et sont largement responsables de l’épidémie des « maladies de civilisation ».
Alors qu’un milliard d’êtres humain souffrent de la faim, on constate un gaspillage effarant de denrées alimentaires, qui atteint 40% de la production. Il devra être combattu à tous les niveaux, notamment par la révision des normes de la restauration collective, puisque les repas pris hors domicile (cantines scolaires, restaurants d’entreprise, hôpitaux et maisons de retraite) représentent au quotidien 13 millions de convives.

Alors que la crise du pouvoir d’achat met de plus en plus de ménages en difficulté, quand il faut acheter de quoi se nourrir, le poids des emballages, du marketing, de la publicité, de la transformation et du transport des aliments pèse bien trop dans le « panier de la ménagère » au détriment de la seule valeur nutritive des produits. L’inquiétude est vive chez celles et ceux qui ont la charge de nourrir les plus démunis (restos du coeur, banque alimentaire, secours populaire, épiceries sociales).
Pour toutes ces raisons, les écologistes proposeront en 2012 une série de mesures pour une politique d’alimentation soutenable. Ces mesures, vous les trouverez ci‐dessous. Mais l’action des écologistes pour un changement de modèle alimentaire ne date pas d’aujourd’hui. C’est pourquoi vous trouverez également des exemples concrets de l’engagement des écologistes au niveau local pour ce changement.

Veuillez recevoir M. le Président mes sincères salutations. "

Eva Joly

samedi 14 janvier 2012

"PS, UMP, EELV, FN… que proposent-ils en matière de logement et combien ça coûte ?" estimation du coût des propositions en matière de logement des candidats à la présidentielle par l'«Institut Montaigne»


© CC
Montage réalisé à partir de photos "Creative Commons"

A lire en entier dans LE MONITEUR :

PS, UMP, EELV, FN… que proposent-ils en matière de logement et combien ça coûte ?



Le think tank « INSTITUT MONTAIGNE » a estimé le coût des propositions en matière de logement des candidats à la présidentielle.

Pour Eva JOLY et Europe Ecologie Les Verts :

Lire la suite

lundi 6 juin 2011

Gaz de schiste : BILAN TOXICOLOGIQUE et CHIMIQUE - Le lobby des pétroliers relayé au Sénat par l’Union centriste et l’UMP.

BILAN TOXICOLOGIQUE DES GAZ DE SCHISTE

Elisabelle Bourgue, membre du collectif citoyen contre le gaz de schiste, a rencontré Claude Biwer, sénateur centriste de la Meuse, dans le salon des conférences du Sénat, 1er juin 2011.

Récit.

" Claude Biwer a fait voter des amendements qui ouvrent un boulevard à l’industrie pétrolière et aux fonds d’investissement du gaz de schiste.

« Je l'interpelle et lui demande s'il serait d'accord de s'entretenir avec notre petit groupe de citoyens, invités à assister à la Séance sur les hydrocarbures de schiste.

Il accepte.

Je suis accompagnée, d'Aymeric de Valon membre du collectif citoyen du Lot, Julien Renault, membre du collectif citoyen Ile de France et Maurice Rabache, toxicologue, co-auteur avec André Picot du bilan toxicologie-chimie sur les hydrocarbures (1).

Nous lui demandons d'être explicite sur cet amendement et cette prise de position en faveur de l'exploitation des gaz et huiles de schiste, à des "fins scientifiques"....

Un débat s'amorce alors.

"Vous n'avez pas voulu des OGM, ils sont malgré tout présents dans vos assiettes", autrement dit, nous les subissons sans en tirer profit.

"La Pologne exploitera les gaz de schiste, donc les pollutions si elle doivent être avérées.... Nous les subirons, malgré nous". Autrement dit, quitte à subir la pollution incontournable, autant en tirer profit …

A la question : « avez vous eu des contacts avec les compagnies pétrolières » Claude Biwer répond : " c’est normal de rencontrer tous les acteurs, je connais bien ce domaine, j'y ai eu des responsabilités, j'ai participé à l'entrée de Total en Russie."

A bon entendeur salut.

Le lobby des pétroliers est ainsi relayé au Sénat par l’Union centriste et l’UMP. "

RAPPEL DU PRINCIPE DE PRECAUTION

Constitution (article 5 de la Charte de l'environnement) :

"Lorsque la réalisation d'un dommage, bien qu'incertaine en l'état des connaissances scientifiques, pourrait affecter de manière grave et irréversible l'environnement, les autorités publiques veillent, par application du principe de précaution et dans leurs domaines d'attributions, à la mise en oeuvre de procédures d'évaluation des risques et à l'adoption de mesures provisoires et proportionnées afin de parer à la réalisation du dommage."

mercredi 25 mai 2011

La Biodiversité se fête à St Jeannet le samedi 4 et dimanche 5 juin 2011 ! L'arbre et la forêt et le film "Aiguoual, la forêt retrouvée

Nous vous attendons nombreux !

vendredi 6 mai 2011

Agriculture bio - AMAP 06 : fête à la Maison de l'Environnement et demande importante à satisfaire à Nice et dans les Alpes Maritimes

Donc il faut du foncier et c'est indispensable de préserver nos terres arables à Nice Côte d'Azur et même d'en reconquérir ! Suivez mon regard. Cela doit être un des impératif à fournir par la Vallée du Var, qui y est attachée, et l'axe majeur du projet de l'OIN.

Le site de TERRE DE LIENS

Le site des AMAP

Le site de la MAISON DE L'ENVIRONNEMENT

Rappel :

Alliance Provence et les AMAP des Alpes-Maritimes organisent la 6ème Fête interAMAP du département :

Le Samedi 7 mai 2011 , à la Maison de l’Environnement de Nice

Programmation détaillée

- 12h30 : Ouverture au public. Repas ouvert au public, chacun pourra participer à la composition du déjeuner. Des soupes et gâteaux seront proposés à la vente ainsi que des grillades de poisson bio ! Venez goûter et partager les saveurs locales !

- A partir de 13 heures :
→ Stand des AMAP : Qu’est ce qu’une AMAP et où en trouver une près de chez moi ? Venez rencontrer les AMAP !
→ Visite de la Maison de l’Environnement
→ Bourse aux semences : Venez avec vos graines pour les échanger contre des variétés oubliées et parrainer une semence ancienne en la cultivant dans votre jardin, sur votre balcon !
→ Marché paysan (fromage, légumes, miel, tapenades, confitures, œufs etc)
→ Stands des partenaires et des Alternatives, stands des Jardins partagés, stand d’Olfacto-thérapie
→ Animations pour les enfants : distribution et rempotages de plants bio (persil, basilic…)
→ Projection d’un film ! Vidéo reportage autour de portraits de paysans.

- 15 heures : Table-ronde « Citoyens : soutenons l’agriculture paysanne locale »

- 17 heures : Apéro festif, bio et local en chanson !

Et un article à lire en entier dans NICE MATIN

Les paniers des producteurs locaux ont la cote

" Ils sont près d’un millier à venir chercher, une fois par semaine, leur panier bio, légumes et fruits cultivés par des passionnés. Rencontre avec deux producteurs

Pas de temps à perdre. Dans moins de deux heures, Anne Magnani doit livrer quarante paniers de légumes et fruits bio devant l’école de St-Isidore. Comme tous les jeudis. Elle dispose blettes, cébettes et bottes de ciboulette dans les cageots. Pendant ce temps, Pierre, son mari, ramasse les artichauts et les petits pois.

« Goûtez ! Frais, c’est délicieux. » Savoureuses, aussi, les fraises gorgées de soleil. « Ce sont les premières maras des bois. Dans une quinzaine de jours, elles seront encore meilleures. »

Des revenus assurés

Producteurs bio depuis quinze ans, chemin de Saquier, Anne et Pierre Magnani fournissent, chaque semaine, une centaine de familles regroupées dans trois Amap (Associations pour le maintien de l’agriculture paysanne). Un système de partenariat entre consommateurs et producteurs locaux, qui leur a changé la vie.

« Les clients s’engagent à acheter ces paniers pour une année. Grâce à la régularité des revenus, nous avons pu embaucher un employé, mais aussi obtenir un prêt auprès d’une banque pour installer une serre », note Anne. Autre avantage : « Nous n’avons plus comme seuls interlocuteurs les grandes surfaces. »

Devant l’engouement suscité par ces paniers bio, les maraîchers se sont agrandis.

... "

mercredi 4 mai 2011

TOUCHE PAS A MA TERRE Action de maintien de l'agriculture à Carros pendant la fête des fraises dimanche 8 mai à 11h et une pétition à signer !

LA PETITION

et :

AQUI SIEN BIEN

Etant favorable au maintien de l'agriculture à Nice et dans ses environs, et ayant aussi proposé que des jardins partagés fleurissent dans nos quartiers Est, lors de ma campagne des cantonales de cette année, je soutien bien sûr cette action vitale pour notre ville.

Notre capacité à produire à nouveau, et de plus en plus, des légumes et des fruits ( bio de préférence ) à Nice Côte d'Azur, y compris sur la commune de Nice, est indispensable pour assurer notre subsistance future. L'importation de produits lointains devenant de plus en plus onéreuse et n'étant pas très souhaitable pour une évolution harmonieuse de notre région. Les jeunes doivent pouvoir s'installer au pays ( agriculteurs, artisans des métiers alimentaires bio, PME et PMI de ce secteur ... ) et nous devons avoir le choix ce consommer du bio local, au lieu de l'importer de plus en plus comme nous le faisons actuellement.

" Si vous souhaitez pouvoir continuer à manger les fraises ou les tomates cultivées sur place et non dépendre de produits importés d’ailleurs, venez nombreux

dimanche 8 mai 2011 à la fête des fraises place Frescolini à Carros

pour demander le maintien d’une agriculture locale, la mise en place d’un plan de soutien aux agriculteurs pour s’installer et se tourner vers une production biologique et le développement de circuits courts de distribution (vente directe, marché paysan, paniers, amap…).

La fête des fraises célèbre chaque printemps les saveurs et les produits du terroir du canton de Carros. Or l’activité agricole dans la plaine du Var et particulièrement sur la commune de Carros est de plus en plus menacée de disparition par la pression immobilière et la spéculation foncière.

Chaque année des centaines d’hectares d’espaces agricoles fertiles disparaissent sous le béton ou le bitume dans notre département. Pourtant la demande des consommateurs en produits frais de qualité ne cesse d’augmenter, la filière des circuits courts est en train d’exploser en France et de jeunes agriculteurs recherchent désespérément des terres pour s’installer et produire.

Nous disons halte au gaspillage des terres fertiles. La population souhaite la préservation d’une agriculture de proximité lui garantissant un approvisionnement en produits régionaux et le maintien d’une activité économique traditionnelle. En consommant local et de saison, nous sommes assurés de manger des produits frais de notre terroir, nous limitons notre dépendance alimentaire et nous réduisons l’impact environnemental de notre alimentation en évitant les transports, les stockages et les traitements de conservation.

Ensemble agissons pour préserver l’avenir et faire entendre raison à la majorité municipale de Carros dont la volonté est d’urbaniser la totalité du quartier des Plans en tentant de faire croire que l’exploitation agricole n’y a pas sa place et que des contraintes supérieures l’obligent à une densification de l’urbanisation (6000 habitants de plus prévus sur la commune de Carros d’ici 2015 par le Programme Local de l’Habitat de la communauté urbaine, soit une augmentation de 50 %).

Au contraire, la Directive Territoriale d’Aménagement prescrit le maintien des terres agricoles et le Grenelle de l’environnement impose d’alimenter les cantines scolaires avec 20 % de produits issus d’une agriculture biologique et de proximité. De plus, le point info installation des Alpes Maritimes recense actuellement 150 porteurs de projet à la recherche de foncier pour créer leur exploitation.

Pour notre qualité de vie et pour que vive la fête des fraises et des saveurs du terroir, nous vous invitons à télécharger la PETITION qui sera adressée à la mairie de Carros (pétition à faire signer par le plus grand nombre et à retourner à Aqui Sien Ben par courrier) ou à remplir la pétition en ligne. Pour en savoir plus aller dans la rubrique « notre terre nourricière« ."

" La pétition sera également disponible sur le tableau d'affichage devant le box 58.
Les organisateurs sont un collectif autour de l'association Aqui sien ben :

Agribio 06
APEHC
Aqui sien ben
CCCA
Garda carros
Jeunes Agriculteurs 06
Les Perdigones
Région Verte

En résumé, les info concernant l'action :

Où et quand ?

Dimanche 8 mai à partir de 11h00 pendant le déroulement de la "Fête des fraises et des saveurs du terroir" place Louis Frescolini aux Plans de Carros (voir document joint pour l'accès et les navettes). Point de ralliement au jardin d'enfants de la même place avec pour signe distinctif une touche verte (foulard, brassard, casquette…) sur T-shirt ou haut blanc.

Quoi et comment ?

L'objectif est de sensibiliser l'opinion publique, informer les médias, alerter les politiques et surtout montrer au maire de Carros que nous ne sommes pas "4 pèlerins" à défendre les terres agricoles. "

mercredi 16 mars 2011

Conférence de presse d'Annabelle JAEGER, Conseillère régionale Europe Ecologie les Verts, Membre du CA de l’EPA (Etablissement Public d’Aménagement) : A quand des États généraux de l’O.I.N. de la Plaine du Var ?

Nous travaillons sur un projet alternatif pour notre Plaine du Var qui à mon sens doit :

- imposer l'idée de la défense de l'intérêt REGIONAL, permettant de travailler et décider au pays notamment,
- développer la démocratie locale, avec un référendum d'initiative populaire et des Etats généraux de l'OIN par exemple,
- aborder la thématique des transports dans l'optique d'un développement durable ( train, tram, pistes cyclables paysagers ... ),
- respecter la biodiversité exceptionnelle, et la qualité et la pérennité des paysages,
- protéger le bien vital de cette zone, l'eau ( Var ),
- aborder la thématique des transports dans l'optique d'un véritable développement durable ( train, tram, pistes cyclables paysagées et sécurisées ... ),
- implanter durablement l'économie verte dans le 06, ( Recherche et Développement dans les énergies renouvelables entre autres ) avec création d'un Comité de pilotage chargé de surveiller l’intégration de cette économie dans l'ensemble des structures départementales,
- et surtout conserver sa finalité agricole et nourricière en développant véritablement l'agriculture biologique pour tendre vers la satisfaction des besoins locaux grandissants ( consommer local ).

Voici le communiqué de presse d'Annabelle qui fait parfaitement le tour de la question.

« Un centre d’exposition de 80000 m², un nouveau quartier d’affaire de 370 000 m², la création de 10000 emplois… ». Tout est à prendre tel quel dans l’Eco-vallée. Sans discussion, sans explication, sans concertation.

Comme le remarque l’association Les Perdigones, il y a des grands absents dans ce projet : les populations, jamais concertées ; la nature, qui n’est pas évoquée au niveau de la richesse exceptionnelle de ce lieu, et surtout le fleuve Var (car n’en doutons pas, comme l’ont proclamé responsables de l’Etat et élus locaux, le fleuve va certainement devenir « dés inondable » et donc constructible…)

Pour que l’OIN soit l’affaire de tous les citoyens et pas seulement de certains élus ou experts. Elus, associations, citoyens s’impatientent et comptent « les coups partis » : grand stade, déplacement du MIN, opérations d’aménagement, etc. A leurs côtés les élus EELV dénoncent le manque de concertation à chacune des étapes du processus. Outre les maires, les forces vives du territoire : les entreprises, les syndicats de salariés, les associations, les acteurs de la formation et socioprofessionnels, ne sont pas associés à l’élaboration des projets de l’OIN. Sans parler des citoyens qui sont purement et simplement écartés du processus d’aménagement de « leur territoire ». Il est urgent que les citoyens soient consultés.

A quand des États généraux de l’O.I.N. pour construire un projet collectif ? La lettre de mission du directeur général de l’EPA pose pourtant clairement « une démarche d’échanges et de concertation avec les acteurs du territoire afin d’emporter l’adhésion de tous sur ces principes.

Différentes demandes en parallèle, avec un même objectif : que les citoyens et autres acteurs du territoire puissent se saisir du projet de leur territoire :

  • Des Etats Généraux pour la plaine du Var,

Lire la suite

mardi 8 mars 2011

Conférence de presse du mardi 8 mars d'Annabelle Jaeger – Conseillère régionale Europe Ecologie les Verts - Membre du Conseil d’administration de l’Etablissement Public d’Aménagement Plaine du var


Voici une prise de position dans la suite de notre action pour la transparence de cette "Opération d'Intérêt National " qui semble être un moyen pour certains de faire n'importe quoi sur les terres arables indispensables pour l'avenir de Nice!

« Un centre d’exposition de 80000 m², un nouveau quartier d’affaire de 370 000 m², la création de 10000 emplois… ». Tout est à prendre tel quel dans l’Eco-vallée. Sans discussion, sans explication, sans concertation. Comme le remarque l’association Les Perdigones, il y a des grands absents dans ce projet : les populations, jamais concertées ; la nature, qui n’est pas évoquée au niveau de la richesse exceptionnelle de ce lieu, et surtout le fleuve Var (car n’en doutons pas, comme l’ont proclamé responsables de l’Etat et élus locaux, le fleuve va certainement devenir « dés inondable » et donc constructible…)



Pour que l’OIN soit l’affaire de tous les citoyens et pas seulement de certains élus ou experts. Elus, associations, citoyens s’impatientent et comptent « les coups partis » : grand stade, déplacement du MIN, opérations d’aménagement, etc. A leurs côtés les élus EELV dénoncent le manque de concertation à chacune des étapes du processus. Outre les maires, les forces vives du territoire : les entreprises, les syndicats de salariés, les associations, les acteurs de la formation et socioprofessionnels, ne sont pas associés à l’élaboration des projets de l’OIN. Sans parler des citoyens qui sont purement et simplement écartés du processus d’aménagement de « leur territoire ». Il est urgent que les citoyens soient consultés.



A quand des États généraux de l’O.I.N. pour construire un projet collectif ? La lettre de mission du directeur général de l’EPA pose pourtant clairement « une démarche d’échanges et de concertation avec les acteurs du territoire afin d’emporter l’adhésion de tous sur ces principes ».

Lire la suite

dimanche 6 février 2011

Michèle RIVASI, députée européenne Europe Ecologie - Les Verts à Nice : l'interview à NICE MATIN sur l'OIN (Opération d'Intérêt National) - Pour des Etats Généraux pour la Plaine du Var !

A lire dans le NICE MATIN d'aujourd'hui.

Je suis bien sûr pour des Etats Généraux pour la Plaine du Var ! C'est une excellente proposition à rendre concrète le plus rapidement possible.

samedi 5 février 2011

Visite de travail de Michèle RIVASI, députée européenne Europe Ecologie - Les Verts dans la Vallée du Var et débat sur cette OIN (Opération d'Intérêt National) qui avance dans l'opacité totale


Michèle RIVSI enpourée par les candidats de Nice et Cagnes/mer, d'Annabelle JAEGER, Conseillère régionale et Joelle FAGUER, Conseillère régionale et Conseillère municipale à Grasse

Hier, nous avons eu une journée chargée et très motivante.

Michèle Rivasi est venue écouter acteurs et citoyens concernés par le grand projet de la Plaine du Var.
Et nous soutenir, nous, candidats aux cantonales.

Rencontre avec le directeur de l’Établissement Public d’Aménagement de l'OIN. Accompagnement et échanges riches avec Michèle Rivasi. Déjeuner débat avec notre députée européenne, des élus, des militants et des candidats EE-LV aux cantonales dans Alpes Maritimes. Puis retour à Nice Est, pour la conférence de presse et la déclaration de candidature des 3 candidats niçois : Eric Bélistan, Juliette Chesnel-Le Roux et André Minetto. Et conférence - débat sur l'avenir de la Plaine du Var à partir de 18h30 à la Faculté St Jean d'Angelly.

Une remarque en introduction à la description de cette journée.
L'OIN m'apparaît comme une idée creuse et masquée, là où il faudrait un projet construit, cohérent et porteur d'avenir sur ce site majeur de notre département. Et pas une "Opération" juteuse pour quelques uns, surtout dans le privé, au niveau des quelques grosses entreprises qui trustent les marchés locaux et qui seront abreuvées d'argent public ( le nôtre ! ).
Et sur le terme Intérêt National, je veux bien que cela soit bon pour le National, mais ce qui m'intéresse, c'est que cela soit SURTOUT excellent pour l'échelon LOCAL en priorité. Et ce subterfuge "National" nous dépossède aussi de notre pouvoir de décision local sur NOS terres. Et est prétexte au manque total de démocratie que nous contestons aussi.

Je rappelle au passage un des principes que je défends :

Vivre, travailler et DÉCIDER au pays !

La troisième action n'étant pas la moindre.

Donc, après avoir rencontré le directeur de l’Établissement Public d’aménagement (EPA), en compagnie de notre conseillère Régionale Annabelle Jaeger qui siège à l’EPA au nom du Conseil Régional, Michèle Rivasi a été reçue à Gattières par Jean-Pierre Clérissi, agriculteur militant, qui nous a présenté l’historique des projets successifs qui tendent à transformer notre Vallée en un terrain de jeux d’aménageurs-urbanistes-bétonneurs de tout poil.
Ce projet d’OIN fait travailler nombre de cabinets d’experts en hydrologie, urbanisme, transports en toute opacité. En effet, aucune concertation, aucun débat public n’est prévu.
Pendant ce temps, les projets concrets avancent : le grand stade, le MIN déplacé quelques kilomètres plus au Nord, des digues permettant de détourner la loi avec des aménagements lourds.
Et pendant ce temps, les terrains agricoles perdent du terrain, les site biotopes sont en danger, la nappe phréatique sous le Var ( qui alimente 600 000 personnes) est soumise aux risques accrus de pollution.

C’est ce projet que nos édiles osent appeler du nom ambigu d'Eco-Vallée ?!

Nous lançons une appel solennel :

. que les fonds publics dédiés à cet Opération d’Intérêt National soit conditionnés à un débat public sur le contenu du projet et à un projet cohérent. Il y a en effet beaucoup d’argent public en jeu, européen, régional, départemental !

. que prévalent les intérêts des générations à venir, en préservant la nappe phréatique, les sites naturels, et les terres agricoles prioritaires.

. que les investissements soient faits au bénéfice des citoyens et non des entreprises privées qui louchent en ce moment sur l’immense gâteau que sont ces partenariats bâtards Publics-Privés. Les collectivités sont ainsi engagées pieds et poings liés pour des montants astronomiques.

Le débat vendredi 4 février, à l’Université St Jean d’Angély a rassemblé plus d’une centaine de personnes, citoyens, curieux, représentants de divers partis politiques, élus locaux.

Cette mobilisation doit prendre de l’ampleur, afin de rendre au peuple azuréen le pouvoir de décider de l’avenir de sa Vallée du Var.

mercredi 5 janvier 2011

Sur NICE ECOLO DEMOCRATE "Plaine du Var: quels enjeux écologiques pour un avenir commun" débat le 14 janvier à l'Université St Jean d'Angely avec des responsables associatifs et Michèle RIVASI, agrégée de biologie, députée européenne


Un débat à cheval entre deux compétences du Conseil Général :

- aménagement du territoire,
- économie.

lundi 16 août 2010

Corinne LEPAGE: L'énergie entre dits et non-dits - Il faut "un véritable débat public sur les coûts et avantages dans tous les domaines de cette filière" nucléaire ... Sinon, ils vont finir par nous faire une cagade: une centrale à Nice !

Photo : Corinne Lepage et André Minetto lors d'un colloque à Aix, le 18 octobre 2009 ( Forum associatif "Réussir Copenhague: urgence climatique, urgence sociale", organisé par EUROPE ÉCOLOGIE avec les députés européens Michèle Rivasi, Corinne Lepage, François Alfonsi, Jean Luc Bennahmias ... )

" Décidément, la période comprise entre le 14 juillet et le 15 août est toujours celle des « coups tordus » et des mesures difficiles à faire avaler. Les choix effectués sur la filière nucléaire ne manquent pas de répondre à cette règle. Il est assez scandaleux tout d’abord, pour des choix aussi fondamentaux, d’allouer, en période d’austérité budgétaire, des milliards d’euros à la filière nucléaire ( 1,3 milliard pour ITER seul ) - en violation du principe affirmé par le Président de la République d’une égalité de traitement entre filières renouvelables et nucléaire -. Mais là n’est pas le plus grave !

Le rapport Roussely - classé secret défense - publié sous forme d’une très brève synthèse sur le site de l’Elysée, appelle à un renforcement d’EDF - ce qui n’est pas surprenant quand on sait le soutien apporté par le Président à M. Proglio ( qu’en est-il au passage des conflits d’intérêt potentiels entre Véolia et EDF ??? ) et à une révision à la baisse de la sécurité. La mise en place d’installations moins coûteuses que l’EPR ( c’est-à-dire en bon français moins sûres ) a déjà commencé chez Areva avec l’ATMEA, en partenariat avec le Japon, et l’extension de la durée de vie à 60 ans de nos centrales, ce qui pose également un problème de sécurité quand on pense en particulier à des centrales dangereuses comme Fessenheim.

Lire la suite