Archives pour la catégorie Démocratie – Droits de l’Homme

Nice le Conseil municipal de trop lundi 25 avril 2016 : « Nous ne sommes pas dupes des intentions du maire. Ce conseil municipal extraordinaire n’a pas lieu d’être

Conseil municipal de lundi Nice: « Nous ne sommes pas dupes des intentions du maire.
Ce conseil municipal extraordinaire de lundi n’a pas lieu d’être.

En utilisant tous les prétextes pour refuser l’implantation d’une mosquée dans la plaine du Var, le Maire attise et instrumentalise le climat délétère qui règne ces derniers mois en France.
Les 5 délibérations qui nous sont proposées n’ont pour seule et unique intention que de pointer du doigt une communauté.

En s’immisçant dans les affaires d’un culte, le Maire transgresse la loi de 1905 sur la séparation de l’église et de l’Etat qui assure non seulement la liberté de conscience mais aussi celle des moyens des organisations religieuses à pratiquer leur culte sous le contrôle des services de l’Etat afin d’éviter toutes dérives sectaires comme la loi l’exige.

En ces temps difficiles pour notre pays, traversé par une crise sociale, politique et économique, il appartient aux élus de la république, que nous sommes, d’apaiser les débats et d’être des fédérateurs du vivre ensemble en respectant scrupuleusement la laïcité.

Nous ne pouvons pas accepter que Monsieur le Maire joue avec les institutions de notre république à des fins électoralistes.

Le débat qui se prépare sur les élections partielles dans la 5ème circonscription des AM, qu’il entend préserver du FN, n’a rien à gagner dans des surenchères nauséabondes. Nous le ferons savoir lundi et ne tomberons pas dans le piège d’un faux débat sur la laïcité que le maire de Nice nous tend. »

« Cécile Duflot : « Au nom d’une certaine idée de la France, protégeons les migrants » » dans Le Monde

A lire en entier dans  Le Monde

« Monsieur le président de la République,

En tant que président de la République, vous êtes le garant du respect des valeurs qui rassemblent notre nation citoyenne. J’ai eu l’honneur de siéger à la table du conseil des ministres sous votre autorité. Et si je n’ignore pas nos désaccords, je sais aussi que nous avons en partage une certaine idée du respect dû aux êtres humains.

C’est la raison pour laquelle je m’adresse à vous pour me faire l’écho d’un trouble qui monte au sein de la population, bien au-delà des clivages partisans, concernant la politique d’asile de notre pays. Dans ce domaine, nous devons être fidèles à nos engagements, à notre humanisme, et à nos valeurs.

Or, au moment même où l’actualité nous présente chaque jour les images des migrants cheminant au péril de leur vie dans des embarcations de fortune où ils sont entassés par de véritables mafias exploitant la misère du monde, la situation faite aux migrants anciennement situés à La Chapelle et désormais régulièrement dispersés par les forces de police, est insupportable.

Pourquoi un tel acharnement ?

Qui sont-ils ? Nombre d’entre eux sont des personnes éligibles au droit d’asile, qui ont quitté leurs pays pour se soustraire à des dangers avérés. Nous n’ignorons pas que leur ancien campement était insalubre et posait des problèmes en termes de santé publique et de sécurité. Mais depuis l’évacuation de ce campement, la situation a franchi un nouveau cap dans l’inhumanité de l’accueil de ces personnes.

Ils font désormais l’objet d’actions régulières et permanentes des forces de police à leur encontre. La dernière d’entre elles, rue Pajol, a conduit les forces de l’ordre, dont nul n’ignore la difficulté de la mission, à faire usage de la force pour disperser les migrants et leurs soutiens. La population de l’arrondissement a pourtant manifesté sa solidarité envers les migrants déplacés. En vain.

Les gaz lacrymogènes alors utilisés blessent la conception que nous avons de notre pays. Les images de migrants embarqués de force dans des rames de métro sont sinistres. Les cris de révolte et d’incompréhension n’ont pas pu ne pas parvenir jusqu’à vous, Monsieur le président. Les questions se bousculent dans nos esprits incrédules. Pourquoi un tel acharnement contre de pauvres gens ?

Comment ignorer le périple qui fut souvent le leur pour parvenir sur notre sol ? Pourquoi ne pas avoir anticipé la situation ? Pourquoi ne pas dire la vérité sur l’insuffisance de nos capacités d’hébergement, que je connais bien, en tant qu’ancienne ministre du logement ? En matière de maintien de l’ordre, comment ne pas voir que les troubles engendrés par ces évacuations sont bien pires que les maux qu’ils prétendent conjurer ? Quel en est donc le sens ?

Waterloo moral

Qu’il me soit permis un mot plus partisan. Toute la gauche a en mémoire les tristes événements de 1996 quand la droite au pouvoir n’hésitait pas à pourchasser les migrants jusque dans les églises. Nous ne pensions pas alors que le désarroi et la colère qu’il nous faisait ressentir, nous les ressentirions un jour sous un gouvernement de gauche.

Avons-nous donc perdu et la tête et le cœur pour ne pas voir que nous faisons fausse route ? A force de professer un pseudo-pragmatisme, nous ne réglons pas les problèmes concrets et nous perdons la bataille des valeurs. Notre politique des migrations est un Waterloo moral.

Cessons d’être tétanisés par l’influence de l’extrême droite dans le champ politique. Elle se nourrit d’abord de nos reculs, de notre consentement à l’inacceptable et de notre inaptitude à redonner un sens au fracas du monde. Les migrants ne viennent pas de nulle part. Ils sont les fruits des soubresauts de notre planète. Penser que nous pouvons nous soustraire au monde commun en construisant une Europe forteresse est un mythe excluant, un mensonge halluciné, une fiction dangereuse.

L’exil économique fait peur ? Le droit d’asile est en berne ? Que ferons-nous demain des réfugiés climatiques ? Les questions sont indissolublement liées vous le savez. La lutte contre la corruption et le mal développement, la bataille contre le djihadisme, l’engagement contre le réchauffement climatique sont autant de batailles à mener conjointement pour un ordre du monde plus juste.

Il est grand temps de résister au vent mauvais de la xénophobie qui souffle sur tout le continent européen et inspire de bien mauvaises solutions aux gouvernants. Monsieur le président de la République, j’en appelle donc à vous, à votre autorité et à votre humanité. Vous avez, dans l’immédiat, le pouvoir de régler la situation des migrants de Pajol. Agissez avec discernement, célérité, sagesse et détermination.

Au-delà de la question du droit d’asile, en vérité c’est la question de l’accueil de l’étranger qui est posée. Le moment du courage est venu. Les humanistes doivent relever la tête, afin que la folie de politiques migratoires indécentes et mortifères soit entravée.

Une autre politique de l’immigration, à la fois responsable et cohérente avec nos valeurs est possible. Ce n’est pas à l’extrême droite d’imposer ses fausses solutions en polarisant l’ensemble du débat public. C’est à vous, Monsieur le président qu’il revient de faire entendre votre voix pour ouvrir une autre voie.

Au nom de la justice, des droits de l’homme et de la France, enclenchez un nouveau cycle politique en France et en Europe, en jetant les jalons d’une nouvelle politique de l’immigration, plus juste, plus réaliste, et plus conforme à notre histoire. »

Cécile Duflot (Députée EELV, ancienne ministre du logement)

Rassemblement de soutien à la Démocratie en Tunisie et de recueillement en mémoire aux victimes de l’attaque extrémiste au musée du Bardo (Tunis)

11081024_10206024424067395_7773701643002527839_n

L’article de Nice Matin du 22 mars

Mobilisation forte et recueillement en hommage aux victimes, pour ce rassemblement auquel j’ai participé avec plus de 400 Niçois, samedi 21 mars 2015 sur la place Masséna.

Soutien à nos voisin-es et ami-es tunisien-nes. Premier-es acteurs-actrices du printemps arabes et qui sont les seuls actuellement à réussir ce pari impensable il y a quelques années dans tout le monde arabe. Même au début, l’UMP, Sarkozy, Alliot marie … et autres soutenaient encore le régime dictatorial de Ben Ali. 

Et je soutiens aussi le Forum Social Mondial 2015 qui va avoir lieu à Tunis du 23 au 28 mars, forum qui redonne l’espoir et des pistes d’action aux populations de la planète.

L’égalité ou rien ! Manif antiraciste à Paris le 21 mars

« Le 21 mars prochain nous appelons à manifester pour la journée mondiale contre le racisme

21mars2015Cela prendra place dans un contexte marqué par l’attaque de Charlie Hebdo suivi de l’attentat antisémite de la porte de Vincennes. Nous condamnons ces meurtres et nous refusons que cela soit utilisé pour banaliser l’islamophobie et renforcer les politiques d’État racistes et liberticides.

Nous refusons que cela soit utilisé pour légitimer les théories d’un « choc des civilisations » qui dressent des populations les unes contre les autres en raison de leur religion réelle ou supposée.

Nous condamnons l’islamophobie et l’antisémitisme et toutes les formes de racisme comme nous condamnons les stigmatisations contre les quartiers populaires.
Nous refusons les actes négrophobes.
Nous refusons la chasse aux migrantEs et aux Rroms et les limitations à la liberté de circuler.

Nous refusons toute restriction à nos capacités de résister aux politiques antisociales au nom d’une « union nationale ».
Nous refusons de nous résigner à la montée de l’extrême-droite qu’elle prenne la forme du Front national, des groupes ouvertement fascistes et agressivement islamophobes ou/et antisémites. Nous dénonçons les gouvernements qui ont renforcé la chasse aux sans-papiers, le quadrillage des quartiers populaires et qui contribuent pleinement à la montée du racisme et des idées réactionnaires, notamment homophobes et sexistes.

À cela nous opposons notre volonté de vivre ensemble et notre exigence d’égalité des droits et de justice sociale. C’est pourquoi le 21 mars nous manifesterons ensemble en France et dans tous les pays du monde contre le racisme et contre le fascisme.

Pas de discours, l’égalité ou rien !

Nous exigeons :
la fin des contrôles au faciès,
l’arrêt des démantèlements de camps de Rroms,
le retrait des lois racistes dirigées contre les MusulmanEs,
le retrait des lois liberticides et sécuritaires,
la régularisation de touTEs les sans-papiers avec une carte de séjour de 10 ans,
la fermeture de Frontex, des centres de rétention et la liberté de circulation et d’installation,
le droit de vote des étrangers.

Parce que notre indignation n’est pas sélective, nous n’oublions pas, aux côtés des victimes des attaques de Charlie Hebdo et de l’Hyper-Cacher, les milliers de migrantEs disparuEs en Méditerranée et ailleurs, les victimes des violences policières dans nos quartiers ainsi que Rémi Fraisse, manifestant tué par la police. Nous n’oublions pas les mortEs de Gaza, de Homs, du Nigéria ou de Kobané et toutes les victimes de la guerre comme nous n’oublions pas les victimes de la violence d’extrême-droite.

C’est en leur mémoire que nous appelons à descendre massivement dans la rue le 21 mars prochain. »

Premiers signataires :

UNSP (Union Nationale des Sans-Papiers) ACDR (Arts et Cultures des Deux Rives) ACLEFEU ACORT (Assemblée citoyenne des Originaires de Turquie) ACTIT (Association Culturelle des Travailleurs Immigrés de Turquie) Act Up-Paris AFA (Action Antifasciste Paris Banlieue) AIDDA (Association Interculturelle de production, de Diffusion et de Documentation Audiovisuelle) Amnesty International Angers AMDH – section Paris/IDF (Association Marocaine des Droits Humains) AMF (Association des Marocains en France) ARDLFM (Association pour la Reconnaissance des Droits et Libertés aux Femmes Musulmanes) ASM (Afrique Survie Migrations) ASTI93 ATF (Association des Tunisiens en France) ATMF (Association des Travailleurs Maghrébins de France) Association Marche pour l’égalite et contre le racisme de 1983 Association PLUS (Papiers Liberté Unité Solidarité) Association Varec’h ATTAC France BAN (Brigade Anti-Négrophobie) Brigade des Mères (Sevran) Collectif 3C (Culture, Citoyenneté, Création) Collectif 8 mars pour toutES CAPAB (Collectif Antifasciste PAris Banlieue) CEAL (Collectif enseignant pour l’abrogation de la loi de 2004) CEDETIM/IPAM CISPM (Coalition Internationale des Sans-Papiers et Migrants) Collectif antifa La Horde Collectif citoyens Collectif D’ailleurs Nous Sommes d’Ici 37 Collectif D’ailleurs Nous Sommes d’Ici Strasbourg Collectif de Taksim CFPE (Collectif Féministes Pour l’Egalité) Collectif Stop le contrôle au faciès Collectif Universel Paris 8 Collectif Urgence notre police assassine Collectif Vérité et Justice pour Ali Ziri Collectif Vérité et Justice pour Wissam Collectif Paris 18 Charles Hermite contre le racisme et l’extrême-droite CSP17-Foyer St Just CSP75 CSP93 CSP95 CSP Livry gargan CTSP Vitry-94 Coordination Régionale Rhône-Alpes de soutien aux sans-papiers et sans droits DIEL (Droits Ici Et Là-bas) Droits Devant!! ENAR (Réseau européen de lutte contre le racisme) EPI (Etudiants Pacifistes Internationaux) ETM (Egalité Toulouse Mirail – Ecoles TiersMondes46) FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s) Femmes plurielles Femmes en Luth Femmes en lutte 93 Ferguson in Paris FFR (Filles et Fils de la République) Fondation Copernic Fondation Frantz Fanon FTCR (Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives) FUIQP (Front Uni des Immigrations et des Quartiers Populaires) Génération Palestine – Paris ICAD (Comité International contre les Disparitions Politiques) IJAN (Réseau international juif antisioniste) Intégration 21 La Voix des Rroms Les Indivisibles Liste des Sans-Voix-Paris 18 Lumière & Couleurs 93 MPF/HM2F (Musulman-e-s Progressistes de France / Homosexuel-le-s Musulman-e-s de France) MTE (Mamans Toutes Egales) Même droits pour Toutes et pour Tous MILI (Mouvement InterLuttes Indépendant) Respaix Conscience Musulmane REMCC (Réseau Euro-Maghrébin Citoyenneté et Culture) Riposte antifasciste SKB (Union Socialiste des Femmes) Sortir du Colonialisme UJFP (Union Juive Française pour la Paix) UTIT (Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens) Voix des Femmes Migrantes YS (Young Struggle) CNT-STE 75 Fédération Solidaires étudiant-e-s Sud éducation 84 Sud éducation-Créteil Sud éducation Mayotte Syndicat National Solidaires Justice Union syndicale Solidaires Alternative Libertaire CGA (Coordination des Groupes Anarchistes) Ensemble EELV (Europe Ecologie Les Verts) FCP (Force Citoyenne et Populaire) MJCF (Mouvement Jeunes Communistes de France) NPA (Nouveau Parti Anticapitaliste) PCF (Parti Communiste Français) OCML-Voie Prolétarienne

Manifeste: « Unissons-nous contre l’islamophobie et les dérives sécuritaires » dont le Dr André Minetto est signataire sur Mediapart

Pour signer: manifeste.islamophobie@gmail.com

« Notre solidarité avec les victimes des attentats » de janvier 2015 à Paris « doit s’étendre à tous ceux qui sont aujourd’hui pris comme boucs émissaires », réaffirment les signataires de ce manifeste, qui condamnent « résolument toute forme de racisme, d’antisémitisme ou d’islamophobie qui chercherait à tirer prétexte des tragiques événements que nous avons vécus ».


La marche du 11 janvier 2015 a exprimé la condamnation résolue des attentats des 7, 8 et 9 janvier et la solidarité avec les victimes.

Que nous y ayons participé ou pas, nous dénonçons ceux qui tentent de dévoyer et de pervertir l’émotion légitime qui s’est manifestée ce jour-là en dressant une partie de la population contre une autre, en alimentant une islamophobie nauséabonde.

C’est donner ainsi raison, après coup, aux terroristes, dont l’intention était clairement de provoquer la rupture entre les habitants de ce pays, le rejet de l’islam dans une part importante de la population, et la peur chez les musulmans et chez les juifs.

La plupart des responsables politiques et des commentateurs ont dénoncé avec raison toute tentative d’amalgame. Certains sont pourtant tombés dans ce piège, et ont tenu des propos inadmissibles ou lourds de sous-entendus. Déjà, le nombre d’actes islamophobes (agressions physiques ou verbales de personnes, attaques contre des lieux de culte, etc.) se monte à plus de 200 durant les deux semaines qui ont suivi ces tueries, autant que durant toute l’année 2014.

Nous affirmons que notre solidarité avec les victimes des attentats sanglants doit s’étendre à tous ceux qui sont aujourd’hui pris comme boucs émissaires et qui ressentent au quotidien, notamment dans les quartiers populaires, les effets d’une haine instillée depuis de nombreuses années.

Des mesures de sécurité sont nécessaires et compréhensibles, mais nous refusons toute aggravation de la législation en contradiction avec les libertés et la dérive sécuritaire que certains voudraient faire prendre à nos institutions (illustrée en particulier par des condamnations à des peines de prison de personnes ivres ou  psychiquement déficientes, ou encore par des auditions par la police de très jeunes mineurs). Les paroles des enfants doivent être entendues et doivent faire l’objet de réponses pédagogiques dans le cadre de l’école et des autres structures éducatives. Les délits d’apologie doivent faire retour dans la loi de 1881 qui encadre la liberté d’expression et la répression de ses abus.

La laïcité, valeur fondamentale de notre République, doit cesser d’être détournée de manière suspicieuse à l’encontre des musulmans et doit retrouver sa signification fondamentale qui est, en séparant l’Etat des religions, de garantir le vivre ensemble d’individus ayant des convictions différentes et de permettre à chacun de pratiquer sa religion, de n’en pratiquer aucune ou de changer de religion, en pleine liberté.

Nous sommes plus que jamais attachés à l’article premier de la loi de 1905 : « La République assure la liberté de conscience.Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées dans l’intérêt de l’ordre public ». Aussi nous revendiquons la liberté pour tous de pratiquer et d’exprimer sa religion au grand jour, d’être présent-es dans la société avec ses lieux de culte sans entraves ni violences, de pouvoir fréquenter les institutions publiques, à commencer par l’école, sans discrimination, d’avoir les même droits et les mêmes opportunités face au monde du travail.

Personne ne devrait craindre d’être victime de paroles ou de violences racistes, ni d’abus policiers, et personne ne devrait se voir continuellement sommé-e de se désolidariser d’actes quelconques en raison de sa religion ou de ses origines. Nous condamnons résolument toute forme de racisme, d’antisémitisme ou d’islamophobie qui chercherait à tirer prétexte des tragiques événements que nous avons vécus.

Premiers signataires

Bruno Adjignon, Jean-Joseph Alain, Françoise Alamartine, Sarah Al-Matary, Salika Amara, Marie Aoustin,

Etienne BalibarJean Baubérot, Abraham Behar, Catherine Belkhodja, Louiza Belhamici, Malika Benarab Attou, Esther Benbassa, Léla Bencharif, Mohammed Ben Yakhlef, Daniel Boitier, Alain Bondeelle, Mathieu Bouchard, Antoine Boulanger, Alima Boumediene Thiery,

Cécile Canut, Abdellatif Chaouite, Insaf Chebaane, Omar Cheriguene, Ismahane Chouder, Cyril Cognéras, Gabriel Cohn-Bendit, Sergio CoronadoThomas Coutrot, Monique Crinon,  Bernard Crozel,

Sonia Dayan-Herzbrun, Marina Da Silva, Alain Delame, Karima Delli, Christine Delphy, Bernard Derbez, Pierre DharrévilleFrançoise Diehlmann, Chantal Dhoukar, Pierre-Nadir Doumandji, Bernard Dréano, Jean-Pierre Dubois, Alice Dula, Pascal Durand,

Soraya El Kahlaoui, Didier Epsztajn,

Corinne FaugeronEric Fassin, Eric Favey, Sébastien Fontenelle, Alain Fournier,

Jérôme GleizesFrançois Gèze, Jean-Guy Greilsamer, Imène Guedda, Georges GumpelNacira Guénif-Souilamas,

Fabienne Haloui, Pierre Hassner, Alain Hayot,

Yannick Jadot, Mohamed Jaite, Philippe Jessu, Eva Joly, Benjamin Joyeux,

Amadou Ka, Pierre Khalfa, Abdessalam Kleiche,

Jean LafontStéphane Lavignotte, Henri Leclerc, Gilles Lemaire, Laurent Lévy, Isabelle LorandElise Lowy,

Noël MamèreGilles Manceron,  Sofia Manseri, Malika Mansouri, Gustave Massiah, Christian Mellon, Akli Mellouli, Madjid Messaoudène, Zakia Meziani, André Minetto, Michel Morineau, Claude Moskalenko,

Véronique Nahoum-GrappeAlexandre Piettre, Anastassia Politi,

Tahar Raaf, Tariq Ramadan, Ali Rahni, Bernard Ravenel, Joël Roman,

Nicolas Sadoul, Pierre Saly, Catherine Samary, Maximilien Sanchez, Thierry Schaffauser, Lucile Schmid, Denis Sieffert, Patrick Silberstein, Djamila Sonzogni, Pierre Stambul, Philippe Stanisière, Claude Szatan,

Pierre Tartakowsky, Pierre Tournemire, Anne Tristan, Michel Tubiana,

Marie-Christine Vergiat, Patrick Viveret, Georges Voix,

Richard Wagman, Sylviane de Wangen, Louis Weber,

Fatima Yaou,

Sophie Zafari, Robert Zimmerman.

Pour signer: manifeste.islamophobie@gmail.com

Deux arrêtés d’Estrosi de plus annulés par la juridiction administrative : l’arrêté dit « anti drapeaux » ainsi que l’arrêté dit « anti bivouac » LDH 06 (Ligue des droits de l’Homme)

« Le tribunal administratif de Nice vient d’annuler l’arrêté dit « anti drapeaux » pris par M. le maire de Nice le 30 juin 2014, ainsi que l’arrêté dit « anti bivouac » en clair, l’arrêté anti Roms.
Deux arrêtés de plus annulés par la juridiction administrative, à l’initiative, notamment, de la Ligue des droits de l’Homme.
Tant que M. Estrosi utilisera les arrêtées municipaux illégaux pour occuper l’espace médiatique, pour caresser l’électorat ultra conservateur dans le sens du poil, pour opposer les communautés entre elles, plutôt que d’administrer et pacifier la ville, nous nous y opposerons. »

Communiqué de la section de Nice de la LDH.

« L’écologie politique se bat contre tous les racismes, donc contre l’islamophobie ET contre l’antisémitisme  » texte collectif publié sur le Huffingtonpost, signé par des militant-e-s écolos et des Droits humains dont le Dr André Minetto

http://www.huffingtonpost.fr/yannick-jadot/lutte-racisme-islamophobie-antisemitisme_b_6789386.html

Premiers signataires au 2 Mars 2015  : 

3 eurodéputé-e-s, 1 député mis-e-s au début ( Karima Delli, Yannick Jadot, Eva Joly, Sergio Coronado ) et d’autres élu-e-s locaux, régionaux, départementaux …etc, ou internes nationaux, Conseiller-e-s Fédérales-Fédéraux d’EELV, comme moi, et nous sommes tous engagé-e-s pour la défense des Droits humains depuis un bon moment …

 » La France d’après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher, celle des grandes manifestations citoyennes du 11 janvier, a montré un pays soudé qui refusait de voir son modèle de vivre ensemble intimidé par des menaces, des pressions et des violences terroristes. La classe politique dans sa majorité, à l’exception notable du Front National, s’est alors montrée à la hauteur de ces terribles évènements en jouant l’apaisement et en ne tombant pas dans le piège tendu par les terroristes de la division et de la surenchère sécuritaire.

Mais l’union nationale aura été de très courte durée. Après ce court sursaut républicain post traumatique, notre vivre ensemble est à nouveau aujourd’hui plus que jamais menacé par les tensions qui traversent depuis des décennies la république française et qui n’ont jamais été véritablement abordées de front par la classe politique, dont son passé colonial comme sa période de collaboration. D’un côté, en plus de l’attentat de la Porte de Vincennes, des propos et des actes antisémites qui se multiplient, de l’autre des associations qui dénombrent sur le terrain autant d’actes islamophobes dans le seul mois de janvier 2015 que durant toute l’année 2014.

Dans les écoles, les tribunaux, les médias, des individus, parfois des enfants, des mères voilées, sont montrés du doigt, jetés à la vindicte et jugés selon des procès expéditifs. Dans une récente enquête d’opinion, à l’affirmation « l’Islam représente une menace pour la République française », 56% des sondés sont « tout à fait et plutôt d’accord ». Il y a donc péril en la demeure et urgence. Trop souvent, notre laïcité et son principe d’universalité continuent d’être dévoyés pour nier l’égalité des droits que demandent les personnes issues des minorités, dont celles et ceux qui se réclament de l’Islam.

Le fait que Marine Le Pen et ses affidés du Front National, de même que la frange la plus à droite de l’UMP ne cessent aujourd’hui de se proclamer les principaux défenseurs de la laïcité en est la meilleure illustration.

Face au cancer du racisme qui gangrène notre société, il est fondamental que nous, militantes et militants écologistes, nous nous insurgions avec la même clarté et la même détermination contre toutes ses manifestations d’où qu’elles viennent, qu’elles soient islamophobes comme antisémites. La lutte contre le racisme ne se saucissonne pas et ne se clientélise pas et la liberté religieuse est une valeur fondamentale. C’est pourquoi nous avons été particulièrement choqués de la récente séquence qui a vu le parti EELV demander le retrait de sa signature de soutien à un meeting de lutte contre l’islamophobie le 6 mars prochain à Saint-Denis, au moment même où Roger Cukierman, le président du CRIF, déclarait : «toutes les violences antisémites sont commises par des jeunes musulmans» et « Marine Le Pen est irréprochable ».

Pourtant les écologistes étaient jusqu’alors fiers d’être dans un parti politique à la pointe de la lutte contre l’Islamophobie et la stigmatisation de l’ensemble des musulmans de France, parti qui a donné l’impression aujourd’hui de reculer au prétexte de la présence d’une seule organisation polémique dans une longue liste d’amiEs. Or nous considérons qu’il ne nous appartient pas d’inspecter les consciences et les intentions de chacun avant de nous engager dans un collectif, dès lors que la cause défendue est également la nôtre, car nous voulons rompre avec ce regard méprisant et colonial des uns sur les autres qui conditionne la discrimination, notamment islamophobe, et peut en inciter une infime minorité à tomber dans le radicalisme violent. Tous les ultras, qu’ils soient musulmans, juifs, chrétiens ou en l’espèce laïcs, menacent notre cohésion sociale et notre vivre-ensemble et sapent l’efficacité de la lutte contre le racisme en pratiquant le double discours et l’indignation à plusieurs vitesses.

C’est pourquoi nous, militantes et militants EELV, anti-racistes et cosmopolites, nous dénonçons tant les propos du président du CRIF et regrettons le retrait de notre signature au meeting du 6 mars contre l’islamophobie, meeting auquel nous appelons chacune et chacun à participer pour y porter nos valeurs écologistes et converger avec toutes les associations et organisations qui luttent contre toutes les formes de racisme. .  »

Premiers signataires :

Sergio Coronado, Karima Delli, Yannick Jadot, Eva Joly, Rafy Abdoul, Sylvette Amestoy, Karim Ameur, Yacine Ayari, Nadia Azoug, Michel Bock, Kader Chibane, Alain Delame, Suzanne D’Hermies, Chantal Dhoukar, Salim Didane, Edwige Dorbon, Pierre-Nadir Doumandji, Bernard Dreano, Jean -Michel Dreyer,  Véronique Dubarry, Françoise Duthu, Hicham Fassi-Fihri, Xavier Fontaine, Edouard Gaudot, Séverine Goudiguen, Gregory Guttierez, Nadia Hathroubi-Safsaf, Aicha Jabrane, Benjamin Joyeux, Nabila Keramane, Abdessalam Kleiche, Jean Laffont, Elise Lowy, François Maillard, André Minetto, Navaz Mouhamadaly, Thanh-Tin Nguyen, Roumana Nguyen, Evelyne Perrin, Jacques Picard, Tahar Raaf, Ali Rahni, Zakia Rezaiguia-Meziani, Abdelkarim Ramdane, Eros Sana, Gilles Sarfati, Djamilia Sonzogni, Philippe Stanisière, Khalid Zougagh

En hommage aux victimes de la tuerie de Charlie Hebdo et dans un but de rassemblement unitaire et pacifique : rassemblement à Nice dimanche 11 Janvier 2015 à 15h place Garibaldi

13732_je_suis_charlie_1_460x230

Rassemblement à Nice dimanche 11 Janvier 2015 à 15h place Garibaldi

Dans leur appel commun du 8 janvier , « les organisations syndicales françaises s’unissent et se joignent au mouvement citoyen et républicain pour exprimer leur émotion et leur indignation après l’attentat terroriste perpétré contre le journal Charlie Hebdo et face à tous les actes de violences et d’intolérance.
La Démocratie, la République, la Paix, les Libertés de pensée et d’expression sont des biens communs que nous sommes décidés à défendre face à tous les totalitarismes, aux discours haineux et aux tentatives de division et de stigmatisation. »
l’appel a été initié par la LDH, le MRAP, la CIMADE, l’ADN, SOS Racisme, ATD-QM… d’autres associations et des syndicats, dont la FSU 06, l’UNSA 06, Ensemble, la CGT Educ’action et l’UD CGT06 … etc »

Donc, je vous donne rendez-vous Place Garibaldi, dimanche 11 janvier 2015 à 15h
en hommage aux victimes de la tuerie de Charlie Hebdo.

 

« « La France frappée au cœur de sa nature laïque et de sa liberté » » Edgar Morin dans Le Monde

Par  Edgar Morin (Sociologue et philosophe)

 » La formule de François Hollande est juste : « La France a été frappée au cœur. » Elle a été frappée au cœur de sa nature laïque et de son idée de liberté, justement dans l’attentat contre l’hebdomadaire typique de l’irrespect, de la dérision atteignant le sacré sous toutes ses formes, notamment religieuses. Or l’irrespect de Charlie Hebdo se situe au niveau du rire et de l’humour, ce qui donne un caractère monstrueusement imbécile à l’attentat.

Notre émotion ne doit pas paralyser notre raison, comme notre raison ne doit pas atténuer notre émotion.

Contradiction non surmontable

Il y eut problème au moment de la publication des caricatures. Faut-il laisser la liberté offenser la foi des croyants en l’Islam en dégradant l’image de son Prophète ou bien la liberté d’expression prime-t-elle sur toute autre considération ? Je manifestai alors mon sentiment d’une contradiction non surmontable, d’autant plus que je suis de ceux qui s’opposent à la profanation des lieux et d’objets sacrés.

Mais bien entendu, cela ne modère en rien mon horreur et mon écœurement de l’attentat contre Charlie Hebdo.

Cela dit, mon horreur et mon écœurement ne peuvent m’empêcher de contextualiser l’immonde attentat. Il signifie l’irruption, au cœur de la France, de la guerre du Moyen-Orient, guerre civile et guerre internationale où la France est intervenue à la suite des Etats-Unis.

La montée du Daech est certes une conséquence des radicalisations et pourrissements de guerre en Irak et en Syrie, mais les interventions militaires américaines en Irak et en Afghanistan ont contribué à la décomposition de nations composites ethniquement et religieusement comme la Syrie et l’Irak.

… »

En savoir plus sur :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/01/08/la-france-frappee-au-c-ur-de-sa-nature-laique-et-de-sa-liberte_4551971_3232.html#ut9Y8VCC14POK9L4.99

« La «communauté musulmane» n’existe pas » Pascal Canfin Ancien ministre écologiste du Développement … BRAVO Pascal ! PAS DE DIVISION, UNISSONS-NOUS face à l’extrémisme d’où qu’il vienne !

« La France est en deuil. Nous avons tous perdu des représentants de l’idée que nous nous faisons de notre pays. Et certains d’entre nous ont aussi perdu des amis. Mais être en deuil, c’est aussi être debout et continuer de ne pas laisser passer cet abus de langage qui semble être devenu une évidence : « La communauté musulmane ».

Disons-le haut, fort et clair : la communauté musulmane n’existe pas. Pas plus d’ailleurs que la communauté catholique ou la communauté athée. Quel rapport entre un islamiste fondamentaliste et un musulman non pratiquant ? Quel rapport entre un catholique fondamentaliste de Saint-Nicolas-du-Chardonnet et un catholique de gauche non pratiquant ? Dans leur système de pensée, les deux fondamentalistes sont plus proches l’un de l’autre que les deux croyants non pratiquants. Mais parler de « la communauté des fondamentalistes » serait tout aussi erroné que de parler de la communauté musulmane. Alors, si nous ne le faisons pas dans un cas, ne le faisons pas non plus dans l’autre.

Il existe évidemment des musulmans en France, tout aussi divers que les catholiques ou les athées. Laisser passer, et encore plus utiliser, ce terme de « communauté musulmane », c’est accepter l’idée que ce qui unit les musulmans de France est plus fort que ce qui les sépare (certains sont pratiquants, d’autres non, certains sont de gauche, d’autres de droite, certains sont riches, d’autres pauvres…). Et c’est insinuer que ce qui les unit les sépare de fait des autres membres – non musulmans – de la communauté française. C’est une vision de la société française profondément réactionnaire et fausse.

Or, en politique, la façon de poser les problèmes est aussi importante que les réponses qui sont apportées. Car il est par nature impossible d’apporter de bonnes réponses si l’on pose la question en des termes erronés. Le moment que nous traversons est dramatique. Il est, et sera, historique, comme le 11-Septembre l’a été pour les Etats-Unis. Mais, chacun le sait, le 11-Septembre a entraîné une réponse ultra-conservatrice outre-Atlantique. Nous ferons tout pour qu’il n’en soit pas de même en France. Et cela commence par le fait de ne pas utiliser les termes de l’adversaire pour décrire la réalité.

Bernard Maris, Cabu et les autres étaient totalement étrangers à cette vision communautaire et communautariste. Le plus bel hommage que l’on puisse leur rendre est de ne pas y succomber, même de manière inconsciente. »

13732_je_suis_charlie_1_460x230

« Attentat contre Charlie Hebdo : EELV fait part de sa profonde émotion » Communiqué d’EELV

 

Lettre d'information EELV

COMMUNIQUÉ

« EELV fait part de sa profonde émotion suite à l’attaque du siège du journal Charlie Hebdo et apporte tout son soutien aux journalistes, aux salariés du journal, aux policiers ainsi qu’à leur famille.Cet acte immonde, qui a fait de nombreuses victimes, porte atteinte aux valeurs fondamentales de la démocratie et de la République française, et notamment à la liberté d’expression et liberté de la presse qu’incarne le journal satirique Charlie Hebdo.

Le premier temps de recueillement doit se faire dans l’unité, la dignité et la réaffirmation des valeurs de solidarité et de tolérance, qui sont la meilleure réponse à apporter à l’obscurantisme et à la barbarie. »

Europe Ecologie-Les Verts

Pétition à signer: « Cliquez pour que la France reste unie pour ses libertés-Les extrémistes de tous bords vont tenter d’utiliser ce drame pour nous diviser, en jouant sur les peurs et les préjugés. Mais cette tragédie peut aussi nous rassembler

13732_je_suis_charlie_1_460x230

« Nous, citoyennes et citoyens en France, exhortons nos responsables politiques à protéger la liberté d’expression et à mettre un terme à la flambée de violences et de peur. L’attaque atroce qui a eu lieu aujourd’hui ne doit pas nous diviser, rassemblons-nous contre les peurs et les préjugés. C’est notre meilleure arme contre les extrémismes et la meilleure voie pour le vivre ensemble auquel nous aspirons toutes et tous. »

https://secure.avaaz.org/fr/avec_charlie_4/?aGXQxbb

» Belle et heureuse année 2014 ! Avec tous mes voeux de Paix, de santé, de justice, d’écologie, de solidarité, de fraternité, de liberté, et avec une déclinaison dans ce sens à Nice … on peut rêver ! NON ? » Dr André MINETTO

Happy-New-Year-2015-With-Flowers-hd-wallpaper-950x534

 » Belle et heureuse année 2014 ! Avec tous mes voeux de Paix, de santé, de justice, d’écologie, de solidarité, de fraternité, de liberté, et avec une déclinaison dans ce sens à Nice … on peut rêver ! NON ? » Dr André MINETTO

« Fin de vie : EELV réclame de vrais nouveaux droits pour les patients » Communiqué d’EELV

J’ai travaillé sur ce thème au sein du Conseil Fédéral d’EELV et je partage tout à fait ce communiqué sur le fond.

Lettre d'information EELV

COMMUNIQUÉ

« EELV regrette profondément le manque d’avancées sur le sujet difficile de la fin de vie suite aux déclarations de François Hollande ce matin après la remise de propositions au Président de la République par deux parlementaires.

La sédation profonde et continue est une disposition qui existe déjà et qui est surtout insuffisante. Et l’existence possible d’un testament sous formes de directives anticipées est très loin de l’ambition souhaitée d’une véritable liberté donnée au patient de choisir sa fin de vie. Les écologistes réclament des mesures plus ambitieuses, dans le dialogue, ainsi que l’ouverture de véritables nouveaux droits pour les patients.

Le 29 janvier prochain, EELV soutiendra une proposition de loi déposée par la députée Véronique Massoneau qui visera à légaliser l’euthanasie et le suicide assisté pour les patients en fin de vie que l’on ne parvient pas à apaiser et qui demandent que l’on respecte leur ultime liberté : celle de terminer leur vie dans la dignité.

La France continue d’être très en retard par rapport à ses voisins européens comme la Belgique ou la Suisse et doit enfin voir sa législation évoluer et s’adapter à son temps de manière plus courageuse qu’un simple aménagement de la loi Léonetti.

A partir du moment où le diagnostic de fin de vie est posé par les médecins, le temps entre ce diagnostic et la fin de la vie effective est un temps qui n’appartient qu’au patient et qui n’est plus de l’ordre du médical. Seules les personnes et non les médecins peuvent alors décider du cours que prendront ces derniers temps. »

 

« Le racisme : question scientifique ou question de société ? » Jean-Luc Gautero mercredi 26 novembre à 18 h 30 au Court-Circuit Café 4 rue Vernier à Nice

 » Dans le cadre du Café Citoyen du C.C.C.

« Le racisme : question scientifique ou question de société ? »

 avec JeanLuc Gautero

Maître de conférences (HDR) en Épistémologie, Logique et Histoire des Sciences.

Agrégé de Mathématiques.

Docteur en Mécanique des Fluides.

DEA de Littérature Française et Comparée.

Membre du Centre de Recherche d’Histoire des Idées de l’Université de Nice Sophia Antipolis.

  De plus, Jean-Luc Gautéro, présentera le livre

« Philosophie, science-fiction? » qu’il a co-dirigé avec
Florence Albrecht-Desestré, Estelle, Blanquet et Éric Picholle.
Édité par les éditions du Somnium.

 Possibilité de se restaurer. «