Archives du mot-clé Conseil Fédéral d’EELV

Réflexion sur deux mandats de 3 ans de Conseiller Fédéral EELV ( Parlement du parti ) qui s’achèvent et sur l’état démocratique de la France – Dr André Minetto

Voilà, 2 mandats de 3 ans de Conseiller Fédéral EELV qui s’achèvent. J’ai été heureux d’apporter ma pierre à l’édification de l’écologie au sens très large sur le plan national et international et d’être un membre de notre Parlement interne.
Je remercie toutes celles et tous ceux qui m’ont permis d’être Conseiller fédéral pendant six ans. J’ai essayé d’être consensuel et d’éviter aigreur et critiques inutiles ou malsaines. Et j’ai informé régulièrement du travail fourni par nos votes et actions nationales, dès que cela était possible.

Je reste membre des Commissions Nationales suivantes :
– Santé
– Transnationale ( Géopolitique, Relations internationales … )

A noter qu’EELV est certainement le parti le plus démocratique du paysage politique français, parmi les partis ayant des élu-e-s, donc des responsabilités …et des tentations fortes.
Cette « excès » de démocratie entraine parfois des dérives, mais passagères et pas trop invalidantes sur la durée. Mais bon, nous sommes en France, archaïque pour certains domaines et avec des pratiques politiques qui feraient hurler et sévir les pays véritablement démocratiques !! Oui, oui, il en existe dans le Nord de l’Europe notamment .. Islande …etc.
Et c’est pire en région parisienne et en PACA !!

Pour revenir à EELV, nos débats internes oraux ou écrits, sont toujours horizontaux et le dialogue est constant entre toutes, tous, adhérent-e-s et coopérat-rices-eurs de base, Conseiller-e-s fédérales-aux et autres responsables, élu-e-s divers et varié-e-s … à part de très rares exceptions qui se remarquent très vite 🙂

Mais certains sont partis … alors.
Sur ces départs, justement, cela m’a fait faire un parallèle entre la création du Nouveau Centre – UDI par Sarkozy pour affaiblir le MoDem et la création de l’UDE par Hollande, ou leur équipe à ces deux là.
Pas du tout démocratique ce petit jeu morbide de tenter de détruire des partis politiques qui ne vous suivent pas dans votre délire de folie égocentrique et présidentialiste.
Mais bon là, pour Hollande, c’est toujours le travers français et le délire de l’Homme providentiel qui sauverait la France ( en 2017 ) et l’attractivité matérielle et de pouvoir du poste de monarque qui se voudrait tout puissant 🙁

 » Motion portant sur la position des écologistes quant au vote de confiance du gouvernement  » votée lors du Conseil Fédéral d’EELV ( Europe Ecologie les Verts )

 » En 2012, les écologistes ont fait le choix de soutenir Francois Hollande au second tour de l’élection présidentielle et de participer à la mise en œuvre de l’accord de mandature signé par EELV et le Parti socialiste.

Depuis, les orientations, notamment sur le plan de la politique économique et sociale, définies par le président de la République et mises en œuvre par le gouvernement de Jean-Marc Ayrault, ont été avant tout déterminées par l’objectif de réduction du déficit public. Ce choix s’est fait aux dépens d’une politique volontariste en faveur de la nécessaire réduction des inégalités sociales et de l’engagement d’un nouveau modèle de développement non productiviste et respectueux de l’environnement.

Malgré les demandes répétées d’Europe Ecologie Les Verts en faveur d’un changement de cap et le signal envoyé par les Françaises et les Français à l’occasion des élections municipales de mars 2014, le Président de la République a confirmé, lors de son allocution annonçant la nomination de Manuel Valls comme nouveau Premier ministre, sa volonté de poursuivre une politique dictée par l’orthodoxie budgétaire et l’impératif comptable de réduction des budgets publics.

En conséquence, le Bureau exécutif d’Europe Ecologie Les Verts a pris la décision de ne pas participer au nouveau gouvernement.

Ainsi, considérant que le rôle du Conseil fédéral est de définir l’orientation politique générale d’Europe Ecologie les Verts et qu’il est demandé aux parlementaires écologistes de prendre en compte ces orientations dans le cadre de l’exercice de leur mandat,

 Le Conseil fédéral d’Europe Ecologie Les Verts réaffirme :

  • que la feuille de route du Président de la République confirmant la mise en œuvre de l’orthodoxie budgétaire portée par le TSCG et imposant une réduction brutale des dépenses publiques est incompatible avec la transition écologique ;
  • que la nécessité de la transition énergétique et environnementale passe par un programme d’investissement dans les filières d’avenir ;
  • la volonté des écologistes de voir mis en œuvre les engagements pris lors de la signature de l’accord de mandature avec le parti socialiste en 2011 ;
  • l’autonomie de l’écologie politique ;
  • que la confiance dans le gouvernement ne peut être accordée tant qu’une réorientation de la politique économique, sociale et environnementale n’aura pas été amorcée. «