Archives du mot-clé musulmans

Manifeste: « Unissons-nous contre l’islamophobie et les dérives sécuritaires » dont le Dr André Minetto est signataire sur Mediapart

Pour signer: manifeste.islamophobie@gmail.com

« Notre solidarité avec les victimes des attentats » de janvier 2015 à Paris « doit s’étendre à tous ceux qui sont aujourd’hui pris comme boucs émissaires », réaffirment les signataires de ce manifeste, qui condamnent « résolument toute forme de racisme, d’antisémitisme ou d’islamophobie qui chercherait à tirer prétexte des tragiques événements que nous avons vécus ».


La marche du 11 janvier 2015 a exprimé la condamnation résolue des attentats des 7, 8 et 9 janvier et la solidarité avec les victimes.

Que nous y ayons participé ou pas, nous dénonçons ceux qui tentent de dévoyer et de pervertir l’émotion légitime qui s’est manifestée ce jour-là en dressant une partie de la population contre une autre, en alimentant une islamophobie nauséabonde.

C’est donner ainsi raison, après coup, aux terroristes, dont l’intention était clairement de provoquer la rupture entre les habitants de ce pays, le rejet de l’islam dans une part importante de la population, et la peur chez les musulmans et chez les juifs.

La plupart des responsables politiques et des commentateurs ont dénoncé avec raison toute tentative d’amalgame. Certains sont pourtant tombés dans ce piège, et ont tenu des propos inadmissibles ou lourds de sous-entendus. Déjà, le nombre d’actes islamophobes (agressions physiques ou verbales de personnes, attaques contre des lieux de culte, etc.) se monte à plus de 200 durant les deux semaines qui ont suivi ces tueries, autant que durant toute l’année 2014.

Nous affirmons que notre solidarité avec les victimes des attentats sanglants doit s’étendre à tous ceux qui sont aujourd’hui pris comme boucs émissaires et qui ressentent au quotidien, notamment dans les quartiers populaires, les effets d’une haine instillée depuis de nombreuses années.

Des mesures de sécurité sont nécessaires et compréhensibles, mais nous refusons toute aggravation de la législation en contradiction avec les libertés et la dérive sécuritaire que certains voudraient faire prendre à nos institutions (illustrée en particulier par des condamnations à des peines de prison de personnes ivres ou  psychiquement déficientes, ou encore par des auditions par la police de très jeunes mineurs). Les paroles des enfants doivent être entendues et doivent faire l’objet de réponses pédagogiques dans le cadre de l’école et des autres structures éducatives. Les délits d’apologie doivent faire retour dans la loi de 1881 qui encadre la liberté d’expression et la répression de ses abus.

La laïcité, valeur fondamentale de notre République, doit cesser d’être détournée de manière suspicieuse à l’encontre des musulmans et doit retrouver sa signification fondamentale qui est, en séparant l’Etat des religions, de garantir le vivre ensemble d’individus ayant des convictions différentes et de permettre à chacun de pratiquer sa religion, de n’en pratiquer aucune ou de changer de religion, en pleine liberté.

Nous sommes plus que jamais attachés à l’article premier de la loi de 1905 : « La République assure la liberté de conscience.Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées dans l’intérêt de l’ordre public ». Aussi nous revendiquons la liberté pour tous de pratiquer et d’exprimer sa religion au grand jour, d’être présent-es dans la société avec ses lieux de culte sans entraves ni violences, de pouvoir fréquenter les institutions publiques, à commencer par l’école, sans discrimination, d’avoir les même droits et les mêmes opportunités face au monde du travail.

Personne ne devrait craindre d’être victime de paroles ou de violences racistes, ni d’abus policiers, et personne ne devrait se voir continuellement sommé-e de se désolidariser d’actes quelconques en raison de sa religion ou de ses origines. Nous condamnons résolument toute forme de racisme, d’antisémitisme ou d’islamophobie qui chercherait à tirer prétexte des tragiques événements que nous avons vécus.

Premiers signataires

Bruno Adjignon, Jean-Joseph Alain, Françoise Alamartine, Sarah Al-Matary, Salika Amara, Marie Aoustin,

Etienne BalibarJean Baubérot, Abraham Behar, Catherine Belkhodja, Louiza Belhamici, Malika Benarab Attou, Esther Benbassa, Léla Bencharif, Mohammed Ben Yakhlef, Daniel Boitier, Alain Bondeelle, Mathieu Bouchard, Antoine Boulanger, Alima Boumediene Thiery,

Cécile Canut, Abdellatif Chaouite, Insaf Chebaane, Omar Cheriguene, Ismahane Chouder, Cyril Cognéras, Gabriel Cohn-Bendit, Sergio CoronadoThomas Coutrot, Monique Crinon,  Bernard Crozel,

Sonia Dayan-Herzbrun, Marina Da Silva, Alain Delame, Karima Delli, Christine Delphy, Bernard Derbez, Pierre DharrévilleFrançoise Diehlmann, Chantal Dhoukar, Pierre-Nadir Doumandji, Bernard Dréano, Jean-Pierre Dubois, Alice Dula, Pascal Durand,

Soraya El Kahlaoui, Didier Epsztajn,

Corinne FaugeronEric Fassin, Eric Favey, Sébastien Fontenelle, Alain Fournier,

Jérôme GleizesFrançois Gèze, Jean-Guy Greilsamer, Imène Guedda, Georges GumpelNacira Guénif-Souilamas,

Fabienne Haloui, Pierre Hassner, Alain Hayot,

Yannick Jadot, Mohamed Jaite, Philippe Jessu, Eva Joly, Benjamin Joyeux,

Amadou Ka, Pierre Khalfa, Abdessalam Kleiche,

Jean LafontStéphane Lavignotte, Henri Leclerc, Gilles Lemaire, Laurent Lévy, Isabelle LorandElise Lowy,

Noël MamèreGilles Manceron,  Sofia Manseri, Malika Mansouri, Gustave Massiah, Christian Mellon, Akli Mellouli, Madjid Messaoudène, Zakia Meziani, André Minetto, Michel Morineau, Claude Moskalenko,

Véronique Nahoum-GrappeAlexandre Piettre, Anastassia Politi,

Tahar Raaf, Tariq Ramadan, Ali Rahni, Bernard Ravenel, Joël Roman,

Nicolas Sadoul, Pierre Saly, Catherine Samary, Maximilien Sanchez, Thierry Schaffauser, Lucile Schmid, Denis Sieffert, Patrick Silberstein, Djamila Sonzogni, Pierre Stambul, Philippe Stanisière, Claude Szatan,

Pierre Tartakowsky, Pierre Tournemire, Anne Tristan, Michel Tubiana,

Marie-Christine Vergiat, Patrick Viveret, Georges Voix,

Richard Wagman, Sylviane de Wangen, Louis Weber,

Fatima Yaou,

Sophie Zafari, Robert Zimmerman.

Pour signer: manifeste.islamophobie@gmail.com

« Juifs, chrétiens, musulmans : 15 siècles de cohabitation en Europe. Enseigner la diversité religieuse dans nos écoles » conférence jeudi 19 mars à 9h Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (MSHS) à Nice

conférence de John Tolan, historien à l’université de Nantes :

« Juifs, chrétiens, musulmans : 15 siècles de cohabitation en Europe.

Enseigner la diversité religieuse dans nos écoles »

Cette conférence aura lieu le jeudi 19 mars à 9h, à la Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est (MSHS), Pôle universitaire Saint-Jean-d’Angély à Nice.

Elle est organisée dans le cadre du Centre d’analyse des processus en éducation et formation, structure fédérative de recherche de l’Ecole supérieure de l’enseignement et du professorat de l’Académie de Nice, de l’Unité de recherches « Migrations et société », du projet Inégalités, mobilités et discriminations dans le cadre scolaire (Axe interdisciplinaire de l’université Nice Sophia Antipolis « Altérités et mondialisations ») et de l’axe 3 de la MSHS (l’Europe et ses Autres).

Présentation de la conférence :

La diversité religieuse en Europe s’enracine dans les pratiques des sociétés médiévales. Les dirigeants du moyen âge, chrétiens et musulmans, accordèrent des statuts protégés et inférieurs à certaines minorités religieuses.  L’étude des sources juridiques montre que les sociétés médiévales, comme la nôtre, ont subi des changements constants en matière religieuse et que la cohabitation, certes pas toujours pacifique, a été la règle plutôt que l’exception dans l’histoire européenne. 

Depuis 2010, une équipe d’historiens se penche sur ce sujet à Nantes dans le cadre d’un programme de recherche financé par le Conseil européen de la recherche et hébergé à l’université de Nantes.  Ce programme, RELMIN, étudie le statut légal des minorités religieuses dans l’Europe médiévale, en particulier les lois qui réglèrent (ou tentèrent de le faire) les relations entre membres de différentes confessions. (voir www.relmin.eu).  Ces textes de lois, en latin, grec, arabe, hébreu, ou dans des langues vernaculaires médiévales (français, espagnol, etc.) ont été éditées et mis en ligne par notre équipe, avec des traductions, commentaires et bibliographies (voir http://www.cn-telma.fr/relmin). Cette base de données est à la fois un outil de recherche mis à la disposition d’historiens, juristes, sociologues et d’autres travaillant sur ces questions et une ressource pédagogique à la disposition d’enseignants du secondaire et de l’université, en France et à l’étranger (le site peut être consulté en français et en anglais).  Il contient désormais plus de 600 textes légaux et à terme en comportera plus de 1000.

Il s’agira dans cette conférence de présenter, dans les grandes lignes, l’apport de cette base de données et d’explorer quelques pistes de sa possible utilisation dans l’enseignement secondaire.

 Maison des sciences de l’homme et de la société du Sud-Est

Pôle universitaire Saint-Jean-d’Angély – Entrée libre

3, boulevard François Mitterrand à Nice

Tramway : Saint-Jean-d’Angély Université

http://urmis.unice.fr/?Conference-de-John-Tolan-Juifs