Archives du mot-clé perturbateurs endocriniens

A Nice le 25 février au Théâtre de la Photographie et de l’Image : débat grands dossiers européens de ‪#‎santé‬ publique: médicaments, perturbateurs endocriniens…

25 février à ‪#‎Nice‬ débat grands dossiers européens de ‪#‎santé‬ publique: médicaments, perturbateurs endocriniens…
Ce que fait l’Europe pour protéger votre santé
à 18:30 au Théâtre de la Photographie et de l’Image – 27 Boulevard Dubouchage

sudest.europarl.fr
INSCRIPTIONS SUR NOTRE SITE INTERNET : http://sudest.europarl.fr/…/ac…/nos_activites/sante2016.html

Que fait l’Europe pour contrôler les perturbateurs endocriniens, substances chimiques qui peuvent interférer avec le fonctionnement de notre système endocrinien et induire des effets néfastes sur notre organisme ou celui de nos descendants? Quid de l’usage des antibiotiques auxquels nous devenons résistants et comment remédier à ce risque ? Comment mieux appréhender la vaccination?

En 2014, le Parlement européen a approuvé des procédures de surveillance et de certification plus strictes pour garantir la sécurité et la traçabilité des dispositifs médicaux comme les implants mammaires ou les prothèses de hanche. Quel est l’état de cette règlementation aujourd’hui? Sur ce dossier comme celui des médicaments, comment concilier les demandes d’informations des patients avec celles de diminution des procédures par les industriels? L’innovation bénéficie-t-elle vraiment à tous?

Autant de questions et bien d’autres que vous pourrez poser directement aux orateurs de ce débat.

Avec la participation et les réponses de:

– Michèle Rivasi, députée européenne, membre titulaire de la commission parlementaire « Environnement, santé publique et sécurité alimentaire » et membre suppléante de la commission parlementaire « Industrie, recherche et énergie », Groupe des Verts/Alliance libre européenne

– Dr Véronique Mondain, praticien hospitalier dans le service d’infectiologie du Centre hospitalier universitaire de Nice

– Max Bouvy, représentant d’une association d’usagers, administrateur de l’Association Valentin Hauy au service des aveugles

Entrée libre/gratuite

Le Bureau d’information du Parlement européen à Marseille organise ce débat citoyen sur la santé en partenariat avec la ville de Nice, la Métropole Nice-Côte d’Azur, le Centre Europe Direct de Puget-Théniers

Programme

– 18h00 – 18h30 : Accueil et enregistrement des participants

– 18h30 – 20h00 : Débat citoyen

– 20h00 – 21h00 : Échanges informels autour du verre de l’amitié

Date: Jeudi 25 février 2016 à 18h30

Adresse: Théâtre de la Photographie et de l’Image – 27 Boulevard Dubouchage à Nice.

Tramway arrêt Jean médecin

Plus d’informations au 04 96 11 52 91

Dire à l’Union européenne « Stop aux expositions aux perturbateurs endocriniens » devient facile avec un outil proposé par des ONG

Capture d’écran 2014-12-08 à 21.04.00

Paris, le 8 décembre 2014 – COMMUNIQUE DE PRESSE
« La coalition EDC-Free Europe (Coalition pour une Europe sans perturbateurs endocriniens) vient de lancer une plateforme en ligne destinée au grand public pour « Dire NON aux perturbateurs endocriniens ». La plateforme permet à chacun de demander à la Commission européenne de “faire disparaître les perturbateurs endocriniens de nos vies pour protéger la santé”, en leur donnant la possibilité de répondre à une consultation publique de l’UE (1).

La Commission européenne a manqué l’échéance de décembre 2013 fixée pour l’adoption de critères permettant d’identifier les perturbateurs endocriniens (PE) (2), à cause d’un lobbying intense mené de la part d’industriels des pesticides et de la chimie. Cependant, une consultation publique vient d’être lancée pour recueillir l’avis des citoyens (3). «Cette consultation est une opportunité : elle intervient alors que la Ministre de l’Ecologie Ségolène Royal s’est engagée tout récemment lors de la Conférence environnementale à demander à l’Union européenne d’accélérer les travaux sur une définition des perturbateurs endocriniens lors du prochain Conseil des Ministres Environnement des 28, le 17 décembre prochain », estime Elisabeth Ruffinengo, responsable plaidoyer pour WECF France (4). Grâce à la plateforme, il est facile pour les citoyens européens et toute personne intéressée de prendre part à cette consultation sur ce sujet important qui concerne à la fois la santé publique, l’environnement, les écosystèmes et l’avenir des générations futures.

La santé publique avant les bénéfices économiques

Les questions posées dans la consultation sont très techniques et sont orientées vers les conséquences du choix de telle ou telle définition des perturbateurs endocriniens sur le secteur industriel. Des ONG de toute l’Europe ont travaillé ensemble pour aider les citoyens à exprimer leurs inquiétudes sur le sujet. Une meilleure réglementation des PE commence par une identification qui reflète de manière pertinente les données scientifiques et qui englobe tous les PE auxquels les populations et les écosystèmes sont exposés.

Décider ce qui est PE ou non doit se faire sur la base des impacts sur la santé plutôt que des coûts pour l’industrie. « Alors qu’il est plus facile d’identifier les coûts industriels à court terme, les bénéfices à long terme pour la santé et l’environnement d’une réglementation sont souvent impossibles à quantifier, et en conséquence ignorés, ce qui entraîne un déséquilibre en faveur des intérêts à court terme de l’industrie. », précise André Cicolella, président du Réseau Environnement Santé. Les dépenses de santé associées à l’exposition aux perturbateurs endocriniens en Europe sont en effet probablement très importantes, avec une estimation initiale réalisée par la Health and Environment Alliance (HEAL) de près de 31 milliards d’euros annuels. Plus récemment, le Nordic Council a publié un rapport similaire sur les seuls troubles de la reproduction masculins, qui fait état de 1200 millions d’euros de coûts chaque année (5).

La plateforme en ligne aide à porter la voix des citoyens qui veulent envoyer un message fort à la Commission européenne en demandant le retrait du marché des perturbateurs endocriniens. Comme l’explique Genon K. Jensen, membre du secrétariat de la coalition EDC-Free Europe : “Il ne s’agit pas d’un quelconque problème technique – mais plutôt du lieu où commence la protection de la santé. Faire le mauvais choix dans les critères signifierait que la Commission européenne ne travaillerait ni dans le sens de l’intérêt public, ni dans celui de l’industrie. Identifier et retirer du marché les produits chimiques qui ont des propriétés de perturbation endocrinienne c’est stimuler l’innovation et la compétitivité à la fois dans l’industrie chimique européenne, le secteur agricole et au-delà.”

Qu’est-ce qu’un impact sur la santé?

Il existe des preuves scientifiques sur les liens entre expositions aux PE et progression alarmante des taux de cancers hormono-dépendants – comme le cancer du sein ou des testicules – du diabète, de l’obésité, des troubles de la fertilité, de l’apprentissage ou du comportement chez les enfants. Pour l’Organisation Mondiale de la Santé, les perturbateurs endocriniens sont une «menace globale» (6).

L’homme et les écosystèmes sont exposés en continu à ces substances chimiques présentes dans de nombreux produits d’usage quotidien comme les emballages alimentaires, les cosmétiques, les équipements électroniques et les produits biocides dont des désinfectants. Les PE présents dans les pesticides utilisés sur des terres agricoles finissent eux dans notre assiette (7).Selon François Veillerette, porte-parole de Générations Futures: «L’enjeu est majeur, parce que l’Union européenne (UE) sera le premier groupe d’Etats dans le monde à établir des critères officiels pour identifier des perturbateurs endocriniens. Il existe déjà dans L’UE des réglementations pour interdire l’usage des pesticides et biocides PE lorsqu’ils seront identifiés».

La campagne

La coalition EDC-Free Europe agit pour obtenir une interdiction des PE dans l’Union européenne. Elle fournit des informations indépendantes aux citoyens et aux pouvoirs publics sur l’exposition aux PE et accompagne le grand public pour faire en sorte que ces produits chimiques sont identifiés et retirés du marché. Pour les membres de la Coalition EDC-Free Europe, la participation d’un maximum de citoyens inquiets sur ce sujet à la consultation publique est une étape importante pour assurer la transition vers une Europe sans PE dans un processus transparent qui place la santé au cœur du débat. « A l’heure où les enfants vont se contaminer aux phtalates et au BPA en s’amusant avec leurs jouets de Noël en plastique, les professionnels de la santé comme les citoyens doivent se mobiliser pour poser les jalons d’une hygiène chimique quasiment à inventer », conclut Joël Spiroux de Vendômois, médecin généraliste et président du CRIIGEN. »

Contacts:

Nadine Lauverjat, Générations Futures, nadine@generations-futures.fr +33(0)6 87 56 27 54

Pauline Berthellemy, RES, p.berthellemy@reseau-environnement-sante.net + 33 (0)6 11 41 13 54

Elisabeth Ruffinengo, WECF France, elisabeth.ruffinengo@wecf.eu + 33 (0)6 74 77 77 00

Genon K. Jensen, EDC-Free Europe, genon@env-health.org +32 495 808 732
Notes

1.Plateforme “Dites NON aux perturbateurs endocriniens” http://no2hormonedisruptingchemicals.org/fr

Grâce à la plateforme en ligne il est facile et rapide de participer à la consultation, avec des réponses toute prêtes aux questions qui seront automatiquement soumises à la consultation lors du remplissage et de l’envoi du formulaire de renseignements. Disponible en plusieurs langues.

2. Règlement CE 1107/2009, Information de la délégation française au Conseil des ministres de l’UE juin 2014 et position de Générations Futures sur la feuille de route de la Commission européenne.

3.La consultation publique sur la définition des critères PE lancée par la Commission européenne (DG Sanco) dans le contexte de l’application des règlements pesticides et biocides s’achève le 16 janvier 2014.

4.Communiqué du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie à l’issue de la Conférence environnementale, 28 novembre 2014.

5.Deux rapports récents estimant les dépenses de santé associées aux perturbateurs endocriniens :

Norden – The Nordic Council of Ministers, The Cost of Inaction: Socioeconomic analysis of costs linked to effects of endocrine disrupting substances on male reproductive health

Health and Environment Alliance (HEAL) Health costs in the EU: How much is related to Endocrine Disrupting Chemicals?

6.State of the science of endocrine disrupting chemicals – 2012 (WHO/UNEP report)

7.Voir notamment le documentaire Endoc(t)rinement de Stéphane Horel, 2014.

La Coalition EDC-Free Europe représente plus de 31 organisation à travers toute l’Europe, regroupant des syndicats, consommateurs, professionnels de la santé, de la prévention du cancer, ONG féminines, environnementales, préoccupés par les enjeux sanitaires et environnementaux des PE.

Site internet: www.edc-free-europe.org Twitter @EDCFree et Facebook

« Réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens permettrait de réaliser 31 milliards d’euros d’économies en dépenses de santé dans l’Union européenne » Communiqué de presse du RES (Réseau Environnement Santé), Générations Futures, HEAL et WECF France

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

  • « ·         L’augmentation rapide des troubles hormono-dépendants peut être liée à une exposition à des perturbateurs endocriniens, substances chimiques de synthèse présentes notamment dans les aliments, les boissons et les produits du quotidien.
  • ·         Selon une nouvelle étude, si réduire l’exposition aux perturbateurs endocriniens permettait d’éviter un petit nombre de cas de cancers hormono-dépendants, de diabète, d’obésité et d’infertilité, des milliards dépensés en lien avec ces maladies et leurs conséquences seraient alors économisés.
  • ·         Un changement de politique européenne en matière de produits chimiques pourrait réduire de manière drastique les coûts associés à ces maladies et leurs conséquences. Il est maintenant temps pour l’UE d’agir. 

Bruxelles, le 18 Juin 2014 – L’exposition à des perturbateurs endocriniens pourrait coûter jusqu’à 31 milliards d’euros par an à l’Union européenne (UE), selon un rapport publié aujourd’hui par l’Alliance pour la santé et l’environnement (HEAL). (1)

Les calculs ont établi une liste de maladies et troubles identifiés par les scientifiques experts des PE des perturbateurs endocriniens comme hormono-dépendants :

  • ·         troubles de la reproduction et de la fertilité, dont baisse de la qualité du sperme
  • ·         malformations de l’appareil reproducteur chez le petit garçon, telles qu’hypospadias ou  cryptorchidie
  • ·         cancers du sein, de la prostate, des testicules
  • ·         troubles du développement de l’enfant, tels qu’autisme et troubles du déficit de l’attention avec hyperactivité (ADHD)
  • ·         obésité et diabète (1)

Nombre de ces pathologies connaissent une augmentation rapide. Par exemple, hormis les pays où la prévalence était déjà élevée comme les Pays-Bas et l’Autriche, le cancer de la prostate est en augmentation rapide dans tous les pays de l’UE et on assiste à une hausse dramatique des cas de cancer du sein dans les pays du Sud et de l’Est (2).  La prévalence élevée de l’autisme et du ADHD est devenue alarmante. Par ailleurs, les experts estiment que les perturbateurs endocriniens ont un impact particulier sur la baisse de QI qui empêche les enfants d’exploiter tout leur potentiel. Les effets d’une exposition fœtale aux perturbateurs endocriniens, ne sont pas visibles tout de suite, à l’image des risques plus élevés de cancer hormono-dépendant et de baisse de la qualité du sperme.

HEAL a sollicité le Dr Alistair Hunt de l’Université de Bath, économiste environnemental, et le Dr Julia Ferguson, professeure invitée à la UK Cranfield School of Management pour calculer les coûts globaux associés à ces maladies. Selon leurs estimations, ces coûts s’élèveraient entre 636 et 637 milliards d’euros par an (3). Des chiffres très probablement sous-estimés à cause par exemple de l’absence de données sur les coûts associés aux pathologies identifiées.

Seule une partie des coûts liés aux troubles hormono-dépendants peut être attribuée à l’exposition aux perturbateurs endocriniens. D’autres facteurs majeurs tels que la susceptibilité génétique, le mode de vie – régime alimentaire, tabagisme ou manque d’activité physique – doivent aussi être pris en compte. Cependant, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a noté que la « charge environnementale des maladies » liée aux produits chimiques est très probablement sous-estimée à cause du manque de données (4).

Une récente étude américaine (USA) a ainsi estimé que le seul bisphénol A (BPA) migrant à partir des contenants alimentaires vers les aliments contribuerait à hauteur de 1,8% à l’obésité infantile (5). Sur cette base, on peut estimer raisonnablement que la contribution de toutes les expositions à des perturbateurs endocriniens est comprise entre 2 et 5%. Une contribution de 5% des expositions à des perturbateurs endocriniens aux troubles hormono-dépendants serait équivalente à environ 31 milliards d’euros par an pour les 28 Etats membres de l’UE (1).

Ces dix dernières années, les données faisant état de liens entre expositions à des perturbateurs endocriniens et troubles de la santé chez l’être humain se sont multipliées, comme le montre un rapport de l’OMS paru en 2013. En tant que plus haute autorité de santé sur le plan international, l’OMS conclut clairement que l’exposition humaine aux perturbateurs endocriniens représente une « menace globale » à laquelle il faut réagir. (6)

Pour Genon K Jensen, directrice exécutive de HEAL: “Une part de l’augmentation de ces taux de pathologies hormono-dépendantes en Europe est probablement liée à l’exposition à des substances chimiques de synthèse qui contaminent nos organismes et dérèglent notre système hormonal. L’UE doit faire passer la santé d’abord et interdire ces substances. Une action rapide permettrait d’éviter de nombreuses souffrances et peut-être de réaliser près de 31 milliards d’euros annuels d’économies en dépenses de santé et en perte de productivité.”

Les chiffres pour la France

Le rapport de HEAL estime pour la France le coût des pathologies hormono-dépendantes, indépendamment des facteurs de risque associés, à près de 82 milliards par an (tableau 1). Si 5% de ce total était directement lié à une exposition aux perturbateurs endocriniens, on peut estimer les coûts de l’exposition aux perturbateurs endocriniens pour la France à près de 4 millions par an (tableau 2).

 Alors que la Loi de Santé Publique sera très prochainement discutée, 4 milliards d’euros  d’économies liées à une simple réduction des expositions aux perturbateurs endocriniens identifiés seraient une économie substantielle et bienvenue dans cette période de contractions budgétaires. Inscrire cette action dans la grande loi de santé nationale serait par ailleurs cohérent avec la Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens adoptée récemment par la France. ”, estiment ainsi les associations WECF France, Réseau Environnement Santé et Générations Futures.

HEAL demande que l’ensemble des réglementations européennes évoluent pour réduire les expositions aux perturbateurs endocriniens. L’UE doit également mettre en place un calendrier pour permettre d’identifier puis de remplacer les perturbateurs endocriniens par des alternatives plus sûres.

Nous attendions de la part de la Commission européenne un paquet législatif perturbateurs endocriniens il y a un an déjà, comprenant une nouvelle stratégie perturbateurs endocriniens, ainsi que des critères de définition pour appliquer les règlements pesticides et biocides qui interdisent les perturbateurs endocriniens. Nous attendons toujours ces mesures. Alors que les données scientifiques sur les effets néfastes des perturbateurs endocriniens se multiplient, des pays de l’UE prennent les devants en interdisant certains PE. La Suède a décidé d’attaquer la Commission européenne devant la Cour de Justice de l’UE pour son retard dans ce dossier. Par ailleurs, lors du conseil des ministres de l’environnement de l’UE du 12 juin dernier, cinq pays ont soutenu la délégation française qui, forte de sa récente Stratégie nationale, a obtenu l’inscription des risques des perturbateurs endocriniens pour la santé à l’ordre du jour de la réunion (7). Le temps écoulé sans réduction des expositions est autant de temps pendant lequel les populations payent l’addition par la dégradation de leur état de santé. « , conclue G. Jensen.

L’UE a certes adopté des mesures législatives ciblées sur certains perturbateurs endocriniens, sur la base du principe de précaution, à l’image de l’interdiction du BPA dans les biberons en plastique dans en 2011. Plusieurs pays ont également pris des mesures nationales sur d’autres substances. Le recul et les nouvelles données scientifiques disponibles montrent clairement que les actions législatives pour protéger et améliorer la santé mises en œuvre par le passé – même en l’absence de 100% de preuves d’effets néfastes – sont justifiées (8). Les mesures de contrôle du tabagisme, prises avant la mise en évidence par les scientifiques d’une explication biologique du lien causal, en sont une bonne illustration. »

Notes

1. Dépenses de santé en Europe : quelle part liée à l’exposition aux perturbateurs endocriniens ? http://www.env-health.org/news/latest-news/article/health-costs-in-the-eu-how-much-is (en anglais)

2. Déclaration de Berlaymont signée par 89 scientifiques en faveur de mesures sur les perturbateurs endocriniens,http://www.env-health.org/resources/press-releases/article/heal-responds-to-berlaymont

3. Estimation des coûts économiques par pays des maladies et troubles liés à l’exposition aux perturbateurs endocriniens, rapport technique du Dr Alistair Hunt de l’Université de Bath, économiste environnemental, et du Dr Julia Ferguson, professeure invitée à la UK Cranfield School of Management

Tableau 1 : coûts totaux des pathologies hormonaux-dépendantes par pays  (millions d’euros)

 

Pays Coûts (en millions d’€)
Allemagne

101 714

Autriche

10 804

Belgique

14 083

Bulgarie

9 063

Croatie

5 212

Chypre

1 213

Danemark

7 051

Espagne

58 914

Estonie

183

Finlande

6 972

France

82 634

Grèce

14 038

Hongrie

12 612

Irlande

5 772

Italie

75 452

Lettonie

2 558

Lituanie

3 808

Luxembourg

653

Malte

510

Pays-Bas

21 141

Pologne

48 638

Portugal

13 367

Roumanie

25 070

Royaume-Uni

80 641

République slovaque

6 327

République tchèque

13 381

Slovénie

2 554

Suède

12 125

Total

636 500

 

Tableau 2 : Chiffres estimés par pays d’une contribution possible des expositions aux PE à 5% des coûts liés aux maladies et troubles hormono-dépendants, estimations de HEAL

Pays Chiffres estimés pour 5% des coûts (en millions d’€)
Allemagne

5 085, 70

Autriche

540, 20

Belgique

704, 15

Bulgarie

453, 15

Croatie

260, 60

Chypre

60,65

Danemark

352, 55

Espagne

2 945, 70

Estonie

9, 15

Finlande

348, 60

France

4 131, 70

Grèce

701, 90

Hongrie

630, 60

Irlande

288, 60

Italie

3 772, 60

Lettonie

127, 90

Lituanie

190, 40

Luxembourg

32, 65

Malte

25, 95

Pays-Bas

1 057, 05

Pologne

2 431, 90

Portugal

668, 35

Roumanie

1 253, 50

République slovaque

316, 35

République tchèque

669,05

Royaume-Uni

4 032, 05

Slovénie

127, 70

Suède

606.25

Total

31 825

 

 

 

 

4. Prüss-Ustün et al. 2011, “Knowns and unknowns on burden of disease due to chemicals: a systematic review”, Environmental Health 2011, 10:9.  http://www.ehjournal.net/content/10/1/9

 

5. Personne ne connaît la contribution exacte de l’exposition aux perturbateurs endocriniens dans le coût global des maladies chroniques Trasande L, 2014,“Further limiting Bisphenol A in food uses could provide health and economic benefits” disponible sur content.healthaffairs.org/content/early/2014/01/16/hlthaff.2013.0686 estime que

que le seul bisphénol A (BPA) migrant à partir des contenants alimentaires vers les aliments contribuerait à hauteur de 1,8% à l’obésité infantile. Il semble donc raisonnable d’estime ce chiffre entre 2 et 5%.

 

6. État de la Science sur les perturbateurs endocriniens, rapport du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 2012. Rédigé par Ake Bergman, Jerrold J. Heindel, Susan Jobling, Karen A. Kidd et R. Thomas Zoeller

7. Conseil des ministres, Communiqué de presse, 3320ème réunion du Conseil Environnement, Luxembourg, 12 juin 2014 http://consilium.europa.eu/uedocs/cms_data/docs/pressdata/en/envir/143188.pdf

8. « Signaux précoces et leçons tardives », Vol I & II. http://www.eea.europa.eu/publications/late-lessons-2

Contacts presse:

Lisette van Vliet, senior policy advisor, HEAL, lisette@env-health.org +32 2 234 36 45/ +32 484 614 528

Elisabeth Ruffinengo, responsable plaidoyer, WECF France, elisabeth.ruffinengo@wecf.eu, 04 50 83 48 13 / 06 74 44 77 00

Pauline Barthellemy, chargée de communication, Réseau Environnement Santé,pberthellemy.res@gmail.com, 06 11 41 13 54

Nadine Lauverjat, chargée de mission, Générations Futures, nadine@generations-futures.fr, 06 87 56 27 54

 

« Cancers, diabète, obésité : « La croissance des maladies liées à notre mode de vie met en péril notre système de santé » Dans Bastamag, avec André Cicolella Président du RES ( Réseau Environnemement Santé )

  • A lire en entier dans 

http://www.bastamag.net/Cancers-diabete-obesite-La

  • 400 milliards d’euros en 15 ans : c’est le surcoût entraîné par l’explosion des maladies chroniques, comme le cancer ou le diabète, pour la Sécurité sociale. Des maladies liées à la pollution de notre environnement et qui se transmettent entre générations. Pesticides, perturbateurs endocriniens, molécules chimiques en tout genre sont présents dans l’alimentation, les biens de consommation, l’eau potable, l’air… Un scandale invisible pour le toxicologue André Cicolella, président du Réseau environnement santé, qui décrypte, dans son dernier livre, les raisons de cette épidémie mondiale. Et appelle à un grand mouvement citoyen. Entretien.

Basta ! : Pourquoi le « scandale des maladies chroniques » est-il, selon vous, « invisible » ?

André Cicolella : [1] Diabète, cancers, obésité : les maladies chroniques touchent les personnes sur la longue durée. A la différence des maladies aiguës. Pour la grippe, par exemple, soit vous en guérissez, soit vous en mourrez. Alors que pour le diabète, vous n’en guérissez pas dans l’immédiat, vous n’en mourrez pas non plus dans l’immédiat. La grande majorité des maladies chroniques ne se transmettent pas, elles sont non-infectieuses. Mais leur nombre a explosé ces dernières années. En France, un homme sur deux sera touché dans sa vie par un cancer. C’est le cas pour une femme sur trois. Deux adultes sur trois seront touchés par une maladie cardio-vasculaire. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) qualifie la situation d’épidémique et de pandémique : elle touche désormais tous les pays du monde. Ce ne sont donc pas principalement des maladies de la vieillesse, comme l’affirment certains (lire aussi :L’obésité, une « maladie de civilisation » qui affecte les plus pauvres). La croissance de ces maladies met en péril l’état de santé des populations, mais aussi notre économie. Notre système de santé implose, non pas parce qu’il y a trop de médecins, mais parce qu’il y a trop de malades. Nous avons aujourd’hui suffisamment d’éléments pour comprendre ce qu’il se passe. Pourtant, on ne fait rien.

Le gouvernement a pourtant mis en place un nouveau plan cancer. Il ne servirait à rien ?

Ce plan a une visée thérapeutique : il souhaite améliorer les traitements des malades. Mais les gains sont trop modestes : seulement quelques semaines de survie ont été gagnées grâce à ces traitements. Le plan cancer dispose d’1,4 milliard d’euros pour développer des stratégies thérapeutiques, alors que la recherche environnement/santé représente seulement un peu plus de 10 millions d’euros annuels ! Ce n’est pas suffisant pour s’attaquer aux causes du cancer et répondre à plusieurs questions : pourquoi la France est-elle, d’après des données parues en décembre 2013, le troisième pays au monde dans la prévalence du cancer du sein ? Et le deuxième pour le cancer de la prostate ? Ces cancers sont hormonaux-dépendants, c’est-à-dire qu’ils sont provoqués par une modification du système hormonal. Or, la question des perturbateurs endocriniens, ces molécules chimiques qui perturbent le système hormonal, reste marginale dans le plan cancer. C’est un scandale. D’après Agnès Buzyn, présidente de l’Institut national du cancer, les causes environnementales du cancer sont surestimées !

Combien coûtent ces maladies à la Sécurité sociale ?

Ces maladies provoquent des affections de longue durée (ALD), auxquelles la Sécurité sociale doit répondre. J’ai effectué un calcul simple à partir des données de l’Assurance maladie. Entre 1994 et 2009, ces maladies ont entraîné un surcoût de 400 milliards d’euros ! Cela veut dire que les responsables politiques ont plutôt choisi d’emprunter auprès des marchés financiers plutôt que d’agir sur les causes. Il aurait été beaucoup moins coûteux d’arrêter l’épidémie de diabète ou d’obésité ! Notre système de santé solidaire risque donc de disparaître… Et c’est ce que beaucoup de personnes souhaitent : qu’on aille vers un système à l’américaine, où la santé permet de faire le maximum de profits ! C’est un des enjeux majeurs pour notre société, mais aussi pour les pays émergents. En Chine ou en Inde, une personne qui est atteinte de diabète tombe dans la pauvreté. C’est donc une question à débattre sur le plan politique.

Les parents transmettent-ils ces maladies à leurs enfants ?

Les scientifiques estiment que si une femme est exposée pendant la gestation, à des produits chimiques, du type perturbateurs endocriniens, les gamètes de l’enfant seront modifiées et le message transmis par ces gamètes le sera aussi, jusqu’à au moins trois générations. C’est ce qu’on appelle l’épigénétique. Des expériences menées sur les rats l’ont mis en évidence. Et le système hormonal des rats est semblable à celui des hommes.

Comment les perturbateurs endocriniens provoquent-ils ces maladies chroniques ?

Lorsque nos organismes se développent, dans les premières semaines de la gestation, l’activité de notre corps est sous un intense contrôle hormonal. C’est à ce moment là que les organes vont se créer. Ainsi, nos hormones thyroïdiennes vont entraîner le développement du cerveau. Et ce développement sera entravé si l’équilibre de ces hormones thyroïdiennes est bouleversé par des perturbateurs endocriniens. Ces derniers entraînent des troubles du comportement. Autre exemple : la formation du tissu mammaire se fait pendant les premières semaines de la gestation. Si l’embryon est exposé à des perturbateurs endocriniens à ce moment-là, les risques d’avoir un cancer du sein explosent. C’est ce qui s’est passé sur le distilbène [un médicament donné entre 1950 et 1977 pour éviter les fausses-couches] : les filles des mères qui ont pris du distilbène pendant leur grossesse ont 80% de risque en plus de développer un cancer du sein. Avant son interdiction dans les biberons en 2011, toute la population française a été exposée au bisphénol A pendant des années [Le Sénat a voté pour l’interdiction du bisphénol A dans les contenants alimentaires (boîtes de conserve) à partir de janvier 2015, ndlr]. Quelles en seront les conséquences dans 40 ans ?

Les scientifiques ont montré que les perturbateurs endocriniens agissent à de très faibles doses. Les réglementations actuelles sont-elles adaptées ?

Nos réglementations sont basées sur des concepts des années 1960/1970. Chacun fait aujourd’hui semblant d’y croire, mais ces concepts sont désormais obsolètes. Qu’est-ce qu’une eau de qualité ? Selon ces normes, c’est une eau qui contient moins de 0,1 micro-gramme de pesticides par litre. On est donc largement en dessous, aujourd’hui. Or, quand on met des grenouilles dans une eau chargée en atrazine [un herbicide interdit en Europe depuis 2004, ndlr] à ce niveau, 25% de leurs petits ont des modifications de l’appareil reproducteur. Ce qui signifie que la reproduction des grenouilles est fortement perturbée. On ne trouve nulle part ces débats, actuellement, dans le champ politique, alors que se jouent les négociations autour de la directive européenne sur la qualité de l’eau. La question des perturbateurs endocriniens est pourtant la clé de compréhension non seulement de l’épidémie actuelle de maladies chroniques mais de la chute de la biodiversité. Aujourd’hui, on ne tient pas compte des données de la science : on préfère la politique de l’autruche. Or, c’est une véritable question de société, dont il faut débattre et que les citoyens doivent s’approprier.

Que manque-t-il actuellement pour que cet enjeu ne soit plus « invisible » ?

Un grand mouvement citoyen ! On l’a vu avec le bisphénol A. Les politiques de tout bords se sont emparés du sujet, qui dépasse les clivages partisans. On ne s’intéresse pas à la santé de nos enfants en fonction des opinions politiques des parents. Steeve Job (cofondateur et PDG d’Apple) est mort d’un cancer du pancréas, au bout de cinq ans de maladie, comme la grande majorité des personnes atteintes de ce cancer. Et l’argent qu’il a dû dépenser pour tenter de se soigner n’y a rien changé. Tout le monde est donc concerné. Le cancer du pancréas fait plus de 600 000 morts par an, dans le monde. En France, il fait plus de victimes que les accidents de la route. Et pourtant, on ne fait rien.

Quelles mesures peuvent-être prises pour lutter contre le développement de ces maladies chroniques ?

Il faut tout d’abord éliminer certains produits chimiques, perturbateurs endocriniens. On a réussi à le faire avec le bisphénol A. Pour cela, il faut que les autorités françaises reconnaissent que c’est un problème. Chaque individu peut agir, par exemple dans le choix des cosmétiques. Aujourd’hui, 71% des fonds de teint contiennent des perturbateurs endocriniens. On peut donc choisir dans les 29% restants… L’industrie chimique doit aussi produire des molécules qui assurent des propriétés similaires mais qui ne sont pas aussi toxiques.

Ensuite, ce sont nos modes de vie qu’il faut changer, combattre la sédentarité avec une autre conception de la ville qui ne soit pas celle de la ville américaine : je prends ma voiture pour aller au travail, puis l’ascenseur, et je mange le midi chez Mc Do ou un équivalent. Dans notre alimentation, il faut retrouver une consommation alimentaire saine, grâce au développement de l’agriculture biologique. Et diminuer nos consommations d’aspartame et de sucres, notamment dans les sodas. On pourrait faire des campagnes comme celle contre le tabac, en indiquant sur les produits que cela provoque du diabète. Mais contrairement au tabac, les autorités ne souhaitent pas faire peur à l’industrie agro-alimentaire…

Vous plaidez aussi pour un apprentissage à la santé dès l’école primaire…

Pour moi, être en bonne santé dépend de la qualité de la relation de l’être humain à son écosystème. Pour combattre ces maladies chroniques, il faut agir sur son environnement. Lutter contre ces maladies est l’affaire de tous. Chacun doit être formé à la protection de sa santé. Cela s’apprend, se construit ! A l’école primaire, je plaide pour que l’on apprenne à lire, écrire, compter

…  « 

Propos recueillis par Simon Gouin

Photo : DES Daughter

Toxique Planète, le scandale invisible des maladies chroniques, André Cicolella Seuil, collection Anthropocène.

Lire aussi : Comment les industriels utilisent la science comme un instrument de propagande

Perturbateurs endocriniens :  » La coalition EDC-Free Europe interpelle José Manuel Barroso  » Communiqué de presse du RES ( Réseau Environnement Santé ) avec la coalition EDC – FREE SANTE

Photo-opportunité : Quinze porte-parole associatifs réunis derrière la banderole de la coalition EDC-Free Europe (http://www.edc-free-europe.org/) remettront à José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, un photomontage réalisé à partir d’une mosaïque de photos envoyées par les citoyens et les associations de plusieurs pays d’Europe, illustrant leurs préoccupations sur l’omniprésence des perturbateurs endocriniens dans les produits de la vie courante. L’événement aura lieu aujourd’hui à 08h30 devant le bâtiment de la Commission européenne à Schuman.

 

Les centaines de photos sont disposées de façon à former une image dépeignant le Président Barroso en train de faire un signe de la main « tout est OK ! » – afin de l’inviter à répondre positivement aux préoccupations citoyennes et à engager une action urgente de réduction de l’exposition humaine aux perturbateurs endocriniens contenus dans les produits de consommation courante, en particulier en direction des individus les plus vulnérables comme les bébés et les femmes enceintes.

Tout retard à agir se paye en opportunités gâchées pour la prévention des maladies chroniques et la réduction des dépenses de soins.

Quinze porte-paroles associatifs de la coalition EDC-Free Europe (http://www.edc-free-europe.org/) se sont présentés aujourd’hui à la Commission européenne pour interpeler son Président, José Manuel Barroso, avec une immense affiche EDC-Free, et lui délivrer un appel à agir de toute urgence contre les perturbateurs endocriniens (PE).

La coalition EDC-Free Europe, composée de 50 partenaires représentant des centaines d’organisations de citoyens de l’UE [1], a fait assembler des dizaines de photos de ses activités de campagne à travers l’Europe pour reproduire, dans une affiche, le visage de Barroso. Nous lui demandons de faire avancer rapidement les propositions, sans cesse reportées, de politique communautaire sur les PE afin de mieux protéger la santé publique et de prévenir les maladies chroniques. En effet, les maladies chroniques associées aux PE constituent un défi majeur de santé publique et des pertes économiques considérables.

L’action d’aujourd’hui réitère un appel lancé dans une lettre à M. Barroso en mai de cette année [2]. Il appelle à mettre fin aux reports de l’action réglementaire sur les perturbateurs endocriniens et à adopter des mesures immédiates pour réduire l’exposition du public. Pour nos associations, ces délais sont inutiles et ne font que prolonger l’exposition du public à ces substances chimiques dangereuses. Les expositions quotidiennes à de faibles doses de perturbateurs endocriniens perturbent le système hormonal humain et sont associées à de nombreuses maladies chroniques graves dont l’incidence augmente en Europe, comme le cancer du sein.

« Par un vote du Parlement européen, la loi avait fixée l’échéance d’élaboration des critères scientifiques pour définir les perturbateurs endocriniens à décembre de cette année. La récente décision de la Commission européenne de lancer une “étude d’impact” préalable à l’élaboration des critères fait fi de cette échéance. Cette décision est un déni de démocratie et va à l’encontre des recommandations scientifiques; il est, par ailleurs, surprenant que des critères scientifiques doivent se fonder sur une étude d’impact économique » dénonce François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, l’une des organisations de EDC-Free Europe.

Les scientifiques engagés activement dans la recherche sur les perturbateurs endocriniens ont adopté une position très claire : en mai 2013, 89 chercheurs de premier plan ont signé la Déclaration du Berlaymont sur les perturbateurs endocriniens, qui invite la Commission européenne à agir de façon urgente [3]. Dans ce document, ils énumèrent les pathologies associées aux PE : infertilité, malformations congénitales (et cancer des testicules), cancer du sein, cancer de la prostate, TDAH, obésité et diabète, entre autres.

Si les chercheurs en pointe s’accordent sur l’objectif de protection du public, il est fort probable que ce soient les arguments de l’industrie, plutôt que les controverses scientifiques, qui aient inspiré le report des décisions à la Commission.

En Octobre, les ministres suédois et danois de l’Environnement ont écrit à Janez Potočnik, le Commissaire européen à l’environnement pour exprimer leurs préoccupations sur le fait que l’étude d’impact annoncée prendrait en compte des critères socio-économiques ; ce que ne prévoit pas, selon eux, le champ d’application du règlement sur les produits biocides [4].

« Le Réseau Environnement Santé (RES) estime que la Commission a en mains suffisamment de preuves scientifiques pour agir et ne pas se laisser intimider par l’industrie sur l’élaboration des critères. Elle doit publier une stratégie révisée dès que possible et veiller à ce que REACH n’autorise pas de substance chimique PE lorsque des alternatives plus sûres existent », conclut Yannick Vicaire, chargé des affaires européennes au RES.

[1]. La campagne européenne EDC-Free Europe a 50 organisations membres représentant des centaines de groupes dans toute l’Europe, dont des syndicats, des associations de consommateurs, des professionnels du soin et de santé publique, des militants pour la prévention du cancer, des environnementalistes et des groupes de femmes. Ceux qui sont à Bruxelles aujourd’hui porteront des banderoles avec le message – STOP aux perturbateurs endocriniens – et des photos de produits de consommation suspects désignés par une flèche interrogeant : « Est-ce que ça me perturbe ? » ainsi qu’un collage de nombreuses photos dont l’assemblage reproduit le buste du président Barroso.
[2]. Joint NGO letter to President Barroso and Commissioners: Call to reduce our exposure to EDCs, 7 May 2013,http://www.env-health.org/resources/letters/article/joint-ngo-letter-to-president
[3]. The Berlaymont Declaration disponible sur http://reseau-environnement-sante.fr/2013/05/24/dossiers-par-themes/89-scientifiques-en-faveur-de-mesures-sur-les-perturbateurs-endocriniens/
[4]. Letter on EDCs to Commissioners Potočnik and Tajani from Swedish and Danish Ministers for the Environment, 30 October 2013, Letter and ChemSec press release at http://www.chemsec.org/news/news-2013/october-december/1209-letter-on-edcs-to-commissioners-potocnik-and-tajani-from-swedish-and-danish-ministers-for-the-environment