Archives du mot-clé Santé environnement

 » Nitrate : le relâchement des normes pour masquer notre inefficacité ?  » Communiqué d’EELV ( Europe Ecologie les Verts )

Lettre d'information EELV

COMMUNIQUÉ

 » Malgré cinq programmes d’action depuis 1991 et la mise en place de la Directive nitrate, la pollution des eaux souterraines et de surface augmente dans de nombreuses régions françaises conduisant même à la fermeture de captages d’eau potable devenue impropre à la consommation.Cette situation a conduit la Cour de Justice de l’Union Européenne à condamner une nouvelle fois la France le 4 septembre pour manquement à la Directive nitrate.Or plutôt que de prendre le problème des nitrates à bras le corps, il semblerait que le gouvernement cède à la tentation de relâcher les normes. En effet à l’occasion des « Terres de Jim », le Premier Ministre a annoncé que le gouvernement travaillerait prochainement «à une adaptation de la directive nitrates dont l’approche normative a clairement montré ses limites». Après le lobby immobilier, il semble que le lobby agricole ait réussi à trouver l’oreille conciliante de Matignon….

Pour EELV, la réponse de l’Etat est irresponsable tant d’un point de vue économique que de santé publique. Chaque année les ménages français paient entre 1 et 1,5 Millliards d’€ le cout de la dépollution de l’eau selon le ministère de l’écologie. Et les conséquences écologiques des taux de nitrate élevés sont pourtant aujourd’hui malheureusement trop connues.  »

Julien Bayou et Sandrine Rousseau, porte-parole nationaux

« Mon parti c’est Nice »: Table ronde « Les grands enjeux du développement souhaitable, de l’environnement et de l’aménagement du territoire à Nice.  » le lundi 10 février au 4 bd V. Hugo

«  Les grands enjeux du développement souhaitable, de l’environnement et de l’aménagement du territoire à Nice

Une ville en transition : Urbanisme – Politique des transports – Maîtrise de l’énergie – Protection de la terre et de l’eau – Grands Projets Utiles – Santé-Environnement – Gestion des déchets ….etc »

Voici, pour moi, l’étendue de la délégation « Ecologie » dans une gestion municipale, sans hiérarchisation :

– le véritable Développement durable, bien sûr,

–  l’expansion systématique de l’économie verte ( Recherche et développement, et nouvelles technologies inclus ),

– l’expansion des énergies renouvelables ( avec in fine filière complète de A à Z et locale : SOLAR VALLEY ) et la réussite de la transition énergétique ( économie, diversification avec diminution des énergies fossiles et fissiles, réhabilitation de l’habitat ancien et aide à la construction de bâtiment à énergie positive, efficacité énergétique ), dans les domaines habitations, entreprises, déplacements …

– la promotion de la prévention primaire ( éviter l’apparition de maladies ) et la reconnaissance des rapports étroits entre la santé et l’environnement avec prise de décisions qui s’imposent,

– l’Aménagement du territoire, afin de corriger, par exemple, les erreurs concentrées dans l’Eco-Vallée de la Plaine du Var : OIN (opération d’intérêt nationale), IKEA, saccage des terres riches de cette plaine, hypermarchés et extension de zone qui tuent le commerce et l’artisanat nissarts .. etc

– la progression de la qualité de vie pour tous,

– le respect et le rétablissement de la biodiversité,

– un nouvel urbanisme écologique et respectueux de l’humain,

– le développement massif de transports non polluants ( personnes, marchandises ), collectifs et individuels,

– une gestion des déchets saine, locale, et générant des emplois ( forte diminution à la source, filières locales de recyclage, remplacement de l’incinérateur à moyen terme … etc ).

Une table ronde aura donc lieu le lundi 10 février, sur ces thèmes qui me tiennent à coeur.

Je rappelle que, tout jeune étudiant, j’étais déjà candidat sur la liste Municipales de Nice en 1983, en tant que responsable de Nice Ecologie, sur la liste intitulée « ECOLOGIE, GESTION, SECURITE », trois thèmes primordiaux et toujours d’actualité ! C’était la première liste écologiste historique à Nice ( et société civile ) … et qui regroupait des candidats venus de différents horizons politiques, déjà !

Je serai donc,  pour ces élections de 2014, sur la liste de large rassemblement de personnalités de Droite , de Gauche, de l’Ecologie, du Centre, ainsi que de la société civile. Ce qui me semble être la meilleure solution, rassembler toutes les compétences, pour réussir tous les défis qui nous attendront début avril,  en cas de victoire, afin de faire repartir notre ville vers l’emploi, l’écologie appliquée et le développement durable, la qualité de vie globale et un rayonnement, une éthique et une exemplarité qu’elle n’a jamais connus !

Et mi février, nous allons présenter en détail notre programme aux Niçoises et aux Niçois.  »

Dr André Minetto

Militant écologiste ayant participé à la création de l’écologie politique ( années 80 )

Membre du Conseil Communal Consultatif

Administrateur du RES ( Réseau Environnement Santé )

Ex Enseignant à l’Université de Nice Sophia Antipolis

Secrétaire général d’une association niçoise de Jardins partagés

Administrateur d’une entreprise niçoise de l’ESS ( Economie sociale et solidaire )

Candidat à diverses élections, dont les Municipales de 1983 sur la 1ère liste Ecolo et société civile « ECOLOGIE, GESTION, SECURITE » en tant que responsable de NICE ECOLOGIE

Responsable dans divers autres organismes et associations.

Ex Conseiller Fédéral national de EELV ( Europe Ecologie Les Verts ) – En congé du parti.

Perturbateurs endocriniens :  » La coalition EDC-Free Europe interpelle José Manuel Barroso  » Communiqué de presse du RES ( Réseau Environnement Santé ) avec la coalition EDC – FREE SANTE

Photo-opportunité : Quinze porte-parole associatifs réunis derrière la banderole de la coalition EDC-Free Europe (http://www.edc-free-europe.org/) remettront à José Manuel Barroso, Président de la Commission européenne, un photomontage réalisé à partir d’une mosaïque de photos envoyées par les citoyens et les associations de plusieurs pays d’Europe, illustrant leurs préoccupations sur l’omniprésence des perturbateurs endocriniens dans les produits de la vie courante. L’événement aura lieu aujourd’hui à 08h30 devant le bâtiment de la Commission européenne à Schuman.

 

Les centaines de photos sont disposées de façon à former une image dépeignant le Président Barroso en train de faire un signe de la main « tout est OK ! » – afin de l’inviter à répondre positivement aux préoccupations citoyennes et à engager une action urgente de réduction de l’exposition humaine aux perturbateurs endocriniens contenus dans les produits de consommation courante, en particulier en direction des individus les plus vulnérables comme les bébés et les femmes enceintes.

Tout retard à agir se paye en opportunités gâchées pour la prévention des maladies chroniques et la réduction des dépenses de soins.

Quinze porte-paroles associatifs de la coalition EDC-Free Europe (http://www.edc-free-europe.org/) se sont présentés aujourd’hui à la Commission européenne pour interpeler son Président, José Manuel Barroso, avec une immense affiche EDC-Free, et lui délivrer un appel à agir de toute urgence contre les perturbateurs endocriniens (PE).

La coalition EDC-Free Europe, composée de 50 partenaires représentant des centaines d’organisations de citoyens de l’UE [1], a fait assembler des dizaines de photos de ses activités de campagne à travers l’Europe pour reproduire, dans une affiche, le visage de Barroso. Nous lui demandons de faire avancer rapidement les propositions, sans cesse reportées, de politique communautaire sur les PE afin de mieux protéger la santé publique et de prévenir les maladies chroniques. En effet, les maladies chroniques associées aux PE constituent un défi majeur de santé publique et des pertes économiques considérables.

L’action d’aujourd’hui réitère un appel lancé dans une lettre à M. Barroso en mai de cette année [2]. Il appelle à mettre fin aux reports de l’action réglementaire sur les perturbateurs endocriniens et à adopter des mesures immédiates pour réduire l’exposition du public. Pour nos associations, ces délais sont inutiles et ne font que prolonger l’exposition du public à ces substances chimiques dangereuses. Les expositions quotidiennes à de faibles doses de perturbateurs endocriniens perturbent le système hormonal humain et sont associées à de nombreuses maladies chroniques graves dont l’incidence augmente en Europe, comme le cancer du sein.

« Par un vote du Parlement européen, la loi avait fixée l’échéance d’élaboration des critères scientifiques pour définir les perturbateurs endocriniens à décembre de cette année. La récente décision de la Commission européenne de lancer une “étude d’impact” préalable à l’élaboration des critères fait fi de cette échéance. Cette décision est un déni de démocratie et va à l’encontre des recommandations scientifiques; il est, par ailleurs, surprenant que des critères scientifiques doivent se fonder sur une étude d’impact économique » dénonce François Veillerette, porte-parole de Générations Futures, l’une des organisations de EDC-Free Europe.

Les scientifiques engagés activement dans la recherche sur les perturbateurs endocriniens ont adopté une position très claire : en mai 2013, 89 chercheurs de premier plan ont signé la Déclaration du Berlaymont sur les perturbateurs endocriniens, qui invite la Commission européenne à agir de façon urgente [3]. Dans ce document, ils énumèrent les pathologies associées aux PE : infertilité, malformations congénitales (et cancer des testicules), cancer du sein, cancer de la prostate, TDAH, obésité et diabète, entre autres.

Si les chercheurs en pointe s’accordent sur l’objectif de protection du public, il est fort probable que ce soient les arguments de l’industrie, plutôt que les controverses scientifiques, qui aient inspiré le report des décisions à la Commission.

En Octobre, les ministres suédois et danois de l’Environnement ont écrit à Janez Potočnik, le Commissaire européen à l’environnement pour exprimer leurs préoccupations sur le fait que l’étude d’impact annoncée prendrait en compte des critères socio-économiques ; ce que ne prévoit pas, selon eux, le champ d’application du règlement sur les produits biocides [4].

« Le Réseau Environnement Santé (RES) estime que la Commission a en mains suffisamment de preuves scientifiques pour agir et ne pas se laisser intimider par l’industrie sur l’élaboration des critères. Elle doit publier une stratégie révisée dès que possible et veiller à ce que REACH n’autorise pas de substance chimique PE lorsque des alternatives plus sûres existent », conclut Yannick Vicaire, chargé des affaires européennes au RES.

[1]. La campagne européenne EDC-Free Europe a 50 organisations membres représentant des centaines de groupes dans toute l’Europe, dont des syndicats, des associations de consommateurs, des professionnels du soin et de santé publique, des militants pour la prévention du cancer, des environnementalistes et des groupes de femmes. Ceux qui sont à Bruxelles aujourd’hui porteront des banderoles avec le message – STOP aux perturbateurs endocriniens – et des photos de produits de consommation suspects désignés par une flèche interrogeant : « Est-ce que ça me perturbe ? » ainsi qu’un collage de nombreuses photos dont l’assemblage reproduit le buste du président Barroso.
[2]. Joint NGO letter to President Barroso and Commissioners: Call to reduce our exposure to EDCs, 7 May 2013,http://www.env-health.org/resources/letters/article/joint-ngo-letter-to-president
[3]. The Berlaymont Declaration disponible sur http://reseau-environnement-sante.fr/2013/05/24/dossiers-par-themes/89-scientifiques-en-faveur-de-mesures-sur-les-perturbateurs-endocriniens/
[4]. Letter on EDCs to Commissioners Potočnik and Tajani from Swedish and Danish Ministers for the Environment, 30 October 2013, Letter and ChemSec press release at http://www.chemsec.org/news/news-2013/october-december/1209-letter-on-edcs-to-commissioners-potocnik-and-tajani-from-swedish-and-danish-ministers-for-the-environment

« TOXIQUE PLANETE – Le scandale invisible des maladies chroniques » par André CICOLELLA, président du RES (Réseau environnement santé). Réagissons enfin contre l’épidémie de maladies chroniques qui entraine souffrances et morts inutiles !

ToxiquePlanèteCicolella

« Notre monde de plus en plus toxique induit non seulement un développement de l’hermaphrodisme chez les ours blancs et des changements de sexes des poissons, mais il affecte aussi la reproduction humaine : diminution de l’âge de la puberté chez les filles, développement des malformations génitales, baisse de la qualité du sperme… Si l’inquiétante montée de l’incidence du cancer de l’enfant en Europe (+ 1 % par an depuis 30 ans) commence à être connue, on sait moins que les maladies chroniques menacent l’ensemble de la planète : elles sont une véritable bombe à retardement en Inde et en Chine notamment. Aujourd’hui, 63 décès sur 100 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (cardiovasculaires, cancers, maladies respiratoires, diabètes, etc.) contre 37 dus aux maladies infectieuses. La mise à jour du caractère toxique de milliers de molécules diffusées depuis 1945, la découverte récente des « perturbateurs endocriniens » et de leurs effets biologiques et sanitaires, la découverte de l’importance de l’imprégnation fœtale sur la descendance génétique (hérédité des influences environnementales acquises, en rupture avec les certitudes de la génétique du XXe siècle) sont autant d’éléments d’une révolution en cours dans la pensée biomédicale, et de la nécessité de nouvelles politiques de santé à l’échelle mondiale. L’OMS qualifiait en 2011 cette épidémie mondiale de maladies chroniques de « catastrophe imminente ». Il est temps de comprendre et d’agir.

André Cicolella est l’auteur notamment de Alertes Santé (Fayard) et de Le Défi des épidémies modernes (La Découverte). Toxicologue, il est conseiller scientifique à l’Institut national de l’Environnement et des Risques (INERIS) et enseignant à l’École des affaires internationales de Sciences Po Paris. Il est cofondateur et président du Réseau environnement santé qui est à l’origine de l’interdiction du bisphénol A dans les biberons et les contenants alimentaires, de l’interdiction du perchloréthylène dans les pressings ou de la prise de conscience des effets de l’aspartame. »