Corinne Lepage à “La Tribune”: Plan de relance Sarkozy: une chance historique manquée

((/images/corinne_right.jpg)) Le plan Sarkozy: c’est pour moi un plan passéiste qui enfonce un peu plus la France dans l’illusion de la continuité des choix dramatiques faits au XXème siècle. Voici un résumé de l’analyse pertinente de Corinne Lepage: __”En effet, tant que le nombre de personnes employées dans les secteurs anciens sera infiniment supérieur à celui des personnes employées dans les nouvelles technologies de l’environnement, les choix se feront en faveur du passé et non du futur…. Au lieu d’utiliser la crise actuelle pour changer de braquet, nous maintenons le cap ancien.”__ Et l’intégralité de son entretien à La Tribune:

” Le plan de relance de Nicolas Sarkozy a très peu de points communs avec celui annoncé par le président américain Barack Obama. Le président français n’a pas compris la nécessité de préparer l’économie post-pétrolière en investissant dans la reconversion écologique. En favorisant les anciennes industries, ce plan de relance ne produira que des effets modestes et de très court terme, estime Corinne Lepage, ancien ministre, présidente de CAP 21, vice-présidente du Modem.%%% Le plan de relance annoncé par le président Sarkozy apparaît comme une chance historique gâchée. Tout d’abord, comme de nombreux commentaires l’ont souligné, il ne s’agit pas d’un plan de 26 milliards d’euros nouveaux, mais de 4 milliards, les autres dépenses étant déjà programmées ou dues en toute hypothèse. Surtout, ce plan reste marqué par une conception très court-termiste et sans vision d’ensemble. Il contraste avec le plan annoncé par le futur président Obama qui est porteur d’un projet global : la mise sur orbite de l’économie post-pétrolière.%%% Le plan Sarkozy ne s’attaque pas au fond du problème. La prime de 1.000 euros à la casse en est une parfaite illustration. En effet, cette prime payée pour l’acquisition d’une voiture émettant moins de 160 g de CO2/km va sans doute permettre de vider les stocks, mais ne va en rien permettre la reconversion écologique de ce secteur industriel. Dès lors, comme l’a déjà annoncé Carlos Ghosn, cette prime permettra de moins licencier mais ne sauvera pas les emplois d’aujourd’hui et encore moins ceux de demain.%%% Or c’est de cela dont il s’agit. Traiter le volet social de la crise économique tout en fléchant la relance vers un “new deal” vert. Le doute que tel soit l’orientation choisie est d’autant plus permis que, si la croissance verte a fait couler beaucoup d’encre et a donné lieu à de belles envolées lyriques, les faits ont la vie dure, et la réalité des décisions concrètes est sans rapport avec cet objectif pourtant indispensable. Une impression de confusion et de contradiction est indéniable. Où est la logique entre la relance autoroutière et l’encouragement à l’achat de véhicules sans bonus, alors que les Français réduisent l’usage de la voiture et y sont incités sur un plan général ? L’OIT voit dans le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique une source d’investissement et d’emplois verts. Mais rien n’est prévu dans le plan de relance à ce sujet, et les sénateurs suppriment l’obligation de sobriété énergétique pour bénéficier des prêts à taux zéro.%%% Plus grave encore, la violence des attaques lancées par le lobby nucléaire contre le développement de l’éolien, accusé de tous les maux, aboutit à créer en France la législation la plus ubuesque du monde pour installer des éoliennes. Sans doute, l’éolien présente des inconvénients, mais toutes les énergies en ont, à commencer par le nucléaire qui est antinomique avec un développement soutenable pour la double raison qu’il utilise des matières premières non renouvelables et qu’il lègue aux générations futures des déchets d’une dangerosité sans comparaison possible. Mais comment prétendre encourager l’éolien, quand en réalité on multiplie les obstacles à son installation ?%%% Quant au solaire apparemment favorisé, il ne l’est que dans la mesure où il n’apparaît pas menaçant pour le nucléaire. Car la maturité de la technologie est moindre pour produire de grande quantité d’énergie, ce qui n’est pas le cas de l’éolien. En revanche, pour ce qui est mâture, comme le photovoltaïque, le changement du prix de rachat de l’électricité pour le tertiaire anéantit, comme par hasard, la rentabilité des projets en cours.%%% Enfin, la volonté de la majorité de favoriser le chauffage électrique d’origine nucléaire dans les habitations s’inscrit aussi en faux avec l’essor des bâtiments à basse consommation, a fortiori à énergie passive ou positive. En définitive, tout se passe comme si le choix avait été fait non pas de pousser l’industrie verte, mais au contraire de continuer à soutenir les industries à bout de souffle ou condamnées du XXe siècle, au lieu d’encourager leur reconversion et de soutenir les nouvelles technologies.%%% Or le plan de relance, bien loin de tracer une voie nouvelle, ne fait qu’ajouter de la confusion en distillant l’effort. Cette orientation condamne à moyen terme notre population à un chômage croissant même après la reprise mondiale qui viendra, parce que nous n’aurons pas une offre correspondant à la demande mondiale. Faute d’avoir compris qu’il fallait investir dans la reconversion écologique, le plan de relance et la politique effectivement suivie ne produiront que des effets modestes et de très court terme. On aurait attendu des investissements massifs dans les nouveaux modes de transport, en particulier les centrales de mobilité et l’autopartage, l’habitat économe et l’efficacité énergétique à tous les niveaux, permettant à une économie nouvelle de se développer.%%% Une telle politique aurait nécessité un fléchage des crédits sur les écotechnologies, une politique de formation des personnels pour s’adapter aux nouveaux métiers, un effort massif en termes de recherche-développement et une aide à la reconversion. Le Grenelle de l’environnement avait là une chance de se concrétiser. Il l’a perdue au moment même où la réduction de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP) rend très aléatoire le financement des mesures annoncées.%%% En faisant un choix contraire qui satisfait les grands lobbys en place, nous pérennisons un rapport de forces au sein du monde économique qui rend quasi impossible la croissance des entreprises représentant les nouveaux secteurs, a fortiori leur capacité à peser en faveur d’une accélération du changement.%%% __En effet, tant que le nombre de personnes employées dans les secteurs anciens sera infiniment supérieur à celui des personnes employées dans les nouvelles technologies de l’environnement, les choix se feront en faveur du passé et non du futur. Le serpent se mord la queue ! Au lieu d’utiliser la crise actuelle pour changer de braquet, nous maintenons le cap ancien. Nous étions déjà en grande difficulté du fait de l’inadaptation de notre offre. Nous perdons une chance historique d’utiliser l’opportunité de la relance pour doper l’industrie française du XXIème siècle.__ “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *