” Corrida : La cruauté sur les animaux ne peut être constitutionnelle ” Communiqué de presse d’EELV ( Europe Ecologie Les Verts )

((/agora/images/EELV logo définitif – copie.jpg)) ” Le 21 septembre dernier, le Conseil Constitutionnel a répondu aux associations CRAC Europe et DDA que la corrida était légale dans les zones où « cette tradition est ininterrompue », que le législateur avait dûment prévue cette exception territoriale et qu’il n’y avait pas lieu d’y voir une « inégalité devant la loi » contraire à la Constitution. EELV regrette vivement que les « Sages », dans ce cas, l’aient si peu été. Car en d’autres termes, ils viennent de déclarer les sévices et actes graves de cruauté commis sur animaux lors de corridas, conformes à la Constitution française ! Les occupants de la rue Montpensier ne semblent pas troublés par l’acceptation de traditions cruelles sur une partie du territoire de la République. Si la tradition ininterrompue légitime la cruauté, comment et quand pouvons-nous prétendre être civilisés? EELV déplore également qu’au lieu de reconnaître la nécessité d’un changement législatif, le Premier ministre et le Ministre de l’intérieur aient choisi de soutenir aussi vigoureusement cette anomalie, le premier en invitant le Conseil Constitutionnel, dans deux courriers, à déclarer la corrida conforme à la Constitution, le second en exposant longuement à la radio, le 11 septembre, son attachement à la corrida. Pour sa part, EELV estime que la corrida ne peut être tolérée plus longtemps. Ces actes de cruauté et mis en spectacle sont inacceptables dans un pays qui porte les valeurs humanistes. En Espagne, berceau de la tauromachie, certaines régions l’ont déjà abolie, c’est aussi le cas en Amérique Latine et le Portugal y réfléchit. La corrida ne perdure en France, outre l’exception juridique ci-dessus, une aide publique partielle et la complaisance de certains élus pour des raisons dites économiques, que pour satisfaire un plaisir malsain à contempler la souffrance d’un animal martyrisé et mis à mort. EELV, dont le programme prévoit une loi « DPA pour Droits et Protection des Animaux » comprenant notamment un nouveau statut juridique de l’animal et l’interdiction de tout acte induisant la souffrance des animaux dans les domaines culturel, artistique, d’activités traditionnelles et de loisirs, invite le Chef de l’Etat et le Gouvernement à le rejoindre dans cette réforme majeure, en phase avec l’évolution de la société. EELV s’associe au rassemblement citoyen qui aura lieu samedi 20 octobre 2012 à 14 heures, place du Palais Royal à Paris, en réaction à cette décision du Conseil Constitutionnel. ” Jean-Philippe MAGNEN et Elise LOWY, Porte-parole%%% Contact presse, Marjorie Delmond 0687253704

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *