LES REFUGIES ENVIRONNEMENTAUX colloque à Marseille du 9 octobre 2012 organisé par par Joëlle FAGUER, Conseillère régionale EELV ( Groupe EELV – POc )

” Colloque sur les déplacés environnementaux, un nouvel enjeu humanitaire Marseille, hôtel de Région, 9 octobre 2012 Avec Joëlle FAGUER, conseillère régionale EELV, déléguée solidarités internationales. Elle a bataillé pour l’organisation de ce colloque et l’accueil de l’exposition. Exposition photos du collectif Argos Le collectif de journalistes, rédacteurs et photographes Argos, engagé dans une démarche documentaire autour des mutations ou des enjeux sociaux et environnementaux, met à disposition son exposition « À la découverte des premiers réfugiés climatiques » « L’exposition s’adresse à tous les publics, le propos est abordé de manière pédagogique et didactique. C’est à la fois un travail de mémoire sur ce que le réchauffement climatique risque de faire disparaître, mais aussi un travail prospectif pour sensibiliser au fait qu’il est encore possible d’agir pour préserver l’avenir. Argos souhaite raconter l’histoire de ces peuples d’ores et déjà touchés par le réchauffement climatique, en insistant sur l’importance des liens qui les relient à leur environnement. En participant à sensibiliser les publics face aux enjeux du réchauffement, Argos entend également s’inscrire dans la dialectique du développement durable. » Le Collectif Argos ” __Le colloque__

Colloque sur les déplacés environnementaux, un nouvel enjeu humanitaire Introduit et animé par Joëlle FAGUER, conseillère régionale EELV, déléguée solidarités internationales. En présence de Michel Prieur, président du Centre International de Droit Comparé de l’Environnement et Directeur Scientifique du Centre de recherches Interdisciplinaires en Droit de l’Environnement, de l’Aménagement et de l’Urbanisme Annick DELHAYE, vice-présidente EELV à la Région, en charge du climat/énergie/environnement/développement soutenable Yves VIDAL, Président de la Jeune Chambre d’Agriculture des Alpes-Maritimes Hugues RAVENEL de Plan Bleu Voir leur plaquette “Eau et changement climatique : quelle stratégie d’adaptation en Méditerranée ?” A voir reportage de 4′ sur Euronews “Le changement climatique a des conséquences de plus en plus fortes sur les migrations” Si dans nos régions du Nord de la Méditerranée les évènements climatiques sont encore rares, ils concernent dans le monde des millions de personnes qui, vivant dans des conditions de précarité absolue et parce que vivant dans des conditions de grande misère, sur des terrains inaptes à la construction, voient leurs conditions encore plus dégradées et durablement affectées par des sécheresses, des inondations, des glissements de terrain, des cyclones, des montées d’eau submergeant des zones de vie, d’activités. L’augmentation de la densité de population autour de l’espace méditerranéen, la poussée des mégapoles, la dégradation environnementale et l’impact du changement climatique, conjugués à la pauvreté, rendent prégnants l’impact possible de ces risques. Michel Prieur a débuté les tables rondes d’experts en exposant très pédagogiquement un historique des catastrophes industrielles ayant eu un lourd impact environnemental (Bhopal en 1984, Tchernobyl, boues rouges…) et celui des catastrophes climatiques. Il a ensuite développé le problème juridique très complexe concernant la création d’un statut de réfugié climatique et parlé des instances et des textes qui s’occupent de ce problème. Aucun instrument juridique contraignant n’existe à ce jour pour protéger les déplacés environnementaux. Un groupe de chercheurs internationaux travaille sur cette question, le CIDCE. Impacts des changements climatiques dans le bassin méditerranéen Le bassin méditerranéen est déjà impacté. Même s’il s’agit d’épisodes ponctuels, rares mais violents. Inondations de plus en plus préoccupantes, sécheresse de plus en plus sévère dans des zones déjà soumises à des stress hydriques importants en été. Les zones littorales devraient enregistrer une montée des eaux estimés à 60 centimètres d’ici quelques décennies. Il s’agit bien donc, en parallèle des politiques engagées pour lutter contre les causes du dérèglement climatique et des catastrophes environnementales, comme les écologistes s’y emploient depuis longtemps, à anticiper également les crises à travers des politiques publiques éclairées et courageuses. Sur la gestion économe de l’eau et l’équité dans les conflits d’usage, l’aménagement du territoire dicté par les principes du développement durable, des politiques de prévention et des politiques d’aide aux voisins méditerranéens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *