Archives par mot-clé : Convergences pour Nice

Nacioun Nissarda: questionnaire pour les candidats à l’élection municipale de Nice 2020 Réponse de NICE ECOLOGIQUE

Nacioun Nissarda : “Nous avons reçu les réponses au questionnaire qui intéressait les « Nissart ». Nous n’avons pas eu de réponses de la part des listes d’Estrosi, Allemand et Damiano.
Nous vous livrons les réponses sans autre commentaire. Nous vous donnerons notre point de vue « nissart » par ailleurs.

Réponse de NICE ECOLOGIQUE

QUESTIONNAIRE POUR LES CANDIDATS A L’ELECTION MUNICIPALE DE NICE DE MARS 2020

1) TRAVAUX : Nous avons vu, ces dernières années, à Nice un développement de grands travaux dans notre ville. Prévoyez-vous de continuer voire d’accentuer de grands travaux sur Nice ? Etes-vous favorable à une concentration littorale ?

Jean Marc Governatori : Non, il faut éviter les grands projets inutiles, qui gaspillent l’argent public, qui détruisent notre patrimoine végétal ou qui génèrent pollution toxique ou qui provoquent l‘accélération de l’atteinte irréversible des conditions climatiques (extension de l’aéroport … ). Nous maintenons le Palais des Expositions où il est. Nous n’en construisons pas de nouveau. Nous gardons également le Palais des Congrès. Nous faisons un inventaire des locaux tertiaires inoccupés. Nous construisons la ville sur la ville, nous évitons d’imperméabiliser de nouvelles terres.

2) TERRES AGRICOLES : Les terres agricoles ont tendance à disparaitre. Que comptez-vous faire pour arrêter ce processus et retrouver des terres exploitables ? Etes-vous favorable à la production locale (gage de traçabilité) plutôt qu’à l’importation massive ? Etes-vous favorable à un label local ? Votre position sur les jardins partagés dans la ville ?

Jean Marc Governatori : Il faut arrêter de bétonner nos terres arables par modification du PLUm (Plaine du Var, une de terres le plus fertiles d’Europe, mais pas seulement il y en a encore un peu dans d’autres quartiers à l’Est et ailleurs). Il faut aussi changer de paradigme : .retrouver ou créer des zones agricoles réparties sur tout notre territoire : ne pas détruire ceux qui restent, « potagériser » tous les endroits utilisables et en créer de nouveaux, toits, façades …
Un label local peut être un plus, mais ce n’est pas le plus important. Nous avons aussi dans le même ordre d’idée prévu de créer une monnaie locale.
Le principal est de sanctuariser le maximum de terres agricoles pour y produire les ingrédients de la gastronomie locale. On peut dans le même temps développer un agro-tourisme.
Nous mettrons en place des structures qui aideront et valoriseront la vente en direct des producteurs locaux.
Une Cellule municipale, avec un adjoint, est à créer pour sortir de notre énorme dépendance alimentaire (et énergétique).

3) RAYONNEMENT DE NICE : Quelle vision de Nice et de l’ancien Comté avez-vous sur le plan national et international ? Faut-il se limiter à l’arc méditerranéen (Barcelone, Nice, Gênes) dans lequel Nice fait figure de parent pauvre ou s’ouvrir à l’arc alpin (Nice, Turin, Genève) dans le quel Nice s’ouvrirait à toute l’Europe ? Seriez-vous favorable à une collectivité territoriale propre au pays Niçois ? Cette collectivité devrait-elle rester au sein de la région SUD-PACA ?

Jean Marc Governatori : Nice doit avoir un rayonnement plus important grâce à son passé et à sa culture qui sont peu connus et encore moins utilisés pour rendre notre territoire plus attractif. Retrouver nos contacts ancestraux et recréer une proximité avec les cultures de l’est de l’Occitanie : Savoie, Piémont, Ligurie, Val d’Aoste et même la région suisse de Genève (hors UE).
Une collectivité territoriale propre au pays Niçois est à envisager. Il faudra réfléchir à sa place au sein de la région PACA, qui, de toute façon, doit être plus individualisée, et avec plus de moyens de fonctionner. Ceci sur le plan sanitaire et social (ARS, CPAM), énergétique, alimentaire, judiciaire, postal …etc.
Nice doit conserver ou retrouver un certain nombre de structures décisionnaires et actives.

4) TRANSPORTS : Dans le domaine des transports, êtes-vous favorable à la gratuité de l’autoroute contournant Nice ? Pensez-vous qu’il faille limiter la circulation intensive des camions autour de Nice ? Etes-vous pour le ferroutage ? Etes-vous favorable à la conservation et au développement de nos lignes locales et historiques (train des pignes et train des merveilles) lien de vie pour les populations de nos vallées ? Que pensez-vous d’une future ligne de chemin de fer Nice-Turin-Genève ?

Jean Marc Governatori : L’autoroute doit être gratuite en effet. Nous sommes la seule grande ville où le contournement est payant. Mais il faudra trouver une parade aux passages de plus en plus nombreux de camions qui traversent notre région centrale et qui génèrent pollution et accidents. Le rendre gratuit pour les locaux peut être une réponse acceptable. Le train représente LA solution pour les différents déplacements ou transports de fret. Pour le ferroutage, il faut au moins 10 ans pour l’installer. En attendant une taxe poids lourds « traversant » est une solution. La ligne Nice Turin est indispensable. Il faut absolument relier la Bévéra et la Roya au bassin niçois ainsi que la haute vallée du Var par le train des Pignes et organiser aussi par ce biais l’approvisionnement des productions agricoles et artisanales réalisées sur le territoire traversé, à destination de la clientèle du littoral. Ces lignes sont indispensables car elles permettent les déplacements domicile-travail ou les trajets scolaires pour une partie de la population qui ne pourrait pas sinon vivre dans l’arrière-pays. Il faut aussi créer une ligne maritime côtière non polluante (passagers et fret) de Nice à Monaco, pour commencer.

5) CULTURE : Que comptez-vous faire pour l’identité niçoise soit plus visible et trouve toute la place qui leur revient légitimement ? Nous avons deux écoles bilingues à Nice (nissart et français) : êtes-vous pour la création de nouvelles écoles bilingues ? Souhaitez-vous que la spécificité de l’identité niçoise soit plus présente et devienne même un atout pour la promotion de notre ville ? Souhaitez-vous que la spécificité de l’identité niçoise soit officiellement reconnue (co-officialité de la langue niçoise avec le français au sein de l’institution municipale, co-officialité des symboles niçois (drapeau, hymne) au côté des symboles de la République dans le Protocole etc.) ?

Jean Marc Governatori : Les écoles, et les jeunes, sont la garantie de la survie de notre langue et de notre culture. Un cursus nissart, de la maternelle à l’Université, et en continuité bien sûr, est indispensable. Mais c’est du ressort de l’Etat dans le domaine programmatique et décisionnaire. Au niveau municipal nous pouvons et devons être catalyseurs et facilitateurs pour les associations qui œuvrent dans ce domaine en direction de ceux qui le souhaitent. Par ailleurs, des classes bilingues dès le plus jeune âge, sont un plus pour développer la capacité d’apprentissage d’autres langues et c’est aussi un lien interculturel fort, bien au-delà de notre culture. Enfin, la spécificité au sein de la culture occitane est réelle mais ne doit pas se faire en antagonisme afin de ne pas créer des divisions artificielles et négatives pour la défense de notre culture. Cela est instrumentalisé par certains et cela nous affaibli au risque de nous discréditer.
Pour notre drapeau il serait normal, en effet, qu’il soit présent.

6) INFRASTRUCTURES ET INSTITUTIONS : Quelles actions comptez-vous faire pour réimplanter une cour d’appel, un centre de tri postal, maintenir l’académie, maintenir tout autres infrastructures/institutions menacées de délocalisation en Provence et (ré)implanter toutes infrastructures/institutions qui font défaut à la cinquième ville de France ? Quelle est votre position concernant la prison de Nice ?

G : Il est inadmissible que Nice soit désormais dépourvue de centre de tri, alors que La Poste a le culot de vendre des timbres au tarif vert ! Comment écologiquement justifier qu’une lettre pour Nice de Nice parte sur Toulon pour y revenir ! Nous pouvons proposer et négocier avec La Poste de réinstaller un centre de tri au niveau de l’actuel MIN que nous ne déplacerons pas à La Baronne. Il sera restructuré sur place ce qui dégagera beaucoup d’espace car son activité a bien baissé depuis sa création.
Nous ferons pression pour éviter la fusion de l’académie de Nice avec celle de Aix-Marseille.
De manière générale, nous mettrons tout en œuvre pour maintenir dans les localités qui sont du ressort de la métropole une présence de l’administration ou des structures de santé, surtout dans le haut-pays afin d’éviter notamment la fracture numérique et les déserts médicaux.