Archives par mot-clé : Santé

TRIBUNE ” COVID-19 ” AVERTISSEMENT ET ENSEIGNEMENTS ” Dominique Bourg, Philippe Desbrosses, Jean Marc Governatori, Corinne Lepage

” L’économie mondiale et des millions d’emplois en France sont aujourd’hui à la merci d’un virus.
 
L’ampleur de cet événement est-t-elle suffisante pour nous faire comprendre qu’il faut en finir avec notre société consumériste et productiviste qui pollue air, eau et terres autant que notre santé et nos relations humaines ?
 
Son impact nous invite à remettre véritablement en cause notre mode de vie et notre façon de penser : sortir du toujours plus avoir, pour aller vers le toujours mieux être, prioriser et développer l’esprit de partage autant que l’éducation à la santé, autant que l’agriculture durable, autant que le respect des énergies consommées pour que nos territoires tendent vers l’autonomie énergétique et l’autonomie alimentaire.
 
Les drames humains, économiques et sociaux du Covid-19 sont le dernier avertissement avant que de prochains phénomènes irréversibles, issus de notre façon d’être actuelle, aient pour conséquences la fonte des glaciers sur l’ensemble de la planète, l’acidification des océans, l’abattage chaque année de 15 millions d’hectares de forêts dans le monde qui induisent un dérèglement climatique extrême, insupportable pour l’espèce humaine. Ils bouleversent et bouleverseront nos vies, engendreront des dizaines de millions de réfugiés climatiques et autant de souffrances.
 
Nous avons même été capables de créer un continent de plastics flottant d’une surface égale à 3 fois celle de la France (1,6 million de km2 dans l’Océan Pacifique).
 
Le désastre économique et social qui se prépare, dû à l’incroyable impréparation sanitaire et l’insouciance de nos gouvernements, est le prémisse de ce qui va nous arriver dans les prochaines années à cause de notre façon de vivre
 
Le Coronavirus serait-il là pour nous apprendre à respecter les écosystèmes représentés par les terres, les mers et les océans, respecter les forêts et nos corps ? Comme la biodiversité. Comme l’air que nous respirons.
 
Cette expérience de confinement nous aide à constater que l’existence ne se limite pas à travailler et à consommer. C’est aussi apprécier la valeur de l’instant présent et faire des pauses.
 
Nous pouvons transcender cette crise.
 
La qualité et la quantité de notre alimentation est essentielle en matière de santé et d’économie, en matière d’environnement et de paix civile. Pourtant, l’agriculture bio vivrière, paysanne, locale reste oubliée.
 
Il y a un formidable chantier de restauration de la planète, la purification des eaux, l’efficacité énergétique par l’isolation, la dépollution des terres, le reboisement des terres arides, la sauvegarde des variétés et espèces végétales et animales en perdition, le retour à des structures à la dimension humaine. À ces grandes œuvres, il y a aussi un merveilleux chantier au niveau de l’éducation de nos enfants, du respect de la terre et des êtres vivants, du « produire et consommer localement » avec une agriculture sensible et consciente. La croissance intérieure de l’être humain est le secteur à plus forte croissance, parce que tout est à bâtir dans l’être humain qui a peu cultivé sa façon d’être.
 
Covid-19 nous aura démontré les désagréments causés par la faiblesse des relations humaines que notre société productiviste et consumériste génère. Pendant et après cet épisode, nous avons à développer l’esprit de partage, missionner et accompagner les activistes écologiques et les activistes citoyens, susciter des comités locaux de liaison par quartier, les jardins potagers communautaires, le compostage collectif, les monnaies locales complémentaires, les banques d’échanges (temps et produits), les S.E.L, les Amap, le Ric, le sport, la culture, une nouvelle éducation permettent de construire ensemble un territoire où se développent les principes de fraternité et de co-responsabilité.
 
Avec un masque, des gants ou à un mètre les uns des autres, pour l’instant.
 
Terre-mère, Terre-nourricière, vraie merveille, garante de notre confort et de notre bien-être. Sachons la préserver à notre tour pour les siècles, et les générations à venir, car au moment où nous perdons encore en France, une ferme toutes les 20 minutes, hémorragie silencieuse d’un exode rural qui dure depuis 50 ans, et a vu passer des millions d’agriculteurs à la trappe, il est temps de se rappeler que la nourriture est le premier de nos besoins. L’agriculture est la première des fonctions indispensables à l’humanité. Or, il est impossible de cultiver la terre sans Paysan.
 
Les grands enjeux auxquels l’humanité est confrontée : la faim, la pauvreté, la maladie, l’environnement… dépendront dans notre aptitude à élaborer de nouvelles organisations sociales intelligentes, capables d’embrasser l’absolue complexité du monde pour y faire face. Notre enjeu principal aujourd’hui c’est la Conscience collective réalignée sur le partage et la coopération, et non sur la compétition… «
 
Corinne Lepage, ancienne Ministre de l’Environnement, Dominique Bourg, philosophe,
Philippe Desbrosses, Co-fondateur du Label AB
Jean Marc Governatori, : auteur, Écologie Politique

TRIBUNE: ” Assurer la sécurité alimentaire des populations ” parmi les signataires : Delphine Batho, Julien Bayou, Jean-Marc Governatori, Jean-Paul Jaud, Corinne Lepage, Edgar Morin, Michèle Rivasi, Gilles-Eric Séralini, Coline Serreau …

LA CRISE ALIMENTAIRE EST IMMINENTE, car à la détérioration continue des sols s’ajoute le blocage des circuits internationaux de transport sur lesquels repose le système alimentaire mondial. Nous ne sommes pas mieux préparés à cette échéance qu’à l’actuelle crise sanitaire. Or ces épidémies et ces crises alimentaires seront rendues plus fréquentes par l’état écologique et économique du monde.

La menace de pénurie alimentaire n’est ni un coup du sort, ni une fatalité. Elle résulte d’une insouciance et d’une illusion trop longtemps entretenues selon lesquelles nous serions dans un progrès matériel indéfini, dans une abondance qui pourrait — grâce au marché — résoudre spontanément toutes les difficultés et atténuer tous les risques, laissant le consommateur dormir tranquille et vaquer à ses occupations. Nous en avons perdu de vue des principes biologiques de base.

Résultat de ce choix de société : une agriculture artificielle, industrielle, entièrement dépendante des énergies fossiles, hors-sol, sans paysans, anéantie par un exode rural sans précédent. En France, 11 millions de paysans sont passés à la trappe en quelques décennies, et en 2020, c’est encore une exploitation toutes les 26 minutes qui disparaît ! Combien dans le monde ? Ce sont des milliers de kilomètres carrés alignés pour produire, transformer et acheminer une nourriture appauvrie en nutriments, reposant sur trop peu d’espèces, sur des pratiques artificielles et destructrices des sols, des eaux, et des communautés humaines. Ce système alimentaire, trompeusement efficace, n’en est devenu que plus vulnérable aux chocs climatiques, aux maladies, aux crises économiques et géopolitiques, et aux pénuries de ressources.

La France a la réputation d’être un pays producteur. Certes, en volumes ! Mais peut-elle pour autant nourrir sa population ? Non : notre système alimentaire dépend d’importations de soja américain et brésilien (faute de protéines végétales cultivées), de matières premières (dont les énergies fossiles et les phosphates), et de fruits et légumes (des milliers de camions par jour nous apportent les denrées agricoles des pays du sud). Aujourd’hui, moins de 2 % de notre surface agricole utile produit des fruits et légumes, alors qu’il en faudrait 10 % !

Notre monde vit dans un rêve technologique. Mais le réveil est terrible. Il produit maintenant des foules sans travail et sans nourriture décente, sur des sols progressivement stérilisés par les labours profonds et les molécules toxiques de l’agro-industrie suspectées de contribuer à toutes nos maladies chroniques, dites « maladies de civilisation » ! Une agriculture sans paysans, c’est l’Eldorado pour la pétrochimie et l’industrie lourde, mais c’est le cauchemar pour les peuples et les biens communs.

La crise du coronavirus en annonce d’autres, et met en lumière toutes les vulnérabilités extravagantes de ce système industriel. Nous avons l’opportunité de réagir, non pas en stoppant la machine (ça c’est fait), mais en coordonnant et en accélérant une « transition » vers des systèmes alimentaires moins vulnérables et plus résilients aux chocs de toutes sortes. Presque aucun pays n’est épargné par ces menaces, puisque quasi tous ont choisi les mêmes voies techno-chimiques et économiques, les mêmes dépendances des transports au long cours.

Nous sommes nombreux à avoir annoncé les catastrophes alimentaires. Depuis la révolution industrielle des années 1960-1970, des mises en garde ont été documentées, des propositions de réorientation ont été faites, alors que les politiques agricoles, sous l’emprise des lobbies agro-industriels, n’ont cessé de poursuivre leur course folle dévastatrice des écosystèmes, de la santé et des emplois…

Ce que nous proposons, c’est d’ENGAGER D’URGENCE UNE GRANDE CONCERTATION CITOYENNE par échanges électroniques et visio-conférences, dans chaque région et chaque bassin de vie, visant à remailler le territoire avec des productions diversifiées, à proximité et au service des populations, et avec leur aide.

Nous avons besoin :

d’hectares soustraits à l’artificialisation et à l’appétit des acquéreurs fonciers ;
de formation des agriculteurs aux techniques simples de culture et d’élevage qui permettent de régénérer les sols, économiser l’eau, réduire la mécanisation, et boucler les cycles du carbone, de l’azote et du phosphore ;
d’outils de production agricole robustes et simples à fabriquer ;
de circuits raccourcis qui alimentent les populations et les usines de transformation, si possible locales.
C’est une question de bon sens, pas d’idéologie. Il y a urgence à faire l’inventaire des ressources et des besoins sur les territoires par des concertations régionales en commençant par les communes avec la collaboration des Maires et des associations locales :

Quels sont les lieux et les ressources comestibles disponibles aujourd’hui, les moyens de stockage et de distribution ?
Quels sont les lieux de formation pour les futurs paysans ?
Quelles sont les cultures et les surfaces allouées aux denrées de première nécessité ?
Quelles sont les surfaces à conserver de milieux naturels et d’infrastructures écologiques pour renforcer les populations et la diversité des pollinisateurs et des oiseaux prédateurs des ravageurs ?
Quels sont les moyens humains et matériels à mettre en œuvre dans chaque commune ?

Chaque municipalité ou intercommunalité peut faire l’inventaire de son territoire avec ses citoyens, selon une grille à co-élaborer, afin de cartographier la France, d’échanger et de s’entraider. Il s’agit de rendre les territoires efficients dans chaque région, en s’inspirant des meilleures solutions des uns et des autres.

La nourriture est le premier des besoins, or les systèmes alimentaires sont devenus majoritairement vulnérables et contre-productifs. L’agriculture est l’une des fonctions essentielles à la sécurité et au bien-être des communautés humaines, c’est le moment de lui redonner ses bases et son sens : c’est une question d’ordre public et de sécurité nationale.

Signataires :

Philippe Desbrosses : agriculteur et docteur en sciences de l’environnement
Dominique Bourg : philosophe, professeur honoraire, Université de Lausanne
Valérie Cabanes : juriste internationaliste
Françoise Laborde : sénatrice de la Haute-Garonne
Stéphane Linou : ancien conseiller général de l’Aude, auteur de Résilience alimentaire et sécurité nationale (2019)
Edgar Morin : sociologue
Christian Mouchet : Président de la Fondation pour le Progrès de l’Homme, agronome, professeur émérite Agrocampus Ouest
Coline Serreau : cinéaste, membre de l’académie des Arts
Pablo Servigne : ingénieur agronome et auteur
Julien Bayou : secrétaire national du groupe EELV
Sophie Swaton : Présidente de la Fondation Zoein, économiste et philosophe, Université de Lausanne
Maxence Layet: écrivain, éditeur de la revue Orbs l’autre Planète
Gilles-Eric Séralini : scientifique, professeur d’Université, spécialiste des O.G.M.
Delphine Batho : ancienne Ministre, députée des Deux-Sèvres, auteure de L’ Ecologie Intégrale
Benoît Biteau : paysan bio, agronome, député Européen EEVL
Corinne Lalo : journaliste indépendante d’investigation, auteure
Dr Dominique Eraud : phytothérapeute-nutritionniste, présidente de Solidarité-Homéopathie
Emmanuel Bailly : ingénieur auteur des tables d’indices de Souveraineté Alimentaire
Alexandre Boisson : expert sécurité civile, co-fondateur de SOS maires
Yannick Jadot : député Européen EELV
Jean-Marc Governatori : auteur, Écologie Politique
Corinne Lepage : ancienne ministre et députée Européenne, avocate
Charles et Perrine Hervé-Gruyer : fondateurs de la Ferme du Bec-Hellouin, auteurs Permaculture
Lucile Cornet-Vernet : parodontologue, fondatrice des Maisons de l’ARTÉMISIA
André-Jacques Holbecq : auteur, économiste, co-fondateur de SOS maires
Claude Aubert : agronome, écrivain, fondateur de Terre Vivante et Quatre Saisons du Jardinage
Boris Aubligine : paysan, fondateur d’Ethica Mondo MBA
Charles Kloboukoff : PDG du groupe Léa Nature
Michèle Rivasi : députée Européenne EELV
Samuel Lachaume : conseil en finance et territoire durables
Cyril Dion : co-fondateur du Mouvement des Colibris et co-réalisateur du Film Demain
Lionel Montoliu : fondateur de 0.6 Planet, docteur de Polytechnique, co-directeur du master Management de la Technologie et de l’Innovation
François Plassard : paysan Terre-Mer, ingénieur agronome, docteur en Economie, auteur ruralité
Monica Bassett : artiste peintre Internationale
Isabelle Champion-Poirette : présidente de Mille Variétés Anciennes
Olivier Roellinger : chef restaurateur de Cancale
Jean-Paul Jaud : cinéaste

Boostez la publication
Commentaires
Nice Ecologie
Commenter en tant que Nice Ecologie
 

” CE QUE FAIT L’EUROPE POUR PROTÉGER VOTRE SANTE ” à Nice le 25 février 2016 avec Michèle Rivasi Eurodéputée …

débat santé Nice

Nice 25 février 18h30

CE QUE FAIT L’EUROPE POUR PROTÉGER VOTRE SANTE

Conférence-débat en présence de :

Michèle Rivasi, députée européenne

Pr Alain Franco, professeur honoraire de médecine 

Dr Véronique Mondain, Centre Hospitalier Universitaire de Nice 

Max Bouvy, représentant d’usagers 

Info 04 96 11 52 91 ENTRÉE GRATUITE http://sudest.europarl.fr 

jeudi 25 février 2016
à 18h30
Théâtre de la Photographie et de l’Image

A Nice le 25 février au Théâtre de la Photographie et de l’Image : débat grands dossiers européens de ‪#‎santé‬ publique: médicaments, perturbateurs endocriniens…

25 février à ‪#‎Nice‬ débat grands dossiers européens de ‪#‎santé‬ publique: médicaments, perturbateurs endocriniens…
Ce que fait l’Europe pour protéger votre santé
à 18:30 au Théâtre de la Photographie et de l’Image – 27 Boulevard Dubouchage

sudest.europarl.fr
INSCRIPTIONS SUR NOTRE SITE INTERNET : http://sudest.europarl.fr/…/ac…/nos_activites/sante2016.html

Que fait l’Europe pour contrôler les perturbateurs endocriniens, substances chimiques qui peuvent interférer avec le fonctionnement de notre système endocrinien et induire des effets néfastes sur notre organisme ou celui de nos descendants? Quid de l’usage des antibiotiques auxquels nous devenons résistants et comment remédier à ce risque ? Comment mieux appréhender la vaccination?

En 2014, le Parlement européen a approuvé des procédures de surveillance et de certification plus strictes pour garantir la sécurité et la traçabilité des dispositifs médicaux comme les implants mammaires ou les prothèses de hanche. Quel est l’état de cette règlementation aujourd’hui? Sur ce dossier comme celui des médicaments, comment concilier les demandes d’informations des patients avec celles de diminution des procédures par les industriels? L’innovation bénéficie-t-elle vraiment à tous?

Autant de questions et bien d’autres que vous pourrez poser directement aux orateurs de ce débat.

Avec la participation et les réponses de:

– Michèle Rivasi, députée européenne, membre titulaire de la commission parlementaire “Environnement, santé publique et sécurité alimentaire” et membre suppléante de la commission parlementaire “Industrie, recherche et énergie”, Groupe des Verts/Alliance libre européenne

– Dr Véronique Mondain, praticien hospitalier dans le service d’infectiologie du Centre hospitalier universitaire de Nice

– Max Bouvy, représentant d’une association d’usagers, administrateur de l’Association Valentin Hauy au service des aveugles

Entrée libre/gratuite

Le Bureau d’information du Parlement européen à Marseille organise ce débat citoyen sur la santé en partenariat avec la ville de Nice, la Métropole Nice-Côte d’Azur, le Centre Europe Direct de Puget-Théniers

Programme

– 18h00 – 18h30 : Accueil et enregistrement des participants

– 18h30 – 20h00 : Débat citoyen

– 20h00 – 21h00 : Échanges informels autour du verre de l’amitié

Date: Jeudi 25 février 2016 à 18h30

Adresse: Théâtre de la Photographie et de l’Image – 27 Boulevard Dubouchage à Nice.

Tramway arrêt Jean médecin

Plus d’informations au 04 96 11 52 91

» Belle et heureuse année 2014 ! Avec tous mes voeux de Paix, de santé, de justice, d’écologie, de solidarité, de fraternité, de liberté, et avec une déclinaison dans ce sens à Nice … on peut rêver ! NON ? » Dr André MINETTO

Happy-New-Year-2015-With-Flowers-hd-wallpaper-950x534

 » Belle et heureuse année 2014 ! Avec tous mes voeux de Paix, de santé, de justice, d’écologie, de solidarité, de fraternité, de liberté, et avec une déclinaison dans ce sens à Nice … on peut rêver ! NON ? » Dr André MINETTO

La prévention on en parle de plus en plus mais on en fait de moins en moins ! Communiqué de la Société française de santé publique: “Priorité à la prévention : – 14 % !”

page1image408

Communiqué de presse

Priorité à la prévention : – 14 % !

Les crédits du ministère de la santé consacrés à la prévention sont en baisse de plus de 14% dans le projet de budget pour 2014. Ils passent ainsi de 140 à 120 millions d’euros, à comparer aux plus de 250 milliards d’euros consacrés aux soins… Et cela, alors même que la Stratégie nationale de santé que le gouvernement vient d’adopter affirme solennellement « Faire le choix de la prévention et agir tôt et fortement sur tout ce qui a une influence sur notre santé » !

” Plus précisément, cette baisse de 20 millions du montant de l’enveloppe « prévention » signifie une diminution de 11% en moyenne des crédits affectés aux actions régionales et locales, via les ARS. Et un effondrement de 30% des sommes à la disposition de la DGS (Direction générale de la santé) pour les actions de portée nationale.

Même s’il existe une possibilité théorique de financement d’actions de prévention par des crédits des Fonds d’intervention régionaux (FIR), la situation financière des hôpitaux et les besoins qui en découlent laissent peu d’illusions sur la possibilité de compenser les baisses annoncées.

Cette diminution est d’autant plus préoccupante que tous les secteurs ou presque de la prévention sanitaire sont en difficulté : la médecine du travail, dont les moyens et l’autonomie sont menacés, la santé scolaire, dont les équipes doivent suivre de plus en plus d’élèves, la PMI, confrontée à l’explosion des charges qui pèsent sur les Départements, etc.

La baisse des crédits de prévention du ministère de la santé, en faisant une nouvelle fois de la prévention une variable d’ajustement budgétaire, adresse un signal peu compatible avec l’ambition affichée par la feuille de route de la Stratégie nationale de santé de « Réduire les inégalités sociales et géographiques de santé, diminuer la mortalité prématurée et améliorer l’espérance de vie en bonne santé ». On sait pourtant que si notre pays a dans l’ensemble de bons indicateurs de santé, les disparités, les inégalités sociales y sont très importantes.

Or, ce sont notamment les interventions de proximité menées auprès des publics les plus en difficulté par des associations insérées dans le tissu local qui pâtiront les premières de la baisse des subventions. Au détriment des personnes les plus fragiles, bien sûr, mais aussi de ce tissu associatif qui porte une grande part des actions menées en prévention et promotion de la santé dans une précarité toujours plus grande, alors que sa vitalité est une des conditions de réussite de la stratégie nationale de santé.

Quand on a déjà un budget calculé au plus juste, une baisse de 10 ou 15% peut se révéler insurmontable. Or, une association qui disparaît, une Instance régionale d’éducation et de promotion de la santé qui ferme (comme cela vient de se produire en Languedoc-Roussillon), ce sont des actions désormais impossibles et au-delà, des compétences, une expérience acquises au fil de longues années de pratique qui disparaissent irrémédiablement…

La SFSP est consciente des difficultés économiques que traverse notre pays. Elle est d’autant plus convaincue que des arbitrages doivent être rendus pour prioriser effectivement l’effort de prévention dans le champ de la santé et plus généralement dans l’ensemble des secteurs qui ont un impact sur la santé comme le logement, l’éducation ou l’action sociale. Dans l’immédiat, il importe que le budget de prévention du ministère de la santé retrouve son niveau de 2013, voire évolue parallèlement à l’ensemble des dépenses de santé.

La SFSP rappelle enfin son engagement et celui de tous les acteurs concernés pour renforcer la pertinence, la qualité et l’efficience des actions de prévention menées en France. ”

Contact

Société française de santé publique

: 03.83.44.39.17 – Fax : 03.83.44.37.76 Email : accueil@sfsp.info

” Santé : 40 propositions pour améliorer l’accès au soins des plus démunis ” Communiqué de la sénatrice écologiste Aline ARCHIMBAUD ( EELV – Europe Ecologie Les Verts )

> Consulter le dossier de presse (Pdf)

Dossier_de_presse_acces_aux_soins_des_plus_demunis

.

L’accès aux soins est devenu un véritable parcours du combattant pour les populations les plus vulnérables. Refus de soins, renoncement aux soins, complexité administrative… les obstacles à l’accès aux soins sont devenus légions et sont en totale contradiction avec l’esprit et le texte de la loi de 1999 qui avait créé la Couverture maladie universelle (CMU). C’est aussi un gouffre financier pour le système de santé, tout retard dans les soins apportés entraînant un surcoût des dépenses de santé.

Face à ce constat alarmant, la sénatrice écologiste Aline Archimbaud s’était vue confier en mars une mission parlementaire par le Premier ministre afin d’améliorer l’accès aux soins des plus démunis.

Après 230 auditions d’acteurs de la santé, d’assurés sociaux, d’associations de lutte contre l’exclusion et d’élus à travers la France, Aline Archimbaud a élaboré 40 propositions rendues aujourd’hui au Premier ministre.

Parmi ces mesures figurent notamment la généralisation du tiers-payant, la simplification administrative, la nécessité de développer les dispositifs de prévention ou encore la lutte contre les dépassements d’honoraires. Certaines de ces propositions ont été intégrées à la stratégie nationale de santé, d’autres ont vocation à être reprises dans le cadre du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS), dans le suivi du plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et dans la future loi de santé publique.

Cette mission parlementaire avait pour vocation de répondre au fait que de très nombreuses personnes en situation précaire ne recourent pas ou ne parviennent pas à faire valoir leurs droits à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS), à la CMU-C et à l’aide médicale d’Etat (AME). Sur 4,7 millions de personnes éligibles à la CMU-C, seules 4 millions d’entre elles ont fait valoir leurs droits. Pour l’ACS, entre 2,6 et 3,7 millions de personnes y ont droit mais un tiers seulement a pu en bénéficier in fine.

Europe Écologie Les Verts se félicite qu’Aline Archimbaud, élue de Seine-Saint-Denis, un territoire particulièrement frappé par les difficultés et les inégalités d’accès aux soins, puisse porter auprès du Premier Ministre ces 40 propositions. EELV soutiendra tous les efforts visant à leur mise en œuvre, dans les meilleurs délais.

> Consulter le dossier de presse (Pdf)

@@@@&


Le site : RES

” Le comité de 7 “hautes personnalités du monde de la santé et de la recherche”, nommé par la Ministre de la Santé pour définir un « Projet global pour la Stratégie Nationale de Santé », vient de rendre son rapport. En février 2013, le premier ministre avait fixé l’enjeu en affirmant : « la politique sanitaire ne se résume pas à l’offre de soins… L’état de santé d’une population dépend aussi de la prévention des maladies et de l’éducation à la santé. Or la France ne consacre que 2 % de ses dépenses de santé à la prévention »1.

Le texte, bien qu’intitulé « pour un projet global », n’a pas répondu à cette commande. On cherche en vain dans le constat une indication sur la situation sanitaire de la France. Aucune référence n’est faite à l’épidémie de maladies chroniques si ce n’est au travers de la prise en charge par un parcours de soins coordonné. Le texte débouche sur 19 recommandations et 8 chantiers prioritaires, tous ciblés sur l‘organisation du système de soins. Même le volet recherche ne comprend aucun paragraphe sur les causes des maladies.

Les rédacteurs vivent-ils en vase clos ? N’ont-ils jamais entendu parler de la déclaration de New York voté à l’unanimité par l’Assemblée Générale de l’ONU en septembre 2011 qui affirmait « que le fardeau et la menace que les maladies non transmissibles représentent à l’échelle mondiale constituent l’un des principaux défis pour le développement au XXIe siècle »2 ? Ont-ils suivi l’actualité autour de l’interdiction du bisphénol A et de la Stratégie Nationale sur les Perturbateurs Endocriniens (SNPE) ? Connaissent-ils seulement la déclaration de Paris de Mai 2012 issu du colloque international « Programmation Prénatale et Toxicité » affirmant l’état de la science aujourd’hui :

« Beaucoup des grandes maladies – et des atteintes fonctionnelles – dont la prévalence a augmenté substantiellement au cours des 40 dernières années apparaissent être liées pour partie à des facteurs de développement consécutifs à des déséquilibres nutritionnels ou des expositions environnementales aux substances chimiques : obésité, diabète, hypertension, maladies cardio-vasculaires, asthme et allergies, maladies immunes et auto-immunes, maladies neuro-développementales et neuro-dégénératives, puberté précoce et infertilité, certains types de cancer, ostéoporose, dépression, schizophrénie et sarcopénie »3.

« Il est temps, il est urgent d’agir » avait affirmé le premier ministre en précisant que cette Stratégie Nationale de Santé servirait à préparer la loi de santé publique soumise au Parlement en 2014. Le texte remis à la Ministre de la Santé repose sur une vision dépassée des enjeux de santé. Il ne peut fournir le matériau nécessaire à l’élaboration d’une telle loi.

Il est encore temps de revoir la copie et d’organiser une véritable consultation sur la crise sanitaire et sur les moyens d’y faire face, en agissant sur ses causes et en organisant le soin en conséquence. Cette crise sanitaire fait imploser notre système de santé. Il est temps d’avoir une réflexion globale pour engager la 2ème révolution de santé publique.

1. http://www.gouvernement.fr/sites/default/files/interventions/02.08_discours_de_jean-marc_ayrault_premier_ministre_-_strategie_nationale_de_sante.pdf
2. http://www.who.int/nmh/events/un_ncd_summit2011/fr/index.html
3. http://www.ehjournal.net/content/pdf/1476-069X-11-42.pdf

RÉSEAU ENVIRONNEMENT SANTE
148 rue faubourg Saint-Denis 75010 Paris
http://www.reseau-environnement-sante.fr