La politique: “une affaire de conscience et de liberté” pour Marielle de Sarnez.

Marielle de Sarnez, compagnon de route de François Bayrou, a écrit son journal de campagne, avant de se lancer dans la bataille des élections à Paris. “Féminin singulier”, est le titre de son ouvrage. ((/images/M DE Sarnez 1 .jpg))

“La politique, dit-elle, est affaire de conscience. Et de liberté.”%%% Marielle de Sarnez fait partie de ces femmes qui n’entendent brader ni l’une ni l’autre. Elle est une femme qui dérange. Cette singularité, elle l’assume, jusqu’à en faire le titre de son “journal”. Elle dit aimer les îles, notamment les îles grecques. Ce n’est pas étonnant : elle en possède la luminosité et cet esprit particulier propre à ceux qui, de leur promontoire, scrutent la ligne d’horizon.%%% A ses yeux, la politique est aussi question de confiance. Elle n’accorde la sienne qu’avec parcimonie.%%% Avec François Bayrou, elle est totale, parce que ces deux-là, en dépit de leurs origines différentes, se reconnaissent. Elle se voit en lui, il se retrouve en elle. Il n’est guère d’exemples dans la vie politique d’une telle complémentarité.%%% [http://www.lemonde.fr/livres/article/2008/02/25/marielle-de-sarnez-une-femme-qui-derange_1015408_3260.html|http://www.lemonde.fr/livres/article/2008/02/25/marielle-de-sarnez-une-femme-qui-derange_1015408_3260.html|fr]