» L’admission de la Palestine à l’ONU doit être une étape vers la reprise des négociations israélo-palestiniennes  » J CALL, le réseau juif européen pour Israël et pour la paix

Je pense que l’utilisation du potentiel judiciaire de l’ONU est une carte à jouer par la Palestine pour empêcher toute tentative de massacrer à nouveau des Palestiniens, ou des personnes qui veulent les aider ( souvenons-nous notamment du jeune homme assassiné lors de l’acte de piraterie maritime, dans leur détresse créée par le blocus scandaleux du gouvernement israélien. Je rappelle que Gaza est une prison à ciel ouvert où sont enfermés un million et demi de personnes sur la surface d’Andorre et que la Cisjordanie est réduite à 20% de son territoire par la colonisation israélienne. A un moment il faut que l’Union Européenne dise BASTA ! Vous pouvez (re)lire mes articles du : 1er juillet 2010, rubrique  » Démocratie – Droits de l’Homme  » __ » Acte de piraterie israélien contre la flottille humanitaire (suite), rapports d’autopsie accablants pour Israël : les corps des bénévoles turcs ont été criblés de balles__ « %%% Le début de l’article : ((/images/victime_10_fcecc-900d9.jpg)) __Furkan Dogan, lycéen de 19 ans, disposant également de la nationalité américaine, a été touché par cinq balles, dont deux à la tête, selon le rapport. Une balle a été tirée à bout portant contre son visage. Son corps présente deux autres impacts : à la nuque et dans le dos.__ du 2 juin 2010, rubrique « Géostratégie  »  » __Israël, un massacre de trop ? Qui a intérêt à entretenir un état de guerre permanent, une occupation qui n’ose s’avouer, et donc une réplique terroriste ? UNE GRAVE ERREUR GÉOSTRATÉGIQUE ! « __ du 2 juin 2010, rubrique  » Démocratie – Droits de l’Homme  »  » __Massacre de militants humanitaires de la flottille de la Paix pour GAZA : témoignage d’un Français, universitaire, Thomas Sommer-Houdeville, avant l’acte de piraterie maritime__  » Le communiqué de J Call dont je ne partage pas tout le contenu : VERSION FRANÇAISE / FRENCH VERSION : JCall, le réseau juif européen pour Israël et pour la paix, prend acte de l’admission de la Palestine au sein des Nations Unies en tant qu’Etat non membre observateur. Face au blocage des négociations israélo-palestiniennes, un grand nombre de pays, dont certains comptent parmi les amis les plus fidèles d’Israël, se sont résolus à soutenir la démarche des Palestiniens qui, si elle est unilatérale, répond à une aspiration légitime : leur droit à un Etat souverain et viable.

JCall considère depuis toujours que la seule solution pour parvenir à la paix est la négociation directe entre Israéliens et Palestiniens. Néanmoins, l’admission de la Palestine à l’ONU crée une situation nouvelle. Elle doit être exploitée de manière positive. Tout d’abord, la solution à deux Etats, qui seule peut mettre fin au conflit, s’en trouve renforcée puisqu’elle acquiert une reconnaissance internationale. C’est une défaite pour ceux qui, dans chaque camp, nient les droits de l’autre peuple à l’autodétermination, y compris pour ceux qui nient la légitimité de l’Etat d’Israël Ensuite, il s’agit d’un succès politique pour les modérés palestiniens et, en premier lieu, pour Mahmoud Abbas qui a clairement renoncé à la violence et exprimé à plusieurs reprises sa volonté d’établir un Etat palestinien à côté, et non à la place, d’Israël. Au demeurant, JCall considère que ce nouveau statut crée de nouvelles obligations pour la partie palestinienne : premièrement, rétablir son autorité sur la bande de Gaza pour mettre fin aux tirs de roquettes qui n’ont pas cessé depuis l’évacuation de ce territoire en 2005 et, deuxièmement, accepter de reprendre les négociations avec Israël sans conditions préalables. En ce sens, JCall appelle les Palestiniens à s’abstenir de toute tentation de judiciariser le conflit : une mise en cause de l’État d’Israël ou de ses dirigeants devant la Cour Pénale Internationale anéantirait toute tentative de négociation. De même, JCall appelle le gouvernement israélien à ne pas utiliser l’admission de la Palestine à l’ONU comme un prétexte pour sanctionner financièrement l’Autorité Palestinienne ni pour poursuivre la politique d’extension des implantations en Cisjordanie. Les mesures de ce type renforcent inévitablement tous ceux qui, partout dans le monde, présentent Israël comme le seul responsable de la prolongation du conflit. La poursuite de l’occupation, en particulier, est à l’origine de l’isolement international croissant d’Israël et explique pour une large part le soutien de nombreux Etats à la démarche palestinienne à l’ONU. JCall espère enfin que l’admission de la Palestine à l’ONU n’est que la première étape vers la reprise du dialogue entre Israéliens et Palestiniens. Les paramètres de résolution du conflit sont connus de tous : création d’un Etat palestinien sur la base des lignes de 1967 avec échanges de territoires mutuellement consentis, solution négociée à la question des réfugiés. C’est aux dirigeants politiques israéliens et palestiniens de se montrer à la hauteur des aspirations de leurs peuples à la paix. Le Président Abbas a déclaré vouloir reprendre les négociations dès la séquence onusienne terminée. Lors de sa récente visite à Paris, le Premier ministre Netanyahou s’est déclaré prêt à les reprendre « aujourd’hui ». Il est urgent que tous deux tiennent parole. Le Bureau européen de JCall JCall, le réseau juif européen pour Israël et pour la paix, est une initiative de citoyens juifs européens favorables à la solution « 2 Etats pour 2 Peuples ». Profondément attachés à l’existence et à la sécurité d’Israël, ils voient dans la poursuite de l’occupation en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est une menace pour l’identité de cet Etat. Ils sont à l’origine de l’Appel à la Raison lancé au Parlement Européen le 3 mai 2010 et signé depuis par près de 8000 personnes dont Daniel Cohn-Bendit, Alain Finkielkraut, Bernard Henri Lévy, (…). Voir le texte de l’appel et la liste complète des signataires sur notre site : http://www.jcall.eu JCall France – Web : http://www.jcall.eu – Facebook : page « JCall » ENGLISH VERSION / VERSION ANGLAISE : JCall, the pro-Israel, pro peace European network, takes note of the United Nations General Assembly’s decision to upgrade the Palestinian Authority’s status to a non-member observer state. Because negotiations between Israelis and Palestinians have stalled, a large number of countries, among which some of Israel’s long term allies, have resolved to back the Palestinians’ UN bid which, although unilateral, is rooted in a legitimate claim: the Palestinians’ right to a sovereign and viable state. JCall remains convinced that the only way to peace is direct negotiation between Israel and the Palestinians. The Palestinian Authority’s upgraded status creates a new situation which must exploited in a positive way. First, the two-state solution, which alone can end the conflict, gains international recognition and is therefore strengthened. It is a defeat for those who, on each side, deny the other people’s right to self determination, including those who attack Israel’s legitimacy. Second, it is a political success for the moderates on the Palestinian side and first of all for President Abbas who has clearly chosen to abandon violent means of action and several times expressed his will to establish a Palestinian state next to, and not in the place of, Israel. JCall nonetheless considers that the upgraded status gives the Palestinian Authority new obligations: to re-establish its authority over Gaza and to end the rocket attacks on Israel which have not ceased since 2005 when the strip was evacuated; and to accept to resume negotiations with Israel without pre-conditions. JCall therefore calls upon the Palestinians to refrain from any attempt to take the conflict to the courts: any legal action against the state of Israel or its leaders at the International Criminal Court would destroy the very possibility of negotiation. All the same, JCall calls upon the Israeli government not to use the Palestinian UN bid as a pretext either to take financial retaliatory measures against the Palestinian Authority or to pursue settlement policy. Such measures inevitably strengthen those who, around the world, picture Israel as sole responsible for the continuation of the conflict. In particular, the settlement policy is the main reason why Israel finds itself increasingly isolated on the diplomatic front and is key to understanding why a large number of countries have supported the Palestinian UN bid. JCall hopes the Palestinian Authority’s upgraded status is but a step towards Palestinian-Israeli negotiations. The parameters to end the conflict are known to all: the creation of a Palestinian state within the 1967 borders with mutually agreed land swaps and a negotiated solution to the issue of refugees. It is up to Israeli as well as Palestinian leaders to rise to the challenge and fulfil their peoples’ aspirations for peace. President Abbas claims he would be willing to resume negotiations after the General Assembly’s vote. During his last official visit to Paris, Prime Minister Netanyahu said he was ready to resume negotiations “today”. It is urgent they both hold their word. The JCall European board JCall, le réseau juif européen pour Israël et pour la paix, est une initiative de citoyens juifs européens favorables à la solution « 2 Etats pour 2 Peuples ». Profondément attachés à l’existence et à la sécurité d’Israël, ils voient dans la poursuite de l’occupation en Cisjordanie et dans les quartiers arabes de Jérusalem Est une menace pour l’identité de cet Etat. Ils sont à l’origine de l’Appel à la Raison lancé au Parlement Européen le 3 mai 2010 et signé depuis par près de 8000 personnes dont Daniel Cohn-Bendit, Alain Finkielkraut, Bernard Henri Lévy, (…). Voir le texte de l’appel et la liste complète des signataires sur notre site : http://www.jcall.eu JCall France – Web : http://www.jcall.eu – Facebook : page « JCall »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *