La crise financière vue de Hongrie, d’Autriche du Royaume Uni ou d’Allemagne et ses conséquences graves et inattendues: risque de faillite de certains états, Hongrie, Ukraine, Islande … ou retour du fascisme, aggravation du populisme …

((/images/Unknown.jpg))%%%  » Aide financière pour la Hongrie et l’Ukraine%%% Le Fonds monétaire international (FMI) a accordé un crédit de plusieurs milliards à la Hongrie et à l’Ukraine afin que l’économie des deux pays se stabilise dans la crise financière qui se poursuit. La presse européenne se demande quelles seront les conséquences de cette aide sur ces jeunes démocraties d’Europe centrale et orientale. %%% __Magyar Nemzet – Hongrie__%%% __Itt az IMF-kormány__%%% [http://www.mno.hu/portal/593863|http://www.mno.hu/portal/593863|fr] %%% Le journal conservateur Magyar Nemzet craint que le FMI ne reprenne à l’avenir les affaires du gouvernement hongrois. « Le Fonds monétaire international préside désormais au destin du pays. Le gouvernement [du Premier ministre Ferenc] Gyurcsány continuera à diriger l’Etat tel une marionnette. … Notre véritable Premier ministre sera à l’avenir Dominique Strauss-Kahn, lequel a récemment manqué de se faire évincer de la direction du FMI en raison d’une histoire amoureuse. %%%

Cette aventure pourrait même tourner à notre avantage. La maîtresse du président du FMI étant en effet d’origine hongroise, celui-ci a certainement dû apprendre des choses sur notre pays par son intermédiaire. … Nos pires cauchemars [deviennent toutefois] réalité. Nous avons en tout cas perdu notre indépendance économique, comme l’a récemment indiqué le chef de l’opposition, Viktor Orbán. Et si nous devions entendre à l’avenir qu’il nous faut entreprendre toujours plus de mesures de restrictions en raison de l’aide du FMI, il faudra se rappeler de cette curiosité historique : le fait que la Hongrie est le seul pays de l’UE à être une colonie du Fonds monétaire international. » (29.10.2008) %%% __Der Standard – Autriche__%%% __Finanzkrise in Ungarn: Teurer Kredit für Budapest__%%% [http://derstandard.at/?url=/?id=1224776579366|http://derstandard.at/?url=/?id=1224776579366|fr] %%% La Hongrie réduit massivement ses dépenses sociales pour obtenir un crédit auprès du FMI. Le quotidien Der Standard s’étonne de cette mesure inhabituelle pour sortir de la crise financière : « Tandis que des gouvernements élaborent partout dans le monde d’importants paquets de mesures conjoncturelles, la Hongrie prend le chemin inverse. Des mesures de restriction ont été proposées, avec comme devise « moins d’Etat ». La dette publique élevée est accusée de tous les maux. Le problème, c’est que seuls les économistes prennent la parole. … La question de savoir si le social est justifié n’est pas vraiment posée. Qui veut bloquer un crédit du FMI en période de crise ? Dans la crise actuelle, en Hongrie comme ailleurs, ce qui semblait impossible auparavant peut se produire en l’espace de quelques jours, et presque sans débats politiques. Et cela mérite au moins autant de considération que la crise financière elle-même. » %%% __The Independent – Royaume-Uni__%%% __Leading article: Hungary is the next test for the EU__%%% [http://www.independent.co.uk/opinion/leading-articles/leading-article-hungary-is-the-next-test-for-the-eu-976794.html|http://www.independent.co.uk/opinion/leading-articles/leading-article-hungary-is-the-next-test-for-the-eu-976794.html|fr] %%% Après son intervention dans la crise financière, l’Union européenne doit désormais mettre un terme à la crise de confiance dans les économies nationales de ses plus petits Etats membres, écrit le quotidien progressiste The Independent. « La Hongrie pourrait être le premier pays d’une longue série à être confronté à une telle crise. Les emprunts roumains sont en baisse et les Etats baltes semblent vulnérables. Le FMI va définir les conditions d’un plan de sauvetage mais l’UE devra également jouer un rôle important. Il faudra probablement augmenter les transferts financiers grâce au budget de développement et assouplir les règles pour les déficits budgétaires. Il faudrait également envisager un abaissement du taux d’intérêt par la Banque centrale européenne. A court terme, le principal défi sera d’empêcher que les Etats membres ne courent à la faillite. Mais à long terme, l’UE doit leur demander de rééquilibrer leur économie et d’être moins dépendants des crédits pour financer la croissance. »%%% __Süddeutsche Zeitung – Allemagne__%%% __Privatbanken wollen sich doch retten lassen__%%% [http://www.sueddeutsche.de/|http://www.sueddeutsche.de/|fr] %%% Le quotidien Süddeutsche Zeitung craint que la crise financière ne mette en péril les jeunes démocraties d’Europe de l’Est. « Les pessimistes parlent déjà de la menace d’une faillite de l’Etat en Ukraine ou en Hongrie qu’il conviendrait d’éviter. … Depuis la chute du Mur [de Berlin] et l’ouverture de l’UE à l’Est, l’évolution de l’Europe centrale et orientale était considérée comme une réussite. … Car de faibles taux d’intérêt, des taux d’investissement élevés et un niveau de vie en hausse contribuaient dans cette région à un essor qui s’effectuait quasi de lui-même. Il apparaît désormais que cette réussite, du mois dans certains Etats, était bâtie sur du sable – une vie à crédit entretenue par de mauvais prêts. Il manque des réformes, des banques centrales fortes et des bureaucraties efficaces. Dans de nombreuses jeunes démocraties, les électeurs ont de toute façon perdu leurs illusions. Si les coupes nécessaires et une politique de restriction radicale étaient aujourd’hui imposées, cela pourrait favoriser un essor d’un tout autre type: la progression du nombre des populistes et des anti-européens. » « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *