Intervention de HEAL (Health and Environment Alliance -Alliance pour l’Environnement et la Santé) à la déclaration finale de la conférence de l’OMS à Parme (10-12 mars 2010)

((/images/cover_comics_strip.jpg)) ((/images/LOGO_RES-120.JPG.jpeg)) La conférence de l’OMS à Parme s’intitulait : « Protéger la santé des enfants dans un environnement en mutation » « En tant que HEAL, regroupement de plus de 60 ONG européennes, nous apportons notre soutien à la déclaration de Parme ( [http://www.euro.who.int/document/CEH/parma_eh_conf_fdoc051rev2.pdf|http://www.euro.who.int/document/CEH/parma_eh_conf_fdoc05-1rev2.pdf|fr] ) et aux propositions institutionnelles. Nous tenons à saluer les conditions qui nous ont permis d’apporter notre contribution et notre expertise au travail préparatoire. Ces conférences santé-environnement ont eu un rôle majeur depuis 20 ans pour amener les gouvernements à se doter d’une politique dans ce domaine et à faire en sorte que chaque citoyen européen soit plus conscient de ces enjeux. Mais, malgré tous ces efforts, nous devons constater que les maladies chroniques, dont nous savons qu’elles sont majoritairement d’origine environnementale, continuent de progresser. Il n’y a pas un seul pays européen où ont régressé le cancer ou le diabète, pour ne citer que les plus importantes de ces maladies chroniques. Le fait que le cancer de l’enfant progresse montre bien que c’est l’environnement actuel qui est en cause. Relever ce défi de la croissance des maladies chroniques devrait être dès maintenant notre objectif, mais pour atteindre cet objectif, il nous faut changer de paradigme : il faut considérer que la crise sanitaire est une crise écologique de même importance que la crise climatique. Un exemple de la nécessité de changer ce paradigme, c’est de prendre enfin en considération les risques émergents comme les perturbateurs endocriniens. Il existe une masse de données scientifiques suffisantes pour considérer que ces perturbateurs endocriniens sont fortement impliqués dans la croissance des maladies chroniques. Nous souhaitons que ce soit un thème central de la prochaine conférence ». André Cicolella, Porte-Parole du RES, membre de HEAL (Health and Environment Alliance -Alliance pour l’Environnement et la Santé).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *