Interdiction du Bisphénol A ( suite !! ), on avance mais trop lentement ! Ah le coup des « expertises robustes » pour retarder les choses !! On a mis un siècle pour ouvrir les yeux sur l’amiante, en France, … alors

COMMUNIQUE DU RESEAU ENVIRONNEMENT SANTE ((/images/LOGO_RES-120.JPG.jpeg)) [http://www.reseau-environnement-sante.fr/|http://www.reseau-environnement-sante.fr/|fr]  » __Loi Bisphénol A : vote renvoyé au 23 Juin.__ Les députés ont débattu de la proposition de loi votée par le Sénat d’interdiction du bisphénol A (BPA) dans les biberons. A la demande du gouvernement, représenté par la Secrétaire d’Etat Valérie Létard, le vote a été reporté au 23 Juin après la séance de questions des députés. %%% __Néanmoins, le débat permet de se faire une idée de l’issue du vote, dans la mesure où l’amendement présenté par le député PS Gérard Bapt (qui demandait une interdiction dans les contenants alimentaires , avec mise en oeuvre au 1/1/12) n’est retenu ni par le rapporteur UMP Jacques Domergue, ni par le gouvernement.__ La Secrétaire d’Etat s’est cependant engagée à faire un rapport au Parlement sur le sujet en janvier prochain et à prendre alors des décisions au regard des rapports attendus d’ici là : Inserm (à l’automne), AFSSA (sur l’exposition des Français), Agence européenne EFSA (juillet ), OMS (Octobre) et FDA aux Etats Unis. __On ne peut que noter avec satisfaction que la position du gouvernement n’est plus celle défendue il y a un an encore par Roselyne Bachelot et l’AFSSA sur l’INEXISTENCE du risque.__ %%% Aujourd’hui le risque pour la santé de l’enfant est bien identifié, __mais le gouvernement hésite de façon incompréhensible à prendre une décision qui a déjà été prise pourtant par plusieurs Etats américains __(*)__, le Danemark ou le Costa Rica. « __ __(*)__ aux USA et au Canada

En effet, ni la Secrétaire d’Etat, ni le rapporteur, n’ont répondu à la question de la cohérence du projet de loi : il est en effet absurde de vouloir protéger les nourrissons nourris via les biberons et de ne pas se préoccuper des nourrissons nourris au lait maternel ou au lait maternisé, alors que l’AFSSA reconnaît elle-même qu’ils sont en moyenne 10 et 20 fois plus contaminés. L’argument de la toxicité des produits de substitution ne tient pas non plus, car ceux-ci sont déjà commercialisés aux Etats Unis . La meilleure façon d’éviter de contaminer le lait maternel est donc d’éviter la contamination maternelle. Ceci aura aussi pour effet de protéger le foetus, ce qui est le problème majeur. L’argument avancé par le rapporteur de l’absence de données chez l’homme n’est pas plus recevable. Les données animales sont une très bonne indication de la toxicité chez l’homme et elles sont toutes convergentes, à l’exception d’une poignée d’études publiées par l’industrie chimique. C’est bien par l’expérimentation animale que l’on teste les médicaments. La Secrétaire d’Etat a annoncé que le Ministère de la Santé publiera en juillet une plaquette à destination des femmes enceintes pour éviter l’exposition au BPA, ce qui est aussi la reconnaissance de la réalité du problème. Ceci étant, c’est bien d ‘informer les femmes enceintes, mais c’est encore mieux d’éviter qu’elles ne soient contaminées, car toutes ne seront pas informées du risque et les plus à risque seront les moins favorisées. . Le RES va continuer sa campagne avec toutes les associations et les professionnels de santé qui considèrent que mettre fin à la contamination de la quasi-totalité des foetus par une substance toxique comme le Bisphénol A est aujourd’hui une mesure de protection de la santé publique urgente.  » RESEAU ENVIRONNEMENT SANTE 32 Rue de Paradis 75010 Paris Porte-parole : André Cicolella 06 35 57 16 82 Coordination : Soléane Duplan 06 70 07 84 87 Et le communiqué de l’AFP%%%  » PARIS, 17 juin 2010 (AFP) – Le gouvernement a proposé le report à 2011 d’un débat sur l’interdiction totale du bisphénol A ailleurs que dans les biberons, jeudi, à l’Assemblée lors de l’examen d’une proposition de loi « tendant à suspendre la commercialisation de biberons produits à base de bisphénol ». La secrétaire d’Etat à l’Environnement, Valérie Létard, a rappelé que l’interdiction du bisphénol A dans les biberons était déjà prévue dans le Grenelle 2 de l’Environnement. Elle a estimé qu' »aller au-delà de ces dispositions ne serait pas justifié à ce stade », dans l’attente « d’expertises robustes ». « Le gouvernement s’engage à revenir vers vous en janvier 2011, pour vous rendre compte du résultat de l’ensemble des travaux » sur le bisphénol, a-t-elle déclaré aux députés. « La suspension de l’utilisation de biberons à base de bisphénol A est une avancée qui mérite d’être saluée, mais il est nécessaire d’aller beaucoup plus loin », estime pour sa part le rapporteur Gérard Bapt (PS). Il souhaitait faire interdire à partir du 1er janvier 2012 tous les « contenants alimentaires » produits à base de bisphénol A. Pédiatre et députée UMP, Edwige Antier a été alarmiste en commission : « En tant que pédiatre, je vois de plus en plus de petits garçons naître avec un sexe très petit, mal formé, qui nécessitera ultérieurement une opération, ou une ectopie testiculaire. Je vois aussi des petites filles qui ont, à deux ans, des seins de fille de quatorze ans ». « La baisse de la fertilité masculine ne concerne pas que les pays occidentaux. On l’observe également en Chine, où les travailleurs sont très exposés au bisphénol A. Ce dernier pourrait également être incriminé, semble-t-il, dans l’augmentation des problèmes de thyroïde », avait ajouté la députée PS Catherine Lemorton (pharmacienne). Formellement, le vote de la PPL interviendra mercredi 23 mai et sera rejetée. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *