Hélène FLAUTRE, eurodéputée et Co-Presidente de la délégation UE-Turquie au Parlement européen, interpelle les autorités turques et apporte son soutien aux manifestants d’Istanbul

Après avoir transmis une lettre au Ministre turc de l’Intérieur pour protester contre les violences et demander une enquête indépendante, Hélène Flautre a envoyé vendredi 31 mai un message de soutien aux manifestants du parc Gezi. Voici le message de soutien envoyé par Hélène Flautre, présidente de la délégation UE-Turquie du Parlement européen, aux manifestants du parc Gezi.  » Chers amis, Je souhaite exprimer mes meilleurs vœux de rétablissement aux blessés, anonymes ou célèbres, qui ont courageusement soutenu sur place le mouvement de protection du Gezi Park. Malgré la distance je souhaite vous affirmer de tout mon cœur mon profond soutien à votre cause : le droit de manifester pacifiquement, la protection du dernier poumon de Taksim et plus généralement la nécessité d’un rapide rééquilibrage entre l’écologique et l’économique mis à mal par de nombreux grands projets à l’instar du futur troisième pont du Bosphore.

Capitale européenne de la culture en 2010, Istanbul, fut également indirectement signataire de la charte urbaine européenne II. A ce titre les autorités locales et régionales turques s’étaient engagées à développer la durabilité, la convivialité et la bonne gouvernance urbaine, notamment par l’inclusion des citoyens-citadins aux projets urbains. Gezi park constitue malheureusement un contre-exemple. De même qu’elles s’étaient engagées à protéger l’environnement local et global, à maintenir la biodiversité. Il en va de la santé des Stambouliotes. N’oublions pas qu’un arbre en bonne santé constitue un véritable filtre à air, un climatiseur naturel, et qu’il peut également épurer certains polluants. Les centres commerciaux ne peuvent se substituer à ces fonctions. Dans une ville aussi dynamique et gigantesque qu’Istanbul, le besoin en jardins et espaces verts est d’autant plus nécessaire qu’il garantit aux citoyens, indépendamment de leurs conditions économiques, des espaces de repos ou de loisirs de plein air. C’est un droit pour tous qui ne doit pas être remis en cause au profit de quelques spéculateurs immobiliers.  » Hélène Flautre, Co-Presidente de la délégation UE-Turquie au Parlement européen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *