« La France métropolitaine est donc bien le 1er pays au monde pour les cancers hormono-dépendants (sein + prostate) et pour les cancers masculins POURQUOI ?  » Dossier de presse

Capture d’écran 2014-06-18 à 20.59.00

« La France métropolitaine est donc bien le 1er pays au monde pour les cancers hormono-dépendants (sein + prostate) et pour les cancers masculins selon les données de l’OMS.

Cela lui donne une responsabilité particulière pour mener une politique de lutte contre le cancer et plus largement contre les maladies chroniques. « 

DOSSIER DE PRESSE

La FRANCE est le 1er pays au monde pour :  LES CANCERS SEIN + PROSTATE

 Les CANCERS MASCULINS POURQUOI ?

La Santé environnementale est la réponse à la crise sanitaire

DOSSIER DE PRESSE Mardi 17 juin 2014

page1image4592

Contact presse

– André Cicolella, Président et porte-parole du RES, 06 35 57 16 82

page1image7464

1 INTRODUCTION

page2image1048

Aujourd’hui, 2 décès sur 3 dans le monde sont le fait des maladies chroniques (maladies cardio-vasculaires ou respiratoires, cancers, diabète…). En France, ces maladies progressent 4 à 5 fois plus vite que le changement démographique. Le cancer touche 1 homme sur 2 et 2 femmes sur 5 (1000 personnes par jour). Les surcoûts générés (de l’ordre de 400 milliards € en 15 ans) font imploser le système de santé.

La croissance des maladies chroniques ne peut s’expliquer par les seuls facteurs classiques du vieillissement, du dépistage et du mode de vie : notre environnement est en cause. Mais la réalité de cette crise sanitaire est encore largement niée.

La Stratégie Nationale de Santé, en l’état actuel de sa préparation, n’est pas définie par rapport à cette épidémie.

UN EXEMPLE FRAPPANT DU DENI : LE CANCER

La France est aujourd’hui, selon les données du Centre International de Recherche sur le Cancer, le premier pays au monde pour l’incidence des cancers hormono-dépendants (sein et prostate) et des cancers masculins.

Mais le plan Cancer n’en parle pas et les Perturbateurs Endocriniens, principale hypothèse explicative, ne sont mentionnés que marginalement dans ce plan.

SOMMAIRE

Introduction ………………………………………………………………………………………………………………………………. 2

La France 1er pays au monde pour l’incidence des cancers hormono-dépendants et masculins, JE FAIS LE CALCUL……………………………………………………………………………………..3

La France 1er pays au monde pour l’incidence des cancers hormono-dépendants et masculins, POURQUOI ? ….7 Faire face à l’épidémie de maladies chroniques : un enjeu de santé environnementale …………………………………………………………………………………………. 8

Les demandes du RES …………………………………………………………………………………………….. 8

page3image432

La France 1er pays au monde pour l’incidence des cancers hormono- dépendants et masculins, JE FAIS LE CALCUL…

Réalisé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) à partir des données du CIRC (Centre International de Recherche sur le Cancer), le site Globocan fournit de nombreuses données sur l’incidence, la mortalité et la prévalence de différents type de cancer et ce à l’échelle nationale pour 184 pays. Les estimations sont présentées pour chaque sexe et par groupe d’âge pour l’incidence et la mortalité.

La base Globocan est mise à jour annuellement à partir des estimations et statistiques de l’année précédente. Elle constitue une source d’information importante pour comprendre l’épidémie de maladies chroniques dans le monde.

Connectez-vous sur : http://globocan.iarc.fr/Default.aspx
Cliquez sur l’onglet ONLINE ANALYSIS puis dans TABLES sur Incidence/Mortality  Populations by cancer

Globocan.jpg

Pour le cancer du sein

Cliquer sur breast, puis sur > et sous l’item Results sorted by sélectionner ASR(W)

ASR(W) Age Standardized Rate est le taux standardisé sur l’âge, c’est-à-dire le taux correspondant au taux d’une population standard au niveau mondial. Cela permet d’éliminer l’effet lié à la structure démographique d’un pays et donc de faire des comparaisons entre pays.page3image10912page3image11072 

Capture d’écran 2

Cliquer sur Execute : la liste des pays apparaît par ordre décroissant. Les chiffres en caractères gras sont ceux des différentes zones.

Capture d’écran 3

Pour le cancer de la prostate

Même procédure ; on obtient les résultats suivants :

Capture d’écran 4

Pour les cancers hormono-dépendants

Si l’on additionne les données (sein + prostate), on obtient :

Capture d’écran 2014-06-18 à 21.33.10

A comparer à d’autres pays : USA : 191 ; Allemagne : 169 ; Grande-Bretagne : 168 ; Italie : 159 ; Pologne : 88 ; Japon : 82 ; Grèce : 64 ; Qatar 59 ; Oman 36.

Pour les cancers masculins :

Capture d’écran 5
Capture d’écran 2014-06-18 à 21.37.31

A comparer à d’autres pays : USA : 347 ; Allemagne : 324 ; Italie : 313 ; Grande-Bretagne : 284 ; Pologne : 269 ; Japon : 260 ; Grèce : 195 ; Qatar 104 ; Oman : 79

Ces chiffres sont des chiffres correspondants à une population standard mondiale. Cela élimine le facteur vieillissement comme facteur explicatif.

Un pays européen comme la Grèce a donc 2 fois moins de cancers masculins, 4 fois moins de cancers sein + prostate. A Oman, 5 fois moins de cancers masculins, 6 fois moins de cancers sein + prostate …

Ces chiffres concernent la France métropolitaine. Les chiffres à la Réunion sont nettement plus bas respectivement de 101 (cancers sein + prostate) et 243 (cancers masculins). Pourtant même système de santé, même système d’accès aux soins.

page6image8160page6image13544

Capture d’écran 6

page7image448

Capture d’écran 7

Sur la période, 2003-2012 les données ALD Assurance Maladie publiées en décembre 2013 donnent :

page7image3576

AVC : + 58 % ; Artériopathie : + 62 % ; Insuffisance cardiaque : + 105 % ; Diabète + 54 % ; + 31 % ; Insuffisance respiratoire grave : + 32 % ; Parkinson : + 54 % Cancer : + 22 % ;

En région, les taux les plus élevés sont retrouvés pour :

  • –  AVC  Alsace : + 105 %
  • –  Artériopathie  Corse : + 151 %
  • –  Insuffisance cardiaque  Lorraine : + 132 %
  • –  Maladie coronaire  Basse Normandie : + 64 %
  • –  Diabète  Basse-Normandie : + 80 %
  • –  Insuffisance Respiratoire Grave  Haute-Normandie : 70 %
  • –  Parkinson  Lorraine + 93 %
  • –  Cancer  Languedoc-Roussillon : + 33 %

Maladie coronaire :

Les disparités entre pays apportent un éclairage sur l’épidémie de cancers dans le monde

Quelques exemples (les pays cités sont des pays ayant un système de santé classé dans les premières catégories selon le CIRC) :

  • –  Pourquoi la Belgique est-elle le premier pays au monde pour les cancers du sein et la Norvège pour les cancers de la prostate ?
  • –  Pourquoi la Tchéquie est-elle le premier pays au monde pour le cancer du pancréas (9,7 contre 6,9 en France et 2,1 au Qatar), pour le cancer du rein (16,7 contre 9,7 en France et 4,9 à Porto-Rico) ?
  • –  Pourquoi la Suède est-elle le second pays au monde (1er Albanie, mais système de santé considéré comme peu fiable) pour les cancers du cerveau (9,8 contre 5,1 en France, 2,8 au Japon) ?
  • –  Pourquoi Israël est-il le premier pays au monde pour les Lymphomes Non-Hodgkiniens (16,2 contre 9,7 en France métro et 4,3 en Estonie) ?
  • –  Pourquoi l’Irlande est-elle le premier pays au monde pour les leucémies (12,5 contre 10,2 en France métro et 5,0 au Brésil) ?Cela montre la nécessité de développer des programmes d’étude au niveau international, notamment des études sur les migrants.Perturbateurs Endocriniens: l’hypothèse la plus vraisemblable pour expliquer l’origine des cancers hormono-dépendantsLe taux de dépistage pour le cancer du sein est de 52 % en France, soit très loin des taux des pays scandinaves comme la Suède (80 %).
    Pour le cancer de la prostate, le dépistage ne peut expliquer un rapport de 1 à 4 entre la Réunion et la Martinique ou de 1 à 2,4 entre la Réunion et la métropole .
page8image456

Faire face à l’épidémie de maladies chroniques : un enjeu de santé environnementale

L’OMS organise à New York la Conférence New York + 3, les 10 et 11 juillet 2014. L’objet de cette conférence est de faire le point sur l’avancée par rapport aux objectifs définis lors de la conférence de New York le 21 sept 2011 par les 184 chefs d’Etat et de gouvernement.

La France peut se prévaloir d’avoir fait avancer le dossier perturbateurs endocriniens en prenant des décisions d’interdiction du bisphénol A dans les biberons et dans les contenants alimentaires, ainsi qu’en adoptant le 29 avril dernier la Stratégie Nationale Perturbateurs Endocriniens.

Le 12 juin dernier, la France a réuni autour des principes de la SNPE une coalition de 6 pays : la France + Autriche, Belgique, Danemark, Pologne, Suède. La Suède a poursuivi la commission européenne de la Cour Européenne de justice pour manquement à ses obligations en n’ayant pas retenu une définition des Perturbateurs endocriniens comme elle s’y était engagée.

Les demandes du RES

  •   Définir une Stratégie Nationale de Santé à partir de la situation sanitaire
     Reprendre l’objectif proposé par la NCD (Non Communicable Disease Alliance) : -25 % en 2025. Demande commune RES-CISS1 d’une réunion préparatoire de la conférence New York+3 en France.
  •   Intégrer la question du surcoût des ALD dans le débat sur le budget de la Sécurité Sociale (del’ordre de 400 Mrds€ en 15 ans)Obtenir une évaluation précise par l’Assurance Maladie de ce surcoût.
  •   Connaître l’exposition réelle des populations  Compléter notre système de sécurité sanitaire en créant un Institut de Veille Environnementale
  •   Définir le plan national santé environnement 3 (PNSE3) et les plans régionaux santé environnement (PRSE) à partir de la croissance des maladies chroniques en prenant appui sur des indicateurs de santé comme la croissance des ALD au niveau national et régional
  •   Développer la rechercheElargir la capacité de recherche du Plan National de Recherche sur les Perturbateurs Endocriniens (PNRPE) et prendre l’initiative de créer un GIEC de la santé environnementale à l’occasion de New York +3
  •   Affirmer que la crise sanitaire fait partie de la crise écologiqueConfirmer la place de la santé environnementale dans le Conseil National de la Transition Ecologique (CNTE) et intégrer les porteurs de la problématique santé environnement dans le CNTE
  •   Décliner la SNPE dans l’élaboration des politiques publiquesObtenir une définition des PE de la nouvelle commission européenne et intégrer le changement de paradigme des PE dans les différentes politiques de protection des milieux (par ex Directive cadre Eau)

page8image23944

page8image25480

La France doit s’affirmer comme le pays leader dans la lutte contre l’épidémie de maladies chroniques à l’occasion de la Conférence New York + 3 les 10 et 11 juillet 2014

page8image28720

page8image297281 Collectif Interassociatif Sur la Santé : http://www.leciss.org/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *