Cathédrale russe de Nice : une pétition à signer pour les soutenir dans l’épreuve

((/images/Cathédrale russe.jpg)) photo : Robert Hubert, photographe Niçois ( http://www.webazur.org/ ) Mon soutien à l’ACOR dans l’épreuve aberrante qui est traversée, voici le message accompagnant ma signature :%%% ” Admirant votre action, votre mission pour maintenir la cathédrale St Nicolas vivante dans la foi et admirable dans son entretien et vous soutenant depuis le départ, je signe bien volontiers cette pétition. %%% Et c’est un des fleurons de la Côte d’Azur, un élément capital de son image.%%% Je suis de tout coeur avec vous. “%%% [http://cathedralerussenice.org/spip/spip.php?article2|http://cathedralerussenice.org/spip/spip.php?article2|fr] Voici le texte de la pétition : ” Durant près de 90 ans l’Association Cultuelle Orthodoxe Russe de Nice (ACOR) a géré la cathédrale St Nicolas en s’acquittant de toutes ses obligations à l’égard de la société civile française. Classée “monument historique” en 1986, la cathédrale, et son contenu inventorié en 2006, sont entrés dans le patrimoine national et local. Le 13 novembre 2006, l’Association a été assignée à comparaître devant les tribunaux niçois par la Fédération de Russie qui a introduit une action en revendication de propriété.

Le 20 janvier 2010 le Tribunal de Grande Instance de Nice a accedé à cette revendication et a attribué la propriété de la cathédrale St Nicolas et tous les biens qu’elle contient à la Fédération de Russie au prétexte qu’elle serait le successeur de l’URSS et de l’empire russe. Cette décision de première instance a été prise au mépris de l’histoire, de l’éthique, du droit et semble négliger le principe fondamental de la séparation de l’Eglise et de l’Etat inscrit dans les Constitutions française et russe. L’Association (ACOR) a évidemment interjeté appel de cette décision. Le terrain sur lequel a été construite la cathédrale a été acquis par l’empereur Alexandre II à titre privé et non étatique. Son petit-fils, l’empereur Nicolas II en confiera par commodité la gestion au Cabinet impérial, organe de gestion des biens de la Cour et de la Maison impériale. La Fédération de Russie est juridiquement continuateur de l’URSS ; elle n’en est pas le successeur, comme l’URSS n’est pas le successeur de l’Empire des tsars. Le pouvoir bolchevique a d’ailleurs expressément toujours refusé d’assumer toutes les dettes de l’empire, publiques et privées. Aujourd’hui, lors même qu’en Russie l’Eglise a intenté des actions auprès de l’Etat pour recouvrer les biens confisqués par les bolcheviques, ce même Etat engage ici des actions en justice pour s’approprier une église et des biens qui ne lui ont jamais appartenu. L’association cultuelle orthodoxe russe de Nice lance un appel à la solidarité publique. ELLE A BESOIN DE VOTRE SOUTIEN : signature de pétition et/ou contribution aux très importants frais de justice seront accueillies avec reconnaissance. Je signe la pétition “

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *