Corinne LEPAGE invitée de France Culture, samedi 7 novembre – Sommet européen : Corinne LEPAGE  » une position incompatible vis à vis de l’enjeu climatique auquel nous sommes confronté « 

((/images/LEPAGE-Corinne-2006.jpg)) Corinne LEPAGE, Présidente de CAP21, parti écologiste, et vice-présidente du Mouvement Démocrate, sera l’invitée %%% – des rendez-vous politiques de France Culture samedi 7 novembre 2009 à 11h.%%% Sommet européen : Corinne Lepage « une position incompatible vis à vis de l’enjeu climatique auquel nous sommes confronté » Corinne Lepage, 1ère vice-présidente de la commission Environnement du Parlement européen, exprime sa déception à l’issue du Sommet européen, qui a abordé la question du financement de la lutte contre le changement climatique. __ » On ne peut que regretter cette position frileuse qui rendra difficile une attitude offensive de l’Europe à Copenhague même s’il est vrai que l’UE ne peut être seule à porter le fardeau. L’attitude des Etats-Unis et de la Russie est à ce jour clairement irresponsable.__

Les tactiques dilatoires des gouvernements européens sur la question des finances sont incompatibles vis à vis de l’enjeu climatique auquel nous sommes confrontés, et pour lequel l’Europe a une grande part de responsabilité. L’Union Européenne doit cesser de se cacher derrière les Etats-Unis et la Chine. Elle devra mettre ses cartes sur la table dès le début des négociations à Copenhague si elle veut continuer à prétendre qu’elle est à la pointe du combat contre le changement climatique. L’Union Européenne devrait s’engager à fournir au moins 30 milliards d’euros par an d’ici 2020 aux pays en développement, en plus de l’aide publique au développement. D’ici à 2012 et l’entrée en vigueur d’un nouvel accord international, l’UE devrait aussi mobiliser un financement précoce pour les pays en développement de 5 à 7 milliards d’euros par an. Les chefs d’Etat réunis à Bruxelles ont exprimé leur accord avec l’estimation des besoins de financement des pays en développement pour la lutte contre le changement climatique réalisée par la Commission européenne, qui évalue ce besoin à quelques 100 milliards d’euros par an d’ici à 2020. Par ailleurs certains pays (comme la Russie et l’Ukraine) veulent conserver leurs surplus de droits à polluer (« air chaud ») issus du Protocole de Kyoto, et estimés à 90 milliards d’euros. Un tel transfert rendrait le marché carbone inefficace. Les surplus de droits à polluer de l’ancien bloc de l’Est sont dangereux pour l’intégrité du marché carbone. Ces Etats doivent aussi assumer leur responsabilité historique, comme le reste de l’Union européenne. « 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *