L’Inde va porter plainte contre l’Union Européenne : le scandale des labo pharmaceutiques et le drame des populations malades des pays “du Sud”

La peur suscitée par la grippe A dans les pays “riches” est réelle dans beaucoup de pays “du Sud” pour des maladies facilement évitées ou soignées chez nous. Cette article qui suit est à mettre en parallèle avec les propos que vient de tenir un médecin de Mumbay ( Inde ) mais qui pourrait être dit par n’importe quel médecin dans plus de 80 % des pays de notre planète :%%% ” Chez nous, il y a toutes les trois minutes un mort par tuberculose et la grippe A, dans notre ville de 20 millions d’habitants, a provoqué huit décès en deux mois… ” %%% Voici un extrair de l’article sur : [http://www.temoignages.re/|http://www.temoignages.re/|fr] %%% “L’Inde va porter plainte auprès de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Elle accuse l’Union Européenne (UE) d’avoir laissé les grandes compagnies pharmaceutiques tirer profit de ses lois très strictes sur les brevets pour obtenir des douanes qu’elles bloquent des médicaments génériques en transit en Europe, à destination de pays en développement. Sanofi-Aventis et Novartis, entre autres, auraient ainsi fait bloquer pendant huit mois certaines cargaisons de médicaments. L’Inde est le premier fournisseur mondial de médicaments génériques à prix abordable aux pays en développement : environ 67% de ses exportations leur sont destinées.

Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), 30% de la population mondiale n’a toujours pas accès aux médicaments essentiels. 74% des médicaments contre le VIH/SIDA sont toujours sous monopole (sous brevets) et 77% des Africains n’ont toujours pas accès aux traitements. Si plusieurs raisons expliquent cet état de fait, la concurrence des médicaments génériques reste essentielle pour faire baisser les prix et promouvoir l’accès aux médicaments pour tous. L’accès aux médicaments pour tous dans les pays en développement passe par les génériques bon marché produits dans les pays en développement. Les grands groupes pharmaceutiques européens menacent cet accès. La législation indienne permet par exemple aux compagnies locales de vendre des versions génériques d’un médicament contre le cancer, Glivec®, dix fois moins chères que la version de Novartis. Les médicaments génériques sont essentiels et vitaux, notamment les médicaments contre le SIDA, non seulement pour l’Inde mais aussi pour les autres pays en développement qui importent des génériques indiens. Selon Rolf Marti, directeur du secrétariat scientifique de la Ligue Suisse contre le Cancer : « Notre objectif est clair : toutes les personnes concernées doivent avoir accès aux médicaments anti-cancéreux les plus efficaces, à des prix abordables et socialement acceptables ». Le comportement des pays de l’Union Européenne est donc aujourd’hui inacceptable. …. Risham Badroudine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *